« Aubier »

CORBIN ALAIN (1936- )

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 123 mots

Sa thèse, Archaïsme et modernité du Limousin au XIXe siècle (Aubier, 1975), relève de l'histoire économique et sociale, classique depuis les travaux de Fernand Braudel. Mais très vite ses recherches vont s'orienter vers une anthropologie historique, ouvrant à chaque fois une perspective négligée. L’imaginaire social L'étude des Limousins le conduit à celle de la prostitution (Les Filles de noces, Aubier, 1978). […] Lire la suite

ROYCE JOSIAH (1855-1916)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 590 mots

 Morot-Sir, Philosophie du loyalisme, Aubier, Paris, 1946), Lectures on Modern Idealism (1919). En France, Gabriel Marcel s'est particulièrement intéressé à ce penseur (La Métaphysique de Royce, Aubier, 1945) et Jean Wahl a étudié à plusieurs reprises le néo-hégélianisme anglais auquel il se rattache, par exemple en 1920 déjà, avec une de ses thèses de doctorat, Les Philosophies pluralistes d'Angleterre et d'Amérique. […] Lire la suite

BEWICK THOMAS (1753-1828)

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 660 mots

Il a mis en valeur et fait reconnaître la validité de la technique du bois de bout : la plaque faite d'aubier de buis est coupée perpendiculairement au sens des fibres, et non parallèlement, comme dans le bois de fil. L'utilisation d'un bois dur et la coupe de la plaque autorisent l'emploi de l'outil de la gravure noble, le burin, jusque-là réservé à la gravure sur métal. […] Lire la suite

TILLEUL

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 322 mots

Le jeune bois (dit aubier de tilleul), déjà utilisé au xviiie siècle, est un diurétique uricosurique puissant, utile dans les rhumatismes, la goutte, l'urémie, l'albuminurie. Les feuilles, très riches en mucilage, s'emploient (décoction à 5 p. 100) sur les brûlures, les hémorroïdes et les inflammations diverses ; pour ce qui est de l'usage interne, une décoction à 1 p. […] Lire la suite

CERVANTÈS, 450 ANS APRÈS

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 456 mots

 Molho, qui y voit « des images paradigmatiques du destin moral de l'homme », analyse et traduit Le Mariage trompeur et Le Colloque des chiens (Aubier, 1992). Au terme du savant commentaire qui précède sa version de La Petite Gitane (Aubier, 1994), M. Lafon laisse pressentir « tout ce que Cervantès a dû mettre de ses angoisses identitaires et statutaires dans la quête de la petite gitane, dans sa différence et dans son errance… ». […] Lire la suite

BOIS

  • Écrit par 
  • Marie Elisabeth BORREDON, 
  • Édouard BOUREAU, 
  • Xavier DÉGLISE, 
  • Carlos VACA-GARCIA
  •  • 9 105 mots
  •  • 11 médias

Dans une tige âgée, il faut distinguer l'aubier, bois physiologiquement actif, perméable aux substances, moins dense, moins résistant, de couleur pâle et le duramen (bois parfait, bois de cœur) qui est un tissu mort, plus foncé, placé au centre du plan ligneux transversal. Le vieillissement d'un tronc se traduit par la transformation progressive de l'aubier en bois de cœur (duraminisation) : l'amidon disparaît et des substances variées (gommes, tannins) se déposent dans les parois cellulaires. […] Lire la suite

HARTUNG HANS (1904-1989)

  • Écrit par 
  • Jean-Clarence LAMBERT
  •  • 704 mots

Mais quelle que soit la technique utilisée, la vitesse reste primordiale : Hartung, qui en a conquis les « pouvoirs », la ressent comme « nécessité spirituelle » [Dominique Aubier]. En 1961, il recourt à des grattages dans la peinture encore fraîche : ainsi la lumière traverse la matière. Puis viennent des toiles de très grandes dimensions, sans, ou presque sans, graphisme, avec des nébuleuses sombres. […] Lire la suite

DANS LA CHALEUR VACANTE, André du Bouchet - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 811 mots

L'expérience du vide En 1961, succédant à de brèves plaquettes éditées en peu d'exemplaires depuis 1951 (par les soins de Jean Aubier, Guy Lévis Mano, Pierre-André Benoit, Jean-Hugues ou Adrien Maeght), reprenant certains de ces premiers poèmes, le recueil laissait entrevoir également une figure nouvelle du poète, comme étrangère aussi, tel ce marcheur giacomettien dont la silhouette fragile allait orner six ans plus tard la revue L'Éphémère, dont André du Bouchet fut l'un des animateurs. […] Lire la suite

