« RENAISSANCE ARTS DE LA »

ACADÉMIES

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 5 952 mots

L'académie telle qu'elle se développe à partir du Quattrocento italien, dans le grand mouvement de retour à l'Antiquité qui caractérise la Renaissance, est inspirée du modèle grec de l' akademia (le jardin où enseignait Platon). Elle s'épanouit dans toute l'Europe à l'âge classique, pour décliner ensuite à l'époque romantique jusqu'à revêtir une connotation plus souvent péjorative qu'emphatique : […] Lire la suite

Les médias de la recherche « RENAISSANCE ARTS DE LA » :

Adam, H. Baldung Grien
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Adoration des bergers, D. Ghirlandaio
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Alberti : construction, 1
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Alberti : construction, 2
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les médias de « RENAISSANCE ARTS DE LA »

ALBERTI LEON BATTISTA (1404-1472)

  • Écrit par 
  • Frédérique LEMERLE
  •  • 3 110 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre "Humanisme et architecture : le théoricien" : …  Alberti a défini en théorie le nouvel idéal artistique de la Renaissance : son De pictura , rédigé en latin et traduit en italien par Alberti lui-même, qui le destinait aux artistes (la version italienne est d'ailleurs dédiée à Brunelleschi), exposait la théorie de la perspective qui venait de déclencher une révolution dans la peinture florentine. Dans le De statua , il développa une théorie des p […] Lire la suite

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 594 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre "La Renaissance" : …  Réalisé en 1469-1470 par Francesco del Cossa, le Cycle des mois du Palazzo Schifanoia met en évidence les composantes essentielles de l'Allégorie à la Renaissance. Structuré en trois registres, il montre, autour de chaque signe astrologique et de ses décans figurés comme trois personnages, l'empire d'une divinité particulière ainsi que les occupations humaines du mois correspondant. Il permet ain […] Lire la suite

ANATOMIE ARTISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 8 926 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre "Recherches de la Renaissance et références à l'Antiquité" : …  Les débats sur l'essence mathématique de la beauté, et sur ces rapports avec l'ordre du monde, reprennent à la Renaissance dans un climat de mysticisme néo-platonicien qui se suffisait pour ainsi dire à lui-même, et détournait les théoriciens d'investigations proprement empiriques. Dans cet univers quasi mystique, L. B. Alberti et Léonard de Vinci inaugurent un nouveau type d'enquête, une analyse […] Lire la suite

APELLE (IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 450 mots

Dans le chapitre "Une biographie fragmentaire" : …  La mosaïque d'anecdotes rapportées sur Apelle ne suffit pas en effet à composer une biographie : quelques pages de Pline, un texte de Lucien, des notations éparses chez Plutarque et les historiens d'Alexandre. D'autant que bon nombre des récits que rapporte Pline l'Ancien au livre XXXV de son Histoire naturelle , la plus importante de ces sources, correspondent à des lieux communs parfois attribué […] Lire la suite

ARABESQUE, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Peter FUHRING
  •  • 3 448 mots

Le mot arabesque désigne des ornements composés de lignes courbes, de rinceaux qui s'entrecroisent. L'arabesque décore la superficie d'une œuvre dont la figure humaine est absente. Aux xv e et xvi e  siècles, le mot arabesque pouvait s'écrire aussi rabesques . Synonyme de moresque , aussi écrit mauresque , venant des Maures, il suggère l'origine musulmane du motif. Or, malgré la présence des mus […] Lire la suite

ARASSE DANIEL (1944-2003)

  • Écrit par 
  • Christophe DOMINO
  •  • 844 mots

L' historien de l'art Daniel Arasse, né le 5 novembre 1944 à Alger, laisse une marque profonde dans le monde de l'art, en France comme à l'étranger. Au-delà de sa personnalité attachante et de la générosité de sa parole, la mesure reste à prendre d'une vision percutante de l'histoire de l'art et de ses enjeux, d'une démarche qui s'est donné les moyens de sa singularité tant en termes de méthode qu […] Lire la suite

ARNOULT DE NIMÈGUE (1470 env.-env. 1540)

  • Écrit par 
  • Françoise PERROT
  •  • 357 mots

Le nom sous lequel est le mieux connu en France le peintre verrier flamand Arndt Ortkens (Arnould de la Pointe) est Arnoult de Nimègue. Il est né à Nimègue et mort à Anvers. On ne sait rien de sa formation. Dans les dernières années du xv e siècle, il travaille à Tournai, avec d'autres peintres verriers, à une série de vingt-deux vitraux relatifs à l'histoire de l'évêché. L'une des scènes porte l […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 725 mots

