LECLERC GINETTE (1912-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La carrière cinématographique de Geneviève Menu, qui conserva pour l'écran le nom de son premier mari, peut se résumer en cinq titres : Prison sans barreaux (L. Moguy, 1937), La Femme du boulanger (M. Pagnol, 1938), L'Empreinte du dieu (L. Moguy, 1939), Le Corbeau (H.-G. Clouzot, 1943), Un homme marche dans la ville (M. Pagliero, 1949). Par ailleurs, elle aura dispensé généreusement, dans une multitude de petites productions, sa sensualité de fille brune, à la frange aguichante et au rire provocant. Elle sillonne les studios parisiens et berlinois dès le début du parlant, s'évadant de la figuration (La Dame de chez Maxim d'A. Korda, 1933 ; Ciboulette, de C. Autant-Lara, 1933) pour jouer les petites femmes des boîtes de nuit ou les habituées des garçonnières. Apparemment sans fatigue, elle passe de La Loupiote (J. Kemm, 1936) aux Dégourdis de la 11e (Christian-Jaque, 1937), de Tricoche et Cacolet (P. Colombier, 1938) à Métropolitain (M. Cam, 1938), substituant peu à peu à l'image de la petite « poule » celle, plus dure, de la « garce », image qui lui resta jusqu'à la fin collée à la peau.

Ginette Leclerc

Ginette Leclerc

Photographie

Ginette Leclerc dans La Dame de chez Maxim's (1933) d'Alexandre Korda, d'après Georges Feydeau. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Venue des studios de photographes où elle commença par poser, Ginette Leclerc fit preuve d'un tempérament incontestable, qui lui permit, au théâtre, de brûler les planches. L'opérette ne lui faisait pas peur, ni la comédie, pour laquelle elle bénéficia de l'appui amical de Raimu. Pierre Chenal, le premier, lui offre dans L'Homme de nulle part (1937), adaptation du roman de Pirandello Feu Mathias Pascal, un rôle qui l'éloigne des stéréotypes habituels. Léonide Moguy lui permet d'extérioriser ses dons dramatiques en lui confiant la création d'une fille révoltée et perverse dans Prison sans barreaux, puis d'une superbe Flamande dans L'Empreinte du dieu. Entre ces deux films, elle a incarné La Femme du boulanger et, en même temps, idéalisé ce personnage furtif, silencieux et secret. Sa rencontre avec la Denise du Corbeau marque sans doute l'apogée de sa carrière, mais précipite aussi son déclin.

Sans égard pour le talent qui lui permit de composer cette fille folle de son corps, affligé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Raymond CHIRAT, « LECLERC GINETTE - (1912-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ginette-leclerc/