« Libertinage »

LIBERTINAGE

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 3 267 mots

Libertin et libertinage ont longtemps été des termes polémiques destinés à stigmatiser toutes les opinions ou conduites qui s'écartaient de la norme dominante. Il a fallu l'effervescence du xviiie siècle pour qu'ils soient assumés et revendiqués, et une distance historique de plusieurs siècles pour qu'ils deviennent des catégories de l'histoire des idées et des lettres. […] Lire la suite

LIBERTINS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Antoine ADAM
  •  • 5 715 mots

Les libertins du XVIIIe siècle Une nouvelle typologie du libertinage Dans le langage courant du xviiie siècle, le mot de libertinage renvoie à des sens aussi divers que partie de plaisir, plaisir, sensualité, principes de dévergondage et de dissipation, liberté de ton et de parole, etc. Le libertin est l'homme à bonnes fortunes, du coquin au débauché, du polisson au licencieux. […] Lire la suite

LENCLOS ANNE dite NINON DE (1616-1706)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 388 mots

liaison, non seulement parce qu'elle a retenu les leçons de Montaigne et encouragé les débuts de Voltaire, mais encore parce qu'elle est placée au carrefour de tous ces courants du libertinagelibertinage mondain, libertinage érudit, libertinage politique — qui préparent le siècle des Philosophes. Il n'est pas indifférent qu'une femme, à la fin du xviie siècle, ait tenu ce rôle. […] Lire la suite

LES LIAISONS DANGEREUSES, Choderlos de Laclos - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 182 mots

Sa formation lui assura une solide culture scientifique et technique ; son expérience, de garnison en garnison, lui permit de côtoyer le libertinage aristocratique plus que de le pratiquer lui-même. Il offre pourtant à l'Ancien Régime finissant l'image la plus cruelle de la crise des valeurs, et à la tradition littéraire du roman libertin un chef-d'œuvre qui semble en épuiser la veine. […] Lire la suite

LA MOTHE LE VAYER FRANÇOIS DE (1588-1672)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 722 mots

La Mothe Le Vayer, ou « les variations d'un sceptique », les détours, les ruses et finalement la défaite d'un libertin, conclut l'historien du libertinage érudit : « Trop de subtilités en somme dans ses livres, trop de réserves, trop de démentis et de contradictions [...] sa philosophie libertine a été pour une large part frappée de stérilité, faute d'avoir pu, d'avoir osé être logique et claire » (R. […] Lire la suite

GRÉCOURT JEAN-BAPTISTE WILLART DE (1683-1743)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 98 mots

Chanoine de son état, Willart de Grécourt passa de la prédication au libertinage et se fit une spécialité des vers licencieux qu'on fait circuler sous le manteau. Son poème de Philotanus, satire pesante de la bulle Unigenitus, eut un succès prodigieux. Il a beaucoup rimé durant sa vie. La meilleure partie de son œuvre appartient à l'enfer poétique du xviiie siècle. […] Lire la suite

LES ÉGAREMENTS DU CŒUR ET DE L'ESPRIT, Claude-Prosper Jolyot de Crébillon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 073 mots

L'école du libertinage La Préface annonce « l'histoire de la vie privée, des travers et des retours d'un homme de condition », entrant dans un monde dont il ne connaît pas les règles et les codes, et tombant dans le libertinage à la mode. Corrompu, il va devenir corrupteur, avant d'ouvrir les yeux sur la vanité de telles séductions. Cette Préface propose donc un sommaire de l'intrigue : les parties I et II racontent les « premières amours » du jeune Meilcour, les suivantes ses « égarements » proprement dits. […] Lire la suite

NICOLAÏSME

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 117 mots

L'Apocalypse (ii, 6 et 15) fait allusion à la « doctrine des nicolaïtes », qui sévissent à Éphèse et à Pergame et prônent des pratiques idolâtriques et le libertinage des mœurs. On ne sait rien de ce mouvement, dont le nom est peut-être symbolique (cf. Apoc., ii, 14 et 20). Irénée et Clément d'Alexandrie citent sous ce nom une secte gnostique, inconnue par ailleurs, qu'ils rattachent sans aucune vraisemblance à Nicolas, « prosélyte d'Antioche », un des Sept choisis par les Apôtres pour les aider dans le service des pauvres (cf. […] Lire la suite

