CATASTROPHE NUCLÉAIRE DE TCHERNOBYL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 26 avril 1986, l'un des réacteurs de la centrale nucléaire de Tchernobyl (Ukraine) explose. En quelques jours, les éléments radioactifs rejetés dans l'atmosphère contaminent une bonne partie de l'Europe sans que toutes les précautions puissent être prises. En effet, les autorités soviétiques attendront 48 heures pour reconnaître l'accident. Les autorités françaises, niant que le nuage radioactif ait atteint la France, n'ont guère été plus responsables. Plus de 100 000 personnes vivant dans un rayon de trente kilomètres autour de la centrale de Tchernobyl sont évacuées. À cause de l'opacité entretenue par les autorités locales, il est difficile de connaître le nombre de victimes (pompiers et personnels de la centrale) de l'accident lui-même et le destin des quelque 600 000 personnes (les « liquidateurs ») qui ont participé au nettoyage du site. Il en va de même des effets directs et indirects des retombées radioactives à distance et à long terme.

Centrale nucléaire de Tchernobyl (Ukraine)

Photographie : Centrale nucléaire de Tchernobyl (Ukraine)

La centrale nucléaire de Tchernobyl (Ukraine) après l'accident du 26 avril 1986. Ce jour-là, l'un de ses quatre réacteurs explose, provoquant l'émission dans l'atmosphère d'une quantité considérable de produits radioactifs dont le nuage a survolé une grande partie de l'Europe. C'est le... 

Crédits : Denis Avetisyan/ Fotolia

Afficher

Centrale nucléaire de Tchernobyl

Photographie : Centrale nucléaire de Tchernobyl

En explosant et en prenant feu, le 26 avril 1986, le réacteur no 4 de la centrale de Tchernobyl (photographié ici en septembre 1986) a provoqué une catastrophe nucléaire sans précédent. Ce site est hautement contaminé par les matières radioactives. Pour les confiner, un premier sarcophage... 

Crédits : AKG-images

Afficher

La rétention et l’occultation d’informations ont marqué cet accident nucléaire, aussi bien en France que dans d’autres pays. Ainsi, après que l’Organisation mondiale de la santé (O.M.S.) a mis beaucoup de temps à se mobiliser, laissant à la seule Agence internationale de l’énergie atomique (A.I.E.A.) le soin de venir sur place, une conférence sur les conséquences sanitaires de l’accident a finalement été organisée en novembre 1995 à Genève. Elle a rassemblé près de 700 experts et médecins venus de différentes parties du monde. Mais les actes de cette conférence n’ont jamais été publiés, manifestement sous la pression de l’A.I.E.A. En effet, en vertu d’un accord signé en 1959 entre l’A.I.E.A. et l’O.M.S, toutes deux agences de l’Organisation des Nations unies (O.N.U,), l’O.M.S. est tenue de soumettre à l’A.I.E.A. les publications qui seraient susceptibles d’entraver son activité.

En France, le comité scientifique du parc national des Écrins avait fait procéder en 1986 à des prèlevements de sol de la zone centrale du parc pour les analyser. Il a fallu attendre 1997 pour que soient connus les résultats montrant l’accumulation d’éléments radioactifs en certains points, vraisemblablement parce qu’ils ne concordaient pas avec le discours officiel selon lequel il n’y avait pas eu de retombées radioactives en France.

L’une des conséquences de la différence de traitement de l’information, des méthodes d’évaluation et des mesures de protection sanitaires (retrait ou non de produits à la consommation) dans les pays européens a été la création de l’Agence européenne pour l’environnement (A.E.E.), à l’initiative du président de la Commission européenne Jacques Delors. L’objectif de cette agence, opérationnelle depuis 1994, est de recueillir des informations en matière d’environnement, d’en faire la synthèse et de fournir aux décideurs et au public des éléments d’information fiables.

La catastrophe de Tchernobyl et celle de Fukushima-Daiichi au Japon (mars 2011) sont les deux plus graves accidents que l'industrie nucléaire ait connus. Réclamée depuis l'explosion par la communauté internationale, la fermeture définitive de la centrale de Tchernobyl, peu sûre, utilisant quatre réacteurs de type R.B.M.K. (Reaktor Bolchoi Mochtchnosti Kanalni), n'a été effectuée que le 15 décembre 2000.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Centrale nucléaire de Tchernobyl (Ukraine)

Centrale nucléaire de Tchernobyl (Ukraine)
Crédits : Denis Avetisyan/ Fotolia

photographie

Centrale nucléaire de Tchernobyl

Centrale nucléaire de Tchernobyl
Crédits : AKG-images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Les derniers événements

7-29 avril 2011 Japon. Suites de la catastrophe de Fukushima

Le 7, une réplique du séisme de mars, d'une magnitude de 7,1 sur l'échelle de Richter, secoue la même région du nord-est du pays, endommageant la centrale nucléaire d'Oganawa, située au nord de celle de Fukushima. Le 11, les autorités décident d'étendre la zone d'évacuation de 20 kilomètres autour de la centrale de Fukushima afin d'y inclure de nouvelles […] Lire la suite

6 avril 1993 Russie. Accident nucléaire dans une usine de Tomsk en Sibérie

nucléaire des pays de l'Est parviennent au compte-gouttes, et leur mise en œuvre est entravée par les divergences d'ordre stratégique ou commercial entre les pays pourvoyeurs.  […] Lire la suite

3-26 avril 1987 France. Relance du débat sur la sécurité nucléaire après une fuite à Superphénix

catastrophe nucléaire de Tchernobyl (U.R.S.S.). En France, elles prennent un relief particulier à la suite de l'incident du 3 et de quelques autres moins graves qui ont émaillé le mois d'avril et qui relancent le débat sur la sécurité et l'information en matière nucléaire. […] Lire la suite

14-29 août 1986 U.R.S.S. Analyse des causes et des conséquences de la catastrophe de Tchernobyl

nucléaire de Tchernobyl. Ce document décrit, pour la première fois, l'enchaînement des circonstances ayant conduit à la catastrophe : des « erreurs humaines » ont eu lieu lors de contrôles expérimentaux sur le réacteur no 4. Le 21, lors d'une conférence de presse donnée à Moscou, Andronik Petrossiants, président du comité d'État pour l'utilisation  […] Lire la suite

2-30 mai 1986 U.R.S.S. Suites de l'accident de Tchernobyl

nucléaire de Tchernobyl près de Kiev (Ukraine), est bien le plus grave accident du nucléaire civil de l'histoire, qu'il y a eu fusion du cœur du réacteur et qu'une zone de sécurité de 30 km a été évacuée autour du lieu de la catastrophe. Le 5, alors que, dans de nombreux pays européens, des rumeurs alarmistes circulent sur le taux anormalement élevé […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre RAFFIN, « CATASTROPHE NUCLÉAIRE DE TCHERNOBYL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/catastrophe-nucleaire-de-tchernobyl/