« Pygmalion »

PYGMALION

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 95 mots
  •  • 2 médias

Dans ses Métamorphoses, Ovide donna de l'histoire une version plus élaborée : le sculpteur Pygmalion fit une statue d'ivoire représentant son idéal de la femme et s'éprit de son œuvre. En réponse à ses prières, Aphrodite donna vie à la statue. George Bernard Shaw a développé sur le mode ironique le thème de l'artiste créateur dans son Pygmalion (1913) dont fut tirée, en 1956, la comédie musicale My Fair Lady, de Lerner et Loewe. […] Lire la suite

Les médias de la recherche « Pygmalion » :

Pygmalion et Galatée, J.-L. Gérôme

Pygmalion et Galatée, J.-L. Gérôme
Crédits : dmadeo/ The Metropolitan Museum of Art, New York City, gift of Louis C. Raegner, 1927

photographie

Zizi Jeanmaire

Zizi Jeanmaire
Crédits : Baron/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

SALLÉ MARIE (1707-1756)

  • Écrit par 
  • Jane PATRIE
  •  • 263 mots
  •  • 1 média

C'est à Londres qu'elle sera la créatrice des ballets : Pygmalion en 1734, Bacchus et Ariadne en 1734 et Alcina en 1735 (à Paris, étant la rivale de Camargo, personne ne lui laisse avancer ses idées). Au cours de la première représentation de Pygmalion de Haendel, Marie Sallé fait un véritable scandale, elle y apparaît vêtue d'une simple robe de mousseline tournée en draperie et ajustée à la manière d'une tunique grecque, abandonnant la lourde robe à paniers et la perruque habituelles. […] Lire la suite

MARSTON JOHN (1575?-1634)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 842 mots

Son Pygmalion s'inscrit dans la tradition ovidéenne des nombreux poèmes érotiques du temps. Œuvre de jeunesse, à l'inspiration un peu courte (le poème ne comporte que trente-neuf strophes de six vers), ses complaisances sensuelles restent peu convaincantes et sont loin d'égaler les lascivités perfides du Vénus et Adonis de Shakespeare, ou les audaces agressives du Héro et Léandre de Marlowe, poèmes dont Marston s'est inspiré. […] Lire la suite

BRONZINO ANGELO DI COSIMO DI MARIANO dit (1503-1572)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 818 mots
  •  • 2 médias

Ce n'est pourtant qu'après avoir participé de près à l'ensemble célèbre de la chapelle Capponi, à Santa Felicità (Florence, 1526-1528) — on lui attribue aujourd'hui au moins l'un des quatre médaillons — que Bronzino, avec Pygmalion et Galatée (1529-1530), maîtrisera le style de son aîné sans le paraphraser platement. Dès lors, il entreprend une carrière indépendante. […] Lire la suite

KARASU BILGE (1930-1995)

  • Écrit par 
  • Guzine DINO
  •  • 341 mots

La peur, la dialectique de l'amour et de la mort, de la chasse et du chasseur, du maître et du disciple, de la statue et de Pygmalion, du chat et de l'homme, sont quelques-uns des thèmes favoris de Bilge Karasu. L'écriture et la structure en mosaïque du récit, voire de l'ensemble des récits d'un même recueil, avec des alternances en contrepoint, se manifestent aussi à travers la dimension temporelle de certaines de ses œuvres. […] Lire la suite

CLÉRAMBAULT LOUIS NICOLAS (1676-1749)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 349 mots

Ses cinq volumes de cantates (1710, 1713, 1716, 1720, 1726) traitent ordinairement de sujets classiques (Orphée, Médée, Léandre et Héro, Pygmalion, Polyphème) ou allégoriques (Le Soleil vainqueur des nuages, 1721, pour le rétablissement de la santé de Louis XV). Les récitatifs y sont de style français, les arias italiennes. En musique sacrée, outre l'oratorio Histoire de la femme adultère (sorte de cantate allégorique avec tableaux scéniques) pour quatre voix, deux violons et basse continue, il publie deux recueils de Chants et motets, cinq livres de Motets, un Te Deum. […] Lire la suite

DIDON ou ELISSA (IXe s. av. J.-C.?)