Comme toute histoire, l'histoire de l'art a commencé par la Fable. Dans la plupart des civilisations, un mythe expose l'origine des techniques et des formes traditionnelles : dans le monde grec, le récit de Dédale sert d'introduction à toute l'architecture, celui de Pygmalion aux pouvoirs de la sculpture. À ces fables antiques, on peut rattacher une tendance encore vivace durant tout le Moyen Âge, […] Lire la suite

ATELIER, art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 5 946 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre "L'atelier européen du XVe au XVIIe siècle. Périmètre technique et espace imaginaire" : …  On note alors une décomposition progressive de la structure corporative, une dégradation des traditions de travail que sauvegardaient la rigidité féodale de l'apprentissage et les contrôles de qualité, moins de contraintes, moins de secret dans les recettes d'atelier. Avec les guerres d'Italie apparaissent les artistes de Cour et les premières manufactures. C'est François I er qui inaugure la man […] Lire la suite

BIJOUX

  • Écrit par 
  • Sophie BARATTE, 
  • Catherine METZGER, 
  • Évelyne POSSÉMÉ, 
  • Elisabeth TABURET-DELAHAYE, 
  • Christiane ZIEGLER, 
  • Universalis 
  •  • 6 083 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre "Renaissance" : …  L'Europe occidentale, sauf l'Italie, connut l'art de la Renaissance, au xvi e  siècle, dans sa forme maniériste, caractérisée par un grand raffinement dans les techniques et dans les formes, ce qui explique l'importance des bijoux à cette époque. Portés autant par les hommes que par les femmes, les bijoux étaient aussi collectionnés en tant qu'objets d'art, objets de valeur ou objets de curiosité. […] Lire la suite

BURCKHARDT JACOB (1818-1897)

  • Écrit par 
  • Michel PLAISANCE
  •  • 1 605 mots

Dans le chapitre "La « Kulturgeschichte »" : …  Après cette période allemande, Burckhardt revient à Bâle. Il y enseigne l'histoire et participe aux luttes politiques de la ville en soutenant comme journaliste les positions de la droite modérée. Découragé par la politique, il se rend en Italie en 1846. Il collabore avec Kugler lorsque celui-ci réédite en 1847 son Manuel d'histoire de la peinture et son Manuel d'histoire de l'art . Ensemble, ils […] Lire la suite

CAMÉES

  • Écrit par 
  • Josèphe JACQUIOT
  •  • 2 599 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre "À la Renaissance" : …  La richesse en camées de la Renaissance italienne, française et allemande, fut remarquable. En Italie, dès la première moitié du xv e  siècle, des mécènes dont le plus illustre fut Laurent de Médicis firent copier et imiter les gemmes antiques ; les collections particulières formées à Rome qui renfermaient des camées étaient nombreuses. Au xv e  siècle, chaque ville d'Italie avait ses graveurs en […] Lire la suite

CHARITÉ, iconographie

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 083 mots
  •  • 1 média

La Charité est une des trois vertus dites théologales. Dans sa première Épître aux Corinthiens (chap. xiii , verset 13), saint Paul a posé les bases de la conception de cette vertu sans laquelle ni le plus sublime des savoirs ni les meilleures actions ne sont rien : « Bref, la foi, l'espérance et la charité demeurent toutes les trois, mais la plus grande, c'est la charité. » Pour saint Jean (I re […] Lire la suite

CHASSE

  • Écrit par 
  • Xavier PATIER
  •  • 7 050 mots

Dans le chapitre "L'art affirme la place sociale de la chasse" : …  On prétend que la chasse est, avec la religion et la guerre, le thème le plus représenté dans l'art depuis les origines. Quoi qu'il en soit, il est sûr qu'elle est le premier sujet à apparaître dans l'histoire de la peinture. Les grottes de Lascaux, vieilles d'environ dix-huit mille ans, représentent explicitement des gibiers chassés, ainsi que des armes de jet, et même, tout au fond de la galeri […] Lire la suite

