INVENTION DU SCANNER X

Le physicien américain Allan Mac Leod Cormack publie en 1963 et 1964 la reconstruction tridimensionnelle à partir d'images radiographiques obtenues sur des fantômes expérimentaux.

Scannographie hépatique

Scannographie hépatique

photographie

Lacunes sombres de kystes hydatiques multiples au sein du parenchyme hépatique, visible en gris. 

Crédits : M. Laval-Jeantet

Afficher

Utilisant ces travaux et disposant de puissants ordinateurs de calcul, un ingénieur au centre de recherches de la firme britannique E.M.I. (celle, entre autres, des Beatles), Godfrey N. Hounsfield, réalise des images en coupes à partir de mesures du rayonnement résiduel produit par un tube à rayons X se déplaçant autour d'un crâne.

En 1972, il dépose le brevet du prototype de sa conception : Computerized Transversal Axial Tomography. Cet appareil effectue déjà des examens neuroradiologiques dans le service du docteur James Ambrose à l'hôpital de Wimbledon. Il s'agit du premier scanographe (terme retenu par l'Académie française) ou scanner (pour le grand public).

Les résultats publiés en 1973 provoquent l'enthousiasme : les unités de l'échelle des densités portent désormais le nom de Hounsfield et le prix Nobel de physiologie ou médecine 1979 récompense A. M. Cormack et G. N. Hounsfield.

La technique, en progressant permettra l'examen du corps entier dès 1980.

—  Guy PALLARDY

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris-V, radiologiste honoraire des hôpitaux de Paris

Classification

Pour citer l’article

Guy PALLARDY, « INVENTION DU SCANNER X », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/invention-du-scanner-x/