« matérialisme+naturaliste »

BRUNETIÈRE FERDINAND (1849-1906)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 398 mots

Il critique sans aucune complaisance ses contemporains et, en 1883, dans Le Roman naturaliste, il condamne l'entreprise de Zola et son « matérialisme scientifique », ainsi que ce qu'il appelle son mépris des valeurs morales et du Beau. Selon les convictions de Brunetière, on ne peut dissocier l'art et la morale. Aussi juge-t-il avec beaucoup de sévérité Baudelaire et tous ses successeurs du Parnasse, qui se réclament de la gratuité de l'art. […] Lire la suite

SATANISME, littérature

  • Écrit par 
  • Max MILNER
  •  • 3 570 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'il entreprend la rédaction de Là-bas (1891), Huysmans est à la recherche d'une formule qui lui permette de sortir de l'ornière du matérialisme naturaliste sans renoncer au souci documentaire et à la description vigoureuse des réalités les plus rébarbatives qu'il a appris à cette école. Les détails sur la messe noire et le culte contemporain de Satan, qu'il obtient par l'intermédiaire d'une éphémère maîtresse et d'un abbé sentant le soufre, satisfont sa curiosité et son besoin de renouvellement esthétique plutôt qu'ils n'émeuvent les tréfonds de son être affectif. […] Lire la suite

MARX KARL (1818-1883)

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 542 mots
  •  • 3 médias

Du point de vue théorique, la période de jeunesse de Marx l'a conduit de la philosophie idéaliste allemande, dont la dialectique hégélienne était la forme la plus systématique, au matérialisme « critique » (sous l'influence prépondérante de Feuerbach), puis au matérialisme historique. Ce processus de transformation a permis la combinaison de la philosophie allemande et du socialisme (essentiellement français). […] Lire la suite

LES ROUGON-MACQUART, Émile Zola - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 1 115 mots
  •  • 1 média

La science lui offre un certain nombre de principes (le matérialisme, l'hérédité), voire de contraintes. En retour, le projet intégrera la science qui, relevant du réel visé, fera partie du roman, notamment avec Le Docteur Pascal (1893), ultime volume de la série. Ce sont là autant de filtres qui permettent à Zola d'élaborer son projet, de lire cette époque et d'acquérir des points de vue sur le réel qui enrichiront sa pensée avant de féconder son imaginaire. […] Lire la suite

GENERELLE MORPHOLOGIE DER ORGANISMEN (E. Haeckel)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 1 126 mots
  •  • 1 média

En premier lieu, alors que le naturaliste anglais était extrêmement prudent au sujet des implications métaphysiques de sa théorie, Haeckel revendique un matérialisme militant : l’évolution prouve selon lui que tout dans la nature, et spécialement dans le monde vivant, peut s’expliquer par les propriétés de la matière. En suggérant ainsi que l’idée d’évolution doit mener à l’athéisme, il va contribuer à radicaliser l’opposition des religions à cette théorie. […] Lire la suite

ÉPICURISME

  • Écrit par 
  • Geneviève HÉBERT
  •  • 949 mots

) ait écrit un admirable traité – le De natura rerum –, la postérité a moins retenu cette thérapie de l'âme austère et rigoureuse – il n'y a pas de dieu à craindre ; la mort est hors de toute sensation ; le bonheur est accessible ; on peut supporter –, que le « matérialisme » et la prétendue apologie du plaisir. Sans grand rapport avec leurs homonymes modernes, les atomes épicuriens proposent cependant une physique sans métaphysique et sans théologie, même si elle n'est pas athée. […] Lire la suite

CRÉATIONNISME

  • Écrit par 
  • Pietro CORSI
  •  • 1 078 mots

), qui étaient vues comme des expressions d'une pensée athée, socialement et politiquement dangereuse (le matérialisme scientifique était tenu pour l'une des causes de la Révolution française et de l'insubordination sociale), contribua dans plusieurs pays au développement d'un créationnisme scientifique et religieux. En France, des épigones de Cuvier, moins prudents que leur maître, établirent la prétendue succession de créations et de destructions qui avaient marqué l'histoire de la vie sur Terre. […] Lire la suite

MARXISME Les révisions du marxisme

  • Écrit par 
  • Pierre BOURETZ, 
  • Evelyne PISIER
  •  • 3 663 mots
  •  • 1 média

