« ÉCHANGES GAZEUX, physiologie »

ÉCHANGES GAZEUX CHEZ LES PLANTES

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 252 mots

Nicolas Théodore de Saussure (1767-1845), dans ses Recherches chimiques sur la végétation , démontre définitivement, en 1804, la nutrition dite autotrophique des végétaux, à partir des nutriments minéraux. Débarrassé de la théorie du phlogistique et doté d'un vocabulaire chimique nouveau, grâce aux travaux de Lavoisier sur la combustion, Saussure établit les aspects essentiels de la nutrition des […] Lire la suite

Les médias de la recherche « ÉCHANGES GAZEUX, physiologie » :

Appareil respiratoire
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Différent types de vaisseaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Échanges d'eau entre plasma et liquides interstitiels
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Régulation des échanges respiratoires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les médias de « ÉCHANGES GAZEUX, physiologie »

ÉCHANGES GAZEUX CHEZ LES PLANTES (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 496 mots

1652 J. B. van Helmont, observant que la masse d'une plante augmente sans que celle du sol qui la porte diminue, met en question la théorie selon laquelle la matière végétale provient de l'incorporation de « l'humus » du sol (l'eau d'arrosage pourrait participer à 1'augmentation du poids des plantes). 1727 S. Hales établit que les plantes, comme les animaux, sont le siège d'échanges gazeux ; « l […] Lire la suite

HÉMOGLOBINE

  • Écrit par 
  • Max Ferdinand PERUTZ
  •  • 3 883 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre "Effets coopératifs dans la fixation d'oxygène" : …  On désigne sous ce nom l'interaction hème-hème et aussi d'autres mécanismes modifiant réversiblement l' affinité de l'hémoglobine pour l'oxygène. Cette affinité, et le coefficient de Hill qui l'exprime, dépendent de la concentration de divers facteurs dans le globule rouge : protons (atomes d'hydrogène dépourvus d'électrons dont la concentration peut être évaluée par le pH), dioxyde de carbone (C […] Lire la suite

HISTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élodie BOUCHERON, 
  • Dominique CHRIQUI, 
  • Anne GUIVARC'H, 
  • Jacques POIRIER
  •  • 5 331 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre "La barrière air-sang" : …  Dans les poumons, l'air est au contact des mailles d'une sorte de dentelle tissulaire. Il pénètre dans des cavités, alvéoles pulmonaires revêtues par un épithélium simple reposant sur sa membrane basale (fig. 1) et comportant chez l'homme deux types de cellules, les pneumocytes I et II. Les pneumocytes de type I sont les moins nombreux, mais assurent le revêtement de 95 p. 100 de la surface épit […] Lire la suite

KROGH SCHACK AUGUST STEENBERG (1874-1949)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 460 mots

Savant danois, né en 1874 à Greena, mort en 1949 à Copenhague. Étudiant la zoologie à l'université de Copenhague (1893-1897), Krogh est très vite remarqué par le professeur Christian Bohr dont il devient l'assistant. D'abord professeur associé en zoophysiologie (1908), un poste spécialement créé pour lui, il devient par la suite titulaire de cette nouvelle chaire (1916) et la conservera jusqu'à sa […] Lire la suite

PHOTORESPIRATION

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 910 mots

L'influence de la lumière sur la respiration des plantes vertes a longtemps été tenue pour négligeable. Depuis 1955 cependant, un grand nombre de travaux ont montré que, pour la plupart des plantes vertes, le dégagement de gaz carbonique était deux ou trois fois plus intense à la lumière qu'à l'obscurité. On réserve le nom de photorespiration sensu stricto à l'ensemble des processus métabolique […] Lire la suite

PHOTOSYNTHÈSE

  • Écrit par 
  • Jean LAVOREL, 
  • Paul MAZLIAK, 
  • Alexis MOYSE
  •  • 10 290 mots
  •  • 14 médias

