« NON & NÉGATION, philosophie »

NON & NÉGATION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 965 mots

Opérateur linguistique de la négation, « non » apparaît dans le dialogue ou dans l'interaction comme réponse à l'interlocuteur ou au partenaire et exprime soit le rejet d'une croyance, soit le refus de la poursuite d'un processus. On peut distinguer :La réponse à une simple interrogation, qui met fin à son indétermin […] Lire la suite

ABSOLU

  • Écrit par 
  • Claude BRUAIRE
  •  • 4 222 mots

Dans le chapitre "Absolu indéterminé et système absolu" : …  Si les religions ont toutes un projet commun, c'est dans la mesure où chacune prétend accéder à l'absolu. Mais il est à remarquer que l'homme en a élaboré des conceptions fort différentes, alors que la simplicité du concept paraît requérir a priori une pensée identique, dans le cadre d'une logique univoque. Pour qui veut en préserver la pureté et la rigueur, l'absolu demeure négation radicale de […] Lire la suite

DIALECTIQUE

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 037 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre "Négation et contradiction" : …  Plus profondément, cette réciprocité, ce contraste, sont pensés dans les termes de la négation ou de la contradiction . Les éléments qui sont engagés dans le procès dialectique ne sont pas seulement distingués, ils sont niés l'un par l'autre, liés dans le cadre d'un conflit ; et le déroulement du procès dialectique est dramatique aussi parce qu'il suppose cette négation qui est une destruction. L […] Lire la suite

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 852 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre "Une méthode de pensée" : …  Le monde se diversifie à l'infini. Il est inépuisable. Les trois moments de la connaissance, qui, dans l'idéalisme, sont inséparablement le devenir réel, poussent en toutes directions leurs prolongements théoriques et pratiques, et la dialectique se spécifie conjointement. Hegel a tenté de saisir les spécifications les plus importantes, en sachant bien que cette procédure les limite et les trahit […] Lire la suite

LARUELLE FRANÇOIS (1937- )

  • Écrit par 
  • Hugues CHOPLIN
  •  • 895 mots

Élaborer une discipline, la non-philosophie, reposant sur un penser hétérogène à celui de la philosophie, mais prenant pour objet la philosophie elle-même : telle est l'ambition de l'œuvre de François Laruelle. Sa réalisation recoupe, pour les radicaliser, plusieurs philosophies contemporaines. Précisément, la première partie de l'œuvre de François Laruelle (1971-1981), encore philosophique, s'ins […] Lire la suite

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 972 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre "Bernard Bolzano" : …  La logique de Bolzano, comme celle de ses prédécesseurs, est englobée dans une théorie de la science dont le but est d'explorer toutes les activités mises en œuvre dans la construction d'une science. Sa théorie de la science part donc de la logique formelle, exposée dans les deux premiers volumes de la Wissenschaftslehre (1837), suivie d'une théorie de la connaissance et aboutissant à une heurist […] Lire la suite

LOGIQUE INDIENNE

  • Écrit par 
  • Kuno LORENZ
  •  • 6 569 mots

Dans le chapitre "Logique, grammaire et perception" : …  Il n'en alla pas de même pour les débats autour de questions de logique auxquels se livra l'école des grammairiens fondée vers 400 avant notre ère par la grammaire sanscrite de Pāṇini et parfois traitée exactement comme un système philosophique : la pāṇinīya darśana. Depuis Kātyāyana, dont le livre sur Pāṇini intitulé Vārttika , vers 250 avant J.-C. était le sujet du Mahābhāṣya de Patañjali, les […] Lire la suite

NÉANT

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 220 mots

Dans le chapitre "Faux énoncés et faux concepts" : …  Lorsque Rudolf Carnap, au nom du positivisme logique, entreprend « l'élimination de la métaphysique par l'analyse logique du langage » (c'est le titre de l'article de 1931), il s'attaque à la conférence de Heidegger de 1929 sur Qu'est-ce que la métaphysique ?, ce qui peut s'expliquer par des raisons d'actualité. Mais, dans ce texte, il cite les énoncés (les « simili-énoncés », écrit-il) concernan […] Lire la suite

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 859 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre "La logique : Robert Blanché" : …  Dans son ouvrage sur Les Structures intellectuelles (1966), R. Blanché entreprend la description des structures naturelles de la « pensée commune » en l'opposant à la pensée scientifique. D'après lui, la forme fondamentale sous laquelle se présente la pensée commune est la structure oppositionnelle. Sa matrice est constituée par le schème de couples de contraires contrastés, de paires de terme […] Lire la suite

PEIRCE CHARLES SANDERS

  • Écrit par 
  • Gérard DELEDALLE
  •  • 3 109 mots

Dans le chapitre "Le savant et le logicien" : …  Photometric Researches , l'ouvrage d'astronomie que Peirce publia en 1878, est toujours utilisé par les spécialistes. Ses travaux au Service géodésique furent considérés comme suffisamment importants pour que Peirce pût entrer à l'American Academy of Arts and Sciences à l'âge de vingt-huit ans et, dix ans plus tard, à la National Academy of Sciences. Le point de départ de toute la réflexion de Pei […] Lire la suite

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 048 mots

Dans le chapitre "La polarité du jugement" : …  À l'opposition des deux grands groupes de pulsion vient s'articuler, dans le texte sur « La Négation » (1925), la doctrine freudienne concernant l'« origine psychologique » de la fonction du jugement. La « polarité » du jugement, négatif et positif, trouverait sa racine génétique dans le couple pulsionnel de la destruction et de l'Éros. La négation serait un « successeur de l'expulsion », dont la […] Lire la suite