MORGAN CHARLES (1894-1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'origine galloise (ce qui n'est pas indifférent sans doute à un certain climat proprement celtique de poésie qui imprègne son œuvre) et fils d'un ingénieur réputé, Charles Langbridge Morgan s'engage d'abord dans la carrière d'officier de marine, puis en démissionne pour aller étudier à Oxford. Dès que la guerre éclate, il reprend du service, ce qui aboutit presque immédiatement pour lui à trois années d'internement en Hollande (d'abord en forteresse puis en liberté sur parole), expérience dont se nourrira plus tard la donnée autobiographique transposée dans Fontaine. Rendu à la vie civile, il reprend ses études à Oxford, se passionne pour le théâtre (il sera ensuite pendant longtemps le critique dramatique du Times) et fait ses débuts en littérature. Son premier roman, Le Carré des midships (The Gunroom), paraît en 1919 ; le deuxième, My Name is Legion (1925), s'impose déjà à la critique. Sans se hâter, Morgan travaille plusieurs années à chacun des grands livres qui vont suivre : Portrait dans un miroir (Portrait in a Mirror, 1929) ; Fontaine (The Fountain, 1932) ; Sparkenbroke (1936) ; Le Fleuve étincelant (The Flashing Stream, 1938). Son succès grandit, est consacré dans son propre pays par plusieurs prix littéraires ; il est encore mieux accueilli par les lecteurs français, dont l'enthousiasme fervent fait beaucoup pour sa gloire. Le 27 octobre 1944, la lecture de son Ode to France à la Comédie-Française, en présence du général de Gaulle, constituera un événement mémorable ; en 1949, il est le seul écrivain britannique après Kipling à être élu à l'Institut. Morgan lui-même déclare aimer la France comme une maîtresse ; il en témoigne notamment dans son roman The Voyage (1940), qui a pour cadre les Charentes et le Paris de la Belle Époque, et dont les protagonistes sont français.

Pourtant, dans les dernières années de sa carrière, l'étoile de Morgan décline, malgré ses nouveaux livres : romans comme Le Juge Gascony (The Judge's Story, 1948), Le Passage (The River Line, 1947), La Brise du matin (A Breeze of Morning, 1951), Défi à Vénus (Challenge to Venus, 1957)  [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean MASSIN, « MORGAN CHARLES - (1894-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-morgan/