« GUERRE NUCLÉAIRE »

ARMÉE Doctrines et tactiques

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 8 017 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre "Atome et foules" : …  Arme de destruction massive, aux effets instantanés et éventuellement durables (radioactivité résiduelle), dégageant une énergie énorme contenue dans une masse très faible, n'exigeant donc qu'une faible logistique, facilement mise en œuvre, l'arme atomique apparaît, après Hiroshima, comme un facteur de rupture dans l'évolution de l'art de la guerre, aussi bien sur le plan stratégique que tactiqu […] Lire la suite

Le média de la recherche « GUERRE NUCLÉAIRE » :

Survivants d'Hiroshima
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

NUCLÉAIRE Applications militaires

  • Écrit par 
  • Paul BOUÉ, 
  • Thierry MASSARD, 
  • François OLIVE
  •  • 8 644 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre " Parades à une attaque nucléaire, moyens de protection" : …  Il est plus difficile de contrer une attaque nucléaire et de s'en protéger que de faire front à un bombardement conventionnel. Cela tient aux grands rayons de destruction des charges mais aussi à la soudaineté de l'agression, favorisée par le faible volume des têtes ainsi que par les performances des vecteurs modernes : un transport discret et rapide accentue l'effet de surprise. […] Lire la suite

NUCLÉAIRE HIVER

  • Écrit par 
  • Adelin VILLEVIEILLE
  •  • 977 mots

Des études, menées au début des années 1980, ont montré qu'une guerre nucléaire totale entre les États-Unis et l'Union soviétique aurait eu d'importants effets climatiques. Selon ces études, un voile nuageux durable se serait formé, opaque au rayonnement solaire. Dans les estimations les plus pessimistes, l'obscurcissement et le refroidissement consécutifs auraient été tels que leurs auteurs ont […] Lire la suite

STRATÉGIE ET TACTIQUE

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 3 639 mots

Dans le chapitre "Le vocabulaire militaire" : …  La différence entre les deux aspects – stratégie et tactique – de la conduite de la guerre est mise en relief par la résolution des gouvernements alliés prise lors de la conférence de Beauvais, le 3 avril 1918 : « Le général Foch est chargé par les gouvernements britannique, français et américain de coordonner l'action des armées alliées sur le front occidental ; il lui est conféré à cet effet to […] Lire la suite