BAILLY JEAN-CHRISTOPHE (1949- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1949 à Paris, Jean-Christophe Bailly est l'auteur d'une œuvre d'une grande diversité, tournée aussi bien vers la poésie (L’Astrolabe dans la passe, 1973 ; Basse continue, 2000) et le théâtre (il a travaillé notamment avec Georges Lavaudant et Klaus Michael Grüber) que vers la peinture et l'art contemporain (il a publié des essais sur Jacques Monory, Piotr Kowalski, Kurt Schwitters). Il a également fondé des revues (Fin de siècle, Aléa), et dirigé des collections (à partir de 1984, Détroits chez Christian Bourgois, avec Philippe Lacoue-Labarthe et Michel Deutsch ; entre 1985 et 1997, 35/37 chez Hazan, sur l'histoire de l'art, avec la publication d'essais de Panofsky, Longhi, Millard Meiss). Il enseigne depuis 1997 à l'École nationale supérieure de la nature et du paysage de Blois. Cette apparente diversité ne doit pas masquer la constante poétique de son œuvre. Pour recueillir les traces de ce qui constitue le monde, pour en relier dans l'espace de la page les morceaux disparates, elle se fait aléatoire, attentive au surgissement du donné dans la langue, et mêle constamment les genres de l'autobiographie, de l'essai ou du journal (Phèdre en Inde, 1990 ; Panoramiques, 2000 ; Tuiles détachées, 2004 ; La Phrase urbaine, 2013).

D'où l'importance que prend cette œuvre dans le paysage, sans cesse ouvert, dans un même élan contemplé et traversé, et qui apparaît d'abord comme un espace en mouvement, un tourbillon de signes qui dessinent la trajectoire du promeneur-narrateur dans le temps. Le Dépaysement (Seuil, 2011) propose une cristallisation de l'écriture selon Bailly. La phrase liminaire de l'ouvrage est très claire : « Le sujet de ce livre est la France. » Un pays qui est d'abord une idée, violemment bousculée depuis un demi-siècle par l'accélération de l'histoire et des mutations sociologiques, voire anthropologiques, qui ont à voir avec la mondialisation capitaliste, le développement exponentiel de l'empire des signes ou la fin du travail tel que l'avait façonné le xixe siècle.

L'ambition affichée de Jean-Christophe Bailly est donc d'aller voir « cet ailleurs qu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Michel P. SCHMITT, « BAILLY JEAN-CHRISTOPHE (1949- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-christophe-bailly/