« anthropomorphisme »

ANTHROPOMORPHISME

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 544 mots
  •  • 1 média

Que peut en ce cas signifier sa dénonciation ? L'anthropomorphisme serait alors comme un préalable objectif, nécessaire à la compréhension du monde par l'homme ; si l'expression n'était impertinente, nous parlerions volontiers, à des fins pédagogiques, d'« anthropomorphisme transcendantal ». L'anthropomorphisme peut apparaître aussi comme un processus secondaire médiateur, essentiellement défensif, assimilateur, déviation et décadence qu'il conviendrait de surmonter afin de retrouver la prise droite et directe sur les choses. […] Lire la suite

XÉNOPHANE DE COLOPHON (VIe-Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 767 mots

Il faut rejeter les Titans, Géants et autres Centaures, les aventures graveleuses que prêtent aux dieux Homère et Hésiode : anthropomorphisme que tout cela. Chaque ethnie, estime Xénophane, se fait ses dieux à son image, couleur comprise : « Les Éthiopiens font leurs dieux noirs, avec le nez camus ; les Thraces disent que les leurs ont les yeux bleus et les cheveux rouges. […] Lire la suite

LES STUDIOS DISNEY

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 202 mots
  •  • 1 média

L'anthropomorphisme animal se développe, puis les « vrais films », dont de médiocres comédies « de famille »... Cela n'empêchera pas des réussites dignes d'antan comme Pinocchio (1940), Fantasia (1940), Peter Pan (1953). […] Lire la suite

HONORÉ PHILIPPE HONORÉ dit (1941-2015)

  • Écrit par 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 921 mots
  •  • 1 média

Honoré ne cherche pas l’anthropomorphisme, mais l’effet inattendu provoqué par d’improbables proximités entre animaux et objets techniques. Cette inspiration se retrouve dans les illustrations insolites de La symphonie animale. Comment les bêtes utilisent le son, d’Antonio Fischetti (2007) et de Comment attirer le wombat de Will Cuppy (2011). La presse française ouvre largement ses pages aux dessins d’Honoré : Phosphore (1983-1991) ; Le Magazine littéraire (1983-2015) ; Libération (1987) ; Le Monde (1990-1996) ; Le Nouvel Observateur (1991-1993), La Vie ouvrière, L'Événement du jeudi, Les Inrockuptibles, etc. […] Lire la suite

IBN TAYMIYYA (1263-1328)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 371 mots

Mais il est lui-même accusé d'anthropomorphisme. Les attaques de ses adversaires le font plusieurs fois emprisonner en Égypte, et il connaît dans ce pays beaucoup de tribulations. Il revient à Damas en 1313, où il passe ses dernières années comme chef d'école, non sans être l'objet d'attaques qui lui valent de nouveau la prison. Certains ḥanbalites, des ash‘arītes, le grand qāḍī (qāḍī l-quḍāt) mālikite et le grand qāḍī shāfi‘ite s'acharnent tour à tour contre lui. […] Lire la suite

ASH‘ARĪ ABŪ L-ḤASAN ‘ALĪ BEN ISMĀ‘ĪL AL- (874 env.-935)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 557 mots

L'ash‘arīsme est surtout une théorie de conciliation entre l'anthropomorphisme des uns et le rationalisme des autres : c'est le juste milieu (iqtiṣād) dont parlera Ghazālī. Entre la doctrine du Coran incréé, qui étend l'éternité aux sons émis par la voix du lecteur, aux feuillets qui portent le texte, à l'encre qui l'écrit et, d'autre part, la doctrine mu‘tazilite du Coran créé, al-Ash‘arī enseigne que le Coran est incréé et éternel en tant que Parole divine, c'est-à-dire en tant qu'attribut de Dieu. […] Lire la suite

WEGMAN WILLIAM (1943- )

  • Écrit par 
  • Noël BOURCIER
  •  • 651 mots

De cet anthropomorphisme criant naît un comique de situation. Au fil du temps, le travail de William Wegman devient de plus en plus sophistiqué. Les vidéos en noir et blanc mal réalisées et les images techniquement pauvres ont fait place à une mise en scène au cordeau, à des décors savamment agencés, des costumes brillamment stylisés, ainsi qu'à une écriture de scénario très subtile. […] Lire la suite

DE LA NATURE, Lucrèce - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 806 mots
  •  • 1 média

