DWORKIN ANDREA (1946-2005)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Féministe et auteur américaine, Andrea Dworkin critique ouvertement la politique sexuelle, en particulier les persécutions qu'entraîne la pornographie sur les femmes.

Née le 26 septembre 1946 à Camden, dans le New Jersey, Andrea Dworkin commence à écrire à un très jeune âge. Avant d'obtenir en 1968 sa licence au Bennington College, dans le Vermont, elle participe à des manifestations étudiantes contre la guerre du Vietnam. Arrêtée à l'une de ces occasions, elle est enfermée dans la prison pour femmes de la ville de New York. Son expérience carcérale lui permet de construire une analyse critique de ce qu'elle considère comme l'assujettissement de la femme par l'homme. Elle publie ensuite un certain nombre d'ouvrages, tels que Woman Hating : A Radical Look at Sexuality (1974) et Our Blood : Prophecies and Discourses on Sexual Politics (1976). Suivent également des études sur la pornographie, qui, selon Dworkin, est l'une des principales armes que les hommes utilisent pour contrôler les femmes. En collaboration avec la juriste féministe Catharine MacKinnon, Dworkin écrit Pornography and Civil Rights : A New Day for Women's Equality (1988). Les deux militantes rédigent ensemble une proposition d'ordonnance controversée, qui définit la pornographie comme une forme de discrimination sexuelle et qui permet aux victimes d'abus sexuels de poursuivre en justice les fabricants et les distributeurs de matériel pornographique lorsqu'un produit pornographique précis s'avère être la cause directe de l'agression. Plusieurs villes adoptent ce texte dans les années 1980, mais il sera ensuite déclaré contraire à la Constitution par diverses cours fédérales.

Lesbienne, Andrea Dworkin fait également paraître des articles dans des revues comme Gay Community News. Elle signe par la suite des ouvrages tels que Right-wing Women : The Politics of Domesticated Females (1983), Intercourse (1987), Letters from a War Zone (1988) et Scapegoat : The Jews, Israel, and Women's Liberation (2000). Auteur de nouvelles et de deux romans autobiographiques, Ice and Fire (1986) et Mercy (1991), Andrea Dworkin rédige également ses Mémoires : Heartbreak : The Political Memoir of a Feminist Militant (2002). Le recueil Pouvoir et violence sexiste (2007), publié à titre posthume, regroupe cinq de ses essais traduits.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« DWORKIN ANDREA - (1946-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrea-dworkin/