CHAPELLE CLAUDE LUILLIER dit (1626-1686)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 141 mots

Capable d'études sérieuses (il suit très tôt les leçons de Gassendi) et d'amitiés solides (avec Cyrano, d'Assoucy, Boileau, Racine et surtout Molière), apprécié par de très grands seigneurs (Condé, les Vendôme, Nevers, la duchesse de Bouillon), Claude Chapelle, joyeux compagnon, se signale dès sa première jeunesse par un libertinage tapageur et s'abandonne à une vie de débauche et de plaisirs faciles. […] Lire la suite

NAUDÉ GABRIEL (1600-1653)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 737 mots

Cet héritier de l'humanisme, ce précurseur de Bayle et de Fontenelle aura plus promis, ou laissé attendre, que donné : « Son œuvre, qui contient en puissance maintes négations redoutables, ne leur donne point de forme achevée : le libertinage l'inspire, sans y trouver une expression complète, et ce vigoureux effort se termine sur un demi-échec » (R. […] Lire la suite

FALBAIRE DE QUINCEY CHARLES GEORGES FENOUILLOT DE (1727-1800)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 200 mots

L'École des mœurs ou les Suites du libertinage (1776) échoua de même. Quant à son ultime tragédie, Les Jammabos ou les Moines japonais, dirigée contre les Jésuites, Falbaire ne réussit pas à la faire représenter par la Comédie-Française. Cet écrivain estimable, esprit éclairé, gagné aux idées nouvelles, a collaboré à l'Encyclopédie. […] Lire la suite

AMAND saint (584 env.-679)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 185 mots

En 629, il fut ordonné évêque sans siège fixe, pour évangéliser le nord de la Gaule, avec l'appui des rois francs, de Dagobert surtout, auquel néanmoins il reprocha son libertinage. Amand débuta par la région des bouches de l'Escaut, vers Gand et Anvers. Il n'obtint guère de succès. En 646, il dut accepter le siège épiscopal de Tongres, avec résidence à Maastricht. […] Lire la suite

DES BARREAUX JACQUES (1599-1673)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 277 mots

Son incroyance tapageuse (qui lui attire quelques mésaventures mais ne résiste ni à la maladie ni, semble-t-il, à l'approche de la mort), sa réputation de viveur et d'« illustre débauché », l'amitié qui l'a lié à Théophile de Viau (mais qu'il aurait volontiers reniée lorsqu'elle devint dangereuse) font de ce personnage, chez qui la force de caractère n'égale pas la vigueur de l'intelligence, une figure de proue du libertinage au xviie siècle. […] Lire la suite

POINT DE LENDEMAIN, Dominique Vivant Denon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 906 mots

On passe de l’excès au défaut, comme pour mettre le lecteur à distance, et lui rappeler que le vrai libertinage se moque du libertinage, qu’il tient plus de la tête et du corps, que des décors et des images. On serait presque tenté de conclure, parce que la fin du texte y incite, que tout ceci n’a été qu’un rêve d’où le héros sort « plus tendre, plus délicat ». […] Lire la suite

LE NEVEU DE RAMEAU, Denis Diderot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 965 mots
  •  • 1 média

J'abandonne mon esprit à tout son libertinage. » Tel est le décor de la rencontre du Philosophe lui-même (« Moi ») et d'un personnage haut en couleur (« Lui »), neveu du célèbre musicien Rameau, touche-à-tout, parasite et bohème, grand amateur de paradoxes. Ensemble, ils débattent du Beau et du Bien. Le neveu raconte sa vie pour justifier son cynisme, mais il continue à croire aux valeurs du Beau. […] Lire la suite

