« CROÛTE TERRESTRE ou ÉCORCE TERRESTRE »

ARGILES

  • Écrit par 
  • Daniel BEAUFORT, 
  • Maurice PAGEL
  •  • 2 654 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre " Les argiles dans le cycle géologique de l'écorce terrestre" : …  Les argiles se forment partout où l'eau peut interagir à l'état liquide avec les minéraux silicatés. Les minéraux argileux recombinent les éléments chimiques majeurs de l'écorce terrestre ; ils sont des témoins de l'évolution de la croûte terrestre car ils persistent bien après que les fluides ont disparu. Ils jouent également un rôle important dans la mobilité de la lithosphère et dans le recycl […] Lire la suite

Les médias de la recherche « CROÛTE TERRESTRE ou ÉCORCE TERRESTRE » :

Alpes : formation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Anticlinal, brachysynclinal et dôme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Anticlinal et synclinal
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Anticlinoriums et synclinorium
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les médias de « CROÛTE TERRESTRE ou ÉCORCE TERRESTRE »

CYCLES BIOGÉOCHIMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 7 878 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre "Les réservoirs " : …  À l'époque préindustrielle, l'atmosphère contenait environ 580 milliards de tonnes de carbone (580 Gt C) sous forme de gaz carbonique (ou dioxyde de carbone, CO 2 ) et 1,5 Gt C sous forme de méthane (CH 4 ). Leurs teneurs étaient alors respectivement 280 ppm (cm 3 /m 3 d'air) et 0,7 ppm. Elles ont augmenté en raison des activités humaines, atteignant 382 ppm et 2,15 ppm en 2006. L'oxydation, par […] Lire la suite

EVEREST GEORGE (1790-1866)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 964 mots
  •  • 1 média

Géographe britannique né le 4 juillet 1790 à Crickhowell (Pays de Galles), George Everest est surtout connu pour avoir donné son nom à la plus haute cime terrestre. Cette reconnaissance lui vient de ses travaux de cartographie de l’Inde, par lesquels il a précisé, notamment, la localisation et la mesure de l’altitude des plus hauts sommets du monde. Pourtant, Everest a marqué l’histoire des scien […] Lire la suite

GÉOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Marie-Laure PONS
  •  • 2 062 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre "Les croûtes" : …  L'écorce terrestre est majoritairement constituée de roches silicatées (c'est-à-dire comportant du silicium et de l'oxygène) qui définissent deux types de croûte. La croûte océanique est principalement composée de basaltes et de gabbros, riches en fer et en magnésium. Cet assemblage chimique est dit « basique », avec des teneurs en silice (SiO 2 ) inférieures à 52 p. 100. La croûte continentale […] Lire la suite

GÉOMAGNÉTISME ou MAGNÉTISME TERRESTRE

  • Écrit par 
  • Arnaud CHULLIAT
  •  • 4 870 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre "Le champ magnétique des autres sources" : …  Les roches aimantées de la croûte et du manteau supérieur sont à l’origine d’anomalies magnétiques qui peuvent s’étendre sur plusieurs milliers de kilomètres, et dont l’amplitude peut atteindre plusieurs milliers de nanoteslas au sol. Ces anomalies forment ce que l’on appelle le champ magnétique crustal (ou lithosphérique). L’aimantation d’une roche disparaît lorsque sa température excède la te […] Lire la suite

HIMALAYENNE CHAÎNE

  • Écrit par 
  • Maurice MATTAUER, 
  • Jacques-Louis MERCIER
  •  • 4 443 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre "Les roches de la chaîne himalayenne" : …  Nous avons vu que l'ensemble de l'Himalaya est constitué par une croûte continentale, mais qu'on rencontre également dans les sutures ophiolitiques des restes de croûte océanique ou d'arc volcanique, et, localement, de manteau supérieur. Rappelons quelles sont les roches rencontrées dans ces différents cas, et quel est leur âge. L' écorce continentale comprend toujours deux parties bien distincte […] Lire la suite

ISOSTASIE, géologie

  • Écrit par 
  • Anny CAZENAVE
  •  • 745 mots
  •  • 2 médias

Le terme « isostasie » (du grec isos , égal, et stasis , arrêt) traduit l'état d'équilibre des roches de la croûte terrestre par rapport au manteau sous-jacent. Ce phénomène implique que, au-dessus d'une certaine profondeur, appelée niveau de compensation, la masse des roches crustales superficielles est partout la même quelle que soit l'altitude des reliefs. En dessous du niveau de compensation, […] Lire la suite