CONNAISSEURS

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 2 037 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre "Mécènes et collectionneurs à la Renaissance" : …  Le terme de connaisseur appartient d'abord au vocabulaire de la vénerie. Il en est ainsi aux xv e et xvi e  siècles (Ronsard). À cette époque, il existait probablement des connaisseurs en matière d'art. Mais il serait hasardeux d'épiloguer sur leur personnalité ou leur influence. On sait assez précisément ce que fut le mécénat des princes, celui du duc de Berry par exemple, ou de René d'Anjou, […] Lire la suite

CONSERVATION DES ŒUVRES D'ART

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN, 
  • Vincent POMARÈDE
  •  • 6 744 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre "La restauration des antiques" : …  En Italie, cependant, et cela dès le xiv e  siècle, il arrive qu'on prenne des mesures de restauration de statues antiques. C'est le cas du fameux Regisole de Pavie (ainsi appelé parce que cette statue équestre d'un empereur était dorée) qui fut réparé en 1315, à la suite des dégâts subis lors de son transfert à Milan par Visconti ; à cette occasion, on le pourvut d'attributs chevaleresques. À la […] Lire la suite

ÉMAUX

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine GAUTHIER
  •  • 4 384 mots

Dans le chapitre "Les émaux peints à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance" : …  Des joailliers travaillant pour les cours princières de Bourgogne, de Berry et de France aux environs de 1400 remettent en honneur un procédé oublié depuis l'époque hellénistique, l'émail en glaçure sur or de ronde-bosse ; cet émail, surtout blanc mat, avec des rehauts de couleurs translucides, est une lumineuse polychromie sur une sculpture précieuse en miniature. Les joailliers l'associent aux […] Lire la suite

ENCADREMENT DES ŒUVRES, histoire de l'art occidental

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 362 mots

Dans le chapitre "Origines et significations premières de l'encadrement des œuvres d'art" : …  En 1435, Leon Battista Alberti définit, dans le traité Della Pittura , la peinture comme une fenêtre dont il est nécessaire de tracer d'abord le cadre. La bordure fonctionne dès l'origine, dans cette première théorisation du genre pictural, comme un signal qui indique au spectateur qu'il se trouve non pas face au réel, mais devant une œuvre née de la mimésis . L'invention du cadre procède avec lo […] Lire la suite

ENSEIGNEMENT DE L'ART

  • Écrit par 
  • Annie VERGER
  •  • 16 115 mots

Dans le chapitre "De l'apprentissage à l'enseignement de l'art" : …  On a souvent insisté sur la coupure entre les deux étapes historiques de la formation artistique, l'une subordonnée aux exigences de la pratique artisanale, fondées sur la transmission d'un héritage technique, l'autre, élaborée par les artistes eux-mêmes, pour revendiquer un statut identique à celui des poètes et des mathématiciens. Cependant, il n'est pas certain que cette opposition, due en gra […] Lire la suite

FRESQUE

  • Écrit par 
  • Ève BORSOOK
  •  • 6 717 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre "L'âge d'or de la peinture murale" : …  La réapparition du buon fresco vers la fin du xiii e  siècle a coïncidé à Rome avec le retour aux schémas classiques de peinture monumentale à thème narratif. C'est ce qui a pu inspirer à Vasari cette phrase : «  Era degli antichi molto usato il fresco , ed i vecchi moderni ancora l'hanno poi seguitato  » (Vasari, I). (« La fresque était souvent employée chez les Anciens ; les premiers Modernes o […] Lire la suite

GLYPTIQUE

  • Écrit par 
  • Mathilde AVISSEAU, 
  • Josèphe JACQUIOT
  •  • 5 306 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre "La Renaissance italienne et française" : …  Aux xv e et xvi e  siècles, la glyptique atteignit un degré de perfection digne de l'Antiquité ; dès la première moitié du xv e  siècle, les intailles antiques furent rassemblées, copiées, imitées. Des collections de pierres gravées furent réunies par le pape Martin V (1417-1431), par Lionello d'Este à Ferrare (1441-1450), les Giustiniani à Gênes, etc. La glyptique antique jouissait d'un tel pre […] Lire la suite

GOÛT, esthétique

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 590 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre "La Renaissance : histoire de l'art et histoire du goût" : …  À partir de la Renaissance, il est plus facile de connaître les prédilections qui s'affirment dans telle ou telle région de France ou d'Italie, celles des petites cours et celles qu'imposent le pape ou le roi. Le Parfait Courtisan (1528), de Balthazar Castiglione, révèle ce qu'étaient l'idéal et le goût d'un milieu raffiné entre tous, celui d'Urbino : le succès de l'ouvrage hors d'Italie indique […] Lire la suite