DOM JUAN (mise en scène B. Jaques)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 004 mots

Le deuxième acte représente le libertinage de mœurs face à la naïveté des paysannes, entre ciel et terre, sur une plage où les corps s'étreignent sous le regard de Sganarelle (Bruno Sermonne). Dieu n'a rien à y voir et dom Juan, comme on le sait depuis Tirso, est au monde pour séduire et punir les femmes : jamais elles n'oublieront cet épisode, et toujours elles regretteront leur enthousiasme. […] Lire la suite

CLASSIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Claude MIGNOT
  •  • 4 847 mots
  •  • 5 médias

Atticisme classique et libertinage baroque Au milieu du xviie siècle se noue en effet une querelle autour de l'imitation. Pour les uns, l'architecture ne doit s'inspirer que de quelques bons modèles, qu'on ne saurait dépasser ; pour d'autres, la variété de l'architecture antique est provocation à l'invention, et l'on ne saurait être de simples copistes. […] Lire la suite

CARPOCRATE & CARPOCRATIENS

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 411 mots

Il s'agissait dans leur esprit moins d'une incitation au libertinage que d'une véritable ascèse systématique visant à nier la puissance contraignante des lois. Cette exigence est telle que l'âme qui ne parvient pas à tout accomplir dans une seule vie devra se réincarner (doctrine de la transmigration des âmes). Les carpocratiens présentent, en outre, une certaine analogie avec les simoniens, à la fois par le culte rendu au fondateur de la secte — étendu, pour les carpocratiens, à son fils, Épiphane — et par la pratique de la magie. […] Lire la suite

DOM JUAN, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 130 mots
  •  • 1 média

Enfin en France, dès 1659 chez Dorimond (Le Festin de pierre, ou le Fils criminel) et Villiers (Le Festin de pierre, ou le Fils criminel, 1660), Don Juan était devenu le type du jeune homme libertin ne croyant ni en Dieu, ni au Diable, ni au pouvoir du Père. Molière connaît tout cela lorsqu'il écrit cette pièce. Sa comédie, dont on pense qu'elle fut vite écrite, reprendra donc tous ces éléments pour les mettre au service du libertinage philosophique. […] Lire la suite

CRÉBILLON PROSPER (1674-1762) & CLAUDE PROSPER (1707-1777)

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 880 mots

Les grands mots risquent de n'être que le masque du libertinage, l'amour existe pourtant, et c'est parfois à travers les artifices et les illusions du langage qu'il s'insinue. Les Égarements s'achèvent par le dépucelage du jeune homme, ou plutôt restent inachevés : saura-t-il dépasser le vertige de la séduction pour accéder à la vérité d'un amour durable ? Le texte laisse la question en suspens. […] Lire la suite

BUSSY-RABUTIN ROGER comte de (1618-1693)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 402 mots

Anticonformiste, il se plut au libertinage et, de ce fait, ne put retrouver de poste militaire. À Lérida, en Espagne, des amis et lui-même dansèrent avec un cadavre qu'ils avaient exhumé. En 1659, en plein carême, à Roissy, en compagnie de Vivonne, Guiche et Manicamp, il célébra une sorte de sabbat et fut exilé un an pour avoir chanté des chansons qui respiraient le scandale et l'impiété. […] Lire la suite

LOUYS PIERRE LOUIS dit PIERRE (1870-1925)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 404 mots

Louÿs écrivit encore Les Aventures du roi Pausole (1901), divertissement inspiré des conteurs galants du xviiie siècle, livre de libertinage pour le plaisir du texte. Jusque dans sa correspondance avec Valéry, Pierre Louÿs reste l'esthète païen qu'il était dans sa jeunesse, cultivant la beauté et l'amour. […] Lire la suite