LA DÉCOUVERTE DU MOHO

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 200 mots

En étudiant les ondes sismiques P et S générées lors du séisme du 8 octobre 1909 en Croatie, le géologue yougoslave Andrija Mohorovičić (1890-1936) constate l'existence d'une surface de discontinuité, située à une cinquantaine de kilomètres de profondeur, marquée par une brusque augmentation de la vitesse des ondes sismiques : au-dessus de cette limite, ces ondes se propagent à des vitesses faible […] Lire la suite

MAGMA TERRESTRE

  • Écrit par 
  • Chrystèle SANLOUP
  •  • 1 938 mots
  •  • 3 médias

Les magmas résultent de la fusion partielle des roches de la croûte ou du manteau terrestre ; ce sont donc des fluides silicatés (plus rarement carbonatés). Lorsque le magma remonte à la surface, on parle de lave (qui se solidifie en roche volcanique) ; lorsqu'il cristallise en profondeur, on parle de roche plutonique ou intrusive. Les magmas sont en effet produits en profondeur, laquelle dépend […] Lire la suite

MARGES CONTINENTALES

  • Écrit par 
  • Gilbert BOILLOT
  •  • 4 329 mots
  •  • 9 médias

Les marges continentales sont situées en bordure des continents, à la frontière du domaine océanique . Pour en comprendre l'origine et l'évolution géologique, un rappel des données de base de la tectonique des plaques et de la physique du globe est nécessaire. L'enveloppe superficielle de la Terre est la lithosphère, rigide, qui glisse lentement (quelques centimètres par an) sur l' asthénosphère, […] Lire la suite

MÉTAMORPHISME ET GÉODYNAMIQUE

  • Écrit par 
  • Christian NICOLLET
  •  • 6 010 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre "Évolution thermique d’une roche et trajet pression-température-temps (P-T-t)" : …  Considérons un exemple simple d’épaississement d’une unité géologique : quelle est l’évolution de la température en fonction de la profondeur, laquelle est susceptible d’engendrer la recristallisation métamorphique des roches  ? Cette unité géologique est sans dimension. Il pourrait s’agir d’une portion de croûte continentale. Soumise à des forces aux limites compressives, cette portion de croûte […] Lire la suite

MODÈLE PREM (Preliminary Reference Earth Model)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MONTAGNER
  •  • 1 500 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre "Vers un modèle quantitatif en couches" : …  La Terre, seule planète habitée connue à ce jour, est unique par ses caractéristiques physiques, chimiques et biologiques. Son intérieur a longtemps été inaccessible, donc très difficile à comprendre puisque invisible, étant opaque aux ondes lumineuses. Pourtant, l’homme a perçu depuis longtemps que les causes des manifestations violentes de notre planète, sous forme de tremblements de terre et d […] Lire la suite

MONTAGNES Formation des chaînes de montagnes

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Maurice MATTAUER, 
  • Jacques-Louis MERCIER
  •  • 11 368 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre " La convergence des plaques et les types de chaînes de montagnes" : …  En tectonique des plaques, on admet que la couche la plus externe du globe, ou lithosphère, est formée par une dizaine de grandes plaques, relativement rigides, qui se déplacent les unes par rapport aux autres ; elles sont séparées par des zones, plus ou moins étroites, où se trouve concentrée la déformation et qui correspondent aux zones sismiques. La nature des déformations qui se produisent dan […] Lire la suite

OCÉANIE Géologie

  • Écrit par 
  • Michel RABINOVITCH
  •  • 11 332 mots
  •  • 2 médias

Les limites géologiques de l'Océanie sont marquées par des zones de subduction qui se traduisent morphologiquement par les profondes fosses des Tonga-Kermadec, des Mariannes, du Japon et des Kouriles, à l'ouest, par la fosse des Aléoutiennes, au nord, par la côte nord-américaine et la fosse du Pérou-Chili, à l'est. On admet que la limite sud est constituée par la dorsale océanique Pacifique-Ant […] Lire la suite

ROCHES (Déformations) Failles

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Roger COQUE, 
  • Universalis 
  •  • 4 484 mots
  •  • 12 médias

Les failles sont des accidents tectoniques, autrement dit des déformations de l' écorce terrestre consécutives à des mouvements de celle-ci. Ces cassures sont responsables de certains de ses aspects les plus marquants, tant dans le domaine des chaînes de montagnes, à la constitution desquelles elles concourent soit seules soit associées aux autres accidents (plis, charriages), que dans celui des […] Lire la suite

ROCHES (Déformations) Plis

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 3 025 mots
  •  • 15 médias

Les plis sont des accidents tectoniques, c'est-à-dire des déformations affectant la croûte terrestre. À moyenne échelle, ils sont souvent plus directement apparents – et plus diversifiés dans leur forme – que les failles, les chevauchements et les charriages ; aussi sont-ils plus connus, à tel point que l'on parle généralement de « chaînes plissées » pour désigner les chaînes de montagnes, dont i […] Lire la suite