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 567 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre "Gravures et styles" : …  Il apparaît que les procédés de gravure peuvent se multiplier à l'infini. Cette richesse a permis à la gravure de s'adapter à tous les styles, et d'être redécouverte par les artistes à chaque époque. La Renaissance trouva dans la gravure le moyen de poser différemment les problèmes de géométrie de l'espace et de sa représentation rigoureuse. Le Strasbourgeois Schongauer fut l'un des premiers à s'a […] Lire la suite

HISTOIRE NATURELLE. LIVRE XXXV, Pline l'Ancien - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 070 mots

Celui qui est, avec Varron, le plus célèbre des encyclopédistes romains, Pline l'Ancien, de son nom latin Gaius Plinus Secundus (23-79) – Pline le Jeune (61-114 env.), le grand épistolier du monde romain, était son neveu et son fils adoptif –, a consacré un livre, le livre XXXV, de sa colossale Histoire naturelle , dédiée à l'empereur Titus, à une véritable histoire de l'art. L'ouvrage, vaste comp […] Lire la suite

HUMANISME

  • Écrit par 
  • André GODIN, 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 11 423 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre " Humanisme et arts visuels" : …  Grâce, notamment, aux travaux d'E.  Panofsky et d'A. Chastel, nous comprenons mieux les phénomènes attractifs, à la Renaissance et singulièrement en Italie, entre les humanistes néo-platoniciens de l'« académie » Careggi à Florence et de nombreux artistes de la péninsule au siècle des Médicis. Pour l'Europe du Nord-Ouest (en gros les anciens Pays-Bas), il n'existe pas d'études ou de synthèses aya […] Lire la suite

JARDINS De l'Antiquité aux Lumières

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL, 
  • Maurice LEVY
  •  • 8 145 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre "Le Moyen Âge occidental" : …  C'est autour des abbayes qu'apparaissent, vers le x e  siècle, les premiers jardins d'Occident, une fois oubliée la tradition romaine des grandes villas. Ils servent de potager, et l'on y cultive aussi les simples destinés à l'infirmerie et à l'hospice. Peu à peu, les cloîtres s'ornent de plantes diverses grimpant, par exemple, autour de la margelle du puits central, et les sculptures végétales qu […] Lire la suite

KEMP MARTIN (1942- )

  • Écrit par 
  • Francesco PANESE
  •  • 2 051 mots

Dans le chapitre "Le sens des images" : …  Cette question de méthode sert de fil conducteur à une synthèse consacrée à la Renaissance : Behind the Picture : Art and Evidence in the Italian Renaissance (1997, prix de l'Italian Association of America en 1999). Au fil des études de cas qui composent ce volume, Martin Kemp discute de manière réflexive la question des sources historiques et de leurs utilisations en histoire de l'art. Pour lui, […] Lire la suite

LA CIVILISATION DE LA RENAISSANCE EN ITALIE, Jacob Burckhardt - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 328 mots
  •  • 1 média

Ouvrage déconcertant et cependant texte fondateur, le monumental « essai » de Jacob Burckhardt (1818-1897), fils de pasteur, ayant fait ses études de théologie, puis d'histoire et d'histoire de l'art à Bâle et à Berlin, est son livre le mieux connu, ou le moins méconnu, surtout en France, même si la bibliographie des études consacrées à son œuvre comptait déjà 322 titres en 1948. Il fut traduit dè […] Lire la suite

LÉDA, iconographie

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 180 mots
  •  • 1 média

Dans la Bibliothèque d'Apollodore d'Athènes (~ 180), dans l' Hélène d'Euripide, les Fables d'Hygin et les Dialogues de Lucien, on trouve plusieurs versions de la légende des amours de Zeus déguisé en cygne et de Léda, épouse du roi Tyndare de Lacédémone. Selon la version la plus répandue, le fruit de ces amours fut deux œufs d'où éclorent les Dioscures Castor et Pollux et Hélène et Clytemnestr […] Lire la suite

LE STYLE RUSTIQUE (E. Kris)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 018 mots

Ernst Kris (1900-1957) est un des historiens les plus fascinants de l'« école viennoise » en histoire de l'art. Élève de Julius von Schlosser, Kris est nommé, à vingt ans, conservateur du département de sculptures et d'arts appliqués du musée de Vienne. Historien de l'art profondément original, dont les intuitions furent toujours servies par une parfaite érudition autant que par une connaissance a […] Lire la suite