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 435 mots

De nombreux textes anciens attribuent la fondation de Carthage à Didon, également appelée Elissa ; sœur du roi de Tyr Pygmalion, elle quitte la Phénicie après le meurtre de son mari perpétré par son frère, relâche à Chypre, où elle recrute de nouveaux colons, conduits par le grand prêtre, arrive en Afrique, où elle obtient des autochtones la concession d'une terre. […] Lire la suite

HOWARD LESLIE (1893-1943)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 376 mots

Huit ans plus tard, il campe un Henry Higgins incomparable dans la première adaptation majeure au cinéma, qu'il co-réalise avec Anthony Asquith, du Pygmalion de George Bernard Shaw. Parmi ses autres films mémorables figurent Of Human Bondage (1934, L'Emprise), de John Cromwell, The Scarlet Pimpernel (1935, Le Mouron rouge), de Harold Young, The Petrified Forest (1936, La Forêt pétrifiée), de Archie Mayo, Romeo and Juliet (1936) de George Cukor, Stand-In (1937, Monsieur Dood part pour Hollywood) de Tay Garnett, Gone with the Wind (1939, Autant en emporte le vent) de Victor Fleming et Intermezzo : a love story (1939, Intermezzo ou La rançon du bonheur), de Gregory Ratoff. […] Lire la suite

BURNE-JONES sir EDWARD COLEY (1833-1898)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 485 mots
  •  • 1 média

Le type féminin créé par le peintre se rapproche sensiblement des « femmes fatales » de Moreau, et l'homme semble effacé et presque victime de cette présence féminine (L'Histoire de Pygmalion, 1879, City Museum, Birmingham). Burne-Jones, qui a aussi réalisé des décorations à fresque, des cartons pour des tapisseries, des vitraux et des aquarelles remarquables, incarne la tendance la plus originale de l'art préraphaélite. […] Lire la suite

MÉLODRAME, musique

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 469 mots

Le mot reparaît à la fin du xviiie siècle pour désigner un genre musical nouveau, non plus un dialogue chanté mais « un genre de drame dans lequel les paroles et la musique, au lieu de marcher ensemble, se font entendre successivement, et où la phrase parlée est en quelque sorte annoncée et préparée par la phrase musicale », selon la définition de Jean-Jacques Rousseau qui donnera en 1765, avec son Pygmalion, le premier exemple du genre. […] Lire la suite

BENDA GEORG (1722-1795)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 442 mots

Parmi ces ouvrages, citons Ariadne auf Naxos (Gotha, 1775), Medea (Leipzig, 1775) et Pygmalion (Gotha, 1779). Le 12 novembre 1778, Mozart écrit à son père une lettre dans laquelle il exprime son enthousiasme pour Ariadne et Medea ; il s'est inspiré de ce dernier ouvrage pour les deux mélodrames de son singspiel Zaide, composé en 1779 et 1780. Georg Benda signe également plusieurs singspiels, dont les plus célèbres sont Der Dorfjahrmarkt (Gotha, 1775) et Romeo und Julie (Gotha, 1776). […] Lire la suite

JONES JENNIFER (1919-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 424 mots
  •  • 1 média

Selznick qui va s'avérer décisive : tout au long de sa carrière, celui-ci se montrera en effet pour elle un pygmalion sourcilleux et volontiers intrusif. Après avoir modifié son nom, il lui confie le rôle de Bernadette Soubirous dans Le Chant de Bernadette de Henry King (1943), qui lui vaudra l'oscar de la meilleure actrice en 1944. Les rôles se succèdent alors : elle joue notamment dans Le Poids du mensonge de William Dieterle (1945) et La Folle ingénue, dernier film d'Ernst Lubitsch (1946) et une des rares comédies interprétées par l'actrice. […] Lire la suite

