« ACOUSTIQUE PHYSIOLOGIQUE »

AUDITION Acoustique physiologique

  • Écrit par 
  • Pierre BONFILS, 
  • Yves GALIFRET, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 14 809 mots
  •  • 16 médias

Nous disons que nous entendons un son lorsque des vibrations de l'air ambiant, atteignant notre tympan, le mettent en mouvement dans des conditions d'amplitude et de fréquence telles que cette stimulation mécanique, qui est transmise par l'oreille moyenne à l'oreille interne, y provoque un phénomène bio-électrique. Commence alors le traitement de l'informa […] Lire la suite

Les médias de la recherche « ACOUSTIQUE PHYSIOLOGIQUE » :

Audiométrie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Audition : fatigue auditive
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Électrocochléogramme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Impédancemétrie et ondes de potentiels évoqués
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les médias de « ACOUSTIQUE PHYSIOLOGIQUE »

IMPLANT COCHLÉAIRE

  • Écrit par 
  • Michel MONDAIN, 
  • Alain UZIEL
  •  • 711 mots

Les progrès récents de la neurophysiologie et de l'électronique ont permis d'élaborer des appareillages capables de court−circuiter des éléments sensoriels défaillants. C'est ainsi que les surdités sensorielles bilatérales et profondes peuvent être corrigées par un implant cochléaire qui restitue une perception auditive utile. Il s'agit de suppléer ici à la défaillance fonctionnelle de la cochlée […] Lire la suite

OREILLE HUMAINE

  • Écrit par 
  • Marcel AUBRY, 
  • Bernard MEYER, 
  • Michel NEVEU
  •  • 5 974 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre "La surdité" : …  On appellera surdité toute baisse unilatérale ou bilatérale de l'ouïe, quels que soient son degré et sa localisation. La mesure de la fonction acoustique se fait par l' audiométrie. […] Lire la suite

OTOÉMISSIONS ACOUSTIQUES

  • Écrit par 
  • Paul AVAN, 
  • Pierre BONFILS
  •  • 1 986 mots

Les otoémissions acoustiques sont des sons de faible intensité engendrés par l' oreille interne, puis transmis par la chaîne des osselets (étrier, enclume, marteau) au tympan et émis dans le conduit auditif externe, où ils peuvent être enregistrés par un microphone miniaturisé. Découvertes en 1978 par le Britannique D. T. Kemp, les otoémissions ont permis de mieux comprendre le fonctionnement du s […] Lire la suite

PHONÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Denis AUTESSERRE
  •  • 3 566 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre "Genèse des sons" : …  La classification du matériel sonore et la terminologie phonétique la plus courante (celle de l'alphabet phonétique international) sont fondées en grande partie sur des données anatomiques et physiologiques : les organes de la parole et les conditions dans lesquelles ils produisent les sons du langage . Ces conditions de production, observées d'abord empiriquement, ont été mieux connues, depuis l […] Lire la suite

PROTHÈSES

  • Écrit par 
  • Pierre RABISCHONG
  •  • 4 306 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre "Classification" : …  De nombreuses classifications des organes artificiels ont été proposées, tenant compte de la fonction à remplacer, du mode de fonctionnement ou de la localisation à l'extérieur ou à l'intérieur du corps. On peut également reprendre le regroupement correspondant aux quatre sous-programmes de la machine humaine pour établir ce catalogue. Les prothèses de communication concernent les systèmes d'acq […] Lire la suite

SONS Audiométrie

  • Écrit par 
  • André DIDIER
  •  • 3 371 mots
  •  • 5 médias

Il est facile de constater que la sensation sonore dépend des caractéristiques physiques des sons et des bruits. Un son trop faible n'est pas perçu. Un son trop fort provoque une gêne, voire une douleur. Il existe donc des limites d'intensité du stimulus physique hors desquelles l'écoute est impossible. Il en est de même quant à la hauteur ou fréquence des sons. Un son trop grave ne provoque pas […] Lire la suite

SONS Bruit

  • Écrit par 
  • Pierre BUGARD, 
  • Claude CARLES, 
  • Gérard MANGIANTE, 
  • Universalis 
  •  • 8 935 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre "Les effets du bruit : physiopathologie et clinique" : …  L' effet de masque produit par des sons de basse fréquence suffisamment intenses sur les sons de fréquence plus élevée s'accompagne d'une gêne dans la localisation des bruits. Ainsi le bruit industriel, qui est en général riche en sons de basse fréquence, tend à masquer l'intelligibilité de la parole et à perturber l'orientation stéréophonique du travailleur, l'exposant ainsi au danger. La fatigu […] Lire la suite

VOIX, physiologie

  • Écrit par 
  • Jean ABITBOL, 
  • Bernard VALLANCIEN
  •  • 4 694 mots

Dans le chapitre "La parole et la voix" : …  Le vibrateur laryngé de par sa nature et son fonctionnement n'engendre pas des ondes sinusoïdales, mais se comporte comme un générateur de signaux rectangulaires. Si l'ouverture glottique s'établit progressivement, la fermeture est toujours un accolement brutal des muqueuses des lèvres vocales. On obtient ainsi des impulsions successives, dont la fréquence détermine le son fondamental. Ce son de […] Lire la suite