CAVALIERS POÈTES

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT
  •  • 432 mots

C'est précisément à celui-ci que Thomas Carew (1598-1638) a consacré une admirable élégie dont l'émotion et la profondeur critique font contraste avec le libertinage de son poème A Rapture et la frivolité élégante de ses madrigaux. Sir John Suckling (1609-1642), grand joueur et beau galant, modèle du courtisan connaisseur en musique, en peinture et en poésie, n'est pas incapable de sérieux comme le révèle son savant traité An Account of Religion by Reason, mais se complaît dans des improvisations désinvoltes (Ballad upon a Wedding), dans un cynisme qui rappelle nos « libertins » : impliqué dans un complot, il passe en France et se suicide. […] Lire la suite

LES FOURBERIES DE SCAPIN (mise en scène J.-L. Benoit)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 351 mots

En 1671, Molière n'a donc pas rendu les armes, et jusqu'à sa mort, qui survient trois ans plus tard, il sera soupçonné de libertinage. Les Fourberies de Scapin, apparemment si conformes à la farce et au divertissement gratuit et gai, n'échappent pas à la règle, tant le théâtre de Molière est profondément critique, et toujours inquiétant pour ceux qui veulent qu'une seule vérité soit dite. […] Lire la suite

ÉPINAY LOUISE marquise D' (1726-1783)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 518 mots

Très vite abandonnée, elle cède volontiers à la mode du libertinage, se lie à Dupin de Francueil, rencontre Duclos, qui l'introduit dans la société des gens de lettres. Rousseau lui présente Melchior Grimm, dont elle deviendra la collaboratrice et la maîtresse attitrée. Dès lors commence la chronique indiscrète où sont observés les hôtes de son château de la Chevrette, d'Holbach, Diderot, Saint-Lambert. […] Lire la suite

KELLGREN JOHAN ENRIK (1751-1795)

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 622 mots

Il combat donc la lourdeur, le pathos, les effusions sentimentales, les obscurités, l'outrance ; bientôt, il s'en prendra, lui aussi, aux idées reçues en matière de religion et de morale, donnant volontiers le cas échéant dans un libertinage bien tempéré qui nous vaut quelques charmants poèmes épicuriens, voire érotiques. De plus, il prêche d'exemple : non seulement en versifiant les essais en prose que composait Gustave III pour doter la Suède d'un théâtre classique, mais en écrivant lui-même des essais poétiques dans le goût d'Horace et de Properce. […] Lire la suite

BANDEIRA MANUEL (1886-1968)

  • Écrit par 
  • Mario CARELLI
  •  • 630 mots

Mais sa vraie rupture avec le « lyrisme rangé » se consommera dans le recueil Libertinage (1930). Après cette cristallisation de sa manière, il multiplie ses sources d'inspiration et puise notamment dans le folklore noir (Étoile du matin, 1936). Bandeira atteint une philosophie pratique et sans prétentions, proche de la sagesse, dans sa Lyre de cinquante ans. […] Lire la suite

NERCIAT ANDRÉ ROBERT DE (1739-1800)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 626 mots

Dans la Correspondance de Grimm, on en trouve ce résumé peu flatteur : « Il est peu de catéchismes de libertinage et de corruption plus naïfs et plus effrontés que ce nouveau roman. On n'y trouve pas même l'apparence d'un sentiment moral. C'est l'histoire d'une jeune personne qui depuis l'âge de quatorze ans se livre sans scrupule à tous ses goûts, a longtemps, sans le savoir, le bonheur d'être la maîtresse entretenue de son père, de donner à son frère, sans le connaître, les premières leçons de plaisir, etc. […] Lire la suite

YUAN MEI (1715-1797)

  • Écrit par 
  • Yves HERVOUET
  •  • 633 mots

Il y a chez lui un féminisme qui est très en avance sur son temps et qui sera très critiqué, d'autant que Yuan Mei est loin d'être insensible au charme féminin : on appellera sa maison l'« Académie des sourcils peints » et on l'accusera de libertinage, ce qui semble injustifié. Il sera par contre l'éditeur de plusieurs collections de poèmes composés par des femmes. […] Lire la suite

JUAN MANUEL DON (1282-? 1349)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 637 mots

Il annonce le Décaméron de Boccace qu'il précède de quelques treize ans, mais dont il se distingue par une exigence morale refusant tout libertinage et par une conception assez austère, voire cynique, de la vie en société. Le Conde Lucanor connut une fortune exceptionnelle : on en retrouve l'écho aussi bien chez l'archiprêtre de Hita, chez Calderón ou chez Gracián que chez Cervantés, Shakespeare ou La Fontaine. […] Lire la suite

RONET MAURICE (1927-1983)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 625 mots

L'acteur tiendra deux autres rôles intéressants en 1969 – dans La Piscine de Jacques Deray où il retrouve Alain Delon, et surtout en 1970 dans Raphaël, ou le Débauché de Michel Deville, où il exprime à merveille le désespoir et le libertinage d'un séducteur mûrissant. Une nouvelle carrière semblait commencer pour lui dans Beau-Père (1980) et La Balance (1983), sa dernière apparition, étonnante composition de truand fatigué et d'une perversion raffinée. […] Lire la suite

RICHELIEU LOUIS FRANÇOIS ARMAND DE VIGNEROT duc de (1696-1788) maréchal de France

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 624 mots

Caractère altier et despotique, il déçoit maint Bordelais par son goût des plaisirs et par l'encouragement qu'il accorde au libertinage et au jeu ; cependant il reste tolérant à l'égard des juifs portugais établis dans la ville. À la cour, il anima la cabale qui fit disgracier Choiseul, mais le roi le jugeait trop « léger » pour entrer au Conseil. Louis XVI s'habitua à ce vieux courtisan, remarié à quatre-vingt-quatre ans et qui agitait ses souvenirs avec Maurepas. […] Lire la suite

BEINEIX JEAN-JACQUES (1946-2022)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 707 mots

Après le libertinage de la nouvelle vague, dans les années 1960, et la libération sexuelle de la décennie 1970, leurs films marquent un retour à l’amour fou. Né le 8 octobre 1946 à Paris, Jean-Jacques Beineix abandonne, après Mai-68, ses études de médecine pour tenter, sans succès, le concours de l’Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC). […] Lire la suite

LAURENT JACQUES (1919-2000)

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 754 mots

Voué au libertinage aussi érudit qu'érotique, Jacques Laurent excelle dans la création de figures de femme à la double ou triple vie. Ainsi, dans Les Dimanches de mademoiselle Beaunon (1982), le romancier réconcilie-t-il un lecteur assoiffé d'identification avec un genre romanesque qui, disait-on, avait éradiqué la notion même de personnage. D'un roman plus tardif, Le Miroir aux tiroirs (1990), on retiendra l'épisode d'une femme qui sacrifie sa vie érotique à l'écriture du journal de cette même vie, et qui affronte le grand dilemme entre vivre sa vie et la raconter. […] Lire la suite

CORINTHIENS Ire ÉPÎTRE AUX

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 821 mots

La communauté chrétienne, issue surtout des milieux modestes majoritaires, côtoyant par le fait même une minorité opulente, était le reflet de la ville elle-même : on y était enclin au libertinage ; les luttes intestines n'y étaient pas rares ; l'on était séduit par les sagesses grecques (Corinthe était un centre intellectuel important) et attiré par les religions à mystères. […] Lire la suite

APOSTILLE (G. Genette) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 842 mots

 » Les civils lecteurs attendent donc la suite en se demandant s'ils doivent se résigner à la tétralogie ou si la forme du dictionnaire n'est peut-être pas devenue trop « intellectuelle » pour un auteur qui abandonne désormais son esprit à tout son libertinage. […] Lire la suite

MUHAMMAD ELIJAH (1897-1975)

  • Écrit par 
  • Alain CLÉMENT
  •  • 903 mots

Un véritable Black Muslim observe des règles de comportement qui le mettent hors du commun et en font l'antithèse du Noir dégradé par les séquelles de la servitude : il ne boit pas d'alcool, ne fume pas, ne se drogue pas, ne mange pas de porc, jeûne fréquemment, s'abstient même des plaisirs de la musique et de la danse, pour ne rien dire du libertinage ; ce puritain est aussi assidu au travail qu'aux prières. […] Lire la suite