FALCONET ÉTIENNE (1716-1791)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 566 mots
  •  • 1 média

À cette époque, Falconet, qui était l'ami de Boucher, commence à collaborer avec lui à la manufacture de Sèvres, donnant des modèles d'Enfants et faisant interpréter ses œuvres, le Pygmalion de 1763, l'Amitié de 1765 en biscuit. Créations exquises, mais qui n'annoncent guère le souffle épique du monument de Pierre le Grand. Cette statue, inaugurée en 1782, est restée fameuse à plus d'un titre : d'abord pour la prouesse technique que représente le cheval cabré en bronze, bondissant sur le rocher qui sert de piédestal. […] Lire la suite

ḤAKĪM TAWFĪQ AL- (1898-1987)

  • Écrit par 
  • Nada TOMICHE
  •  • 548 mots

À la phase « symboliste » d'entre les deux guerres va succéder une époque riche en œuvres scéniques et en recherches nouvelles : Pygmalion (1942) et Œdipe roi (1949) reprennent les grandes légendes de l'Occident pour illustrer des conflits d'idées ; Voyage vers demain (1957) et Le Jeu de la mort (1957) expriment la peur d'une technique destructrice dans un monde de robots. […] Lire la suite

LEBAS RENÉE (1917-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 501 mots

Elle commence à se produire au cabaret La Conga, à Paris, où elle rencontre Raymond Asso, auteur de Mon Légionnaire et Pygmalion d'Édith Piaf. Elle enregistre son premier 78-tours en 1939 et signe un contrat avec Pathé-Marconi en mai 1940. L'armistice la contraint à gagner la zone libre. Elle se produit à Cannes en 1941, accompagnée par le pianiste Michel Emer, qui compose et écrit pour elle D'l'autre côté de la rue. […] Lire la suite

MacArthur park, SUMMER (Donna)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 513 mots

C’est dans cette ville qu’elle rencontre Giorgio Moroder, qui deviendra son Pygmalion. Ce musicien italien est à l’écoute de la soul et des nouveaux sons électroniques qu’il a découverts avec Kraftwerk. Ils enregistrent ensemble en 1975 Love To Love You Baby, une chanson de 17 minutes à l’interprétation très lascive, inspirée du Je t’aime... moi non plus de Serge Gainsbourg et Jane Birkin. […] Lire la suite

LERNER ALAN JAY (1918-1986)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 525 mots
  •  • 1 média

Leur cinquième comédie musicale, My Fair Lady (1956), d'après Pygmalion de George Bernard Shaw, connaît un triomphe sans précédent dans l'histoire du spectacle musical aux États-Unis. Produite par la Columbia Broadcasting System, elle établit à l'époque le record de la comédie musicale restée le plus longtemps à l'affiche à Londres et à New York. Le spectacle est monté dans plus de vingt pays, traduit en onze langues. […] Lire la suite

HARRISON REX (1908-1990)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 523 mots
  •  • 1 média

Il connaît son plus grand triomphe sur les planches entre 1956 et 1959, avec son interprétation d'Henry Higgins dans My Fair Lady, l'adaptation musicale par Lerner et Loewe du Pygmalion de George Bernard Shaw. Son incapacité à chanter – Loewe souligna un jour que la gamme vocale de Rex Harrison ne dépassait pas une note et demie – lui fait mettre au point une technique, très efficace, qui lui permet de parler pendant les chansons. […] Lire la suite

LAUTNER GEORGES (1926-2013)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 671 mots

Mireille Darc, pour sa part (douze films avec Lautner, son Pygmalion), présente plusieurs visages, entre celui de La Grande Sauterelle (1966), belle, blonde et bonne fille, et Galia (1965), jeune femme assumant sa vie amoureuse en dehors de toute contrainte morale ou sociale. […] Lire la suite

DELUBAC JACQUELINE (1907-1997)

