« dacier »

DACIER ANNE, née LEFÈVRE (1654-1720)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 460 mots

Mme Dacier proteste aussitôt contre ce sacrilège dans un vigoureux pamphlet sur les Causes de la corruption du goût (1713). Houdar répliquera, d'autres se mêleront à ce dernier épisode — souvent grotesque — de la querelle des Anciens et des Modernes. Il aura fallu cette injure au plus cher de ses Anciens pour faire sortir Anne Dacier de la réserve qui lui était coutumière. […] Lire la suite

Les médias de la recherche « dacier » :

Jean-François Champollion

Jean-François Champollion
Crédits : Erich Lessing/ AKG Images

photographie

Cartouches royaux dessinés par Champollion

Cartouches royaux dessinés par Champollion
Crédits : Renaud de Spens

photographie

HOUDAR DE LA MOTTE ANTOINE LAMOTTE-HOUDAR dit (1672-1731)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 399 mots

Il publie, en 1714, une Iliade en vers français et en douze chants, tirée de la traduction de Mme Dacier (il ne savait pas le grec), amputée de tout ce qu'il y a trouvé d'oiseux et de suranné, et précédée d'un Discours sur Homère : c'est là le début du troisième et dernier épisode de la querelle des Anciens et des Modernes. À l'énergique réplique de la traductrice (Les Causes de la corruption du goût), il répond avec modération dans ses Réflexions sur la critique (1715). […] Lire la suite

SAINT-AUBIN GABRIEL DE, dit L'AÎNÉ (1724-1780)

  • Écrit par 
  • Guy BELOUET
  •  • 678 mots

Qualités que l'on retrouve dans le Salon de 1753, l'une de ces cinquante-deux eaux-fortes répertoriées par Émile Dacier et témoignant d'un don aigu de graveur. S'il ne nous a laissé qu'une douzaine d'huiles, le plus étonnant peut-être chez ce dessinateur primesautier et disert est le sens pictural que l'on retrouve dans tous ses dessins : le crayon sur le papier brosse une toile imaginaire et s'attache aux valeurs autant qu'à la ligne ; il suggère l'espace, l'air qui circule, les ombres opaques et la lumière qui baigne tout. […] Lire la suite

RÉGENCE

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 822 mots

Dans les salons parisiens, la marquise de Lambert inaugure ses réunions philosophiques, le duc de Sully réunit Fontenelle, spirituel vulgarisateur scientifique, la savante helléniste Mme Dacier, Voltaire, le président Montesquieu. Partout, on cherche moins la grandeur que le charme et la fantaisie. Dans le costume, l'architecture, le mobilier, la décoration est reine, le style « rocaille » fleurit. […] Lire la suite

CHAMPOLLION JEAN-FRANÇOIS (1790-1832)

  • Écrit par 
  • Annie FORGEAU
  •  • 1 685 mots
  •  • 2 médias

Le 27 septembre est officiellement lue la lettre, signée du 22, qu'il a rédigée à l'intention de « Monsieur Dacier, secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres relative à l'alphabet des hiéroglyphes phonétiques employés par les Égyptiens pour inscrire sur leurs monuments les titres, les noms et les surnoms des souverains grecs et romains ». […] Lire la suite

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 024 mots
  •  • 4 médias

La querelle allait rebondir, au début du siècle suivant, entre Anne Dacier, auteur d'une traduction savante de l'Iliade parue en 1711 (l'année de la mort de Boileau), et Houdar de la Motte, protégé de Fontenelle, qui ne revendiquant plus qu'une fidélité au « fond des choses » voulut offrir une traduction très libre et versifiée – au motif qu'Homère était devenu à peu près illisible (griefs déjà énoncés par Perrault), et qu'il convenait de le mettre au goût du jour. […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) L'écriture

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 4 052 mots
  •  • 9 médias

Fièrement, il adressa une lettre à l'Académie des inscriptions annonçant qu'il lisait les hiéroglyphes (lettre à Dacier, 27 sept. 1822). Au vrai, à cette date, Champollion ne lisait encore que les seuls mots transcrits du grec en caractères hiéroglyphiques. Il n'avait pas résolu le problème essentiel qui était de savoir si l'égyptien était une écriture symbolique, comme on le croyait depuis les Grecs, c'est-à-dire où chaque signe représente une idée, ou bien une écriture phonétique, dans laquelle les signes correspondaient à un son comme dans nos langues modernes. […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIIe s.

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 7 583 mots
  •  • 5 médias

En histoire de l’art, les théories de Winckelmann renouvellent l’idée qu’on se faisait des modèles antiques, autant que les traductions des grands textes latins et grecs d'André et Anne Dacier, de Charles Batteux ou du père Pierre Brumoy. La découverte par les Français des romans de Sterne, de Fielding et de Richardson bouleverse complètement leurs conceptions du genre romanesque. […] Lire la suite

NÉO-CLASSICISME, arts

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 8 074 mots
  •  • 12 médias

L'Homère de Pope était encore un Homère en perruque, celui de Mme Dacier et de William Cowper ne l'était plus : on cherchait en lui cette même simplicité de mœurs que l'on trouvait dans des textes authentiques comme la Bible et apocryphes comme les poèmes d'Ossian (publiés par James Macpherson en 1760-1763). La réaction à l'artificialité et au caractère féminin du rococo aboutissait à une sévérité de lignes, de couleurs, de formes et de sujets, mais portait aussi à l'éclosion spontanée de certains aspects de l'esprit humain qu'avait dénaturés le jeu superficiel de sentiments du carnaval rococo. […] Lire la suite