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 610 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre "Le romain" : …  Au milieu du xvi e  siècle, le caractère romain a presque totalement supplanté les gothiques que l'on trouvait dans les premiers livres imprimés comme dans les manuscrits. Pas de manifestation plus évidente d'un changement plus général que l'implantation d'un nouveau tracé des signes de l'écriture. Il s'agit d'abord pour les milieux humanistes italiens, en adoptant la minuscule caroline empruntée […] Lire la suite

LUCRÈCE, iconographie

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 089 mots
  •  • 1 média

L' Histoire romaine de Tite-Live est la source première et principale de l'histoire de Lucrèce. Jeune épouse de Tarquin Collatin, membre de la famille royale, elle fut remarquée pour sa beauté et sa vertu par Sextus Tarquin, fils de Tarquin le Superbe. Abusant de son hospitalité en l'absence de son mari, Sextus la viola après l'avoir menacée de la mort et du déshonneur . Elle convoqua son mari et […] Lire la suite

MAJOLIQUE

  • Écrit par 
  • Jeanne GIACOMOTTI
  •  • 327 mots
  •  • 1 média

Traduction française du mot italien maiolica dont l'usage remonte au xv e  siècle. Le terme de maiolica s'appliquait alors seulement aux brillantes faïences à reflets métalliques fabriquées en Espagne, à Malaga puis à Valence et aux alentours, qui étaient importées en grande quantité en Italie avec des tissus précieux et d'autres marchandises par des navires venus des Baléares, de l'île de Majorq […] Lire la suite

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 161 mots
  •  • 28 médias

Le terme de maniérisme est couramment employé aujourd'hui pour désigner principalement certaines manifestations artistiques réalisées en Europe entre 1520 et 1620 environ. Ainsi entendu, le maniérisme recouvre pratiquement presque tout le xvi e  siècle européen ; stylistiquement, il se situe entre l'apogée de la Renaissance et les débuts du baroque et du classicisme. Comme les termes de baroque et […] Lire la suite

MARQUETERIE

  • Écrit par 
  • Catherine ROSEAU-LÉVESQUE
  •  • 3 418 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre "La marqueterie sur bois" : …  Les origines de la marqueterie de bois sont encore très mal connues aujourd'hui, mais il semble que son apparition coïncida, en Italie, avec l'utilisation du bois nu qui n'advint pratiquement pas avant le xiv e  siècle. Jusqu'à cette époque, les objets de bois étaient en effet recouverts de stuc ou de peinture. À ce facteur s'ajoute le développement rapide du mobilier, petit ou grand, profane et […] Lire la suite

MÉDAILLE

  • Écrit par 
  • Josèphe JACQUIOT
  •  • 3 625 mots

Dans le chapitre "L'Italie" : …  Brisant avec le moule hiératique où restaient enfermées les médailles des Carrare, Antonio Pisano, dit Pisanello, créa réellement l'art de la médaille en 1439 avec la célèbre médaille de Jean Paléologue, l'avant-dernier empereur de Constantinople. Cet artiste sut d'emblée conjuguer la grande hardiesse des raccourcis dans les revers au réalisme vivant des portraits. Il fit souvent entrer, dans la […] Lire la suite

MÉTAL ARTS DU

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 11 108 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre "Le fer" : …  Des textes égyptiens datant d'environ 3500 avant J.-C. mentionnent l'existence de l'utilisation du fer. À Gerzeh, des éléments de perles fabriqués à partir de fer météorique ont été retrouvés, mais l'emploi de ces épaves de fer comme bijoux ne constitue pas un point de départ certain pour l'art du fer. Le travail de mise en forme de ce métal n'a, pour ainsi dire, pas évolué de la préhistoire à nos […] Lire la suite

MINIATURE

  • Écrit par 
  • Roseline BACOU
  •  • 2 137 mots
  •  • 1 média

L'art de la miniature dérive de l'enluminure médiévale ; il lui emprunte aussi son nom, puisque le terme de miniature semble provenir de minium , couleur rouge employée dans la décoration des manuscrits. Il n'est pas à exclure, en outre, que l'origine du terme puisse être trouvée dans le mot latin minus , « plus petit », d'où dériverait miniature, peinture de petites dimensions. Au xvii e  siècle, […] Lire la suite

