« signe »

SIGNE ET SENS

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 783 mots
  •  • 1 média

Toutes les fois donc qu'on entreprend de donner une solution sémantique à des problèmes épistémologiques, le sens bascule à nouveau du côté du signe. Les lois du signe gouvernent alors celles du sens. Signe et sens en linguistique structurale La petite histoire du problème philosophique du signe et du sens servira de toile de fond à l'analyse proprement linguistique des mêmes concepts. […] Lire la suite

Les médias de la recherche « signe » :

Le voile, signe religieux

Le voile, signe religieux
Crédits : Frederick Florin/ AFP

photographie

Tripartition signe-sens-référence

Tripartition signe-sens-référence
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Écriture cunéiforme : naissance et évolution du signe «vase»

Écriture cunéiforme : naissance et évolution du signe «vase»
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Signe distinctif de la Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé

Signe distinctif de la Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les médias de « signe »

ROMBERG SIGNE DE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves MÉAR
  •  • 621 mots

Ce signe neurologique témoigne de l'aggravation d'un trouble de l'équilibre par la perte du contrôle visuel. Il se recherche chez le sujet en orthostatisme, pieds joints, les yeux fermés ou, mieux, bandés : apparaissent alors de grandes oscillations qui peuvent entraîner la chute du malade. Si des troubles de l'équilibre peuvent se voir dans de nombreuses circonstances pathologiques, le signe de Romberg a une grande spécificité et ne se rencontre que dans deux situations : le syndrome vestibulaire, d'une part, et les troubles de la sensibilité profonde, d'autre part. […] Lire la suite

DUCHAMP DU SIGNE, Marcel Duchamp - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 897 mots
  •  • 1 média

Les écrits de Duchamp du signe, réunissant la majorité des notes, textes et entretiens de Duchamp rédigés ou publiés entre 1914 et 1966, sont tout cela à la fois : des descriptions quasi scientifiques qui n'ont apparemment aucun sens, des jeux de mots désopilants qui cachent le sérieux propre à tout jeu véritable. Une machinerie loufoque Alors que la Boîte de 1914 (ainsi nommée car, dans une boîte fabriquée à cet effet, les notes de Duchamp étaient rangées) comporte peu de textes, parfois repris ultérieurement, la Boîte verte, confectionnée par Duchamp en 1934, compte un grand nombre de brèves ou de longues notices concernant l'une de ses œuvres les plus mystérieuses et les plus fascinantes : La Mariée mise à nu par ses célibataires, même. […] Lire la suite

LA CAPITALE DES SIGNES. PARIS ET SON DISCOURS (K. Stierle)

  • Écrit par 
  • Gilles QUINSAT
  •  • 918 mots

Au fil de son regard un monde sans hiérarchie ni forme se dessine, multipliant échanges d'identité et figures récurrentes – un pur agrégat de forces en mouvement, où le seul signe stable se révèle être l'argent, « signe indifférencié de la différence ». Quant à Baudelaire, s'il s'efforce de tracer lui aussi les contours de cette modernité, c'est en inventant une autre forme d'héroïsme fondée, elle, non pas sur la capacité de faire corps avec la psyché du personnage romanesque, mais sur une ouverture aussi grande que possible à l'indifférent qui forme le fond anonyme du spectacle de la ville : cette fois, « c'est la pluralité ouverte à perte de vue des expériences qui produit le mouvement du poème ». […] Lire la suite

GONGSUN LONG [KONG-SOUEN LONG] (env. 320-env. 250 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 644 mots

Le mot « concept » (ou « signe » : zhi, littéralement « doigt ») désigne ici des essences universelles (blanc, dur, cheval) en opposition avec les choses (ou objets, phénomènes : wu). D'une construction logique très rigoureuse, ce chapitre est d'un abord difficile : « Tout objet est un signe [concept], mais le signe [signifiant] n'est pas le signe [signifié]. […] Lire la suite

COURS DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE, Ferdinand de Saussure - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 852 mots
  •  • 1 média