Et c'est vain anthropomorphisme que de croire que toutes choses ont été créées pour nous. Le monde est destiné à passer. L'inéluctabilité de sa fin est attestée non seulement par les observations que nous pouvons faire dans la nature mais aussi par les mythes qui annoncent la destruction de toutes choses. Les civilisations, dont la lente et difficile genèse est retracée avec force détails réalistes, sont elles aussi mortelles : langages, arts, religions, techniques sont nés, se sont développés au cours des temps, et les fragiles équilibres dont ils sont le produit n'ont aucune raison de se perpétuer éternellement. […] Lire la suite

HUGHES TED (1930-1998)

  • Écrit par 
  • Paul VOLSIK
  •  • 902 mots

En fait, la perception extraordinairement aiguë des animaux (et surtout des carnivores et des rapaces) dont il témoigne, évitant l'anthropomorphisme, n'est qu'un aspect d'une démarche poétique qui relève — et ici le mot sera à prendre à la lettre — d'une démarche chamanique. Pour Hughes, chaque animal est un totem incroyablement vivant et unique qui permet d'avoir accès à une sorte de pouvoir dangereux et complexe, d'énergie primitive qu'il voit trahis dans notre société. […] Lire la suite

RAISON D'ÉTAT

  • Écrit par 
  • Pierre LEGENDRE
  •  • 984 mots

Cet anthropomorphisme transcrit une théorie du pouvoir, appuyée sur la philosophie aristotélicienne, la théologie et le droit romain ; il devait conduire à mettre en accord la rationalité et les exigences politiques des grandes institutions. L'État, dans cette perspective, et suivant une exégèse du terme latin status, désigne l'ensemble des prérogatives reconnues à l'Église, à l'empire, au royaume et, d'après la tradition romaine, la balance des droits penche du côté du pouvoir (« ce qui a plu à l'empereur a force de loi », « le pape sait tout dans son cœur », « le roi empereur en son royaume »). […] Lire la suite

LE MONDE DU SILENCE, film de Jacques-Yves Cousteau et Louis Malle

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 929 mots

 »), et même de l'anthropomorphisme (la tortue pleure parce qu'elle abandonne ses œufs sous le sable de la plage). De l'autre côté, des séquences musicalisées jouent sur un effet-clip avant l'heure, dauphins qui accompagnent la Calypso en accomplissant des bonds prodigieux, plongeurs qui s'amusent avec le scooter sous-marin ou valsent avec un mérou baptisé Jojo. […] Lire la suite

ÉLÉATES (VIe-Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Henri Dominique SAFFREY, 
  • Universalis
  •  • 1 041 mots

Ses critiques peuvent se rassembler sous trois chefs : pluralité, anthropomorphisme et immoralité. Homère et Hésiode, dit-il, ont décrit les dieux sous les traits de tout ce qui est honte et mérite blâme chez les hommes ; ils commettent toutes les immoralités, vols, adultères, mensonges. Mettant en hexamètres ces critiques, il récitait lui-même en public ses propres poèmes ; ce fut le point de départ de la critique homérique dans l'Antiquité et le premier cas de « démythologisation » dans l'histoire. […] Lire la suite

IQBĀL MOHAMMAD (1873-1938)

  • Écrit par 
  • Eva de VITRAY-MEYEROVITCH
  •  • 1 053 mots

Mais la portée de son œuvre est plus grande encore : elle appelle chacun à dépasser à la fois les limites rassurantes d'un anthropomorphisme et d'un géocentrisme médiévaux ainsi que la hantise de l'absurde qui peut s'y substituer : « L'immortalité, disait-il, est le prix d'un combat. » L'espoir fraternel, l'universalisme, la probité intellectuelle et l'optimisme vivifiant de celui que l'on a appelé le Poète de l'Orient (Shāir-i Mashriq) confèrent à son message une valeur qui transcende les frontières. […] Lire la suite

POTTER BEATRIX (1866-1943)

  • Écrit par 
  • Laura NOESSER
  •  • 1 044 mots

L'anthropomorphisme est donné d'emblée, tout en délicatesse et tempéré par la drôlerie des détails, comme les oreilles basses des deux lapins corrigés par Monsieur Lapin père, qui arbore la mine satisfaite du bon bourgeois bedonnant, une salade sous le bras. Si les animaux sont habillés, le vêtement s'intègre avec naturel dans l'image sans jurer avec l'environnement : vestes, sabots, pantalons sont un complément souplement ajusté et aux coloris discrets. […] Lire la suite