MOBILIER

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 4 416 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre "La Renaissance" : …  L'Italie prend à cette époque la tête de tout le mouvement artistique européen. Les traités d'architectes comme Palladio ou Serlio répandent des thèmes nouveaux tirés de l'Antiquité. Les coffres italiens, dorés au xv e  siècle et peints sur le panneau du devant et dans l'intérieur du couvercle (maître des Cassoni Jarves), s'inspirent, au xvi e siècle, des sarcophages antiques et s'ornent de scène […] Lire la suite

MUSÉE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 11 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre "Trésors, collections, musées" : …  Les premiers rassemblements historiques d'objets précieux furent, en Occident comme en Égypte ou en Chine, les trésors des temples, constitués d'offrandes remises aux dieux en reconnaissance de leurs bienfaits, et les trésors funéraires. La pinacothèque des Propylées à Athènes, qui contenait, selon le témoignage de Pausanias, des tableaux de Polygnote, était certes un lieu public, mais investi d […] Lire la suite

NASSARO ou NAZZARO MATTEO DEL (mort en 1548 env.)

  • Écrit par 
  • Marguerite KRASSILNIKOFF
  •  • 516 mots

Peintre, dessinateur, orfèvre, graveur sur gemmes et médailleur italien, Matteo del Nassaro est pour Vasari le maître de la glyptique. Fils de Jacopo del Nassaro, bottier à Vérone, il apprend dans sa jeunesse le dessin et la musique. Deux artistes de Vérone lui enseignent la gravure : Galeazzo Mondella et Nicolò Avanzi. On considère La Déposition de Croix comme l'une de ses premières œuvres impor […] Lire la suite

NU

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 2 136 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre "L'homme, mesure du monde" : …  On peut se demander si l'importance que revêt pour l'homme la représentation du nu doit être acceptée comme une donnée aussi naturelle que le ciel étoilé. Le fameux aphorisme de Kant sur les deux choses qui remplissaient son âme de merveille, le ciel étoilé au-dessus de sa tête et la loi morale dans son cœur, pourrait être appliqué aussi au corps humain. Car autant le microcosme qu'est le corps qu […] Lire la suite

ORFÈVRERIE

  • Écrit par 
  • Gérard MABILLE
  •  • 5 556 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre "De la Renaissance au maniérisme" : …  Les formes du gothique s'étaient si durablement imposées dans l'art des orfèvres entre le xii e et le xv e  siècle qu'elles restèrent longtemps perceptibles au xvi e  ; face aux progrès de la Renaissance, elles opposèrent même une résistance d'autant plus nette que l'organisation des corporations était propre à encourager un certain traditionalisme. Ainsi, la nef de sainte Ursule (trésor de Reims […] Lire la suite

PERSPECTIVE

  • Écrit par 
  • Marisa DALAI EMILIANI
  •  • 8 077 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre "Théorie et pratique de la perspective pendant la Renaissance en Europe" : …  On reconnaît communément à la Renaissance italienne le mérite de la découverte des lois de la perspective : découverte révolutionnaire, qui non seulement transforme le cours des arts figuratifs, qu'elle soustrait aux méthodes artisanales et à la spatialité contradictoire du Moyen Âge – bidimensionnalité et perspective inversée byzantine, multiples variantes des schémas à axe de fuite, présentatio […] Lire la suite

PRIMATICE, MAÎTRE DE FONTAINEBLEAU (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert DUPIN
  •  • 994 mots

Francesco Primaticcio, dit Primatice, figure majeure du maniérisme italien et de la Renaissance française, n'avait jamais fait l'objet d'une exposition monographique en France, et depuis la thèse de Louis Dimier en 1900, non illustrée et à dire vrai dépassée, aucun grand livre ne lui avait été consacré. Cette situation était d'autant plus surprenante que la mémorable exposition L'École de Font […] Lire la suite

PRINCIPES FONDAMENTAUX DE L'HISTOIRE DE L'ART. LE PROBLÈME DE L'ÉVOLUTION DU STYLE DANS L'ART MODERNE, Heinrich Wölfflin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 330 mots

Dans le chapitre "Théorie du changement stylistique et système descriptif " : …  Dans son premier ouvrage véritablement marquant, Renaissance et Baroque (1888), Wölfflin commence à mettre en place son système descriptif, en caractérisant les changements de plan stylistique conduisant à l'art baroque, tant dans la peinture que dans l'architecture. L'arrière-plan culturel des transformations stylistiques y apparaît alors comme une « ambiance », un « sentiment vital » propre à u […] Lire la suite

