« NÉO-GUELFISME »

NÉO-GUELFISME

  • Écrit par 
  • Gérard RIPPE
  •  • 243 mots

En 1843, l'abbé Vincenzo Gioberti publie en exil son Primato morale e civile degli Italiani : opposant la grandeur historique de son pays aux fausses valeurs propagées par la France, il propose son unification sous la forme d'un groupement des princes autour du pape, arbitre suprême. En 1845, ses Prolegomeni del P […] Lire la suite

GIOBERTI VINCENZO (1805-1852)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 1 034 mots

Né à Turin, orphelin de bonne heure, éduqué par les prêtres, Gioberti est ordonné prêtre en 1825. Penseur vigoureux, esprit batailleur, dont le style « plein de splendeur et de bile » (Franscesco De Sanctis) contraste avec la simplicité du genre de vie, il est rapidement attiré par la question nationale. Influencé tout d'abord par la Giovine Italia (Jeune-Italie) de Mazzini, avec lequel il rompra […] Lire la suite

RISORGIMENTO

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 4 803 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre "Les conspirations au grand jour. Les écrits politiques" : …  Entre 1831 et 1848, le mouvement national s'approfondit et s'élargit. La faillite de la Charbonnerie condamne le mouvement, qui disparaît comme force agissante. Le Risorgimento s'enrichit de l'expérience européenne des proscrits qui, en France, en Suisse, en Belgique, en Angleterre, observent les débuts de la révolution industrielle et le fonctionnement des régimes parlementaires. Dans la péninsul […] Lire la suite