LE VOYEUR, Alain Robbe-Grillet - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 091 mots

Ce qu'entreprend de créer Robbe-Grillet, c'est au contraire un espace littéraire absolument neutre et hyperréaliste, où les choses, échappant au déterminisme et à l'anthropomorphisme, n'ont d'autre signification que d'« être là », dans une présence au monde que l'auteur s'efforce de constater avec l'objectivité méticuleuse d'un géomètre ou d'un huissier. […] Lire la suite

MICROCOSMOS (C. Nuridsany et M. Pérennou)

  • Écrit par 
  • Guy GAUTHIER
  •  • 1 255 mots

Ce qui reste en définitive, comme dans les fables ou les contes – et c'est une fable ou un conte, au choix –, c'est le sentiment d'un anthropomorphisme exacerbé. Humain, trop humain, comme si les insectes, arachnides et autres, étaient là non pas pour eux-mêmes, mais pour nous proposer une image de nous-mêmes, confrontés à un monde où tout ressemble terriblement au nôtre : la naissance, la sexualité, la mort, la lutte pour la vie, l'affrontement perpétuel entre espèces et individus, entre individus et environnement. […] Lire la suite

TAFSĪR

  • Écrit par 
  • Khalifa SOUA
  •  • 1 564 mots

Sous leur influence, une partie de l'exégèse orthodoxe adopta une position plus ou moins opposée à l'anthropomorphisme primitif. Le mouvement réformiste du xixe siècle donna naissance, dans l'exégèse du Coran, à des tendances modernistes, motivées par les préoccupations nouvelles, politiques et économiques du monde musulman. Mais les théories et les moyens préconisés divergeaient selon les sources d'inspiration. […] Lire la suite

TOPOR ROLAND (1938-1997)

  • Écrit par 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 2 157 mots

À l'anthropomorphisme, ressort fréquent dans ses créations graphiques, scéniques ou télévisuelles, s'ajoutent de multiples fantaisies qui ébranlent les certitudes. Merci Bernard (1982-1984), puis Palace (1988), séries humoristiques composées avec Jean-Michel Ribes pour la télévision, font la part belle à l'incongru et au loufoque. Les contributions de Topor au cinéma ont été variées. […] Lire la suite

ÉVOLUTIONNISME CULTUREL & SOCIAL

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 2 786 mots
  •  • 2 médias

À côté des œuvres de Morgan, l'évolutionnisme radical est représenté par un grand nombre d'autres études anthropologiques, notamment celles de Frazer, qui faisait de la religion l'aboutissement de la magie, celles de Tylor, qui, avec cependant quelque prudence, distinguait trois phases d'évolution (sauvagerie, barbarie, civilisation), celles de sir John Lubbock, qui retrace l'histoire des religions suivant six périodes successives (athéisme, fétichisme, naturisme, chamanisme, anthropomorphisme, déisme). […] Lire la suite

TAXIES

  • Écrit par 
  • Gaston RICHARD
  •  • 5 887 mots
  •  • 5 médias

Les origines Sous l'impulsion du cartésianisme qui distingue l'animal de l'homme grâce à l'automatisme qui caractériserait le premier, et à la suite de l'anthropomorphisme à la G. J. Romanes qui prête à tous les êtres vivants les modes de comportement humain, au cours de la seconde moitié du xixe siècle se dégagent quelques efforts d'objectivité. […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

  • Écrit par 
  • Frank LESTRINGANT
  •  • 6 760 mots
  •  • 3 médias

Maître de la forme concise, il joue par exemple de l’anthropomorphisme de l’instrument de musique. Spécialiste de cartels pour tournois, il traduit la Sophonisbe de Gian Giorgio Trissino, seconde tragédie représentée en France. La Pléiade La Pléiade, d’abord nommée la Brigade, marque une rupture. En 1549 est donc publiée la Défense et illustration de la langue française de Joachim du Bellay, qui souhaite que la France « enfante bientôt un Poète, dont le Luth bien résonnant fasse taire ces enrouées Cornemuses ». […] Lire la suite