RELIURE

  • Écrit par 
  • Pascal FULACHER, 
  • Jacques GUIGNARD
  •  • 8 862 mots

Dans le chapitre "La Renaissance et la reliure à décor doré" : …  Le monde musulman aimait les reliures dorées ou laquées de vives couleurs. Dès le xv e  siècle, en Italie, surtout à Florence et à Bologne, certaines reliures estampées à froid comportaient, en outre, des petits disques colorés à la main. Un tout autre parti prévaut dans les dernières années du siècle, d'une part à Naples, d'autre part à Venise. Les relieurs imitent les exemples venus d'Orient et […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 095 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre "La nouvelle dignité de l'artiste" : …  C'est par dizaines que l'on trouve, au Moyen Âge, des inscriptions qui font l'éloge des architectes et des artisans. Les chefs de chantier qui dirigèrent les travaux des cathédrales furent certainement aussi considérés et aussi bien payés que le fut Brunelleschi lorsqu'il édifia la coupole de Santa Maria del Fiore, et ils durent rencontrer les mêmes jalousies, les mêmes incompréhensions, les même […] Lire la suite

RHINOCÉROS (A. Dürer)

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 1 108 mots
  •  • 2 médias

Au terme d’un voyage de huit mois, un rhinocéros vivant arrive au Portugal le 20 mai 1515 à bord d’un vaisseau provenant d’Inde : il est le premier animal de son espèce à atteindre l’Europe depuis l’époque romaine . Il est envoyé comme cadeau diplomatique par Muzafar II, sultan de Gujarat, au roi portugais Manuel I er . La présence de cet animal suscite un intérêt immense et les visiteurs sont nom […] Lire la suite

ROMBOUTS NICOLAS dit CLAES (mort en 1531)

  • Écrit par 
  • Françoise PERROT
  •  • 238 mots

Peintre verrier attitré de Marguerite d'Autriche, Nicolas Rombouts est mort à Bruxelles, où on le trouve installé dès 1499, semble-t-il ; la date de sa naissance demeure inconnue. Plusieurs de ses œuvres sont conservées et permettent de suivre l'évolution de son style. Le vitrail peint en 1503 à la cathédrale d'Anvers pour Engelbert II de Nassau, gouverneur des Pays-Bas, présente un encadrement d' […] Lire la suite

RUINES, esthétique

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 2 906 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre "Le sentiment des ruines en Occident avant le XVIIe siècle" : …  Properce se lamenta sur les ruines de Veii et sur la défunte grandeur de cette ville, Venantius Fortunatus, au vi e  siècle, et l'auteur anglo-saxon anonyme de la Ville en ruine chantèrent aussi dans leurs vers la ruine de villes, et Pétrarque fut le premier des Italiens à traiter le thème des ruines de Rome que Du Bellay devait reprendre au xvi e  siècle. Le caractère patriotique de l'évocation […] Lire la suite

SCÉNOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 524 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre "Renouer avec le modèle antique" : …  Le premier grand tournant de la scénographie du théâtre occidental se situe à la Renaissance, avec l'avènement de la salle et de la scène à l'italienne. Dans le courant de théories artistiques préconisant de renouer avec l'inspiration des Anciens, la publication en 1486, par Sulpizio di Veroli, des traités de Vitruve, ingénieur et architecte romain du siècle d'Auguste, sera influente. Ces concept […] Lire la suite

STUC

  • Écrit par 
  • Nicole BLANC
  •  • 3 864 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre "La postérité du décor de stuc" : …  Le stuc perdure dans l'art paléochrétien, mais seule Ravenne possède un monument de quelque ampleur avec le baptistère pré-byzantin des orthodoxes du milieu du v e  siècle : la voûte éblouissante de mosaïques dorées reposait sur une arcade ornée d'édicules de stuc abritant chacun un évêque, debout dans une pose hiératique. En France, l'époque carolingienne est illustrée par les vestiges du décor e […] Lire la suite

TAPISSERIE

  • Écrit par 
  • Pascal-François BERTRAND
  •  • 7 938 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre "La Renaissance" : …  Dès les premières années du xvi e  siècle, les tapissiers de Bruxelles imposèrent leur production de qualité, abondamment enrichie de fils d'or et d'argent, sur le marché et supplantèrent les ateliers de Flandres et du nord de la France, de Tournai et d'Arras principalement, qui avaient livré les plus belles pièces à l'époque précédente. En 1528, le magistrat de Bruxelles obligea les liciers de la […] Lire la suite