  • Écrit par 
  • Raymond CHIRAT
  •  • 616 mots
  •  • 1 média

Il sera son Pygmalion. Le 5 avril 1933, Jacqueline fait ses débuts officiels dans Châteaux en Espagne. Le Tout-Paris lui accorde son examen de passage avec mention honorable. Durant cinq ans, elle passe d'un rôle à l'autre. C'est une période euphorique pour Guitry. Les productions théâtrales se succèdent : Le Nouveau Testament, La Fin du monde, Quadrille, sans compter les reprises d'anciens succès. […] Lire la suite

CARLE GILLES (1928-2009)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 614 mots

Le cycle Carole Laure (six films de 1973 à 1983) resplendit de la présence de son interprète, la sculpturale compagne du cinéaste, qu'elle soit l'objet d'une vibrante déclaration d'amour fou de la part de son Pygmalion (Les Corps célestes, 1974) ou qu'elle se montre envoûtante et indécente (L'Ange et la femme, 1978), le fameux accent (un joual rocailleux) ajoutant encore au charme. […] Lire la suite

DIETRICH MARLENE (1901-1992)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 592 mots
  •  • 5 médias

Les Allemands ne le lui pardonneront qu'après 1960, à l'occasion d'un de ces tours de chant où Marlene devenait enfin son propre Pygmalion, et qu'elle allait poursuivre quelques années. Sa voix et son mythe illuminent le commentaire de The Black Fox : the True Story of Adolf Hitler (La Véritable Histoire d'Adolphe Hitler), montage de documents, qui remporte l'oscar du documentaire en 1962. […] Lire la suite

GIRODET-TRIOSON ANNE LOUIS GIRODET dit (1767-1824)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 729 mots
  •  • 1 média

Son Pygmalion et Galatée (château de Dampierre, coll. du duc de Luynes) avait été particulièrement remarqué au Salon de 1819. À sa mort, Girodet était tenu pour un des très grands maîtres de l'école française, prolongeant de façon originale la tradition classique. On comprend mieux aujourd'hui tout ce que sa peinture avait d'académiquement subversif, et combien elle se rapproche des tendances les plus novatrices de l'art européen de son époque, en particulier en Allemagne et en Grande-Bretagne, tendances annonciatrices du romantisme. […] Lire la suite

BIGARD BARNEY (1906-1980)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 730 mots

Mais, en 1942, celui que Duke considérait comme le plus grand clarinettiste qu'il ait jamais connu quitte son Pygmalion. Barney Bigard n'en est pas pour autant proche de son déclin. Il se produit en Californie avec Freddie Slack et Kid Ory. Lors du premier concert de jazz organisé, le 18 janvier 1944, par la revue Esquire, dans ce temple consacré à l'art lyrique qu'est le Metropolitan Opera de New York, c'est lui que l'on choisit – concurremment avec Mezz Mezzrow, vedette de la clarinette plus controversée aujourd'hui qu'à l'époque – pour personnifier l'instrument. […] Lire la suite

SOLIDOR SUZY (1900-1983)

  • Écrit par 
  • Robert de LAROCHE
  •  • 755 mots

Fille naturelle d'une ravaudeuse de filets de Saint-Servan (aujourd'hui un des quartiers de Saint-Malo) et d'un descendant du corsaire Surcouf, Suzanne Rocher (son vrai nom), née le 18 décembre 1900 à Saint-Servan, trouve à dix-huit ans son Pygmalion sous les traits de la célèbre antiquaire parisienne Yvonne de Brémond d'Ars. Celle-ci se charge de son éducation, et lui fait donner des cours de chant par la cantatrice Marguerite Carré. […] Lire la suite

PIAF ÉDITH (1915-1963)

  • Écrit par 
  • Alain POULANGES
  •  • 1 766 mots
  •  • 1 média

Jacques Canetti, à l'origine de ses premiers passages sur les ondes de Radio-Cité, lui trouve des engagements à Paris et en province, et arrange la rencontre avec Raymond Asso, qui va devenir son Pygmalion. Asso écrit pour elle des textes mis en musique par Marguerite Monnot et prend sa carrière en main. Trois ans après leur rencontre, il est appelé sous les drapeaux. […] Lire la suite

