INGRID CAVEN (J.-J. Schuhl)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les prix littéraires sont porteurs de sens concernant leur époque. Certaines années, ils témoignent seulement d'une lassitude à l'égard d'une production un peu morose, calibrée en fonction de préoccupations extérieures à la littérature. Les jurys semblent alors s'abstenir de jouer leur rôle d'arbitres pour se perdre dans des considérations stratégiques et des votes de compromis. En 2000, le jury du prix Goncourt a pris au contraire un parti plus affirmatif, en manifestant qu'un style forgé dans les années 1970, en marge des collages pop-art et des montages cinématographiques de Godard, pouvait avoir quelque chose à dire au monde du xxie siècle, et qu'il importait de restituer d'autres sons, d'autres musiques, d'autres présences que celles qui sont diffusées par les « tubes cathodiques », transmettant un « virus qui fait disparaître des crevasses du temps des pans de l'Histoire, la fin des sixties, début des seventies par exemple ».

Le Goncourt 2000 – Ingrid Caven de Jean-Jacques Schuhl (Gallimard) – n'a rien à voir avec le devoir de mémoire, pas plus qu'avec la nostalgie, mais avec la nécessité, pour se sentir vivant, de ne pas renier un passé où il était possible de faire des bêtises, d'admirer des « faits et gestes ayant la beauté anonyme de ce qui n'appartient à personne », et d'inventer un « comportement inédit », une sorte de « chic désespéré » où la folie avait sa part. Le producteur Mazar (nom donné par Jean-Jacques Schuhl au très réel Jean-Pierre Rassam) « avait choisi : la réalité mise à nu. Il voulait deux choses : la farce et la beauté… Mais attention, il y avait des risques. Une vie drôle demande des risques, on ne peut pas tout avoir : la sécurité et la drôlerie ». Qu'une période aussi marquée par le principe de précaution et le désir de sécurité que les années 2000 célèbre un livre où l'inconnu, l'imprévu, le hasard mènent la vie, au risque de la peur et de la mort, est sans doute l'indice d'une lassitude et d'un manque, si ce n'est de l'amorce d'un changement. Comme l'affi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Aliette ARMEL, « INGRID CAVEN (J.-J. Schuhl) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ingrid-caven/