MYTHOLOGIES Premiers panthéons

  • Écrit par 
  • Jean BOTTERO, 
  • Yvan KOENIG, 
  • Dimitri MEEKS, 
  • Universalis
  •  • 7 006 mots
  •  • 3 médias

Ce sentiment de transcendance a pu faire surexalter, çà et là, on l'a vu, telle ou telle personnalité divine de premier plan, mais sans jamais déboucher même sur un simple hénothéisme caractérisé : si le système religieux a peu à peu épuré tant bien que mal son anthropomorphisme, il est resté jusqu'au bout foncièrement polythéiste. Le lieu de résidence des dieux n'a jamais été clairement et univoquement défini. […] Lire la suite

GHAZĀLĪ AL- (1058-1111)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 434 mots

Abū'l-Ḥasan al-Ash‘arī peut être considéré comme le créateur d'une doctrine du juste milieu entre les interprétations purement littérales du Coran qui conduisent à l'anthropomorphisme de certains ḥanbalites, et l'exégèse rationnelle des mu‘tazilites qui risque d'escamoter le contenu des textes par le commentaire figuré. Sur deux points en particulier, l'ash‘arisme tentait de garder une position moyenne : le problème des attributs divins et celui de la prédestination et de la liberté. […] Lire la suite

MALEBRANCHE NICOLAS (1638-1715)

  • Écrit par 
  • Ginette DREYFUS
  •  • 8 466 mots

Le problème de l'infini et du fini On vient de voir comment, qu'il s'agisse de la théorie de la connaissance ou du système de la Providence, Malebranche, se situant au point de vue de Dieu et récusant tout anthropomorphisme, s'efforce d'expliquer cette jonction de l'infini et du fini dont Descartes ne s'était occupé qu'à propos de la preuve de Dieu par les effets, c'est-à-dire fort peu. […] Lire la suite

ABSOLU

  • Écrit par 
  • Claude BRUAIRE
  •  • 4 222 mots

Il est vrai que la « voie négative », destinée seulement à purifier la connaissance de Dieu de l'anthropomorphisme et de la prétention au savoir adéquat, demeure, classiquement, l'exigence de la foi chrétienne. Mais dans sa rigueur, la théologie négative proclame que l'absolu, en lui-même, n'est rien : il n'apporte aucune détermination, et ne saurait donc se dire, se révéler. […] Lire la suite

STEPPES ART DES

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 4 285 mots
  •  • 6 médias

Les œuvres des premiers siècles de notre ère, malgré leur surcharge et une géométrisation abusive, restent à l'est imprégnées du mouvement que perpétue le graphisme chinois, tandis qu'à l'ouest l'anthropomorphisme gréco-romain s'affirme et les œuvres des steppes deviennent bien plus les exemples de la virtuosité des orfèvres que les illustrations du génie des animaliers de jadis. […] Lire la suite

RÉALITÉ CONCEPT DE

  • Écrit par 
  • Jean HAMBURGER
  •  • 4 351 mots

Le regard que nous portons sur le phénomène apparaît sans cesse entaché d'anthropomorphisme. Croire que le monde a en soi une signification, c'est supposer que, si les hommes disparaissaient, le concept humain de signification aurait encore un sens. La question « Pourquoi le monde ? » est sans doute l'exemple même des fausses questions, oublieuses du rôle essentiel de l'observateur dans le dialogue qu'il entretient avec la réalité. […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE ANIMALE ou ZOOPSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques VAUCLAIR
  •  • 4 757 mots
  •  • 3 médias

Mais cette approche, prônée par les premiers psychologues comparatistes, comme George Romanes à la fin du xixe siècle, a conduit à un anthropomorphisme dangereux. Cette dérive a fait l'objet de nombreuses critiques de la part de Loyd Morgan, chercheur attaché à une conception objectiviste, et qui, avec d'autres, a mis en garde les successeurs de Darwin contre les dangers qu'il y avait à expliquer une action par une faculté supérieure quand elle pouvait l'être à un niveau inférieur. […] Lire la suite

PALLADIO ANDREA (1508-1580)

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 4 315 mots
  •  • 9 médias

 » La pratique de la sculpture et des canons de la beauté grecque n'est certainement pas étrangère à l'anthropomorphisme particulièrement convainquant du système de l'architecture de Palladio. L'art de la variation Tout un vocabulaire spécifique est attaché à l'architecture de Palladio et à ses applications ultérieures que les historiens de l'art ont consacré par un terme, devenu international, le palladianisme. […] Lire la suite