LES DIABOLIQUES, Jules Barbey d'Aurevilly - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Patrick AVRANE
  •  • 948 mots
  •  • 1 média

La clinique de l'inconscient Accusé de libertinage, de crime contre la morale comme le marquis de Sade, le catholique Barbey d'Aurevilly proteste. Sa volonté, affirme-t-il, est didactique : « Or, l'auteur de ceci, qui croit au Diable et à ses influences dans le monde, n'en rit pas, et il ne les raconte aux âmes pures que pour les en épouvanter » (Préface de 1874). […] Lire la suite

FABLES (J. de La Fontaine) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 966 mots
  •  • 2 médias

C'est ainsi que cette manière de dire et de faire, plaisante et critique, finit par guider le lecteur vers un doute radical, largement teinté de libertinage érudit. Très tôt intégrées comme référence scolaire (certaines étaient d'ailleurs destinées à l'édification du Grand Dauphin ou du duc de Bourgogne), les Fables ont bercé les jeunes années de la plupart des écoliers français et étrangers (les traductions en sont nombreuses, dès le xviie siècle). […] Lire la suite

TRAITÉ DU DÉLIRE, APPLIQUÉ À LA MÉDECINE, À LA MORALE ET À LA LÉGISLATION

  • Écrit par 
  • Arianna SFORZINI
  •  • 972 mots

Libertinage, adultère, débauche, cupidité, voilà ce qui conduit au délire et au crime. L’aliéniste se voit alors attribuer une tâche tout à la fois médicale, morale et sociale : déterminer l’étiologie de la folie et des délires ; soigner les altérations physiques et morales des aliénés ; contribuer à la préservation et au perfectionnement de la santé morale de la société tout entière. […] Lire la suite

SOLDATI MARIO (1906-1999)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 921 mots
  •  • 1 média

Ses voyages, en Italie et ailleurs, lui fournissent la matière de romans et de récits savoureux, souvent empreints d'une élégance, d'un sens du libertinage et d'une sensualité dignes du xviiie siècle (I Disperati del benessere, La Sposa americana, 1977 ; Addio diletta Amelia, 1979 ; El Paseo de Gracia, 1987 ; Regione regina, 1987). La télévision, où à la fin des années 1950, il anime une émission littéraire avec Cesare Zavattini, le fait connaître comme amateur de bonne chère et de bon vin, ce que consacre un ouvrage qui fait autorité en la matière : Vino a vino, viaggio alla ricerca dei vini genuini (1969). […] Lire la suite

MAXIMES, François de La Rochefoucauld - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 028 mots
  •  • 1 média

Dès le xviie siècle, les lecteurs s'inquiéteront que cette suite de formules si classiques puisse mener au libertinage philosophique, en constatant que la misère de l'homme est réellement sans Dieu. Et ils auront en partie raison. Il reste que la Rochefoucauld semble viser non point l'écriture d'une métaphysique ou d'une philosophie, mais celle d'une morale, via la littérature, c'est-à-dire via la complexité et le paradoxe : « Les hommes et les affaires ont leur point de perspective. […] Lire la suite

MELLAN CLAUDE (1598-1688)

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 1 048 mots

Le milieu dans lequel il plongeait était animé, coloré, stimulant, qu'il s'agît des intellectuels au libertinage plus ou moins érudit ou des artistes peintres et graveurs venus de tous les horizons. Il ne réussit pas à travailler avec Villamena, mort dès juin 1624, mais il est évident qu'il étudia ses œuvres, de même que celles de Cornelis Cort et de Gillis Sadeler surtout, les meilleurs burinistes, avec Goltzius, de la charnière des xvie et xviie siècles. […] Lire la suite

