« PRÉSOCRATIQUES PHILOSOPHES »

ANAXAGORE (env. 500-428 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Fernando GIL, 
  • Pierre-Maxime SCHUHL
  •  • 1 859 mots
  •  • 1 média

Anaxagore est sans doute le plus « moderne » des philosophes archaïques. Né à Clazomènes vers 500 avant J.-C., il vint se fixer à Athènes, où il introduisit la philosophie, et appartint au cercle éclairé qui entourait Périclès. Condamné pour impiété parce qu'il avait soutenu une astronomie mécaniste, il s’exila à Lampsaque (Asie Mineure), où il mourut en 428. Parménide avait opposé radicalement l […] Lire la suite

Les médias de la recherche « PRÉSOCRATIQUES PHILOSOPHES » :

Anaxagore - Clazomènes (Asie mineure)
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Empédocle
Crédits : Hulton Getty

photographie

Héraclite
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Pythagore
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

ANAXIMANDRE (VIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 532 mots
  •  • 1 média

De quelque quinze ou vingt ans le cadet de Thalès, et sans doute son élève : ce qui place sa maturité entre ~ 570 et ~ 565 environ. À la suite d'Aristote et de Théophraste, la doxographie ancienne lui attribue une place importante à l'origine des techniques, des sciences et de la philosophie. Il aurait dessiné les premières cartes de géographie et la première carte du ciel. Il aurait introduit en […] Lire la suite

ANTIQUITÉ Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 137 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre "Les présocratiques" : …  La philosophie n'est pas née à proprement parler en Grèce, mais dans les colonies grecques d'Asie Mineure. C'est à Milet qu'une lignée de physiciens, souvent appelés ioniens en raison de leur origine, commencent à spéculer, dès le début du vi e  siècle avant J.-C., sur la nature profonde des choses, c'est-à-dire sur ce qui, derrière les apparences, constitue leur principe (ἀρχή). La notion de p […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 786 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre "Aristote et la philosophie antérieure" : …  Les critiques d'Aristote à l'égard de celui qui avait été son maître et à qui il devait certainement beaucoup, à commencer par une certaine idée de la science et de la philosophie comme science, ont été souvent sévèrement jugées par la tradition. Aristote a été taxé d'ingratitude et de mauvaise foi. On remarquera néanmoins que sa critique du platonisme reste, dans son principe, très différente de […] Lire la suite

BOLLACK JEAN (1923-2012)

  • Écrit par 
  • Denis THOUARD
  •  • 1 192 mots

Dans le chapitre "Une traversée de la philosophie antique" : …  Assistant (1958), puis professeur (1961) de philologie classique à Lille, invité à Berlin à l'Université libre (1956-1959) puis au Wissenschaftskolleg (1982-1983) et membre de l'Institute for Advanced Studies de Princeton (1971-1972), Jean Bollack a consacré ses premiers travaux à une question jusque-là considérée comme marginale : la doxographie et la constitution des recueils d'opinions concern […] Lire la suite

DÉMOCRITE (460 av. J.-C.?-? 370 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Fernando GIL, 
  • Pierre-Maxime SCHUHL
  •  • 1 631 mots

Démocrite d'Abdère est un contemporain (un peu plus jeune) de Socrate (468-399), auquel il a longtemps survécu. Son nom est lié à celui d'un maître plus ancien, Leucippe, sur lequel nous savons peu de choses, mais qui passe pour avoir été l'élève de Zénon d'Élée. Nous sommes également mal renseignés sur la vie de Démocrite auquel on prêta de grands voyages en Orient. Il était l'auteur de nombreux […] Lire la suite

DIALECTIQUE

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 037 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre "Les variations de la notion" : …  La difficulté de saisir réellement cette histoire, et de ne pas la laisser s'échanger en une histoire fictive de la dialectique que pourrait écrire chaque philosophe, apparaît d'abord dans l'embarras où on se trouve pour en identifier le commencement. Celui-ci n'est pas donné dans l'évidence objective d'un fait qui serait connu comme tel, mais il est seulement reconnu à travers une tradition qui i […] Lire la suite

ÉLÉATES (VIe-Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Henri Dominique SAFFREY, 
  • Universalis 
  •  • 1 041 mots

L'école d'Élée reste, en Occident, une source d'inspiration pour les philosophes qui professent le primat de l'être sur le devenir. Son plus illustre représentant, Parménide, n'enseigna sans doute pas le rigoureux monisme ontologique que parfois on lui attribue. Sa polémique contre l'héraclitéisme l'a probablement entraîné à exprimer en des formules extrêmes son émerveillement devant la paradoxal […] Lire la suite