FIGURATION, paléolithique et néolithique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 571 mots
  •  • 6 médias

Chez les animaux, l’identification d’un tel sens pourrait relever, de notre part, d’un certain anthropomorphisme, lorsque nous admirons, par exemple, les formes régulières d’une toile d’araignée, d’un nid d’oiseau, sinon les alvéoles d’une ruche. On cite cependant le cas du bowerbird ou « merle bleu d’Australie », un passereau dont le mâle, pour attirer les femelles, compose une sorte de jardin à l’aide de déchets divers et colorés récupérés un peu partout : fragments de jouets, capsules, plumes, fleurs, etc. […] Lire la suite

TCHEKHOV ANTON PAVLOVITCH

  • Écrit par 
  • Sophie LAFFITTE
  •  • 5 052 mots
  •  • 1 média

L'anthropomorphisme, la peinture osée, les couleurs un peu floues du début font place, peu à peu, à une simplicité monochrome (« Tchekhov est un Pouchkine en prose », dira Tolstoï). La sentimentalité se mue en mélancolie. L'austérité du style s'accorde à la pureté des sentiments exprimés et l'ensemble produit une étonnante impression de spiritualité. […] Lire la suite

SUPERSTITION

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 5 356 mots
  •  • 1 média

Cette illusion religieuse repose sur un anthropomorphisme par lequel « nous nous faisons un Dieu que nous croyons pouvoir très facilement gagner à nos intérêts, ce qui nous permet de nous supposer dispensés de l'effort ininterrompu et pénible consistant à agir sur ce qui est le fond intime de notre intention morale » (ibid.). Reprenant le couple superstition-enthousiasme, que l'on rencontre fréquemment tant chez les philosophes des Lumières que chez leurs adversaires (l'abbé Pluquet lui consacra un traité, posthume, De la superstition et de l'enthousiasme, 1804), Kant distingue deux sortes d'illusion : « L'illusion où l'on est de pouvoir, par des actes religieux cultuels, travailler, si peu que ce soit, à sa justification devant Dieu porte le nom de superstition religieuse ; de même, l'illusion qui consiste à vouloir arriver à ce but par une aspiration à un prétendu commerce avec Dieu est l'extravagance religieuse » (ibid. […] Lire la suite

MU‘TAZILISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 5 840 mots

Des raisons intérieures à l'islam interviennent également ; en effet, prendre dans son sens strict certaines expressions coraniques, comme le faisaient des hommes dont la piété s'accrochait à chaque lettre du Livre révélé, auquel ils vouaient par respect un véritable culte, conduisait non seulement à fragmenter l'essence divine, mais aboutissait en outre à l'anthropomorphisme des ḥashwiyya. […] Lire la suite

MINIMAL ET CONCEPTUEL ART

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Catherine MILLET, 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 6 325 mots

Conditions et spécificités de l'objet Dans la mesure où les minimalistes voulaient éviter tout résidu d'illusionnisme dans la peinture et d'anthropomorphisme dans la sculpture, les critères modernistes et formalistes (au sens proposé par le critique américain Clement Greenberg), qui s'appuyaient sur le rapport purement optique et empathique avec l'œuvre, s'avéraient insuffisants pour une approche critique de leur travail. […] Lire la suite

GIONO JEAN (1895-1970)

  • Écrit par 
  • Laurent FOURCAUT
  •  • 6 207 mots

Dans Le Serpent d'étoiles (1931), Giono, par l'intermédiaire d'un jeu poétique prêté à des bergers, donne une dimension cosmique à la situation de l'homme, partagé entre l'obéissance aux lois de l'Univers et sa propension à s'enfermer derrière la « grande barrière » de ses « reflets », c'est-à-dire de l'anthropomorphisme fatal de son désir. Tandis qu'il écrit Le Grand Troupeau, en 1930, Giono entre dans une grave crise existentielle qui va durer quatre ans, et dont l'aspect principal est une douloureuse privation du réel (elle était donc latente dans les romans précédents). […] Lire la suite

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 223 mots

Enfin, selon l'école du «  Chérubin particulier », dont le texte de base est l'anonyme Berayta de Yosef ben Uzziel, le « Chérubin saint » est la manifestation du Dieu inconnaissable et l'objet de tout anthropomorphisme scripturaire. La doctrine cosmologique des ḥassidim se fonde sur l'enseignement des Heykhalot et des textes du Ma‘ase bereshit de la période précédente. […] Lire la suite