 » De toutes les formules avancées par Ferdinand de Saussure, celle qui concerne le « signe » est probablement la plus discutée. Pour rompre avec la tradition philosophique qui se résume à définir le signe comme « quelque chose mis pour autre chose », Saussure ramène l'attention de la linguistique vers la constitution interne du signe en excluant le référent – la chose à quoi se substituerait le signe. […] Lire la suite

RÉFÉRENT

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 251 mots

La linguistique saussurienne, pour qui « le signe linguistique unit, non une chose et un nom, mais un concept et une image acoustique » (Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale), oblige à distinguer entre la fonction référentielle, ou dénotation, et la signification, ou rapport entre signifiant et signifié à l'intérieur même du signe. […] Lire la suite

SÉMIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Julia KRISTEVA
  •  • 5 442 mots
  •  • 1 média

 » La définition que Peirce donne de l'unité signifiante, le signe, n'est pas sans rapport avec celle des stoïciens : « Un signe, ou representamen, est quelque chose qui est là pour quelqu'un en vue de quelque chose sous quelque rapport ou capacité. Il s'adresse à quelqu'un, c'est-à-dire crée dans l'esprit de cette personne un signe équivalent ou éventuellement un signe plus développé. […] Lire la suite

PEIRCE CHARLES SANDERS

  • Écrit par 
  • Gérard DELEDALLE
  •  • 3 109 mots

La sémiotique divise le signe, suivant les catégories phénoménologiques ou phanéroscopiques, en signe qualitatif, en signe existant et en signe général. Chacune de ces divisions se subdivise elle-même suivant les trois catégories. Ainsi le signe existant est icône comme premier, indice comme deuxième, symbole comme troisième. L'icône est un signe qui renvoie à l'objet en vertu de caractères qui lui sont propres et qu'il possède, que l'objet existe ou n'existe pas : un diagramme, par exemple. […] Lire la suite

BABINSKI JOSEPH (1857-1932)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 622 mots

En 1896, il découvre le signe universellement connu maintenant sous le nom de signe de Babinski : inversion du réflexe cutané-plantaire en rapport avec une perturbation du faisceau pyramidal, qui se traduit par l'extension du gros orteil. En 1903, il complète ce signe par le signe de l'éventail. D'autres signes deviendront classiques en neurologie, tels que le signe du peaucier, le réflexe achilléen, le réflexe paradoxal du coude. […] Lire la suite

HJELMSLEV LOUIS TROLLE (1899-1965)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 696 mots
  •  • 1 média

Une langue de connotation est une langue qui a pour face signifiante (pour expression) une langue de dénotation ; et un signe de connotation a donc pour signifiant l'ensemble d'un signe de dénotation. Ainsi, la phrase « vé le beau brin de fille » dénote un certain message (« regarde la belle fille ») et connote en même temps l'origine méridionale du locuteur. […] Lire la suite

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) L'écriture

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 4 052 mots
  •  • 9 médias

Ils se placent soit devant, soit, plus souvent, à la suite du signe qu'ils complètent. Ainsi, le signe , représentant un pain posé sur une natte, se lit h(e)t(e)p, et le scribe écrira en utilisant deux compléments phonétiques, t et p , qui sont redondants puisque ces consonnes sont déjà incluses dans le signe-mot initial. Il est évident que les vingt-quatre signes unilitères constituaient, en germe, une écriture alphabétique. […] Lire la suite

PARRENO PHILIPPE (1964- )

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 644 mots

Maintenant, ce personnage nous appartient mais il n'a toujours pas d'auteur : c'est un signe vide. Ce qui nous semble intéressant, c'est de produire, à partir de ce signe, des auteurs ou des acteurs qui seront aussi des auteurs. Le projet est donc de voir comment ce signe va pouvoir faire histoire et comment ce personnage va pouvoir être un outil pour saisir le réel. […] Lire la suite

NUCLÉAIRE ARMEMENT (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Robert DAUTRAY, 
  • Thierry MASSARD
  •  • 1 830 mots

