BAILLON ANDRÉ (1875-1932)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Anvers, cet écrivain belge de langue française se trouva orphelin à l'âge de six ans et fut élevé par une tante, « Mlle Autorité », dont on retrouvera le nom dans le titre d'un roman, Le Neveu de Mlle Autorité (1930). Élève chez les Jésuites, puis à l'université de Louvain, il quitte celle-ci à sa majorité, réclame son héritage et le dissipe au jeu avec une jeune maîtresse. En 1902, il épouse Marie Vandenberghe, prostituée au grand cœur qui sera l'héroïne d'Histoire d'une Marie (1921) et dont il racontera aussi les souvenirs dans Zonzon Pépette, fille de Londres (1923). Il s'installe avec elle en Campine où il élève des poules — de cette expérience sortira En sabots (1922) —, puis habite Bruxelles où il devient journaliste dans un quotidien, tranche de sa vie qu'il évoquera dans Par fil spécial (1924). En 1912, il rencontre la pianiste Germaine Lievens et part avec elle pour Paris où il demeurera désormais. De faible santé psychique, il fait deux séjours à la Salpêtrière, qu'il raconte dans deux admirables récits, Un homme si simple (1925) et Chalet I (1926), qui constituent sans doute avec Délires (1927) la partie la plus intéressante de son œuvre. D'une écriture nerveuse et hachée, que l'on trouvait déjà dans ses livres précédents et qui préfigure quelque peu le phrasé de Céline, le récit des malheurs de la vie quotidienne, toujours mené d'un ton parodique et avec un humour grinçant, se double, dans ces textes, d'une thématique centrée sur la confrontation de l'écrivain à la force panique que recèle le langage, au pouvoir infini des mots dès que libre cours est donné à la démultiplication envahissante de leurs chaînes métonymiques. Les dernières années de Baillon sont marquées par sa liaison avec une jeune poétesse, Marie de Vivier, avec laquelle il échange une correspondance passionnée. Après une première tentative de suicide en 1931, il met fin à ses jours l'année suivante.

—  Paul EMOND

Écrit par :

  • : docteur en philosophie et lettres, écrivain, attaché scientifique aux Archives et musée de la Littérature, Bruxelles

Classification

Pour citer l’article

Paul EMOND, « BAILLON ANDRÉ - (1875-1932) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-baillon/