FLAMMARION HENRI (1910-1985)

  • Écrit par 
  • Louis AUDIBERT
  •  • 893 mots

Dans les années 1970, au cours desquelles Henri Flammarion associe progressivement son fils aîné Charles-Henri à sa gestion, l'activité de la maison qu'il dirige s'élargit avec l'acquisition d'Aubier puis d'Arthaud, et de plusieurs grandes librairies. Plus que jamais, la production est diversifiée : elle va du livre de cuisine à l'essai universitaire et passe dès 1968 par les célèbres Classiques de l'art, en co-édition avec Rizzoli. […] Lire la suite

LE ROUX MAURICE (1923-1992)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 982 mots

du Coudrier, Paris, 1947), La Musique (Encyclopédies Retz, Paris, 1979), Boris Godounov (Aubier-Montaigne, Paris, 1980). La perte progressive de l'acuité visuelle ralentit considérablement ses activités, et il meurt en Avignon, le 19 octobre 1992. Maurice Le Roux est l'exemple même du surdoué qui n'a jamais voulu choisir entre les différentes voies qui s'ouvraient devant lui. […] Lire la suite

LE SANG ET LE CIEL. LES SAINTES MYSTIQUES DANS LE MONDE CHRÉTIEN (J.-P. Albert) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques MAÎTRE
  •  • 1 105 mots

Dans son livre Le Sang et le ciel, paru chez Aubier en 1997, Jean-Pierre Albert prend un parti différent : l'auteur analyse l'ensemble des récits hagiographiques en tant que corpus global, indépendamment de la fiabilité des témoignages, pour trouver des constantes dans la représentation ecclésiastique ou populaire de la sainteté féminine (mystique ou non). […] Lire la suite

HOMME AUX LOUPS L'

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 1 106 mots

Maria Torok et Nicolas Abraham (Cryptonymie : le verbier de l'Homme aux loups, Aubier-Flammarion, 1976) explorent l'importance du sens des mots dans les langues parlées par le patient de Freud. Serge Viderman, dans La Construction de l'espace analytique (Denoël, 1970), pose, à l'intérieur d'une problématique opposant la réalité psychique à la réalité matérielle, que la scène primitive à laquelle se réfère Freud « n'a jamais existé, ni en tant que scène réelle ni même en tant que fantasme ». […] Lire la suite

GARDINER MURIEL (1901-1985)

  • Écrit par 
  • Pamela TYTELL
  •  • 1 176 mots

Jean-Michel Denis, Aubier, Paris, 1981) – ouvrage préfacé par Anna Freud –, Muriel Gardiner raconte les péripéties de cette période jusqu'à l'embarquement du couple pour les États-Unis. Elle y décrit aussi les milieux psychanalytiques de Vienne pendant les années 1930, sa rencontre avec Freud, son amitié avec l'Homme aux loups et la manière dont étaient conduites les cures analytiques à cette époque. […] Lire la suite

LUBAC HENRI DE (1896-1991)

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ
  •  • 1 145 mots

Mais il y a, par ailleurs, la fondation de la série Sources chrétiennes, le lancement, chez Aubier en 1944, de la collection Théologie, la direction de la revue Recherches de science religieuse, l'édition soigneuse d'ouvrages et de grandes correspondances, etc. Le titre que Henri de Lubac donne en 1938 à son premier (et peut-être son plus célèbre) livre, Catholicisme, est déjà tout un programme. […] Lire la suite

VAJDA GEORGES (1908-1981)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON, 
  • Charles TOUATI
  •  • 1 298 mots

Brill, Leyde), Pardès, études et textes de mystique juive (Aubier-Montaigne, où parurent Les Origines de la Kabbale de G. G. Scholein, en 1966). De plus, et surtout, il sut former des disciples « d'un autre type », déceler et encourager des vocations très différentes de la sienne, non seulement quant aux convictions professées, aux époques étudiées et aux catégories utilisées, mais encore quant aux disciplines pratiquées. […] Lire la suite

SANTALALES

  • Écrit par 
  • André LAWALRÉE
  •  • 1 393 mots
  •  • 1 média

alba qui vit, dans le midi de la France, en parasite sur les racines de plus de cinquante espèces de plantes, même de fougères et de prêles ; Santalum, rassemblant vingt espèces d'Indomalaisie et d'Australie, dont les bois donne, par distillation, des essences odorantes : l'aubier de S. album est le santal blanc, son duramen le santal citrin, bois incorruptible. […] Lire la suite

URS VON BALTHASAR HANS (1905-1988)