ÉLÉMENTS THÉORIES DES

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 8 197 mots

Dans le chapitre "Les Ioniens" : …  Vers 600 avant J.-C., Thalès de Milet, le fondateur de l'école ionienne, semble avoir été le premier philosophe qui ait tenté de dégager une théorie cosmologique préscientifique des systèmes magico-religieux babyloniens et égyptiens. En effet, la conception centrale de la cosmologie de Thalès, selon laquelle l'Eau était l'élément primordial de l'Univers, ne doit pas être interprétée littéralement […] Lire la suite

EMPÉDOCLE (env. 490-env. 430 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean BOLLACK
  •  • 2 911 mots
  •  • 1 média

Empédocle , dans la conscience moderne où  il  continue  à  vivre,  représente l'homme antique dans sa force prométhéenne, l'initié de la nature et des sciences secrètes qui voulut dépasser la condition humaine et se précipita dans le feu divin de l'Etna, abandonnant à la terre, sur les bords du cratère, la dépouille de ses sandales. Ces apparitions, qui surgissent dans la figure de l'Antéchrist e […] Lire la suite

ÊTRE, philosophie

  • Écrit par 
  • Giulio GIORELLO
  •  • 4 678 mots

Dans le chapitre "L'être dans la pensée grecque" : …  « Il soupçonna que l'eau était le principe des choses, que le monde était animé et rempli de démons. On dit qu'il découvrit les saisons de l'année, et qu'il la divisa en trois cent soixante-cinq jours. Il ne suivit les leçons d'aucun maître, sauf en Égypte, où il fréquenta les prêtres du pays. À ce propos, Hiéronyme dit qu'il mesura les pyramides en calculant le rapport entre leur ombre et celle d […] Lire la suite

FRAGMENTS, Héraclite - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 788 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre "Le Logos, principe d'éveil" : …  La tradition aura retenu un certain nombre de termes ( Logos , Polemos , Un-Tout, feu, devenir...) dont elle attribue la paternité philosophique à Héraclite, en opposition à son presque contemporain, Parménide, penseur de l'Être et de la vérité immuable. Le fragment 50 (d'après l'édition Diels-Kranz, traduction M. Conche) dit : « Il est sage que ceux qui ont écouté, non moi, mais le discours, conv […] Lire la suite

HÉRACLITE (VIe-Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 2 344 mots
  •  • 2 médias

La légende et l'histoire reconstituable concourent à représenter Héraclite comme un aristocrate déchu des fonctions de sa caste, maintenant, dans une cité asservie, parmi une plèbe bigarrée de Grecs et d'Asiates, la hautaine réserve d'une sagesse pour les meilleurs. Chez ce Grec, le destin de la servitude aurait provoqué une réponse autre que l'exil, autre que la rébellion héroïque : le phénomène […] Lire la suite

INFINI, philosophie

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 6 354 mots

Dans le chapitre "Le mauvais infini" : …  La pensée antique, fidèle à l'idéal d'achèvement et de mesure qui animait son art et sa religion, se méfie de l'infini. Marque d'une pensée obscure correspondant à un réel irréalisé, manquant de forme pour se présenter à un savoir qui puisse le contenir ou le représenter, l'infini – l' apeiron – serait indétermination, désordre, mal. Mais les formes finies, claires et intelligibles constituent le […] Lire la suite

IONIENS, philosophie

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 4 365 mots

Traditionnellement, on appelle « Ioniens » ou « premiers philosophes de la Grèce » un groupe de personnages ayant fleuri au vi e  siècle avant J.-C. dans les grandes cités côtières d'Asie mineure, singulièrement dans la ville portuaire de Milet et la cité de pèlerinage d'Éphèse. Après Aristote et d'après lui, on nomme Milésiens Thalès, Anaximandre, Anaximène, et l'Éphésien Héraclite. À cette list […] Lire la suite

LEUCIPPE (Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 381 mots

Abdère, Milet, Élée... se disputent la gloire d'être le lieu de naissance de Leucippe. Il fut le disciple de Parménide, de Mélissus, de Zénon, de Pythagore. Aristote parle presque toujours de « Leucippe et Démocrite » ; Nietzsche appelle le maître et son célèbre disciple « deux doubles ». Pour Épicure enfin, il n'y eut pas de philosophe nommé Leucippe (Diogène Laërce, X, xiii ). Ainsi contradictoi […] Lire la suite

MÉLISSUS ou MÉLISSOS (Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 337 mots