La France le signe le jour-même et le ratifiera le 6 avril 1998. En 2010, ce sont 151 États qui l'ont signé et ratifié. L'entrée en vigueur du Tice est conditionnée par sa ratification par les 44 États qui disposent d'une expertise nucléaire significative. Or neuf d'entre eux ne l'ont soit pas encore ratifié (Chine, Égypte, États-Unis, Indonésie, Iran, Israël), soit pas même signé (Corée du Nord, Inde, Pakistan). […] Lire la suite

BALZAC HONORÉ DE (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 445 mots

1833 Signe un contrat pour les Études de mœurs, première ébauche de La Comédie humaine. 1834 Début de sa liaison avec Madame Hanska. Publie La Recherche de l'absolu . 1835 Études philosophiques, Le Père Goriot et Louis Lambert (seconde version). 1836 Publie Le Lys dans la vallée. Renonce à la direction de la Chronique de Paris, acceptée en décembre 1835. […] Lire la suite

ATAXIE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 132 mots

Lorsque ses yeux sont fermés, le sujet atteint fait preuve d'une grande instabilité segmentaire et d'une quasi-incapacité de maintenir la station debout (signe de Romberg). C'est un signe caractéristique du tabès. L'état tabétique représente l'une des manifestations de la persistance de l'infection syphilitique chez un patient insuffisamment traité. […] Lire la suite

ACEUM (Accord Canada États-UnisMexique), anc. ALENA (Accord de libre-échange nord-américain)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 378 mots
  •  • 2 médias

Le 7 octobre 1992, l'ALENA avait été signé par les dirigeants de ces trois pays, George Bush, Brian Mulroney et Carlos Salinas de Gortari à San Antonio (Texas). Entré en vigueur le 1er janvier 1994, il éliminait presque tous les droits de douane entre ces États et se voulait clairement une réplique à la constitution d'une « forteresse Europe » symbolisée par le traité de Maastricht, signé également en 1992. […] Lire la suite

RÉTROFLEXE, linguistique

  • Écrit par 
  • Georges BOULAKIA
  •  • 130 mots

), on le note en prolongeant vers le bas la barre verticale du signe : [d]. On peut employer un autre signe diacritique. […] Lire la suite

NOTATION MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Hans FREUDENTHAL
  •  • 10 338 mots
  •  • 1 média

Tous ces signes sont toujours employés, en particulier le signe ∼ qui est préféré par les logiciens, mais la majorité des mathématiciens a adopté un signe introduit pour la négation par A. Heyting : il s'agit du signe ¬. Pour l'implication, Russell et Whitehead se servaient, comme Peano, du signe ⊃ de Schröder. Hilbert et son école introduisirent la flèche →, signe qui est plus suggestif et évite l'homonomie avec le symbole ⊃ ensembliste. […] Lire la suite

ENSEIGNER LE CHRISTIANISME, Augustin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 1 194 mots

La « parole visible » est un « signe naturel », qui fait connaître quelque chose au-delà de lui-même, « sans volonté ni désir de signifier », « comme la fumée quand elle signifie le feu ». C'est grâce à l'observation et à l'expérience qu'on sait qu'en dessous il y a un feu, « même si n'apparaît que la seule fumée » (II, i, 2). Précisant le rapport qui existe entre la trace et la nature du signe, Augustin en arrive à la conception d'un « signe naturel » qui serait, en quelque sorte, le degré supérieur de la signification. […] Lire la suite

DÉNOTATION

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 446 mots

Mais, tandis qu'avec celles-ci on est d'emblée sur le terrain épineux du sens exact à donner à ce mot, il se fait à propos de dénotation un assez large accord sur des formules dont celle de Miller (Langage et communication) reste la plus achevée : « La relation non causale établie entre un signe et son référent, spécialement lorsque ce dernier est une chose, un fait, une propriété physiques (denotatum). […] Lire la suite

NEUME, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 166 mots

) ; le neume est un signe graphique (du grec neuma, signe) que l'on plaçait au-dessus des syllabes à chanter, dans les livres d'église (antiphonaires, matutinaires, vespéraux). La notation neumatique dérive soit des accents grammaticaux, soit du système des points superposés. Cette graphie se perfectionna peu à peu en précision ; le scribe écrivit les neumes à des hauteurs différentes, puis apparurent les lignes (de une à quatre). […] Lire la suite