POURQUOI ÉCRIRE ? (P. Roth) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Liliane KERJAN
  •  • 1 105 mots

On y reconnaît le penchant de Philip Roth pour l’amalgame de commentaires de ses œuvres, de faits et conflits de sa vie personnelle, de spéculations sur une Amérique imaginaire, tous ces éléments se voyant entraînés dans une relation mouvante et un libertinage ludique. Tant et si bien que l’inventaire choisi des amitiés et des réactions d’ordre littéraire ou religieux qui ont jalonné sa longue carrière fait ici office d’archives et façonne une démarche originale, émouvante, dans une mise à nu quasi sacrificielle. […] Lire la suite

LES LETTRES PERSANES (Montesquieu) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 019 mots
  •  • 1 média

Usbek et Rica se relaient ensuite pour parler de l'alcool et du café, de la situation des femmes et de la hiérarchie sociale, du jeu et du libertinage, des Quinze-Vingts et des Invalides, du suicide et du duel. La lettre 92, signée d'Usbek, apprend la mort de Louis XIV. Durant la Régence, la satire des mœurs françaises se fait plus âpre, plus inquiète : l'instabilité de la mode qui ne cesse de changer gagne de proche en proche l'économie et les valeurs sociales. […] Lire la suite

MANON LESCAUT, Abbé Prévost - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Erik LEBORGNE
  •  • 1 169 mots

Cette fatalité revendiquée, qui se nourrit de discours idéologiques absolument contradictoires (code de l'honneur, libertinage d'esprit ou encore arguments de picaro où la tricherie est érigée en morale universelle), est censée dédouaner le « jeune aveugle », rompu à l'art d'apitoyer ses interlocuteurs. Une des grandes innovations du roman est la présence contiguë des discours passionnés de des Grieux et des détails les plus prosaïques (l'argent, les objets du quotidien, les vêtements), voire ignobles (l'avidité des archers, l'enfermement à l'hôpital, prison des prostituées et des mendiants). […] Lire la suite

LES FOURBERIES DE SCAPIN, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 202 mots

Ainsi, Scapin « meurt » comme Cyrano de Bergerac, son grand frère en libertinage. Mais auparavant, il lui faut ridiculiser Géronte, une fois encore, par un chantage à la charité chrétienne. Si Argante pardonne tout de suite les manigances du valet, Géronte, lui, n'accepte qu'à la condition qu'on fasse le silence sur ses propres fautes : « Mais je te pardonne à la charge que tu mourras. […] Lire la suite

CONTES DE FÉES, Madame d'Aulnoy - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 222 mots

C'est là que le conte révèle le libertinage philosophique et sexuel, qu'il brouille les identités et déstabilise le monde. Lorsque, dans « Belle Belle » ou « le Chevalier Fortuné », une jeune fille déguisée en homme séduit un prince en même temps que la sœur de celui-ci, on se prend à penser que les hommes et les femmes ne naissent pas masculins ou féminins, mais qu'ils deviennent hommes et femmes. […] Lire la suite

SADE DONATIEN ALPHONSE FRANÇOIS DE (1740-1814)

  • Écrit par 
  • Béatrice DIDIER
  •  • 2 705 mots

Deux « affaires » vont peser lourd dans sa vie, deux épisodes de son libertinage qui seront mis en épingle par ses adversaires pour justifier son emprisonnement presque continu : celle de Jeanne Testard (1763) et celle d'Arcueil (1768). Après Vincennes, Sade connut ensuite les prisons de Saumur, de Pierre-Encise, près de Lyon, et de la Conciergerie. […] Lire la suite

JOUISSANCE

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 412 mots

Sous l'obscurantisme moral du xviie siècle couve un courant épicurien où le libertinage s'allie à l'esprit de scepticisme. La mort d'un roi ombrageux et dévot et le défoulement de la Régence le verront s'épanouir au xviiie siècle. Le mot « plaisir » l'emporte cependant en fréquence sur le mot jouissance. Il est de connotation plus légère et plus éphémère. […] Lire la suite