Philosophe grec né à Samos, en Ionie. Mélissos commande la flotte saméenne lorsqu'elle l'emporte sur la flotte athénienne en ~ 442. Disciple de Parménide (Diogène Laërce, IX, 24), il s'est attaché comme Zénon, mais sans utiliser sa méthode paradoxale de réfutation, à défendre les thèses éléates contre les partisans d'une pluralité d'étants en mouvement. Dans son traité Sur la nature ou sur l'être […] Lire la suite

MYTHE Mythos et logos

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 3 302 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre "De la généalogie cosmogonique aux protophysiques" : …  Il ne s'agit visiblement pas de mythe au sens que M. Leenhardt et B. Malinowski, par exemple, donnent aux coutumes et récits associés où s'exprime le champ culturel des Mélanésiens. Il s'agit d'une composition hautement artificielle, coulant dans le moule traditionnel des généalogies des réponses méditées aux problèmes d'une société composite, en pleine crise d'auto-acculturation : une société, de […] Lire la suite

NIETZSCHE FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 9 775 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre "Le chaos du devenir" : …  L'antagonisme de Parménide et d' Héraclite est au centre de la méditation du jeune Nietzsche à l'époque bâloise, et il restera le fil conducteur de sa théorie de la volonté de puissance. À l'« être » de Parménide, concept glacé qui pétrifie la vie, Nietzsche oppose l'idée héraclitéenne du devenir qu'il pense en connexion avec les thèmes de la vitalité, du changement, du perpétuel mélange des cont […] Lire la suite

PARMÉNIDE (VIe-Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 2 238 mots
  •  • 1 média

Les indications de Diogène Laërce situent la maturité de Parménide autour de 500 avant J.-C. et en font un contemporain d'Héraclite. Celles de Platon la situent autour de 480. Dans son Parménide , Platon place Socrate en position d'étudiant par rapport à Zénon, et Zénon en position de disciple par rapport à Parménide. Ce qui vaut dans ce témoignage, c'est moins une histoire, chronologiquement ince […] Lire la suite

PHILOSOPHIE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 414 mots

Dans le chapitre "Une triple origine" : …  Trois hypothèses sont envisageables. La première est à la fois historique et métaphysique : elle ferait remonter la philosophie aux textes consacrés à la nature par les penseurs qu’on a qualifiés de « présocratiques ». Le plus ancien auquel nous ayons accès date du vi e  siècle avant notre ère : il s’agit d’un bref fragment d’ Anaximandre (env. 610–546 av. J.-C.), indiquant comment tout ce qui es […] Lire la suite

PHYSIS

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 3 786 mots

Physis (ϕ́υσις) est un des concepts fondamentaux de la philosophie grecque. Les Romains l'ont traduit par natura , mais le concept moderne de nature s'est trouvé engagé dans un certain nombre d'emplois, et surtout dans une série d'oppositions (nature et esprit, nature et grâce, nature et liberté, etc.), qui risqueraient de détourner l'historien des harmoniques elles-mêmes complexes de la notion gr […] Lire la suite

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 762 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre "La question du savoir" : …  De la position des Formes, la pensée tire son espace : elle se déploie dans un lieu purement intelligible. Nommer dialectique cette sorte de savoir, c'est indiquer la manière dont il procède, ce n'est pas dire ce qu'il est. Faut-il, pour savoir, savoir ce que c'est que savoir ? Après s'être enquis auprès de tous ceux qui passent pour savants (artisans, poètes et politiques), le Socrate de L'Apolo […] Lire la suite

POÈME, Parménide - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 788 mots

Les difficultés liées à l'interprétation des 155 hexamètres qui nous sont parvenus du Poème de Parménide d'Élée (— 500 env.-— 440) , intitulé aussi De la nature , conjuguent à la fois les problèmes liés à la philologie et les questions propres à la philosophie. « Notre père Parménide », comme Platon l'appelle dans le Sophiste (241d), après lui avoir consacré un de ses dialogues les plus complexe […] Lire la suite

PYTHAGORE (580 av. J.-C.?-? 500 av. J.-C.) ET PYTHAGORISME

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE, 
  • Daniel SAINTILLAN
  •  • 3 179 mots
  •  • 2 médias

Il n'est guère, dans l'Antiquité, de figure plus mystérieuse que celle de Pythagore , ni qui ait posé de problèmes plus embarrassants aux historiens . Il passe pour n'avoir rien écrit, et sa pensée ne fut sans doute connue jusqu'à l'époque de Socrate que par une tradition orale, elle-même entourée de secret. Les documents qui permettent de la conjecturer émanent pour la plupart des néo-pythagorici […] Lire la suite

