CELAYA GABRIEL (1911-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète espagnol exceptionnellement fécond, Gabriel Celaya, qui a composé l'essentiel de son œuvre après la guerre civile, fut d'abord ébloui par le surréalisme puis traversa une période de « prosaïsme existentiel », pour parvenir à une poésie généreuse, communautaire, qui exprime le fragile espoir de l'immense multitude : « La poésie n'est pas une fin en soi. La poésie est un instrument parmi d'autres pour transformer le monde », ou encore, « La poésie est une arme chargée de futur. »

Né en 1911 à Hernani (province de Guipúzcoa, en Espagne), de parents basques, Rafael Múgica Celaya, le futur Gabriel Celaya, fait ses études secondaires à Saint-Sébastien, puis s'installe en 1927 à la fameuse Residencia de Estudiantes, au 21, rue Pinar, à Madrid, où il rencontre, entre autres, Federico García Lorca. Il entreprend et termine ses études d'ingénieur à l'École centrale d'ingénieurs industriels (1929-1935). Il écrit mais ne croit guère à la valeur de sa poésie. En 1935, il publie Marée du silence (Marea del silencio) ; en 1936, La Solitude close (La Soledad cerrada). Après le conflit, il reprend son métier d'ingénieur, mais tombe gravement malade et traverse une longue crise de désespoir. Il ne cesse cependant d'écrire et rencontre Amparo Gastón dont l'amour transforme sa vie. Celaya fonde avec sa compagne la revue poétique Norte qui devait jouer un rôle important dans les milieux littéraires de l'après-guerre. Il se livre désormais à une intense activité créatrice : Mouvements élémentaires (Movimientos elementales, 1947) ; En parlant tranquillement (Tranquilamente hablando, 1947) ; Objets poétiques (Objetos poéticos, 1948) ; Le Commencement sans fin (El Principio sin fin, 1949) ; Cela ressemble à l'amour (Se parece al amor, 1949) ; Les Choses comme elles sont (Las Cosas como son, 1949) ; Cartes sur table (Las Cartas boca arriba, 1951) ; Tout le reste est silence (Lo demás es silencio, 1951) ; Paix et harmonie (Paz y concierto, 1953). Celaya est alors en étroit contact avec des exilés et des étudiants. Les liens entre sa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Marie-Claire ZIMMERMANN, « CELAYA GABRIEL - (1911-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-celaya/