Le terme « photosynthèse » signifie littéralement : synthèse réalisée à l'aide de l'énergie lumineuse. Bien que, en ce sens, différentes réactions synthétiques puissent avoir lieu indépendamment des êtres vivants, il est d'usage de ne désigner par ce mot que la capacité des végétaux chlorophylliens à assimiler le dioxyde de carbone ou gaz carbonique, à la lumière, avec formation de substances org […] Lire la suite

POISSONS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 10 071 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre "Le sang et la respiration" : …  Comme chez tous les Vertébrés, le sang des Poissons contient un pigment rouge, l' hémoglobine, fixé sur des cellules spéciales, les hématies ou érythrocytes. Les propriétés de l'hémoglobine vis-à-vis de l' oxygène se traduisent par une « courbe de dissociation » dont les caractéristiques principales sont le « pouvoir oxyphorique », c'est-à-dire la quantité maximale d'oxygène qui peut être fixée, […] Lire la suite

RESPIRATOIRE (APPAREIL) Anatomie

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • René PIÉRON, 
  • Albert POLICARD
  •  • 4 572 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre "Les alvéoles pulmonaires" : …  Dans le parenchyme pulmonaire, les voies bronchiques débouchent dans des dilatations remplies d'air qui sont les alvéoles, dont la forme est polyédrique et assez irrégulière ; leur taille, très variable, est de 0,1 à 0,3 mm. Leur nombre est approximativement de 300 millions chez l'adulte, avec une surface intérieure totale d'une cinquantaine de mètres carrés. Autour des alvéoles se trouve un rés […] Lire la suite

RESPIRATOIRE (APPAREIL) Physiologie

  • Écrit par 
  • Roland LEFRANÇOIS, 
  • Universalis 
  •  • 7 258 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre "Échanges gazeux entre le sang et les tissus" : …  Il a été établi que c'est au niveau des mitochondries qu'ont lieu les oxydations cellulaires. Au voisinage des cellules, la pression partielle de l'oxygène n'est que de quelques mm Hg. Bien que très faible, cette pression est suffisante pour alimenter les réactions biochimiques. De ce fait, par un simple mécanisme de diffusion lié à la différence de pression partielle, l'oxygène traverse la membr […] Lire la suite

SOUS-MARINE PLONGÉE

  • Écrit par 
  • Henri DELAUZE, 
  • Claude RIFFAUD
  •  • 6 403 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre "L'intervention humaine à grande profondeur" : …  Les limites de la plongée à l'air sont aujourd'hui bien connues. L'obligation de respecter en fin d'immersion des paliers de décompression, d'une part, les effets de la narcose et de l'essoufflement, d'autre part, sont les facteurs qui limitent progressivement, mais inexorablement, la capacité de travail du scaphandrier respirant de l'air comprimé au-delà de 50 mètres de profondeur. Dans l'air re […] Lire la suite

TISSUS VÉGÉTAUX

  • Écrit par 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 3 831 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre "Structure et fonctions des tissus primaires" : …  Les parenchymes sont constitués de cellules relativement banales et peu structurées, aux caractères polyvalents. Elles sont en général très vacuolisées, à parois minces et séparées par de grands méats aérifères : on parle alors de parenchymes lacuneux. La spécialisation fonctionnelle porte principalement sur les plastes , ce qui permet à ce tissu parfois qualifié de conjonctif ou « tissu de rempl […] Lire la suite

VIE ANIMALE DANS L'AIR ET DANS L'EAU

  • Écrit par 
  • Pierre DEJOURS
  •  • 3 760 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre "Cas de l'oxygène" : …  Quelle est l'influence de cette différence de capacitance de l'oxygène, dans l'eau et dans l'air, sur les animaux aquatiques et aériens ? Selon qu'une quantité d'oxygène donnée est prélevée dans l'eau ou bien dans l'air, les variations de pressions partielles dans ces deux milieux sont très différentes. Ainsi, quand un animal aquatique, quel que soit le groupe zoologique auquel il appartient, ab […] Lire la suite

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et recevez en cadeau un ebook au choix !