« Neurologie »

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS, 
  • Universalis
  •  • 30 259 mots
  •  • 9 médias

Entré dans la langue française aux environs de 1690 sous la forme, aujourd'hui caduque, de « névrologie », le terme de neurologie, utilisé à partir de 1732 pour désigner la branche de la médecine qui étudie l'anatomie, la physiologie et la pathologie du système nerveux – et principalement du cerveau –, reçut sa consécration officielle de Jean Martin Charcot lorsqu'il fonda en 1880 les Archives de neurologie. […] Lire la suite

Le média de la recherche « Neurologie » :

Charcot

Charcot
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

J. M. CHARCOT ENSEIGNE LA NEUROLOGIE À LA SALPÊTRIÈRE

  • Écrit par 
  • Bruno HALIOUA
  •  • 187 mots
  •  • 1 média

Ayant été nommé, en 1862, à l'hôpital parisien de la Salpêtrière, où il devait rester de longues années, Jean Martin Charcot y ouvrit, en 1882, ce qui allait devenir la plus grande clinique neurologique d'Europe. Étudiant l'atrophie musculaire, Charcot avait identifié (1865) la sclérose latérale amyotrophique consécutive à la dégénérescence des neurones moteurs, encore appelée maladie de Charcot. […] Lire la suite

AICARDI JEAN (1926-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 247 mots

Il s’intéresse très tôt à la neurologie infantile, en particulier aux troubles convulsifs de la petite enfance. Il poursuit sa formation comme chercheur à la Harvard Medical School de Boston. Il se consacrera ensuite à ce domaine de la neurologie, en dépit d’un passage comme chirurgien à l’Hôpital des enfants malades à Paris, où il retournera en 1979 pour créer une unité de neurologie infantile. […] Lire la suite

BABINSKI JOSEPH (1857-1932)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 622 mots

Médecin des hôpitaux en 1890, sa carrière se déroule à la Pitié, dont il va faire le centre de la nouvelle neurologie. Dans le service de Charcot, qui soignait ce que l'on rassemblait à l'époque sous le nom d'hystérie, il distingue les paralysies hystériques des paralysies organiques, et à partir de 1893 il recherche les signes objectifs des maladies organiques permettant de les distinguer des névroses (Démembrement de l'hystérie traditionnelle, 1909). […] Lire la suite

MARIE PIERRE (1853-1940)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 355 mots

Contesté par Déjerine et par Grasset, il assiste aux trois séances consacrées, en 1908, par la Société de neurologie aux problèmes de l'aphasie, et ce sont ses thèses qui sont adoptées. Il a démontré l'origine infectieuse de certaines maladies du système nerveux (sclérose en plaques, épilepsie, hémiplégie, paralysie infantile) et fut aussi l'un des premiers à décrire la pathologie olivaire. […] Lire la suite

GOWERS WILLIAM RICHARD (1845-1915)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 395 mots
  •  • 2 médias

Contrairement à Jean-Martin Charcot, le neurologue français qui travaille sur les maladies nerveuses à la même période, à l’hôpital de la Salpêtrière de Paris, Gowers restera exclusivement dans le champ de la neurologie, sans entrer dans celui des maladies mentales. Sa méthode est celle d’un observateur acéré, prenant note de tout ce qui concerne ses malades. […] Lire la suite

VERRES DE SPIN

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 121 mots

Les verres de spin sont donc devenus des outils théoriques qui permettent de considérer sous un jour nouveau des problèmes en neurologie, informatique, économie et sciences de l'évolution, entre autres. […] Lire la suite

WATSON JOHN BROADUS (1878-1958)

  • Écrit par 
  • Pierre LECOCQ
  •  • 675 mots

La psychologie est une science naturelle ; et les lois qu'elle découvre, tout en étant irréductibles à celles de la physiologie et de la neurologie, n'en sont pas moins comparables, dans leur ordre, à celles-ci. Pour Watson, la part de l'hérédité chez l'homme est faible. Le comportement est, dans sa plus grande partie, socialement conditionné : Watson nie l'existence d'instincts chez l'homme et refuse un caractère héréditaire aux traits mentaux. […] Lire la suite