Le matérialisme dialectique prend le marxisme au piège de l'illusion déterministe et dogmatique. Contre Hegel et Marx, contre tout schéma de la « ruse de la raison », Bernstein prône le retour à une pensée critique qui confronte ses hypothèses à la réalité et reconnaisse l'importance des idées, des valeurs, des idéaux qui ne sauraient se réduire aux purs reflets des conditions matérielles d'existence. […] Lire la suite

MORGAN LEWIS HENRY (1818-1881)

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 3 684 mots

Howitt, pionniers à des titres divers de l'ethnographie américaine et australienne, loué par Marx et Engels pour avoir redécouvert les principes fondamentaux du matérialisme historique, rejeté avec violence par F. Boas, B. Malinowski, W. Koppers et R. Lowie pour avoir fourvoyé l'ethnologie dans les impasses de l'évolutionnisme du xixe siècle, recevant cependant en 1947 l'hommage de C. […] Lire la suite

BRUNO GIORDANO (1548-1600)

  • Écrit par 
  • Jean SEIDENGART
  •  • 5 290 mots

À cet égard, Dieu est tout à fait indispensable à la philosophie de Bruno, quoi qu'on ait pu dire de son athéisme ou de son matérialisme. Cependant, cette Unité, qui fonde la cohérence du tout et de la doctrine de l'infini, bien qu'elle soit pensable, demeure en elle-même incompréhensible. […] Lire la suite

SYMBOLISME Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Daniel GROJNOWSKI
  •  • 2 685 mots
  •  • 2 médias

Dans tous les cas, les écrivains et artistes qu'assemble la désignation « symbolisme » dénoncent une société vouée au « matérialisme » par le progrès technique. Ils recourent volontiers à des manifestes, à des écrits théoriques et ils partagent les mêmes credos spiritualistes. On rendra compte de cette esthétique en considérant tour à tour une école et un imaginaire, quelques figures de proue, des idées-forces, des thèmes en vogue, mais aussi des œuvres auxquelles on doit un remarquable renouveau littéraire et artistique. […] Lire la suite

ROMAN Roman et société

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 697 mots
  •  • 5 médias

Ils tendent en effet à renier leur classe d'origine pour son inhumanité, son conformisme, son « matérialisme », mais d'autre part ils se savent nécessairement voués (sous peine de trahir la vérité) à dépeindre (et à critiquer) les seuls groupes, les seuls rapports sociaux qu'ils peuvent observer directement. Cette contradiction caractérise Flaubert, Melville, Dostoïevski, Conrad et plus nettement encore les grands romanciers du premier tiers du xxe siècle, quand le « système de classes » devient de plus en plus évident, la « crise des valeurs » de plus en plus aiguë, et l'écart de plus en plus considérable entre académisme et avant-garde. […] Lire la suite

PRAGMATISME

  • Écrit par 
  • Gérard DELEDALLE
  •  • 4 614 mots

Car comment expliquer dans ce cas leur propre position philosophique à l'apogée de la révolution industrielle ? En fait, les pragmatistes furent les premiers à dénoncer le matérialisme de la nouvelle société industrielle ; et le plus véhément fut certainement William James qui stigmatisa le « relâchement moral né du culte exclusif de la déesse-chienne de Réussite ». […] Lire la suite

DÉTERMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 9 713 mots

Ici apparaît la complexité du problème posé par le matérialisme historique tel que le formule Engels : si celui-ci tente d'étendre à toute l'interprétation de l'histoire un principe de détermination en dernière instance « par la production et la reproduction des conditions d'existence matérielles », incluant « l'action en retour » des « superstructures idéologiques » sur leur base, il n'en récuse pas moins le principe du déterminisme comme héritage du « matérialisme mécaniste » (et comme transposition naturaliste de la « conception théologique de la nature »), et s'oppose par là à l'interprétation du marxisme comme « déterminisme économique » adoptée même par certains marxistes (Lafargue), qui rend inintelligibles les transformations sociales réelles. […] Lire la suite