HAZLITT WILLIAM (1778-1830)

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT
  •  • 847 mots

William Hazlitt sera le dissident intégral, ami des « radicaux » Godwin et Holcroft, thuriféraire de Napoléon (d'où sa Life of Napoleon, 1828-1830), disciple et imitateur de Rousseau : il lit avec passion La Nouvelle Héloïse et consacre deux ans à la méditation des Confessions (qu'il croira imiter par son Liber Amoris or the New Pygmalion, 1823, où il rend publique sa pitoyable aventure amoureuse avec la fille de sa logeuse ; livre qui le ridiculise, mais où Charles Morgan voit l'exemple parfait de la « cristallisation » selon la théorie justement contemporaine de Stendhal). […] Lire la suite

GODDARD PAULETTE (1911-1990)

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 806 mots

Un génial Pygmalion va la sortir de cette routine et la rendre à sa vraie nature, celle d'une gamine en haillons, pressée de mordre dans la pulpe de la vie : c'est Charles Chaplin qui, après son triomphe dans Les Temps modernes (1935), en fait son épouse (jusqu'en 1942) et sa muse que l'on retrouve inchangée, cinq ans plus tard, dans Le Dictateur. Sa grâce juvénile et son allure primesautière lui valent d'autres engagements, presque aussi glorieux, qu'elle assume avec un égal brio : elle sera ainsi « la renarde », au franc parler et à l'ironie mordante, dans Femmes, de George Cukor (1939) ; l'ardente métisse des Tuniques écarlates, de Cecil B. […] Lire la suite

MAXIMOVA EKATERINA (1939-2009)

  • Écrit par 
  • Ariane DOLLFUS
  •  • 822 mots
  •  • 1 média

Elle s'essayera aussi au ballet filmé, avec notamment Galatea, adaptation de Pygmalion, la pièce de George Bernard Shaw qu'Audrey Hepburn avait immortalisée au cinéma. Dès 1971, Vassiliev chorégraphie plusieurs ballets pour le couple Maximova-Vassiliev, dont le fameux Icare (1971, musique de Sergeï Slonimski) et surtout Aniouta (1982, d'après une nouvelle de Tchekhov, musique de Gavrilin) et Cendrillon (1991, musique de Prokofiev) qu'ils danseront hors du théâtre Bolchoï. […] Lire la suite

POWERS RICHARD (1957- )

  • Écrit par 
  • Liliane KERJAN
  •  • 950 mots

Avec Galatea (1995), l'intelligence artificielle vole au secours du mythe de Pygmalion, tandis que dans Le Temps où nous chantions (2003), Powers propose une méditation sur l'art et la politique contemporaine, la musique et le métissage. La Chambre aux échos (2006) raconte la reconquête de la mémoire par un accidenté. Le lien avec les autres, l'imposture et la façon de raconter le monde sont ici des thèmes déterminants. […] Lire la suite

PONTI CARLO (1910-2007)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 854 mots

À partir des années 1960, Carlo Ponti, séparé de De Laurentiis, qui est devenu le pygmalion de Silvana Mangano, entreprend une carrière internationale. En 1962, il crée la Compagnia Cinematografica Champion et se lance dans de nombreuses coproductions avec la France. Associé à Georges de Beauregard, il produit notamment Léon Morin prêtre (1962) de Jean-Pierre Melville et Le Mépris (1963) de Jean-Luc Godard. […] Lire la suite

YVES BONNEFOY PENSEUR DE L'IMAGE (P. Née)

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 989 mots

Même mouvement dans la seconde partie, consacrée pour l'essentiel à la reprise par Yves Bonnefoy de grands mythes antiques (Glaucus, Pygmalion, Zeuxis et Hélène, Psyché...) : mythes de la statue, du peintre, du sculpteur (ou plutôt du modeleur), de la représentation de l'objet aimé ou désiré et de la possibilité de le contempler, le dialogue s'instaurant – parfois en écho à des analyses déjà présentes dans la première partie, celles en particulier autour des travaux de Louis Marin et de Georges Didi-Huberman – en fonction de deux grandes orientations : l'iconologie et l'histoire de l'art (Hubert Damisch), la psychanalyse (Monique Schneider, dont l'attention au « féminin » paraît à Patrick Née en profonde affinité avec celle d'Yves Bonnefoy à la « voix » et la « parole »). […] Lire la suite

ROMAN DE LA ROSE (G. de Lorris et J. de Meun) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 1 008 mots

De même que Pygmalion, figure de l'artiste et de l'écrivain, a su avec l'aide de Vénus donner vie à sa statue, de même le rêveur finit par atteindre le but de son pèlerinage : déflorer et engrosser la rose. Long « contredit » apporté au discours courtois de Guillaume, le texte de Jean de Meun est aussi le lieu où s'affrontent, sans jamais aboutir à la « définitive sentence », les « contraires choses ». […] Lire la suite

LAURA, film de Otto Preminger

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 989 mots
  •  • 1 média

Laura accède au statut de mythe, renouant avec Pygmalion où le sculpteur tombe amoureux de son œuvre. D'autres réalisateurs exploreront cette fascination pour un portrait ambigu de femme, prisonnière du désir masculin, tel David Lynch avec Twin Peaks (1991). […] Lire la suite

TIERNEY GENE (1920-1991)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 945 mots
  •  • 2 médias

Dans Laura (1944), Preminger ne joue pas seulement les Pygmalion. C'est le premier film qu'il reconnaîtra comme sien, et le premier qui fasse de Gene Tierney une star, mais aussi un personnage inoubliable aux yeux des amoureux du cinéma. Gene Tierney/Laura y apparaît comme une créature issue des souvenirs et des phantasmes des principaux protagonistes : morte soudainement ressuscitée, image mythique et cinématographique dont la réalité physique demeure fragile. […] Lire la suite

FRANÇOIS LUCIEN t'SERSTEVENS (1904-1963)

  • Écrit par 
  • Valérie GUILLAUME
  •  • 1 046 mots

Bien que jugée « plus littéraire que dramatique », cette « fable moderne de Pygmalion et de Galatée » est reprise au théâtre de la Résidence à Bruxelles. En 1928, la revue Les Œuvres libres publie Édouard, son premier roman, qui sera édité la même année par Arthème Fayard. Son activité de chroniqueur semble commencer dans la presse bruxelloise, Le Rouge et le Noir et Arlequin, pour lesquels il commente les spectacles de danse, de music-hall, des cabarets et de cirque, les expositions et les représentations théâtrales, de 1931 à 1933. […] Lire la suite

GIRODET (exposition)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 012 mots

Il s'agissait là d'une entorse spectaculaire au principe d'un itinéraire fondé sur la chronologie, des débuts de Girodet dans l'atelier de Jacques Louis David, en 1785, jusqu'à l'ultime chef-d'œuvre, Pygmalion et Galatée (1819), récemment acquis par le Louvre. Il était ainsi possible de mesurer l'impact de l'enseignement du maître, aboutissant, après plusieurs essais infructueux, au prix de Rome remporté par Girodet en 1789, avant d'être confronté à ses deux premiers grands formats, le célébrissime Sommeil d'Endymion (1791, Louvre) et, beaucoup moins connu, Le Christ mort soutenu par la Vierge (1789, église Saint-Victor, Montesquieu-Volvestre). […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT SOCIAL DE LA CLASSE D'ÉCOLE

  • Écrit par 
  • Céline DARNON
  •  • 1 077 mots

L’effet Pygmalion traduit le fait que, lorsque les attentes d’un enseignant au sujet d’un élève sont élevées, cela augmente les probabilités de progrès de cet élève. L’inverse se produit lorsque les attentes sont faibles. Or un des facteurs générant des attentes fortes ou faibles est justement l’appartenance groupale de l’élève. Des travaux montrent également que, lorsque le stéréotype de leur groupe est rendu saillant par la situation (par exemple, lorsque la tâche est supposée comme diagnostic des capacités, ou lorsqu’on rend explicites les attentes négatives par rapport à un groupe), les élèves issus de groupes stigmatisés ont une moins bonne performance que ceux qui ne le sont pas, alors qu’aucune différence entre les groupes n’apparaît en l’absence de l’activation de ce stéréotype. […] Lire la suite

DÉBUTANTS (R. Carver)

  • Écrit par 
  • Liliane KERJAN
  •  • 1 011 mots

Cette variation littéraire sur le thème de Pygmalion et Galatée ne va pas sans surprendre, même si quelques circonstances éclairent la manipulation. Dans les années 1960, Ray Carver (1938-1988) mène une vie difficile et instable, changeant d'emploi, manquant d'argent, s'abîmant dans l'alcool. L'écrivain John Gardner lui conseille d'écrire, mais il mettra dix ans à percer jusqu'au moment où Gordon Lish accepte une de ses nouvelles pour le magazine Esquire. […] Lire la suite

LES AVENTURES DE TÉLÉMAQUE, F. de Fénelon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 080 mots

On reconnaît en Pygmalion le roi lui-même, en Astarté Mme de Maintenon, en Protésilas (et en tous les mauvais conseillers) le ministre Louvois. On cherche même en Eucharis et Calypso un écho de la rivalité entre Henriette d'Angleterre et Mlle de La Vallière. L'initiation de Télémaque Ce texte est conçu comme une insertion dans le récit de L'Odyssée : Télémaque, fils d'Ulysse, part à la recherche de son père et le retrouve à son retour, à Ithaque. […] Lire la suite

PHANTOM THREAD (P. T. Anderson)

  • Écrit par 
  • Michel CIEUTAT
  •  • 1 126 mots
  •  • 1 média

Pygmalion pris au piège S’il s'inspire du souvenir laissé par Charles James, grand couturier londonien (1906-1978) qui se considérait comme un « architecte structurel du vêtement » voulant « élever la mode au rang d'art plastique », Phantom Thread délaisse rapidement les arcanes de sa carrière mouvementée, lui préférant une narration davantage tournée vers le romanesque. […] Lire la suite

CALLAS MARIA (1923-1977)

  • Écrit par 
  • Alain DUAULT
  •  • 1 370 mots
  •  • 2 médias

Et c'est finalement aux Arènes de Vérone, le 2 août 1947, que son destin va se réaliser doublement : elle y triomphe dans le rôle-titre de La Gioconda d'Amilcare Ponchielli (sous la direction de Tullio Serafin, qui deviendra un de ses chefs attitrés) en imposant non seulement sa voix mais son tempérament scénique ; et elle y rencontre Giovanni Battista Meneghini, qui deviendra son mari en 1949 et, mieux, son Pygmalion. […] Lire la suite

BROOKS LOUISE (1906-1985)

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 1 342 mots
  •  • 1 média

Son Pygmalion fut le cinéaste austro-allemand G. W. Pabst (1885-1967), qui a idéalisé et sublimé sa personnalité dans un des derniers grands films muets, Loulou (Die Büchse der Pandora, 1929). Aujourd'hui galvaudée, l'expression film culte ne s'applique à aucun autre chef-d'œuvre mieux qu'à lui. Mais ce n'est qu'à partir de 1955 que l'enthousiasme d'une minorité associant la verve surréaliste du critique Ado Kyrou et le fétichisme patrimonial des cinémathèques (Henri Langlois) va tresser des couronnes à l'actrice oubliée. […] Lire la suite

THILL GEORGES (1897-1984)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 379 mots
  •  • 1 média

Véritable Pygmalion, il va révéler Georges Thill à lui-même et au monde entier. Avec une patience d'alchimiste et une intelligence rare, Fernando De Lucia fait travailler la clarté d'émission, allège les sonorités, assouplit la ligne de chant. Grâce à lui, son aigu gagne en largeur et en éclat, son médium se colore, son grave retrouve une ampleur sonore insoupçonnée. […] Lire la suite

RELATIONS INTERGROUPES

  • Écrit par 
  • Vincent YZERBYT
  •  • 1 684 mots

On parlera alors d’effet pygmalion ou de prophéties autoréalisatrices. Un second niveau concerne la manière dont la personne se construit via la socialisation et les relations interpersonnelles. À côté de propositions plus anciennes, sur le rôle de la frustration dans l’agression intergroupe ou sur les boucs émissaires, les chercheurs ont, dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, développé un arsenal théorique et empirique fortement teinté du point de vue psychodynamique. […] Lire la suite

GOMBRICH ERNST HANS (1909-2001)

  • Écrit par 
  • Maurice BROCK, 
  • Universalis
  •  • 1 609 mots

Alors qu'il suffit à l'enfant que son cheval de bois puisse être chevauché, un substitut magico-religieux doit son « pouvoir de Pygmalion » à sa conformité à des conventions d'origine rituelle (comme dans l'art égyptien, dont Platon avait la nostalgie), et un substitut visant à l'imitation suppose une relative liberté illustrative (notion de fiction), en Grèce et à partir de la Renaissance. […] Lire la suite

MONTAND YVES (1921-1991)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 1 450 mots

Piaf n'est pas seulement sa maîtresse passionnée : elle se charge surtout d'un rôle très efficace de Pygmalion féminin qui lui enseigne les ficelles du métier et l'aide à mettre en valeur ce qui lui vient de la tradition de la chanson française comme du jazz ou des musiques populaires d'outre-Atlantique. C'est elle aussi qui est sa partenaire dans Étoile sans lumière (de Marcel Blistène, 1946), le premier film où se produit Montand. […] Lire la suite

BONNAIRE SANDRINE (1967- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 460 mots

Mais la méthode « Pialat » est difficile, et les relations de Pygmalion et de sa Galatée ne sont pas toujours au beau fixe. Elle refuse le rôle qu'il lui propose dans Police (1985), se trouvant trop âgée, mais tient néanmoins un second rôle dans le film. Toujours au côté de Gérard Depardieu, elle sera une magnifique Mouchette dans Sous le soleil de Satan (1987), un de ses rôles préférés. […] Lire la suite

SCHWARZKOPF ELISABETH (1915-2006)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 483 mots
  •  • 4 médias

La soprano allemande Elisabeth Schwarzkopf doit en partie sa gloire au microsillon : instrument docile entre les mains d'un mari Pygmalion, elle a su répondre, par un travail acharné, à toutes les exigences artistiques et techniques de ce nouveau support ainsi qu'aux insatiables attentes de son Mentor. Sa dévorante obsession de la précision, de la perfection de l'intonation et de la pureté stylistique lui ont permis de s'approprier pendant de longues années les rôles de la Comtesse des Noces de Figaro ou ceux de la Maréchale du Chevalier à la rose, au point d'occulter d'autres incarnations tout aussi dignes d'admiration. […] Lire la suite

ROMAN DE LA ROSE

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 1 567 mots
  •  • 1 média

Pygmalion est opposé à Narcisse : il symbolise une éducation sexuelle plus poussée, plus confiante aussi dans l'initiative humaine, et surtout masculine. Toutefois, le rôle de Vénus, de la volupté féminine, est souligné, en face du désir masculin que représente Amour ou Cupidon. La thèse générale est qu'il faut ramener l'homme, qui fait un mauvais usage de sa liberté, au devoir de la procréation, fin dernière de l'amour qu'inspire la beauté. […] Lire la suite

Recevez les offres exclusives Universalis