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ
  •  • 1 382 mots

, Aubier, 1975-1982), telle qu'elle s'est révélée dans l'histoire – et elle peut effectivement s'accomplir comme telle si elle prend pour référence l'analogie du « beau », dans la perception que l'homme en a. L'expérience esthétique représente, en effet, la meilleure approximation de cette autorévélation de Dieu que rien ne peut autoriser l'homme à postuler, qui n'a finalement d'autre raison qu'elle-même et qui rayonne donc de sa propre splendeur. […] Lire la suite

ARBRE

  • Écrit par 
  • Gérard CUSSET
  •  • 4 236 mots
  •  • 4 médias

Les couches les plus internes du bois s'enrichissent en matières colorantes, en tannins et en éléments minéraux, perdent leur eau et leur amidon, deviennent plus denses ; c'est ce que l'on appelle le cœur, par opposition à l'aubier, bois plus superficiel. Remarquons que cette transformation est peu visible chez quelques arbres tempérés (bouleau, érable) et la plupart des arbres tropicaux. […] Lire la suite

HYDROCARBURES

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 4 523 mots
  •  • 4 médias

Les terpènes ont divers rôles, tels que l'attraction olfactive d'insectes pollinisateurs ou au contraire insecticide, ou encore la polymérisation en des oléorésines : lorsqu'un insecte comme un coléoptère s'attaque à l'écorce ou à l'aubier d'un arbre, ce dernier sécrète une résine qui englue, paralyse et asphyxie l'attaquant. L'ambre est fait de telles résines fossilisées. […] Lire la suite

MATÉRIAUX

  • Écrit par 
  • François DAGOGNET
  •  • 6 626 mots
  •  • 1 média

Les arts plastiques : architecture, sculpture, Aubier, p. 252). On lui préfère l'ivoire, le bronze, le marbre. Pourquoi l'ivoire ? Parce que lisse, sans grain, précieux. Le matériau ne vaut qu'en raison de sa capacité à s'éclipser. Le bronze – selon Hegel – l'emporte vite parce que les Grecs maîtrisèrent la fusion (un mélange d'or, d'argent, de cuivre) et « étaient parvenus à obtenir des coulées aussi minces que solides » (ibid. […] Lire la suite

LUTH

  • Écrit par 
  • Joël DUGOT
  •  • 7 032 mots
  •  • 1 média

Le nombre de côtes peut varier considérablement, environ onze, mais les Italiens ont apprécié les caisses « multicôtes » (de 31 à 51 et plus) où un effet de trompe-l'œil très surprenant était obtenu en débitant chaque côte d'if à cheval sur le cœur et l'aubier, aux couleurs très opposées. Pour assembler la caisse, les luthiers avaient recours à l'usage d'un moule en bois massif, sculpté à la forme de la future caisse. […] Lire la suite

SCULPTURE Matériaux et techniques

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 7 447 mots
  •  • 4 médias

Mais le sculpteur sur bois est soumis à certaines servitudes propres au matériau qu'il travaille : nécessité de respecter le sens du fil du bois et d'éliminer de la pièce choisie aussi bien l'aubier, trop fragile, que le cœur qui éclate en vieillissant, pour ne conserver que le duramen ; aussi la majeure partie des bois anciens sont-ils constitués de planches assez minces, s'il s'agit de reliefs, ou de blocs soigneusement évidés, s'il s'agit de rondes-bosses. […] Lire la suite

ÉVANGILES

  • Écrit par 
  • Xavier LÉON-DUFOUR
  •  • 8 177 mots
  •  • 2 médias

Aubier, Paris, 1971), les mots appartiennent à un système de relations, à un langage qui, à telle époque, constitue un tout ; on appelle cet aspect la « synchronie » (ensemble des faits linguistiques considérés comme faisant un système à un moment déterminé de l'évolution d'une langue). L'exégète est ainsi amené à lire le texte tel qu'il est en lui-même, cherchant à en découvrir la structure, de surface ou en profondeur (ce qui peut conduire au « structuralisme » en ses diverses manifestations). […] Lire la suite

MÉTROLOGIE HISTORIQUE

  • Écrit par 
  • Jean Claude HOCQUET
  •  • 11 003 mots
  •  • 4 médias

Ces futailles reliées par des cercles moins nombreux et d'un bois moins fort (saule ou aubier au lieu de châtaignier), moins durables, supportaient plus mal les voyages maritimes au long cours que les tonneaux de meilleure facture réservés au vin de Bordeaux. Les barriques de l'Aquitaine intérieure contenaient seulement de 204 litres (Gaillac) à 220 litres (Bergerac et Cahors). […] Lire la suite

 
 

Recevez les offres exclusives Universalis