BÁRÁNY ROBERT (1876-1936)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 202 mots

Après de brillantes études de médecine à l'université de Vienne (1900), Bárány se spécialise en neurologie en Allemagne (Francfort, Fribourg) et, de retour à Vienne, accepte un poste de démonstrateur dans une clinique spécialisée dans les maladies des oreilles (1903). Il y commence ses travaux sur l'appareil vestibulaire humain (ou oreille interne) dont il éclaircira la physiologie. […] Lire la suite

HITZIG EDUARD (1838-1907)

  • Écrit par 
  • Jean-Gaël BARBARA
  •  • 1 349 mots
  •  • 1 média

Il poursuit à Berlin sa formation chez des maîtres prestigieux, en électrophysiologie chez Émile du Bois-Reymond (1818-1896), avec Moritz Heinrich Romberg (1795-1873), spécialiste des maladies nerveuses et auteur d’un des premiers traités de neurologie, et en psychiatrie avec Karl Friedrich Otto Westphal (1800-1879), qui enseigne cette discipline à partir de 1861. […] Lire la suite

CHARCOT JEAN-MARTIN (1825-1893)

  • Écrit par 
  • Bruno HALIOUA
  •  • 816 mots
  •  • 2 médias

S'intéressant à d'autres domaines que la neurologie, il décrit en 1876 la cirrhose atrophique du foie qui porte son nom et en 1881 le myxœdème de l'insuffisance thyroïdienne qu'il appellera « cachexie pachydermique ». En 1882, Jean-Martin Charcot devient titulaire de la prestigieuse chaire des maladies du système nerveux à la Salpêtrière, créée à l'instigation de Léon Gambetta. […] Lire la suite

GOLDSTEIN KURT (1878-1965)

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 845 mots

Représentant une heureuse synthèse entre la neurologie, la neuropsychiatrie et la psychologie, l'œuvre de Kurt Goldstein, d'une importance capitale dans l'évolution de la psychologie clinique, constitue pour cette raison une véritable biologie du sujet humain et fournit le modèle d'une psychologie physiologique débarrassée des influences mécanistes, qui ont engagé les premiers psychophysiciens et les expérimentalistes associationnistes sur la voie d'une négation et, ultérieurement, d'une récupération a posteriori de la subjectivité. […] Lire la suite

EY HENRI (1900-1977)

  • Écrit par 
  • Charles MELMAN
  •  • 1 512 mots

Elle réclame d'abord pour la psychiatrie une rigueur d'analyse et d'interprétation identique à celle qui règle la neurologie, autrement dit, elle la voue au statut d'une science expérimentale. Mais elle introduit en même temps une essentielle et bénéfique distinction de nature entre neurologie et psychiatrie, celle-ci constituant avec la pathologie interne et la pathologie externe le troisième grand domaine de la médecine, sa pathologie spécifique étant celle de la « liberté ». […] Lire la suite

HUBEL DAVID (1926-2013)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 269 mots

Il travaille à l'institut de neurologie de Montréal et à l'école de médecine Johns Hopkins, où débute sa collaboration avec Torsten Wiesel. En 1959, ils rejoignent ensemble l'institut de recherche militaire Walter-Reed et commencent leurs recherches en commun. L'un de leurs travaux les plus marquants est l'analyse du trajet de l'influx nerveux de la rétine vers les centres sensoriels et moteurs du cerveau. […] Lire la suite

AJURIAGUERRA JULIAN DE (1911-1993)

  • Écrit par 
  • Serge LEBOVICI
  •  • 979 mots

Les jeunes psychiatres suivirent aussi Ajuria qui, n'étant pas chef de service, pouvait se consacrer à un enseignement “socratique” associant ses remarquables connaissances en neurologie à des perspectives psychopathologiques inspirées par sa fréquentation de la psychanalyse. Cet enseignement très amical s'accompagnait de riches discussions sur la culture et l'épistémologie contemporaines. […] Lire la suite

SACKS OLIVER WOLF (1933-2015)

  • Écrit par 
  • Mary Jane FRIEDRICH
  •  • 852 mots
  •  • 1 média

Une fois son doctorat en poche et son internat terminé à l'hôpital du Middlesex en 1960, Sacks quitte l'Angleterre pour les États-Unis afin d'étudier la neurologie à l'université de Californie, à Los Angeles. Durant ce cursus californien, il remporte le titre de champion national du jeter de poids et fait partie, un court instant, du club de moto des Hell's Angels. […] Lire la suite

REMAK ROBERT (1815-1865)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 363 mots

En 1859, en signe tardif et bien mince de reconnaissance de son extraordinaire contribution à la recherche en neurologie et en embryologie, il est nommé professeur assistant. […] Lire la suite

DELMAS ANDRÉ (1910-1999)

  • Écrit par 
  • Elisabeth BURSAUX
  •  • 386 mots

Initiation à la neurologie demeure un classique international. Chef d'école, il l'a été d'abord pour tous ceux qui se destinaient à l'enseignement de l'anatomie et ils furent nombreux à devenir, ensuite, professeurs dans les différentes facultés de Paris comme dans les grands centres universitaires français et étrangers. Mais, par surcroît, André Delmas était un remarquable organisateur. […] Lire la suite

SHALLICE TIM (1940- )

  • Écrit par 
  • José MORAIS
  •  • 342 mots

Il soutient sa thèse en 1965 à l’University College de Londres (UCL) où il entame sa carrière en tant que chercheur au département de psychologie, puis comme senior research fellow à l’Institut de neurologie. En 1978, il devient scientist à l’unité de psychologie appliquée de l’université de Cambridge. De 1990 à 2005, il est professeur au département de psychologie de l’UCL, et directeur pendant huit ans de l'Institute of Cognitive Neuroscience. […] Lire la suite

EULER ULF VON (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 410 mots
  •  • 1 média

Cette découverte, ainsi que celle des prostaglandines, dont les propriétés endocriniennes font l'objet d'applications nombreuses (gynécologie, obstétrique notamment), sont à la base de médicaments utilisés en cardiologie, en neurologie et en psychiatrie. Il a publié : Noradrenaline (1956), Prostaglandines (en collaboration avec Eliasson, 1967) et Comparative Endocrinology (1963). […] Lire la suite

MOLLARET PIERRE (1898-1987)

  • Écrit par 
  • Maurice GOULON
  •  • 418 mots

Le professeur Pierre Mollaret eut dans sa vie professionnelle trois centres d'intérêt : la neurologie, les maladies infectieuses et la réanimation. Né le 10 juillet 1898 à Auxerre, interne des hôpitaux de Paris en 1925, il fut nommé médecin des hôpitaux en 1935 et agrégé en 1936. La première partie de sa carrière se passa à la Salpêtrière où, pendant vingt ans, il fut l'un des assistants du professeur G. […] Lire la suite

AUBRY JENNY (1903-1987)

  • Écrit par 
  • Élisabeth ROUDINESCO
  •  • 383 mots

Poussée par sa mère, elle s'oriente vers des études médicales : neurologie et psychiatrie. Elle a pour maîtres Clovis Vincent, lui-même élève de Joseph Babinski, puis Georges Heuyer, l'un des premiers patrons de médecine à accueillir la psychanalyse dans son service. C'est là que Jenny côtoie Sophie Morgenstein. À la veille de la guerre, elle est nommée médecin des hôpitaux, devenant ainsi la deuxième femme de France à obtenir ce titre. […] Lire la suite

DEHAENE STANISLAS (1965- )

  • Écrit par 
  • Xavier SERON
  •  • 424 mots
  •  • 1 média

Avec Laurent Cohen, professeur de neurologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, il étudie également les soubassements neuronaux de la lecture en suggérant notamment l’existence dans l’hémisphère gauche du cerveau d’aires spécifiques dédiées au traitement orthographique des mots. Au début en collaboration avec Jean-Pierre Changeux, ensuite de manière autonome, il entreprend également des recherches sur les bases neuronales de la conscience, qu’il considère comme le résultat d’un état particulier du fonctionnement d’un réseau cérébral étendu. […] Lire la suite

GOLGI CAMILLO (1843-1926)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 415 mots

Cette démonstration a constitué une étape cruciale dans le développement de la neurologie moderne. Après son arrivée à l'université de Pavie (1876), Golgi découvre et décrit, en 1880, l'endroit où les fibres nerveuses sensorielles s'achèvent en de nombreuses ramifications encapsulées à l'intérieur du tendon. Cette structure est connue aujourd'hui sous le nom d'organe tendineux de Golgi. […] Lire la suite

EGAS MONIZ ANTÓNIO (1874-1955)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 420 mots

Alors qu'il était professeur titulaire de la chaire de neurologie à l'université de Lisbonne (1911-1944), Egas Moniz a développé l'angiographie (artériographie) cérébrale, une méthode permettant de visualiser les vaisseaux sanguins du cerveau grâce à l'injection de substances opaques aux rayons X dans la carotide. Cette technique s'est révélée d'un intérêt majeur pour le diagnostic de certaines maladies intracrâniennes, comme les tumeurs de l'hypophyse. […] Lire la suite

BADDELEY ALAN DAVID (1934- )

  • Écrit par 
  • Pierre BARROUILLET
  •  • 434 mots

L’impact de ce modèle de mémoire de travail a été et est encore considérable en psychologie, neuropsychologie, neurologie, neurosciences et médecine. Ainsi, pour beaucoup d’auteurs, la notion même de mémoire de travail se confond avec le modèle qu’en a proposé Baddeley. Cette contribution scientifique exceptionnelle lui a valu de nombreux honneurs et distinctions (membre de la Royal Society, de la British Academy, commandeur de l’Empire britannique). […] Lire la suite

RAPPORT MAURICE (1919-2011)

  • Écrit par 
  • Barbara A. SCHREIBER, 
  • Universalis
  •  • 446 mots

Parallèlement, Maurice Rapport fonde en 1968 le département de neurosciences du New York State Psychiatric Institute, qu'il dirige jusqu'en 1986, et est nommé en 1968 professeur de neurologie invité au Albert Einstein College of Medicine. Il occupe ce poste jusqu'à sa mort, survenue le 18 août 2011 à Durham (Caroline du Nord). […] Lire la suite

MÉTELLUS JEAN (1937-2014)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 497 mots

Né le 30 avril 1937 à Jacmel (Haïti), où il fut quelque temps professeur, il s'est installé à Paris en 1959, y a étudié la linguistique et la médecine, puis s'est spécialisé en neurologie. En 1973, la revue Les Lettres nouvelles publie un long poème, Au pipirite chantant, qui s'impose d'emblée comme une œuvre forte et novatrice. Placé sous l'invocation du pipirite (l'oiseau qui, en Haïti, salue le lever du jour), le poème conjugue les voix de la polyphonie haïtienne : le paysan, la femme dans sa solitude et ses peurs, l'arbre à pain, la graine, le soleil, les dieux du vaudou. […] Lire la suite

LOCALISATIONS CÉRÉBRALES THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 604 mots
  •  • 1 média

 Mourgue (Introduction biologique à l'étude de la neurologie et de la psychopathologie, 1928, notion de « localisation chronogène »), K. Goldstein (La Structure de l'organisme, 1934, dont on connaît l'influence sur l'œuvre du philosophe M. Merleau-Ponty) et V. von Weizsaecker (Le Cycle de la structure, 1939). En fait, leur mérite se limite à repousser définitivement les théories localisatrices « pointillistes ». […] Lire la suite

LAPICQUE LOUIS (1866-1952)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 656 mots

Physiologiste français qui, par ses travaux sur le système nerveux, a largement contribué au développement de la neurologie. Fils d'un vétérinaire d'Épinal, il étudie au collège de cette ville, puis à Paris. Docteur en médecine (1895), docteur ès science (1897), il devient préparateur puis chef de clinique à la faculté de médecine de Paris et commence ses recherches sur le métabolisme du fer chez les vertébrés. […] Lire la suite

PUTNAM JAMES JACKSON (1846-1918)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 711 mots

Neuropsychiatre de nationalité américaine, professeur de neurologie à l'école de médecine de l'université Harvard et fondateur de l'American Neurological Association, James Jackson Putnam s'intéressa à l'hypnose et à la psychothérapie dès 1890. Disciple d'Emerson, donc ouvert à la dimension sociale comme ses ancêtres puritains de la Nouvelle-Angleterre, Putnam pense avec optimisme que les instincts sociaux doivent être cultivés chez le névrosé. […] Lire la suite

MARAÑÓN GREGORIO (1887-1960)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 724 mots

De la neurologie il passe peu à peu à l'endocrinologie, science alors à ses débuts. Docteur en médecine en 1910, il part pour l'Allemagne travailler avec Erlich. En 1911, il est chef de service des maladies infectieuses à l'hôpital provincial de Madrid. Médecin volontaire sur le front français pendant la guerre de 1914-1918, il y soignera la grippe dite espagnole. […] Lire la suite

JANET PIERRE (1859-1947)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 867 mots

On pourrait seulement se demander si, partis de connaissances voisines et plongés dans un bain culturel presque identique, ces deux marginaux de la psychiatrie, l'un venant de la neurologie, l'autre de la philosophie, n'ont pas eu, à la même époque, une clairvoyance similaire sur la pathogénie sexuelle et inconsciente des névroses. Mais, alors que Freud sait s'opposer au discours médical officiel et accomplir la « révolution analytique », Pierre Janet, engoncé dès le début dans le discours universitaire et académique et n'ayant pas le courage de le dénoncer, sacrifie l'originalité de ses recherches à une psychopathologie « rationnelle », très conservatrice, et finalement à un système institutionnel de savoir et de pouvoir dont il ne se plaint que dans ses confidences. […] Lire la suite

SÈZE STANISLAS DE (1903-2000)

  • Écrit par 
  • Marcel-Francis KAHN
  •  • 797 mots

Il devait s'orienter d'abord vers la neurologie à la suite de Georges Guillain, à la Salpêtrière. Le parcours qui l'amena à la rhumatologie passa par sa rencontre de Henri Dausset (père du Prix Nobel) avec qui, après avoir soigné des vétérans de la Grande Guerre atteints d'affections ostéo-articulaires à l'hôpital des médaillés militaires, il entreprit de collaborer à la Revue du rhumatisme. […] Lire la suite

LE CERVEAU ET LA PENSÉE (J.-F. Dortier) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BERTHELOT
  •  • 924 mots

Les sciences cognitives multiplient ces difficultés : elles se conjuguent au pluriel et procèdent de champs disciplinaires aux assises très différentes : psychologie, linguistique, logique, éthologie, neurologie, intelligence artificielle… Elles oscillent entre l'absolue nouveauté – liée aux progrès accomplis dans la connaissance du cerveau ou le développement des ordinateurs – et la reprise de questions philosophiques anciennes, comme la nature de la pensée, les rapports entre le cerveau et l'esprit, les différences entre intelligence humaine et intelligence animale. […] Lire la suite

STARKER JÁNOS (1924-2013)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 824 mots

Il aborde la musique de chambre avec Leó Weiner mais aussi avec Imre Waldbauer – un des fondateurs du Quatuor hongrois (Quatuor Waldbauer-Kerpely) – et Dezsö Rados, deux violonistes considérés à l'époque comme « scientifiques », c'est-à-dire férus tout autant de neurologie, d'anatomie et de biologie que de musique. Ces professeurs auront une influence profonde et durable sur les conceptions de l'instrumentiste et du pédagogue. […] Lire la suite

DELAY JEAN (1907-1987)

  • Écrit par 
  • Jean MÉTELLUS
  •  • 1 038 mots

En mai 1968, le courant qui prônait l'antipsychiatrie et la séparation de la psychiatrie d'avec la neurologie (et dont les partisans occupèrent son bureau à l'hôpital) fait déborder la coupe d'amertume. « Je ne comprends pas tout ce bruit », disait-il. Il démissionne discrètement de ses fonctions hospitalières et universitaires pour se consacrer exclusivement aux lettres. […] Lire la suite

FESSARD ALFRED (1900-1982)

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER, 
  • Yves GALIFRET, 
  • Yves LAPORTE, 
  • Universalis
  •  • 1 014 mots
  •  • 1 média

Il poursuit également ses travaux d'électroencéphalographie chez l'homme, et c'est en grande partie grâce à lui que les milieux médicaux français découvrent cette technique majeure en neurologie. En 1943, Fessard s'installe dans les locaux de l'Institut Marey, au Parc des Princes. En 1947, le CNRS lui confie la direction du Centre d'études de physiologie nerveuse et d'électrophysiologie, créé à l'intention de son équipe de chercheurs. […] Lire la suite

MACRON EMMANUEL (1977- )

  • Écrit par 
  • Blaise MAGNIN, 
  • Universalis
  •  • 1 189 mots
  •  • 1 média

Né en 1977 à Amiens (Somme), d’un père professeur de neurologie au CHU et d’une mère médecin également, Emmanuel Macron poursuit sa scolarité au lycée La Providence, établissement catholique d'Amiens fondé par les jésuites, puis au lycée Henri-IV à Paris où il obtient un baccalauréat scientifique avec une mention très bien, après avoir eu une « mention régionale » au concours général de français. […] Lire la suite

APRAXIE

  • Écrit par 
  • Didier LE GALL, 
  • François OSIURAK
  •  • 1 288 mots
  •  • 1 média

Cependant, depuis la fin des années 1980, sous l’impulsion de nouveaux modèles théoriques en psychologie et des technologies innovantes en neurologie, cette pathologie est de mieux en mieux explorée. Des questions nouvelles voient le jour autour du rôle joué par le schéma corporel ou encore par le raisonnement technique, qui devraient permettre d’en comprendre les mécanismes intimes et donc de mieux examiner et soigner les malades. […] Lire la suite

McEWAN IAN (1948- )

  • Écrit par 
  • Vanessa GUIGNERY
  •  • 1 126 mots

La prédilection de l’écrivain pour le domaine scientifique et en particulier la neurologie se fait jour dans Délire d’amour (1997) où un personnage érotomane nourrit une obsession malsaine pour un narrateur avide de rationalité. Il en va de même dans Samedi (2005), en partie inspiré de Mrs. Dalloway (1925) de Virginia Woolf, qui suit le parcours accidenté d’un neurochirurgien pendant la journée du 15 février 2003 à Londres, durant laquelle la ville est le théâtre de grandes manifestations contre la guerre en Irak. […] Lire la suite

BUYTENDIJK FREDERIK (1887-1974)

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 1 281 mots

 Goldstein, dont la critique de l'organicisme repose sur des faits tirés de la neurologie et de la psychopathologie. De l'immense production de Buytendijk dans le domaine de la psychologie humaine se dégage également une problématique du sujet vivant. Celle-ci est très nettement affirmée dans son étude sur la douleur (1943), parue en français sous le titre De la douleur, en 1951. […] Lire la suite

BASAGLIA FRANCO (1924-1980)

  • Écrit par 
  • Franck CHAUMON, 
  • Bernard CHOURAQUI
  •  • 1 157 mots

Né à Venise, il se tourna vers la psychiatrie en 1958, après des études de médecine puis une spécialisation en neurologie, qu'il avait achevée en 1952. C'est en 1961 que débuta l'expérience de Gorizia, l'hôpital psychiatrique proche de Trieste auquel il a attaché son nom. Le dialogue entre Basaglia et Jean-Paul Sartre sur la fonction révolutionnaire de l'intellectuel (« sartrien » ou « gramscien ») qui ouvre le chapitre premier de Criminels de paix, dernier ouvrage collectif auquel aura participé Basaglia, montre quelles interrogations sous-tendaient la démarche de celui-ci en 1961. […] Lire la suite

PHYSIOLOGIE ANIMALE (histoire de la notion)

  • Écrit par 
  • Georges CANGUILHEM
  •  • 4 771 mots
  •  • 5 médias

En neurologie, le xixe siècle a vu les découvertes se commander l'une l'autre. Bell (1811) et Magendie (1822) ont découvert la double fonction, sensitive et motrice, du nerf rachidien. Marshall Hall a établi (1833) la fonction réflexe de la moelle épinière. Mateucci (1841) et Du Bois-Reymond (1848) ont amorcé les recherches sur l'électricité animale qui ont permis à Helmholtz (1850) la première mesure de la vitesse de propagation de l'influx nerveux. […] Lire la suite

DAUMEZON GEORGES (1912-1979)

  • Écrit par 
  • Georges LANTERI-LAURA
  •  • 1 310 mots

 Lairy-Bounes), de neurologie (Julian de Ajuriaguerra, René Angelergues), d'épidémiologie (R. Sadoun, Y. Champion), de psychanalyse, en particulier de psychanalyse des psychoses (Michel Lubtschansky, Piera Aulagnier, Salomon Resnik). D'octobre 1966 jusqu’à sa mort, survenue le 6 mai 1979, il est le médecin-chef de l'hôpital Henri-Rousselle, assurant en même temps non seulement la supervision de la guidance infantile et du laboratoire d'électro-encéphalographie, mais surtout la direction clinique du service hospitalier du XXIIe secteur de Paris et du Centre psychiatrique d'orientation et d'accueil (CPOA) : les patients, au lieu de passer quarante-huit heures sur place, se trouvaient ainsi examinés et conseillés, les uns étant directement hospitalisés dans le service dont ils relevaient, les autres étant voués à un traitement ambulatoire. […] Lire la suite

FÉDIDA PIERRE (1934-2002)

  • Écrit par 
  • Roland GORI
  •  • 1 516 mots

Il exerce comme psychologue clinicien à l'hôpital des armées de Lyon, dans le service de neurologie (1960-1962), avant d'enseigner la philosophie et la psychopédagogie à l'École normale, puis la psychologie à la faculté des lettres et sciences humaines de Lyon. C'est auprès de Ludwig Binswanger, à Kreuzlingen, qu'il acquiert une solide formation clinique et théorique en psychiatrie existentielle et en psychopathologie phénoménologique (husserlienne). […] Lire la suite

PLASTICITÉ CÉRÉBRALE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPONT
  •  • 7 548 mots
  •  • 6 médias

La notion de plasticité cérébrale semble donc correspondre à une exigence commune de la psychophysiologie, de l’embryologie du système nerveux et de la neurologie naissantes. Par la suite, le terme connaît une extension croissante, faisant indistinctement référence aux données concernant l'apprentissage, le développement ou la clinique, et désignant toutes les modifications de structure et de fonctionnement dépendant de l'expérience ou de l'environnement. […] Lire la suite

IMAGERIE PAR RÉSONANCE MAGNÉTIQUE DE DIFFUSION (IRMD)

  • Écrit par 
  • Jean-Gaël BARBARA
  •  • 2 867 mots
  •  • 2 médias

Mais ces données ouvrent également de nouvelles possibilités de diagnostic en neurologie et en psychiatrie, en particulier pour des syndromes dits de déconnexion lorsqu’on peut mettre en évidence des connexions anormales ou manquantes entre différentes régions du cerveau. Cette technique est également utilisée de manière plus générale pour le diagnostic précoce des accidents vasculaires cérébraux, la détection de certaines lésions cancéreuses dans tout le corps, mais aussi dans l’étude fonctionnelle de l’activation de certaines régions du cerveau. […] Lire la suite

PARANOÏA (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 3 151 mots

 Seglas (Archives de neurologie, 1887) et par le Traité clinique des maladies mentales de R. Krafft-Ebing, traduit en 1897. Seglas en donne dans ses leçons cliniques de 1895 une définition toujours valable : « On désigne sous le nom de paranoïa – folie systématique – un état psychopathique fonctionnel, caractérisé par une déviation particulière des fonctions intellectuelles les plus élevées, n'impliquant ni une décadence profonde ni un désordre général, s'accompagnant presque toujours d'idées délirantes systématisées et permanentes. […] Lire la suite

THÉRAPEUTIQUE Thermalisme

  • Écrit par 
  • François BESANÇON
  •  • 3 393 mots
  •  • 1 média

Par exemple, en rhumatologie et en neurologie, elles sont irremplaçables pour lutter contre la douleur et l'impotence. En pathologie respiratoire, pour atténuer les réactions allergiques et renforcer les défenses de l'organisme contre les infections. De même en pathologie cutanée et gynécologique. Dans les maladies des artères, elles sont un des meilleurs moyens de développer la circulation collatérale. […] Lire la suite