BURLE MARX ROBERTO (1909-1994)

  • Écrit par 
  • Francis RAMBERT
  •  • 662 mots

Roberto Burle Marx signe sa première œuvre en 1932, un jardin pour la maison Schwartz à Rio de Janeiro, un projet signé Lucio Costa et Gregori Warchavchik, puis il est engagé comme directeur au service des parcs et jardins de Recife, poste qui lui permet de mener ses propres expériences. Pour lui, un parc doit être un échantillon du paysage national, reflétant sa diversité et sa luxuriance. […] Lire la suite

OUADJET, religion égyptienne

  • Écrit par 
  • Florence GOMBERT
  •  • 182 mots

Comme presque toutes les déesses, elle tient le signe ouadj, « vert », le papyrus (les dieux tiennent le signe ouas, la force). Avec sa couronne rouge (couronne du pays du delta), Ouadjet symbolise le royaume du Nord, la Basse-Égypte, tandis que la déesse Nekhbet représente le royaume du Sud, la Haute-Égypte. Le culte d’Ouadjet est attesté à Bouto, en Basse-Égypte, où elle est associée à une forme d’Horus. […] Lire la suite

MARQUE, droit

  • Écrit par 
  • Francine WAGNER
  •  • 11 868 mots
  •  • 2 médias

La licéité du signe Le principe de liberté d'appropriation d'un signe comme marque est limité par l'impossibilité de choisir un signe qui serait contraire à l'ordre public ou aux bonne mœurs, déceptif ou interdit par prétexte spécial. Bien que l'article L.711-3 du Code de la propriété intellectuelle interdise l'adoption d'un signe contraire à l'ordre public et aux bonnes mœurs comme marque ou élément de marque, cette disposition est rarement appliquée. […] Lire la suite

FRANCKEN FRANS II, dit LE JEUNE (1581-1642)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 462 mots
  •  • 1 média

Jusqu'en 1616 au moins, il signe généralement De Jon F. Franck (De Jonge signifie le jeune) pour se distinguer de son père, qui signe alors De Oude F. Francken et dans l'atelier duquel il s'est formé ; puis, après 1628, il recourt lui-même à cette même signature pour ne pas être confondu avec son propre fils, Frans III. Une facture brillante et légère, extrêmement lisse et transparente, des couleurs claires et chatoyantes, des ombres peu marquées, une incroyable prolixité (le vrai bonheur de peindre, comme chez Teniers), un dessin élégant et heureux, une faculté d'inspiration très souple qui lui permet de s'inspirer de gravures anciennes (par exemple, Raimondi, Dirck Barendsz) ou d'œuvres paternelles, à l'occasion le sens de la grisaille — une grisaille toujours blonde et lumineuse — et du camaïeu (notamment dans de petites scènes entourant une plus grande placée au centre d'un panneau, ainsi dans Le Fils prodigue du Louvre), le goût du faste, des décors et des parures exotiques ou orientales, qui transforme les évocations religieuses ou historiques en divertissements de cour avec ce manque de sérieux qui annonce déjà le xviiie siècle, autant de traits cohérents qui caractérisent les productions sorties de l'atelier de Francken, un atelier vraiment collectif où l'artiste fait travailler plusieurs collaborateurs et dont il ne signe généralement pas les travaux quand ils ne sont réellement pas de sa main. […] Lire la suite

COSSA FRANCESCO DEL (1436 env.-env. 1478)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 770 mots

Le Mois de mars, dominé par le Triomphe de Minerve et le signe du Bélier, montre Borso rendant la justice puis partant pour la chasse, tandis que des paysans sont occupés à tailler la vigne. Avril est le mois de Vénus qui apparaît entourée de diverses évocations de la fécondité, de couples d'amants, des Trois Grâces. Le signe, ici, est le Taureau étoilé, placé entre une femme vêtue d'une robe flottante, ce qui indique peut-être une prochaine maternité, et un homme sauvage, aux dents de sanglier, accompagné d'un cheval blanc et d'un petit chien. […] Lire la suite