TECHNIQUE ET ART

  • Écrit par 
  • Marc LE BOT
  •  • 5 572 mots

Dans le chapitre "Art et connaissance" : …  À ce nouveau stade historique de la division du travail que le capitalisme industriel institue au cours du xviii e et surtout du xix e  siècle, la séparation de l'art et de la technique n'est donc qu'un aspect particulier d'un processus très général. Mais elle constitue un fait de civilisation remarquable en ce qu'elle atteste, concernant la pratique artistique dans sa différence avec la pratiqu […] Lire la suite

THE SCIENCE OF ART, Martin Kemp

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 225 mots

Dans le chapitre "Invention et développement de la perspective linéaire" : …  Le domaine embrassé par Martin Kemp dans The Science of Art est immense. Il distingue trois grands moments dans l'histoire des relations entre les modèles scientifiques de compréhension de la nature et la création artistique ; trois époques qui déterminent les différentes parties de l'ouvrage, dans lequel sont examinées quatre siècles d'affinités entre l'art et la science. C'est la question des […] Lire la suite

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 538 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre "Artistes voyageurs" : …  Les grands chantiers dont se couvre la Toscane, en même temps qu'ils visent à créer des œuvres glorifiant la forte personnalité des centres municipaux – à Sienne, la cathédrale ne fut jamais achevée –, ont pour conséquence première les voyages constants des artistes attirés par les commandes : le dialogue, ainsi, dépasse souvent les collines toscanes. Giotto avait séjourné à Rome, à Assise, à Pado […] Lire la suite

TROMPE-L'ŒIL

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 995 mots

On pourrait dire que le trompe-l'œil est une représentation destinée à donner l'illusion de la réalité, si cette définition n'était également applicable à presque toutes les œuvres d'art de conception réaliste. Le trompe-l'œil naît quand la volonté de « tromper » l'emporte sur l'intention esthétique et incite l'artiste à utiliser tous les artifices techniques possibles, le premier étant l'interven […] Lire la suite

TUDOR STYLE

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 303 mots

Style qui correspond à peu près aux règnes de cinq souverains Tudor (1485-1603) bien que des changements notables apparaissent surtout après 1500. Jusqu'à la fin du xv e  siècle, le mobilier gothique utilise les mêmes éléments décoratifs que l'architecture : en tiers point, fleurons, quadrilobes, etc. On assiste ensuite à l'emploi, sur des structures qui restent gothiques, d'une ornementation nouv […] Lire la suite

VITRAIL

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC, 
  • Louis GRODECKI
  •  • 5 914 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre "La Renaissance" : …  Le vitrail religieux a très vite été adapté à la nouvelle esthétique italianisante ; en Italie même, des peintres tels que Domenico Ghirlandaio et Pérugin ont fait des cartons de vitraux vers 1500 ; mais le grand maître du vitrail italien au xvi e  siècle a été un Français, Guillaume de Marcillat, auteur des vitraux de la cathédrale d'Arezzo. Au nord des Alpes, où les formes gothiques de l'archit […] Lire la suite

WIND EDGAR (1900-1971)

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 1 125 mots

Dans le chapitre "L'art et la pensée de la Renaissance" : …  Tout en continuant ses recherches, il exerça la direction de l'institut Warburg à Londres, de 1934 à 1942, fonda, en 1937, en collaboration avec Rudolf Wittkower le célèbre Journal de l'Institut auquel il participa très activement, donnant des articles dans le droit fil de ses préoccupations théoriques, sur les images et les principaux courants de pensée à la Renaissance. Il développa ces thèses […] Lire la suite

WÖLFFLIN HEINRICH (1864-1945)

  • Écrit par 
  • Jean WIRTH
  •  • 2 299 mots

Dans le chapitre "Les avatars d'une théorie" : …  Le succès même des idées de Wölfflin a fait naître certaines erreurs d'interprétation. Ainsi, en cherchant à faire entrer toute la production artistique du xvi e  siècle dans l'alternative : Renaissance ou baroque, on méconnaît l'évolution pensée par Wölfflin au profit d'hypothétiques ruptures. Quant à l'introduction du concept de maniérisme par Dvořák, Pinder et d'autres, elle ne corrige pas la […] Lire la suite