PROLÉTAIRES ÉCRIVAINS SCANDINAVES dits

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 3 238 mots

Ditte, fille des hommes (1917-1921) fournissait l'épreuve négative du précédent livre : la société moderne, avec ses injustices, n'hésite pas à sacrifier ceux qui ne savent pas s'opposer à son égoïsme et à son matérialisme triomphant. Ce type d'écrivain avait été qualifié, dès 1906, par le critique suédois Bengt Lidfors, d'arbetarskald (« écrivain prolétaire »). […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 044 mots
  •  • 5 médias

À cette époque, Peter Brook, déjà en passe de devenir un pilier de la mise en scène moderne, entreprit un moment de faire la synthèse entre le théâtre épique de Brecht, essentiellement fidèle au matérialisme dialectique, et le théâtre de la cruauté d'Artaud, qui renouait avec l'esprit magique. Le célèbre Marat-Sade de Peter Weiss, dans une version cinématographique (1966), concrétisa cette tentative. […] Lire la suite

SPENCER HERBERT (1820-1903)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 3 668 mots
  •  • 1 média

De là, la partie préliminaire des Premiers Principes (où, ménageant l'esprit de son époque, il répudiait également le matérialisme) consacrée à l'inconnaissable, partie qui, paradoxalement, pensa-t-il, attira l'attention des lecteurs au détriment des chapitres suivants. En fait, l'agnosticisme de Spencer manifeste bien l'aspect de compromis que revêt son œuvre où la science et la religion sont réconciliées et la dynamique et la statique réunies. […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 758 mots
  •  • 6 médias

En 1865, Germinie Lacerteux des Goncourt annonce l’évolution du roman réaliste vers le roman naturaliste avec l’adoption du modèle expérimental et l’extension du personnel romanesque aux classes les plus défavorisées. Une vie (1883) de Maupassant retrace ainsi le parcours ordinaire qui transforme une jeune fille anodine en aïeule désabusée. Évidemment des oppositions s’organisent tout au long du siècle au matérialisme romanesque : récit bref fantastique (Prosper Mérimée), roman idéaliste (Octave Feuillet, Victor Cherbuliez, Albert Delpit), roman psychologique (Édouard Dujardin, Paul Bourget), romans mystiques (Joséphin Peladan, Huysmans après sa rupture avec le naturalisme). […] Lire la suite

DARWINISME

  • Écrit par 
  • Dominique GUILLO, 
  • Thierry HOQUET
  •  • 5 497 mots

Par ailleurs, se réclamant du darwinisme, de nombreuses idéologies ont circulé, le plus souvent sans grand rapport avec l'œuvre de Darwin : ce darwinisme dit social a ainsi prétendu justifier le racisme, le colonialisme, le matérialisme, le sexisme...Selon l'Oxford English Dictionary, le terme Darwinism s'applique d'abord non à Charles Darwin, l'auteur de On the Origin of Species by Means of Natural Selection (L'Origine des espèces), mais à son grand-père, Erasmus Darwin, pour qui toutes les formes vivantes s'étaient développées à partir d'un filament primordial. […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 123 mots
  •  • 10 médias

Se réclamant d'un strict matérialisme et d'un réductionnisme physico-chimique absolu, ils admettaient par ailleurs l'hérédité des caractères acquis, alors même que celle-ci était désormais mise en cause par les darwiniens stricts. Ces courants étaient parfois influencés par des conceptions politiques hostiles à l'idée que l'évolution de l'homme fût aléatoire et incontrôlable. […] Lire la suite

SYMBOLISME Arts

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 5 745 mots
  •  • 4 médias

Refus du matérialisme, du positivisme, refus d'une société que le « progrès » scientifique enlaidit et dégrade ; opposition à ses thuriféraires, qui la justifient scientifiquement ou philosophiquement ; rejet des esthétiques qui célèbrent le culte de cette réalité. Courbet déclarait : « Je tiens la peinture pour un art essentiellement concret qui ne peut consister que dans les représentations des choses réelles et existantes ; c'est une langue toute physique qui se compose pour moi de tous les objets visibles. […] Lire la suite

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 945 mots

Longtemps hantée par le déclin et la chute de l'Empire romain d'Occident, la réflexion sur la décadence est solidaire d'une méditation sur l'Histoire dans laquelle elle s'inscrit. Elle l'est également de spéculations sur le destin des civilisations dont le devenir est souvent interprété à partir d'un modèle unique qui se résout en une métaphore organiciste : les individus vieillissent, les espèces dégénèrent, les États périclitent. […] Lire la suite

EXPLORATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 13 773 mots
  •  • 1 média

Les grands voyages de découverte et d'exploration sont liés à la conjonction de volontés et de moyens techniques. Il faut les navires, les marins entraînés, les armateurs officiels ou privés, une volonté politique, mais avant tout des motifs assez puissants pour rompre les amarres, quitter la sûreté des quais pour l'inconnu et ses risques.Les motifs et mobiles sont nombreux, souvent entremêlés, à la fois individuels et collectifs. […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 170 mots
  •  • 29 médias

Toute histoire littéraire sous-entend une perspective et la perspective a rapport au temps présent, le passé étant vu en fonction de problèmes contemporains ; ainsi, maint écrivain dont le nom est consacré dans le panthéon des célébrités peut se trouver aujourd'hui ou demain dans la situation de la semence qui tombe sur le basalte. Si l'on conçoit l'histoire littéraire comme dynamique et non plus comme un « ciel des étoiles fixes », il va de soi que le facteur déterminant n'est pas tellement la valeur absolue de la semence, mais plutôt la relative fertilité du sol. […] Lire la suite

NOUVELLE-ZÉLANDE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE
  •  • 12 808 mots
  •  • 10 médias

Situées le long de la « ceinture de feu » du Pacifique, à la jonction des plaques tectoniques Pacifique et Indo-Australienne, les deux grandes îles de la Nouvelle-Zélande, qui comptent 4,2 millions d'habitants (2006), forment la pointe sud du Triangle polynésien. À quelque 2 200 kilomètres des côtes australiennes et à 2 000 kilomètres de Tonga, l'île de Polynésie la plus proche, la Nouvelle-Zélande, isolée, se distingue par un climat tempéré océanique, un relief élevé – volcanique au nord –, une végétation endémique et variée. […] Lire la suite

BALZAC HONORÉ DE

  • Écrit par 
  • Maurice MÉNARD
  •  • 15 001 mots
  •  • 3 médias

Prométhée, Protée, homme à la robe de bure, créateur halluciné immortalisé par Rodin, Balzac a suscité toutes les imageries et toutes les gloses. L'œuvre immense vit, de réédition en réédition : elle est traduite et lue dans le monde entier et la télévision lui a redonné, plus que le cinéma, peut-être, une nouvelle fortune.La prodigieuse vitalité de cette vie aux multiples entreprises et au gigantesque travail littéraire se développe sur le terrain d'une famille bourgeoise représentative des ascensions de ce temps de mutations. […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 170 mots
  •  • 19 médias

 » Diderot, plus lucide envers lui-même et, comme bien d'autres, plaçant le mysticisme au sein même du matérialisme, avait exhalé son impatience à se savoir être de contrastes plus encore que de dialogue : « J'enrage d'être empêtré d'une diable de philosophie que mon esprit ne peut s'empêcher d'approuver et mon cœur de démentir. » Jamais, en Suède (Swedenborg et ses admirateurs), en Suisse (Lavater), en Russie (Alexandre Ier et cent autres), en Allemagne et en France, il n'y eut autant d'illuminés, de mystiques, de prophètes, et de charlatans peut-être devenus leurs propres dupes, qu'à la fin du siècle appelé rationnel et à l'aube du xixe. […] Lire la suite

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 725 mots
  •  • 20 médias

Par deux fois, lors de référendums organisés en 1972 et en 1994, les Norvégiens ont refusé que leur pays adhère à l'Europe communautaire. Pour expliquer cette nette réticence, de nombreux commentateurs ont tiré argument du fait que la Norvège a longtemps eu à subir le joug de pays étrangers comme le Danemark puis la Suède. Par conséquent, elle serait particulièrement sensible aux abandons de souveraineté qu'une participation directe à la construction européenne entraînerait inévitablement. […] Lire la suite

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 333 mots
  •  • 25 médias

La Pologne est le plus important des dix États entrés dans l'Union européenne en mai 2004. Après quarante-cinq années passées sous domination soviétique, les nouveaux dirigeants du pays ont tous présenté cette adhésion comme un « retour » à l'Europe, une « réunification ». C'est dire combien la Pologne se considère enracinée dans la tradition occidentale. […] Lire la suite

 
 

Recevez les offres exclusives Universalis