NOËL BERNARD (1930-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bernard Noël est l'un de ces écrivains pour qui l'apparente variété des genres littéraires abordés : l'essai, le catalogue de peintre, le journal (Treize Cases du je, 1975), l'ouvrage historique (Dictionnaire de la Commune, 1971), le récit de fiction, le poème ne parvient pas à troubler l'image de rigueur que donnent une pensée et une écriture qui se cherchent l'une l'autre comme autant d'éléments d'une expérience intérieure, dans la lignée de Bataille et d'Artaud.

Poèmes 1, paru en 1983, est un important recueil dont les premiers textes sont datés de 1954 et les plus récents de 1982. Il comprend notamment Extraits du corps (1958), Face au silence (1967), La Peau et les Mots (1972). On y discerne la volonté permanente, tenace, exacerbée, de « recommencer » le corps en faisant passer au crible du langage la sensation cénesthésique, celle du vide qui l'habite. Comment être à la fois le corps, la langue qui le parle et la conscience qui le pense ? C'est là l'énigme dans laquelle Bernard Noël se plonge et plonge le lecteur, sans réserve, posant une question décisive : « Est-il un vivant qui se contente de l'esprit ? Et qui puisse penser autrement qu'avec son corps ? » Le corps est un lieu d'équilibre précaire dont il ne peut guère être parlé qu'en termes de rupture ou de catastrophe. Innombrables sont les images de la chute, de l'aspiration, de la coulure, de l'assèchement... L'écriture est une expérience du vide et du vidage, passage obligé avant tout recommencement.

Le poème La Chute des temps (1983) engage sans doute un mode différent de l'écriture, d'une plus grande ampleur rythmique, jouant sur la répétition du mot qui, le pronom relatif passant en outre par toutes les valeurs présentes dans la langue : interrogative, nominale, distributive... C'est encore et toujours la même crise (peut-être euphorique) de l'identité qui se manifeste.

Le Château de Cène, récit publié en 1969, dans lequel Bernard Noël chercha, selon ses dires, à « suicider [son] bon goût », s'avéra menacer celui du public, à tout le moins d'une société défensive qui incul [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jacques JOUET, « NOËL BERNARD (1930-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-noel/