HYPOCONDRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'hypocondrie a été décrite par Galien sous ce même nom, qui se trouve être ainsi l'un des plus anciens du vocabulaire médical, avec une acception sensiblement inchangée : syndrome constitué par des préoccupations excessives du sujet à l'égard de sa santé. L'univers de l'hypocondriaque n'est nulle part mieux décrit que par Molière dans Le Malade imaginaire.

Tourné vers l'intérieur de son corps, l'hypocondriaque est à l'écoute des messages les plus contingents de sa cénesthésie, qu'il interprète dans un sens péjoratif ; à partir de ces messages, il imagine ses organes altérés par un processus menaçant, généralement simpliste et mécanique. Il forme un couple indissociable avec le médecin, ou plutôt avec le corps médical, qu'il consulte inlassablement malgré des déceptions toujours renouvelées. L'inquiétude hypocondriaque, plus ou moins envahissante aux dépens de l'intérêt pour le monde extérieur, constitue une vive souffrance, habituellement méconnue par l'entourage, que rebutent des doléances monotones.

Hypocondrie névrotique et hypocondrie psychotique

Il est classique d'opposer une hypocondrie névrotique et une hypocondrie psychotique. Mais il convient, avant d'en énumérer les principaux aspects, d'insister sur une prédisposition, un « complexe hypocondriaque universel » (H. Ey) et, par conséquent, normal. Chaque fois qu'une perception fortuite, voire une simple idée, rapportée à notre corps, est interprétée comme ayant une signification lésionnelle précise, on est en présence d'un phénomène hypocondriaque. Par exemple, il n'est personne qui, étant accidentellement constipé, n'ait évoqué les fèces, qu'involontairement il retient, avec une inquiétude sous-tendue par un fantasme plus ou moins inconscient d'intoxication stercoraire ; il est arrivé à chacun, en éprouvant une douleur banale, d'imaginer obscurément une altération de ses vertèbres, de son cœur, de son cerveau, etc.

Hypocondrie névrotique

Cette tendance banale peut se développer, se faire permanente et tyrannique, et caractériser la « constitution hypocondriaque » : l'in [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : psychiatre des hôpitaux, chargé de conférences à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  HYPOCONDRIE  » est également traité dans :

CORPS - Le corps et la psychanalyse

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 3 959 mots

Dans le chapitre « Le corps dans les troubles psychosomatiques, dans l'hypocondrie et dans la psychose »  : […] Parce que les symptômes hystériques se situent au plus près de cette articulation paradoxale du corps et du langage dans l'inconscient, on peut attendre que l'hystérie permette de penser, par différence, d'autres modes d'incidence du corps que la psychanalyse rencontre indirectement ou directement : les troubles psychosomatiques, l'hypocondrie, la désarticulation du corps dans la psychose. Si l'hy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-le-corps-et-la-psychanalyse/#i_36448

FÉDIDA PIERRE (1934-2002)

  • Écrit par 
  • Roland GORI
  •  • 1 514 mots

Dans le chapitre « Une œuvre aux multiples facettes »  : […] L'œuvre scientifique de Pierre Fédida est considérable et d'une rare fécondité. D'abondants ouvrages et publications la composent, consacrés à des thèmes aussi complexes et divers que le corps, l'hypocondrie de la pensée, la mémoire et le négatif de l'empreinte, l'écriture et le travail du rêve comme sépultures, la capacité hallucinatoire de l'écoute analytique, le site de l'étranger où se dévoile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-fedida/#i_36448

FOLIE

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 4 743 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La thérapeutique de la folie »  : […] En réalité, toute thérapeutique de la folie, et cela jusqu'au xix e siècle, se ramène à trois moments essentiels. Il faut d'abord réveiller le malade, le secouer, l'arracher à lui-même, à quoi s'emploient une foule de techniques plus ou moins brutales. On s'efforce aussi de transposer son délire dans le réel pour en faire éclater l'absurdité ou les contradictions, ou encore pour le corriger de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/folie/#i_36448

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel GOUREVITCH, « HYPOCONDRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypocondrie/