« FEMMES AMOUREUSES, D. H. Lawrence »