AFFINITÉ CHIMIQUE

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF
  •  • 1 166 mots

Dès lors, on déduit de l'inégalité (1), la condition : dans laquelle le signe du premier facteur détermine celui du second et caractérise ainsi le sens adopté par la réaction considérée. Néanmoins, avant de pouvoir attribuer pour cette raison un rôle d'affinité au premier facteur, il importe au préalable d'établir sa signification comme propriété du milieu envisagé. […] Lire la suite

TABÈS

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 240 mots

Le tabes dorsalis, ou tabès, se manifeste par des douleurs fulgurantes dans les membres associées à des troubles sensitifs qui affectent surtout la sensibilité profonde et sont responsables de troubles de la marche (ataxie) ; le signe de Romberg (chute dès l'occlusion des yeux) est positif et de très violentes crises gastriques se produisent. Le syndrome et le test ont été précisément décrits dès 1893 par Rudyard Kipling dans sa nouvelle Love-O'-Women. […] Lire la suite

ZOG Ier (1895-1961) roi d'Albanie (1928-1939)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Il signe en 1926 un pacte d'amitié et de sécurité avec l'Italie. En 1927, un second traité est signé entre l'Albanie et l'Italie. Proclamé roi en 1928, il prend le nom de Zog Ier, et son prénom jugé trop musulman est supprimé ; il épouse dix ans plus tard une Hongroise, Géraldine Apponyi. Le 7 avril 1939, les troupes de Mussolini envahissent l'Albanie et, le 8 avril, le pays est placé sous protectorat italien. […] Lire la suite

ARCADIUS FLAVIUS PIUS FELIX (377-408) empereur d'Orient (395-408)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 503 mots

Signe des temps que cette acceptation, au sein même du palais impérial de Constantinople, de Barbares à peine romanisés, signe des temps que cette division de l'Empire en deux entités distinctes, aux idéologies politiques et religieuses déjà adverses, signe des temps qui marque la fin de l'ère antique et les débuts du Moyen Âge. […] Lire la suite

LANGAGES DE MASSE

  • Écrit par 
  • Jean BAUDRILLARD
  •  • 3 009 mots
  •  • 2 médias

Les langages de la propagande et de la publicité sont des langages de masse, ils constituent le médium d'une socialisation massive des messages qui naît dans l'avènement simultané, au tournant du xixe siècle, d'une pratique politique de masse (sous le signe de la Révolution française et du suffrage universel) et d'une production massive (sous le signe de la révolution industrielle). […] Lire la suite

MÉTALANGUE & MÉTALANGAGE

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 646 mots

C'est pour les mêmes raisons que ces jeux de mots d'écoliers du Moyen Âge étaient absurdes : Mus rodit caesum, mus est syllaba, ergo syllaba rodit caesum (« La souris mange le fromage, mus est une syllabe, donc une syllabe mange le fromage ») ; on n'a pas le droit, dans le raisonnement, de faire conjointement usage du signifiant comme signe et comme partie du signe. […] Lire la suite

VALEUR, linguistique

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 548 mots

Pour le premier de ces deux concepts, on se rappellera que ce n'est pas la chose qui détermine la valeur, même si on a l'impression qu'un signe recouvre une réalité objective : c'est seulement le consensus, et notamment, par une détermination négative, le fait qu'un signe n'est pas l'équivalent d'un autre signe. C'est le jeu des oppositions intrasystémiques qui fonde la signification. […] Lire la suite

L'ORESTIE, Eschyle - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 854 mots
  •  • 1 média

Le monde du signe domine cette tragédie du péché et de l'expiation. Signe que chacun s'efforce de déchiffrer, signe trompeur conduisant Clytemnestre à tuer son époux avant de succomber victime de son fils, signe divin d'Athéna transformant les Érinyes en Euménides. Leur déchiffrement revient aux prophétesses, à Cassandre dans l'Agamemnon, à la Pythie de Delphes au début des Euménides. […] Lire la suite

