CONVERSION D'EZANA, ROI D'AXOUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rufin d'Aquilée, dans un chapitre ajouté à sa traduction en latin de l'Histoire ecclésiastique d'Eusèbe de Césarée, décrit l'arrivée fortuite sur les côtes de l'« Inde ultérieure », probablement les côtes érythréennes, « au temps de Constantin » (306-337), de deux jeunes enfants originaires de Tyr. L'équipage de leur navire est massacré, mais les enfants, épargnés, sont conduits à la cour du roi d'Axoum. L'un d'eux, Frumence, devient secrétaire du roi, puis, à la mort de ce dernier, précepteur du jeune héritier du trône (Ezana très probablement) et soutien des communautés chrétiennes locales. À Alexandrie, vers 330, il est nommé évêque d'Axoum par le patriarche Athanase, avant de s'en retourner organiser l'Église d'Axoum. Cette source littéraire et hagiographique sur une possible conversion d'Ezana au christianisme est corroborée par l'apparition du motif de la croix sur les monnaies datant du règne d'Ezana, par la formule trinitaire ouvrant des inscriptions épigraphiques glorifiant ce roi, et par une lettre de l'empereur Constance II qui confirme que Frumence est, en 357-358, évêque d'Axoum.

Stèle du roi Ezana

Stèle du roi Ezana

photographie

La stèle du roi Ezana, premier roi chrétien d'Axoum, relate en grec ses victoires, vers 330, à Axoum, Éthiopie. 

Crédits : Merilyn Thorold, Bridgeman Images

Afficher

—  Bertrand HIRSCH

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I, directeur du Centre de recherches africaines

Classification

Pour citer l’article

Bertrand HIRSCH, « CONVERSION D'EZANA, ROI D'AXOUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/conversion-d-ezana-roi-d-axoum/