SÉISMES ET SISMOLOGIE Ondes sismiques

  • Écrit par 
  • Michel CARA
  •  • 5 185 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre "Structure globale de la Terre" : …  Le fait que des ondes sismiques puissent se propager sur de grandes distances fut une surprise pour les physiciens qui ont suspecté le phénomène au début du xix e  siècle. En 1889, Ernst von Rebeur Paschwitz (1861-1895) observa en Allemagne des ondes sismiques provenant d'un séisme ayant eu lieu au Japon. Il devint alors évident qu'un ébranlement sismique pouvait se propager à travers la Terre en […] Lire la suite

SISMICITÉ EN FRANCE

  • Écrit par 
  • Frédéric MASSON
  •  • 7 324 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre "Qu’est-ce qu’un séisme ?" : …  Un séisme est une rupture soudaine de la croûte terrestre permettant de relâcher les contraintes accumulées dans les roches. Quand ces contraintes s’exercent au niveau d’une faille et atteignent une valeur critique qu’elle ne peut plus supporter, il y a rupture. Il en résulte un glissement (déplacement) brutal le long de la faille, qui génère des ondes sismiques se propageant à l’intérieur de la […] Lire la suite

SUBSIDENCE, géologie

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise BRUNET
  •  • 2 216 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre "Mécanismes initiateurs et modèles" : …  Un grand pas dans la compréhension des origines de la subsidence a été franchi avec l'étude des relations de la décroissance du flux thermique et de l'approfondissement des bassins océaniques avec l'âge, selon une courbe de refroidissement à allure exponentielle (constante de temps : 62,8 Ma ; Barry Parsons et John G. Sclater, 1977 ; cf.  lithosphère , fig. 8). Durant la formation des zones en ex […] Lire la suite

TECTONOPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 3 685 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre "La notion de croûte océanique et de croûte continentale" : …  Les premières données sont venues de la gravimétrie et de la sismologie. Les océans montrent une anomalie gravimétrique positive généralement forte (jusqu'à 200 mGal en correction de Bouguer). À la traversée des océans, les ondes sismiques longues, superficielles, cheminent plus rapidement ; les études sismiques en mer ont montré que les ondes P et S avaient aussi une vitesse plus grande dans une […] Lire la suite

TERRE La planète Terre

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Jean KOVALEVSKY, 
  • Evry SCHATZMAN
  •  • 12 045 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre "Structure du globe terrestre" : …  La densité des roches superficielles, égale à 2,7, très différente de celle de la Terre dans son ensemble, égale à 5,52, a conduit à conjecturer une composition variant avec la profondeur . En combinant la nature surtout granitique des roches de surface, celle, surtout basaltique, des roches issues des magmas rejetés par les volcans et la composition en fer-nickel de la majorité des météorites, on […] Lire la suite

TRACES ÉLÉMENTS EN

  • Écrit par 
  • Jean GONI, 
  • Michel LELEU
  •  • 2 755 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre "Le concept d'élément en traces" : …  Dans la bibliographie géochimique, il est courant de trouver, employés comme synonymes, des termes tels que : « éléments en traces » (ou « éléments traces »), « éléments rares », « oligoéléments », « éléments dispersés », « éléments mineurs », « éléments accessoires », etc. En général, c'est le critère pondéral qui définit un élément en traces. Dans le tableau , on a groupé les 80 éléments essenti […] Lire la suite

VOLCANISME ET VOLCANOLOGIE

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • Jean-François LÉNAT, 
  • Haroun TAZIEFF, 
  • Jacques VARET
  •  • 14 540 mots
  •  • 36 médias

Dans le chapitre " Origine du volcanisme" : …  Lorsqu'une fissure suffisamment profonde s'ouvre dans l'écorce terrestre, elle permet l'ascension jusqu'à la surface de magmas, matières minérales fondues qui se trouvent en profondeur à des températures supérieures à mille degrés et qui contiennent à l'origine une phase gazeuse en solution. Une quantité considérable d'énergie, essentiellement thermique et cinétique, est libérée à cette occasion. […] Lire la suite

ZEALANDIA ou ZÉLANDIA

  • Écrit par 
  • Camille CLERC
  •  • 1 160 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre "Qu’est-ce qu’un continent ?" : …  En géologie, un continent désigne une étendue majeure de terre, incluant les terres émergées et les plateaux continentaux immergés qui l’entourent. Par extension, les géologues distinguent sur la surface de la Terre deux principaux domaines caractérisés par un type de croûte spécifique : le domaine océanique et le domaine continental. La croûte océanique, qui recouvre 71 p. 100 de la surface du g […] Lire la suite