DEGOTTEX JEAN (1918-1988)

  • Écrit par 
  • Servane ZANOTTI
  •  • 503 mots

« La vision s'efface au profit de l'impulsion gestuelle », dit Renée Beslon, qui signale que, dès 1953, l'expression par le signe est acquise. André Breton, qui préface l'exposition présentée en 1955 par Charles Estienne à la galerie L'Étoile scellée, voit dans la démarche de Degottex, dans la rapidité de son trait de pinceau, la possibilité d'un véritable automatisme en peinture, et révèle une disposition proche des œuvres des peintres japonais du sumi-e. […] Lire la suite

NON & NÉGATION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 965 mots

Vuillemin propose, dans une communication faite à l'université de Bruxelles en 1967 et que cite Gochet, une conception de la négation comme signe métalinguistique. Supposons un langage composé seulement de signes informatifs, dépourvu de signes logiques. On ne pourrait exprimer l'absence d'une situation que par l'omission du signe qui la désigne : ainsi, ne pas informer qu'il y a du danger et informer qu'il n'y a pas de danger seraient des conduites indiscernables. […] Lire la suite

ARMISTICE DE 1940

  • Écrit par 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 935 mots
  •  • 1 média

L'armistice franco-allemand signé à Rethondes le 22 juin 1940 par le général Huntziger et le général Keitel reste l'un des sujets les plus controversés de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. La « drôle de guerre » a pris fin le 10 mai 1940 avec l'invasion de la Belgique et de la Hollande par l'armée allemande. Le 13 mai, le front français est rompu dans la région de Sedan. […] Lire la suite

ORANGES GUERRE DES (1801)

  • Écrit par 
  • Jean de PINS
  •  • 289 mots

Un premier traité, signé à Badajoz, ne fut pas ratifié, le Premier consul estimant qu'il n'y trouvait pas son compte. Il s'agissait pour la France de fermer les ports portugais aux forces navales britanniques. Un second traité, signé à Madrid le 29 septembre, rétablit la paix entre l'Espagne et le Portugal, ce dernier ayant cédé aux exigences françaises. […] Lire la suite

GUILLAIN-BARRÉ SYNDROME DE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves MÉAR
  •  • 957 mots

Pourtant, le tableau clinique impose la ponction lombaire qui retrouve un signe capital : la dissociation albuminocytologique du liquide céphalorachidien. Les protéines sont en effet augmentées, parfois jusqu'à plusieurs grammes (normale inférieure à 0,40 g/l), alors que les cellules sont en nombre normal (inférieur ou égal à 2/mm3). Ce signe essentiel, généralement précoce, peut persister alors que la guérison s'amorce. […] Lire la suite

FRIEDRICH GÖTZ (1930-2000)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 835 mots

Il signe sa première mise en scène à Weimar en 1958 (Così fan tutte de Mozart) et est engagé l'année suivante à la Komische Oper, où il est premier metteur en scène entre 1968 et 1972. Dès lors, il signe environ cinq nouvelles mises en scènes par an, d'abord dans les deux Allemagnes puis à l'échelon international. Il se forge une réputation de metteur en scène exigeant, réclamant de longues périodes de répétition et capable de retarder la première d'un spectacle qu'il ne juge pas suffisamment prêt. […] Lire la suite

SÉLIM II (1524-1574) sultan ottoman (1566-1574)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 295 mots

Le règne de Sélim II aura été placé sous le signe de la paix en Europe et en Asie et aura vu les Ottomans devenir maître de la Méditerranée. Il marque cependant le début du déclin du sultanat. Sélim est en effet incapable d'asseoir son autorité face aux janissaires et se laisse dicter ses décisions par les femmes de son harem. […] Lire la suite

CONCATÉNATION, linguistique

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 322 mots

Dans les règles de réécriture, qui utilisent par simplification un système de notation semblable à celui des mathématiques, la concaténation est indiquée par le signe +. Ainsi, on écrira : SN ⇌ art. + N (le syntagme nominal se réécrit sous la forme : article suivi du nom), ou P ⇌ SN + SV (la phrase se réécrit sous la forme : syntagme nominal suivi de syntagme verbal). […] Lire la suite

