« IMPERSONNALITÉ EN ART »

IMPERSONNALITÉ EN ART

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 1 118 mots

L'idée d'impersonnalité renvoie d'abord à celle d'anonymat : il arrive qu'on ne sache quel nom mettre sous une toile ; on s'efforce alors de rattacher l'œuvre à un atelier, à une école, à une époque. C'est affaire d'attribution : les experts veillent, ne serait-ce que pour dépister les faussaires.Mais en dehors de ce cas, que l'on peut considérer comme le plus simple, l'impersonnalité peut ne pas […] Lire la suite

ART POUR L'ART

  • Écrit par 
  • Florence FILIPPI
  •  • 1 084 mots

L'histoire littéraire tend à confondre l'art pour l'art et le cénacle poétique constitué autour de la revue Le Parnasse contemporain (1866) et consacré près de trente ans plus tard, en 1893, par la parution des Trophées de José Maria Heredia. Pourtant, l'idée que l'œuvre d'art n'a d'autre fin qu'elle-même est une préoccupation centrale des théories esthétiques du xix e  siècle, qui dépasse lar […] Lire la suite

FLAUBERT GUSTAVE

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 9 824 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre "Le « système » de Flaubert" : …  La nouvelle poétique inaugurée par Flaubert n'est pas fondée sur les présupposés d'une doctrine ou d'une école littéraire, ni sur une vision du monde singulière qui serait celle de l'auteur. Elle résulterait plutôt d'une série passablement formelle de « contraintes » que Flaubert s'est progressivement donnée pour écrire et qui ont fini par se traduire en termes de méthodes de travail. Impersonnali […] Lire la suite

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 725 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre "Lyrisme et modernité" : …  La modernité fait subir au lyrisme l'épreuve de l' impersonnalité. L'échec de la révolution de 1848 en France, l'ère victorienne en Angleterre, le développement de la société industrielle à travers l'Europe font refluer le romantisme et substituent à ses « illusions perdues » la souffrance de ses « inconsolables stigmates » (Baudelaire). Selon Hugo Friedrich, il appartient à Rimbaud et à Mallarmé […] Lire la suite

MOSSET OLIVIER (1944- )

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 976 mots

Né à Berne (Suisse) à la fin de la guerre, l’artiste Olivier Mosset incarne sans doute les contradictions des avant-gardes artistiques, telles qu'elles se sont manifestées en Europe et aux États-Unis depuis les années 1960. Ayant vécu et travaillé à Paris de 1965 à 1977, il s'est installé ensuite aux États-Unis, où il joue, non sans un certain détachement, un rôle de pivot entre les deux continent […] Lire la suite

PORTRAIT, art grec

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 339 mots
  •  • 3 médias

Que l'art grec, si exclusivement attaché à la représentation de la figure humaine, ait tardé à pratiquer le portrait, ce n'est un paradoxe qu'en apparence : durant toute la période archaïque et jusqu'au second classicisme du ~ iv e siècle, les artistes grecs sont restés tributaires des types créés au ~ vii e siècle pour des fins religieuses. Couroi et corés, quand bien même placés sur des tombes […] Lire la suite