RAISON

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 13 180 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre "Les Grecs et le développement de l'esprit rationnel" : …  Si toute philosophie prend son origine en Grèce, c'est parce que les Grecs très tôt admettent, sans s'en scandaliser, que des discours, des croyances, des conceptions du monde, des morales concrètes diffèrent : il s'agit toujours d'hommes. On se met tout naturellement à la recherche d'un discours (d'une pensée) valable pour tous les hommes, du moins pour tous ceux qui veulent penser et découvrir d […] Lire la suite

RAMNOUX CLÉMENCE (1905-1997)

  • Écrit par 
  • Danielle DELHOME, 
  • Michèle SINAPI
  •  • 1 061 mots

Clémence Ramnoux a marqué la vie de l'Université française et de la pensée philosophique dans les décennies qui ont suivi la guerre, entre 1950 et 1980, par sa personnalité et la singularité de sa démarche. Entrée à l'École normale supérieure en 1927, elle y est contemporaine de Jean Beaufret, Simone Pétrement, Simone Weil. Agrégée de philosophie en 1931, après des années d'enseignement au lycée, […] Lire la suite

RÉDUCTIONNISME & HOLISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 6 970 mots

Dans le chapitre "Historique" : …  En simplifiant, suivant les procédés aristotéliciens de libre interprétation des textes, le matérialisme a surgi du premier coup, avec tous ses traits caractéristiques, chez les penseurs grecs d'avant Socrate. Considérant les choses sensibles, ils en cherchent le principe abstrait, et, afin d'expliquer comment ce principe unique engendre la diversité visible, ils postulent des transformations. P […] Lire la suite

SCIENCES Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 713 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre "Un nouvel encyclopédisme" : …  Les théories morphologiques ne se rattachent pas seulement à la tradition philosophique par ce primat accordé à la théôria , mais également par leur visée encyclopédique. Elles ont une prétention à l'universalité. « Nos modèles, écrit Thom, attribuent toute morphogenèse à un conflit, à une lutte entre deux ou plusieurs attracteurs ; nous retrouvons ainsi les idées vieilles de deux mille cinq cents […] Lire la suite

SOCRATE (469-399 av. J.-C.) ET ÉCOLES SOCRATIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG
  •  • 2 735 mots
  •  • 1 média

Socrate n'est pas un philosophe parmi les autres ; il est le totem de la philosophie occidentale. En chaque pensée qui s'éveille et s'interroge, il revit ; en chaque pensée qu'on humilie ou qu'on étouffe, il meurt à neuf. La place exceptionnelle qu'il tient dans notre culture est celle du héros fondateur, du père originaire, qui s'enveloppe dans une obscurité sacrée, et que chacun porte en soi c […] Lire la suite

THALÈS DE MILET (env. 625-env. 547 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 485 mots
  •  • 1 média

Thalès avait environ quarante ans lors de l'éclipse du Soleil dont la prédiction lui a valu de rester célèbre (585 av. J.-C.). Il possédait des connaissances en astronomie assez positives et assez avancées pour faire des prévisions rationnelles. Il habitait la cité ionienne de Milet, port et centre d'un commerce étendu aux deux bassins de la Méditerranée : il a vraisemblablement développé ses conn […] Lire la suite

UN PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 3 729 mots

Dans le chapitre "Quelques modèles d'unité" : …  Il est maintenant certain qu'il y a autant de manières d'unifier que de systèmes philosophiques. On se bornera à signaler les modèles les plus caractéristiques. Appelons doctrines pluralistes les philosophies les moins unifiantes. Elles renoncent à toute origine unitaire ou bien multiplient à l'infini les principes. Il y a autant de centres que de points de vues possibles. Et la sagesse est de re […] Lire la suite

XÉNOPHANE DE COLOPHON (VIe-Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 767 mots

Fondateur de l'école d'Élée et maître de Parménide, bien que d'autres sources doxographiques, par exemple Platon ( Sophiste ), fassent remonter l'origine de l'école plus loin encore. Les principales indications biographiques sont fournies par Xénophane lui-même, dans certains des quelque quarante fragments qu'on a conservés de lui : « Soixante-sept années ont ballotté ma pensée à travers la terre […] Lire la suite

ZÉNON D'ÉLÉE (Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 1 932 mots

Zénon d'Élée, né aux environs de l'an 500 avant J.-C., fut l'élève et l'ami de Parménide. Celui-ci enseignait que l'être est un, indivisible et immobile, que la multiplicité et le mouvement ne sont qu'illusion. Cette doctrine était taxée d'incohérence par ses adversaires. Afin de défendre son maître, Zénon imagina une série d'arguments qui devaient montrer que les positions de ces détracteurs éta […] Lire la suite