ROBOTS

  • Écrit par 
  • Philippe COIFFET
  •  • 14 080 mots
  •  • 2 médias

Si l'anthropomorphisme est présent, il concerne les propriétés de perception et d'intelligence ou de raisonnement de la machine et ne repose pas sur une évocation de l'homme dans son apparence physique.– les robots humanoïdes et animaloïdes (ou zoomorphes) qui tentent de reproduire des comportements humains ou animaux en conservant une évocation de l'aspect physique de l'homme ou de l'animal en question. […] Lire la suite

ANIMALITÉ

  • Écrit par 
  • Florence BURGAT
  •  • 7 682 mots
  •  • 9 médias

L'animalité s'en trouve de part en part repensée : il ne s'agit plus de déduire le concept d'animalité d'une essence de l'homme (d'ailleurs tout aussi construite que celle de l'animal), mais d'appréhender ce dernier pour lui-même, à la fois dans sa singularité et sa proximité ontologique avec l'homme, loin de l'anthropomorphisme comme du réductionnisme. […] Lire la suite

DESIGN

  • Écrit par 
  • Christine COLIN
  •  • 8 028 mots
  •  • 3 médias

Elles se démarquent également de tout anthropomorphisme selon lequel l'apparition des formes s'inscrirait dans une généalogie, c'est-à-dire sur un mode génératif propre aux hommes et aux animaux. Les stades successifs du développement d'un produit, de la conception à la communication, en passant par la fabrication et la distribution, le font passer par différentes formes : dessin, maquette, prototype, produit de démonstration (manifeste, produit-test, produit d'appel, « produit de rêve »), premier de série ou pièce d'usine, édition originale, édition, réédition. […] Lire la suite

DIEU La négation de Dieu

  • Écrit par 
  • Jeanne DELHOMME
  •  • 9 170 mots

Avant Hegel et Nietzsche, qui, les sceptiques exceptés, eut le courage de briser son cœur respectueux ? de traiter de la même manière toutes les idées et tous les textes ? Les fondements ne sont pourtant pas si assurés, les points de départ si évidents qu'ils puissent prétendre à l'intangibilité ; le Dieu des hommes est un Dieu humain non seulement en ce qu'il exprime le sentiment qu'ils ont de leur dignité, de leur valeur, de leur action – anthropomorphisme naïf –, mais aussi en ce que son idée est construite avec les moyens de leur seul entendement, selon les schèmes de leur activité, de leur grammaire, de leurs projets ; selon les principes de causalité, d'identité, de finalité qui conduisent à un Être premier, à un Être nécessaire, à une Providence ; selon les postulats d'harmonie, de meilleur, de bonne volonté qui débouchent sur un Entendement compréhensif, un Bien en soi, une Justice supérieure. […] Lire la suite

SENSIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET
  •  • 8 924 mots
  •  • 12 médias

Soucieux d'éliminer de la psychologie animale tout anthropomorphisme, ils ont proposé une classification des récepteurs fondée sur la nature du stimulus normalement efficace : les mécanorécepteurs sont excités par les stimuli mécaniques, pression, contact, vibration, étirement ; les thermorécepteurs sont excités par les variations de température ; les photorécepteurs sont excités par la lumière ; les chémorécepteurs sont excités par la composition chimique du milieu (aérien ou liquidien), et les électrorécepteurs (présents chez certains Poissons) sont excités par de très faibles courants électriques. […] Lire la suite

CHIISME ou SHĪ‘ISME

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN, 
  • Yann RICHARD
  •  • 9 396 mots
  •  • 2 médias

 » Rapporter à la déité en soi ces noms et attributs, c'est faire de l'anthropomorphisme (tashbīh) ; se contenter de les lui dénier ou de les allégoriser, c'est tomber dans l'agnosticisme (ta‘tīl). L'imāmologie est la voie royale qui préserve de l'un et l'autre abîme et qui eo ipso résout la question des prétendus anthropomorphismes du Qorān. Cette fonction théophanique de l'imāmologie fait remplir à celle-ci en théologie shī‘ite un rôle homologue à celui de la christologie en théologie chrétienne, mais toujours avec une préférence pour les solutions rejetées par les conciles de l'Église ; le rapport entre le lāhūt (divin) et le nāsūt (humain) de l'Imām est beaucoup plus proche des christologies de type gnostique. […] Lire la suite

AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN
  •  • 8 888 mots
  •  • 1 média

Elle recevra des désignations multiples, mais sera postulée par la théologie apophatique (ṭansīh) comme la Figure qui permet au penseur croyant d'éviter à la fois l'anthropomorphisme (tashbīh) et l'agnosticisme (ta‘ṭīl). Les résonances de l'avicennisme et de l'antiavicennisme se propagent jusque dans le monde moderne ; toute « analyse spectrale » de la conscience occidentale aurait à en tenir compte. […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN La République

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 10 958 mots
  •  • 9 médias

L'anthropomorphisme n'était pas naturel aux Latins, qui manquaient d'imagination plastique et concevaient le monde comme un réseau de forces personnelles, mais sans figure humaine, les numina, qui présidaient aux cycles de la nature et aux actions de l'homme. Cette multiplicité des dieux et des cultes amena les Romains, dès l'origine, à organiser systématiquement et solidement leur calendrier religieux. […] Lire la suite

IMAGINAIRE ET IMAGINATION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 12 565 mots
  •  • 1 média

Il est clair tout d'abord que l'image matérielle de Bachelard est de part en part traversée par une intention de communication affective, dont les nuances concernent seulement le degré d'anthropomorphisme de l'image explicite. Mais toute la question est de comprendre comment cette évocation ou cette invocation s'accommode de la théorie de l'imagination matérielle professée par Bachelard. […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) La religion

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 11 389 mots
  •  • 24 médias

L'anthropomorphisme apparut très tôt et les artistes égyptiens ont su adapter harmonieusement une tête animale à un corps masculin ou féminin. Lorsque la difficulté était trop grande, ils se contentaient de surmonter la tête de la divinité du symbole qui, à première vue, la distinguait : faisceau de flèches pour la déesse Neith, par exemple, ou fleur et bouton de lotus pour Nefertoum. […] Lire la suite

THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Claude GEFFRÉ, 
  • Jacques POULAIN
  •  • 13 369 mots
  •  • 1 média

Alain définissait la théologie « une philosophie sans recul ». Il voulait dire qu'elle manque d'indépendance critique, qu'elle est liée à un système de croyances, à un dogme, qu'elle accepte une orthodoxie, une autorité, une censure : vérité d'appareil, non vérité rationnelle. Berdiaeff insistait de même : la théologie est une « pensée collective » ; elle exprime la pensée d'un groupe, elle n'est pas libre de précéder, d'excéder, de déborder ce que pense le groupe : vérité d'adhésion, d'accord communautaire, non d'initiative et d'invention personnelles. […] Lire la suite

RAISON

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 13 180 mots
  •  • 1 média

Avec Xénophane, le même esprit se fait jour dans un domaine tout autre : les religions des peuples, grecs ou barbares, sont également inadmissibles et absurdes ; l'anthropomorphisme des dieux homériques est l'équivalent d'une religion des bœufs qui se figureraient leurs divinités sous les espèces de leur race. Dieu est tout entier pensée, il met en mouvement par la seule force de son esprit, il est toujours lui-même, reposant en lui-même, il exerce son pouvoir absolu sans effort. […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 170 mots
  •  • 19 médias

Le vaste mouvement de sensibilité et d'idées appelé « romantisme » a embrassé tant de domaines divers (histoire, politique, réforme sociale, philosophie, littérature, musique et arts plastiques) qu'il dépasse tous les efforts de synthèse entrepris pour le saisir dans sa totalité. La variété des romantismes nationaux en divers pays d'Europe recouvre néanmoins quelque unité profonde. […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 040 mots
  •  • 62 médias

L'image de culte Les sculpteurs du nord et du nord-ouest de l'Inde adoptèrent résolument l'anthropomorphisme pour désigner à l'attention des dévots les divinités brahmaniques et le Buddha au temps des Kuṣāṇa – dont l'empire servit de trait d'union entre les cultures de l'Orient hellénisé, de l'Iran et de l'Inde – et plus particulièrement sous le règne de Kaniṣka (iie s. […] Lire la suite

Recevez les offres exclusives Universalis