WYDITZ HANS (actif de 1497 à 1516)

  • Écrit par 
  • Victor BEYER
  •  • 338 mots

De l'ensemble des attributions, deux œuvres majeures et incontestables se distinguent : le Retable des trois rois, à la cathédrale de Fribourg, daté et signé 1505. Joh. Wyditz, que le chancelier de l'empereur Maximilien Ier, Conrad Stützl von Buchheim, a dû commander pour sa chapelle privée du Basler Hof, et le retable de la chapelle Schnewlin, dans cette même cathédrale, réalisé en collaboration avec le peintre Hans Baldung en 1514-1516. […] Lire la suite

PITYRIASIS VERSICOLOR

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 315 mots

On identifie ces taches achromiques à ce qu'elles donnent le signe du copeau. Dans l'ensemble, l'évolution de la maladie non traitée est indéfinie. Le traitement fait appel aux divers fongicides locaux dont il faut badigeonner en cures prolongées tout le tronc, certaines parties apparemment intactes étant en réalité parasitées comme le montre l'examen en lumière de Wood. […] Lire la suite

GALE

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 640 mots

Dans tous les cas, un bon élément d'appoint est la présence de prurit dans l'entourage du malade (signe du conjoint). Non traitée, la gale persiste indéfiniment. Le traitement qui succèdera à un nettoyage complet de la peau du sujet fait essentiellement appel à des applications soigneuses d'une solution alcoolique de benzoate de benzyle ou à l'hexacyclohexane qui ont supplanté les traitements anciens (frotte). […] Lire la suite

BENVENISTE ÉMILE (1902-1976)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 2 995 mots
  •  • 1 média

L'arbitraire du signe est une illusion née de la croyance qu'on peut autonomiser le signe par rapport aux relations qui, seules, le déterminent à l'existence. Ainsi se trouvait soulevée par un article qui fit époque (« Nature du signe linguistique », ibid.) une question qui fut largement débattue depuis : quelle est la portée exacte de la notion de signe ? Dans la mesure où Benveniste, plus strictement encore que Saussure, articulait le signe et le système, il devait, afin de donner à ses conceptions la précision nécessaire, exposer les principes constitutifs de tout système de signes possible. […] Lire la suite

GRAMMAIRE GÉNÉRALE ET RAISONNÉE, Antoine Arnauld et Claude Lancelot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 782 mots

Une théorie du signe « Ainsi l'on peut définir les mots, des sons distincts et articulés dont les hommes ont fait des signes pour signifier leurs pensées. C'est pourquoi on ne peut bien comprendre les diverses sortes de significations qui sont enfermées dans les mots, qu'on n'ait bien compris auparavant ce qui se passe dans nos pensées, puisque les mots n'ont été inventés que pour les faire connaître. […] Lire la suite

DE MILLE AGNES (1905-1993)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 646 mots

Martha Graham, pour sa part, a déjà signé Primitive Mysteries (1931), qui exalte les sentiments religieux des Américains, et qui sera suivi de Letter to the World, en hommage à la poétesse Emily Dickinson, mais surtout d'Appalachian Spring (1944), évocation de la vie des pionniers américains. En 1942, Agnes De Mille fait sensation. Elle signe en effet le bouillant Rodeo sur des musiques enlevées d'Aaron Copland, avec en toile de fond le Colorado des cow-boys. […] Lire la suite

LEMURIA & PARENTALIA

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BRISSON
  •  • 381 mots

Dans la mentalité antique, l'offrande d'une victime animale était le signe d'une séparation par l'affectation précise des diverses parties de la bête : aux dieux les entrailles et la graisse ; aux hommes la viande. Au contraire, les offrandes végétales, qui ne supposaient aucune distinction du même ordre, étaient signe de communion. Elles étaient réservées aux morts parce qu'ils font partie de la même société que les vivants et que leur place doit y être officiellement reconnue ; sans quoi, ils risquent de manifester leur mécontentement, comme toute catégorie sociale négligée. […] Lire la suite