« MUSSET ALFRED DE (1810-1857) »

MUSSET ALFRED DE (1810-1857)

  • Écrit par 
  • Jean THOMAS
  •  • 2 440 mots
  •  • 2 médias

Dans les manuels, Musset longtemps figuré parmi les quatre grands romantiques français, après Hugo, avec Lamartine et Vigny. Les collégiens savaient par cœur La Nuit de mai et La Nuit de décembre, et plus d'un en reçut la révélation pathétique de l'amour, de la souffrance et de la poésie.Depuis lors, sa cote a bais […] Lire la suite

Les médias de la recherche « MUSSET ALFRED DE (1810-1857) » :

Alfred de Musset
Crédits : DeAgostini/ Getty Images

photographie

George Sand
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Alfred de Musset
Crédits : DeAgostini/ Getty Images

photographie

LA CONFESSION D'UN ENFANT DU SIÈCLE, Alfred de Musset - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 918 mots
  •  • 1 média

C'est en février 1836, au lendemain de sa rupture avec George Sand, qu'Alfred de Musset (1810-1857) publie La Confession d'un enfant du siècle chez Félix Bonnaire. Écrit principalement à la première personne mais mettant en scène des personnages fictifs, ce roman autobiographique est su […] Lire la suite

DRAME Drame romantique

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 4 598 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre "Vigny, Musset" : …  Après Le More de Venise qui avait eu un succès d'estime, un Shylock qu'il ne réussit pas à faire monter et un drame raté, La Maréchale d'Ancre (1831), Alfred de Vigny revient au théâtre par et pour l'amour de Marie Dorval : il écrit Chatterton (1835), drame de l'artiste contraint au suicide par le divorce de l'art et de la société moderne mercantile, drame d'idées aussi, animé par la figure in […] Lire la suite

LORENZACCIO, Alfred de Musset - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 113 mots
  •  • 1 média

Qui ne connaît Lorenzaccio  ? Qui n'en a une représentation, ne serait-ce qu'à travers l'image de Gérard Philipe ? Pourtant, ce « classique » du romantisme français aura été pendant près de deux tiers de siècle ignoré puis, pendant un demi-siècle encore, massacré. Alfred de Musset (1810-1857) l'a écrit en 1834, à 24 ans – un an après la création de Lucrèce Borgia , de Victor Hugo . Jeune lion de l […] Lire la suite

PROVERBE DRAMATIQUE

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 868 mots

Plutôt qu'un genre littéraire, le proverbe est, à l'origine, un divertissement de salon dont la naissance a été favorisée par la brillante vie mondaine de la fin du règne de Louis XIII. C'est « une scène en plusieurs scènes qu'on écrivait ou que souvent on improvisait entre soi sur un simple canevas et qui renfermait un petit secret [...]. Le secret était le mot même du proverbe (par exemple : Sel […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 170 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre "Descente aux enfers et élan vers l'empyrée" : …  Presque tout ce qui avait précédé l'immense marée romantique paraît étriqué et timide en comparaison. La Renaissance elle-même n'avait pas connu le même élan philosophique et de semblables échafaudages de systèmes. Même avec Cellini et Michel-Ange, Rabelais ou Marlowe, elle ne s'était pas de la même manière précipitée vers les abîmes intérieurs de l'homme et dans les repaires de l'inconscient ou d […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 347 mots

Dans le chapitre "Du siècle des Lumières à l'ère industrielle" : …  Dans toute l'Europe, le théâtre compte désormais parmi les lieux d'élection où se célèbrent les rites de l'esprit de société. Néanmoins, en ce temps où le mouvement des idées commande l'évolution conjuguée des mœurs et des formes littéraires, la création dramatique reste en retrait par rapport, en particulier, à l'essor du roman. En France, le fait caractéristique est la décomposition de la tragéd […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL La théâtralité

  • Écrit par 
  • Henri GOUHIER
  •  • 4 010 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre "Théâtre et représentation" : …  Première conséquence : la représentation est inscrite dans l'essence de l'œuvre théâtrale ; celle-ci n'existe réellement qu'au moment et dans le lieu où s'accomplit la métamorphose. La représentation n'est donc pas un supplément dont à la rigueur on pourrait se passer ; elle est une fin aux deux sens du mot : l'œuvre est faite pour être représentée ; là est sa finalité  ; du même coup, la représen […] Lire la suite