« Vitalisme »

VITALISME

  • Écrit par 
  • Marie-Christine MAUREL
  •  • 3 757 mots
  •  • 3 médias

du vivant, y compris de celles qui ont trait à la génération. La naissance du vitalisme Le vitalisme s'est donc affirmé contre le mécanisme cartésien qui était fondé sur le principe d'inertie (inertie de la matière). Or l'inertie (du latin iners, inertis […] Lire la suite

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 547 mots

de l'objectivité physique en formes manifestées a été conçue comme un processus sans réel contenu objectif. Le vitalisme structuraliste et sémiotique Avant d'exposer brièvement divers aspects de ces entreprises de subjectivation, il est bon de dire quelques mots sur le vitalisme du xix […] Lire la suite

RÉDUCTIONNISME & HOLISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 6 924 mots

, conséquence d'un choix instrumental, n'implique aucune thèse ontologique. Le vitalisme (par exemple l'hypothèse que vivant et non-vivant diffèrent, et que ces différences sont de type d'organisation plutôt que de substance) n'est pas rejeté comme faux ni incorrect ; seulement, il ne constitue […] Lire la suite

BERGSON HENRI (1859-1941)

  • Écrit par 
  • Camille PERNOT
  •  • 8 102 mots
  •  • 1 média

sur sa capacité à subordonner l'indispensable développement matériel et technique aux exigences de la mystique. Le bergsonisme est-il un spiritualisme ou un vitalisme ; La doctrine, une fois de plus, se dérobe aux distinctions conceptuelles, trop tranchées : elle est indissociablement l'un […] Lire la suite

CANGUILHEM GEORGES (1904-1995)

  • Écrit par 
  • François DELAPORTE
  •  • 2 192 mots
  •  • 1 média

qu'il fallait une révolution dans la chimie et le détour pastorien par la cristallographie pour que la chimiothérapie tienne la promesse de l'idéologie. À l'époque où Merleau-Ponty constatait que « les discussions autour du mécanisme et du vitalisme restent ouvertes », Canguilhem abordait ces débats […] Lire la suite

ADY ENDRE (1877-1919)

  • Écrit par 
  • André KARATSON
  •  • 1 851 mots
  •  • 1 média

ses déchirements personnels et ceux de son pays. Deux images se superposent et se confondent ainsi : celle de l'homme, héros tragique du vitalisme, génie orgueilleux engagé dans la quête désespérée du bonheur physique et métaphysique, et celle de la Hongrie divisée entre l'Orient et l'Occident, accablée […] Lire la suite

DÉTERMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 9 720 mots

. C'est cette simultanéité, paradoxale au regard du conflit traditionnel du mécanisme et du vitalisme, qui est seule véritablement opératoire. L'identification des « effets » Ainsi l'efficacité scientifique de la catégorie de déterminisme est-elle soumise à des conditions précises qui caractérisent un […] Lire la suite

DRIESCH HANS (1867-1941)

  • Écrit par 
  • Jane M. OPPENHEIMER
  • , Universalis
  •  • 810 mots

du vitalisme, selon lequel les phénomènes biologiques ne peuvent se réduire aux seules lois de la physique-chimie. Ses résultats expérimentaux donnent à cette nouvelle science qu'est l'embryologie expérimentale une forte impulsion. Hans Driesch fait à la discipline de nombreux autres apports […] Lire la suite

PAPINI GIOVANNI (1881-1956)

  • Écrit par 
  • Sandro BRIOSI
  •  • 745 mots

de l'existence, centrée sur une exaltation solipsiste du moi. Il développe ces idées dans la revue Leonardo qu'il créa à Florence en 1903 et qui se présente comme l'une des premières manifestations du vitalisme, doctrine qui, au cours des années suivantes, jouera un rôle important […] Lire la suite

PROLÉTAIRES ÉCRIVAINS SCANDINAVES dits

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 3 255 mots

de mettre en scène un personnage central humain, lui préférant une collectivité (ferme, usine), voire une machine (bateau, tracteur) autour de laquelle gravite une communauté. En revanche, ils se trouvent très orientés par un certain primitivisme ou vitalisme (culte de la vie brute) dont, en définitive […] Lire la suite

WROŃSKI HOËNÉ (1776-1853)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 949 mots

construit presque tout son système autour de la négation du principe d'inertie. N'étant pas inerte, la matière ne s'oppose pas à l'esprit. Comme Schelling, il propose une synthèse du vitalisme leibnizien et de la théorie kantienne de la finalité interne. À la suite de Spinoza, il fait résider […] Lire la suite

BABITS MIHÁLY (1883-1941)

  • Écrit par 
  • André KARATSON
  •  • 1 200 mots

époque, la perspective d'un renouveau général, artistique et politique, tient en effervescence l'intelligentsia hongroise. Tout en épousant sans réticence la cause des Modernes, le poète se limite alors à la recherche des thèmes et des moyens d'expression inédits. Face au vitalisme d'Endre Ady […] Lire la suite

BARYE ANTOINE LOUIS (1796-1875)

  • Écrit par 
  • Jacques de CASO
  •  • 749 mots
  •  • 1 média

entraîner leur admiration alors qu'eux-mêmes s'efforçaient de comprendre les structures du monde naturel et son vitalisme. Au même titre que la nature sauvage, l'animal représente pour Barye — comme pour les romantiques — un aspect essentiel, encore intact, de la création mais, comme cette dernière, menacé […] Lire la suite

BERTHELOT MARCELIN (1827-1907)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 605 mots
  •  • 1 média

en pourfendeur du vitalisme, créant ainsi une légende « suivant laquelle, au seul nom de Berthelot, les fumées de l'obscurantisme se seraient brusquement dissipées ! » Il en fut bien autrement ; nombreux étaient les chimistes, avant lui, qui crurent la synthèse possible ; le propre de Berthelot fut […] Lire la suite

BERZSENYI DÁNIEL (1776-1836)

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 525 mots

n'est jamais larmoyant : même dans ses poèmes pleins de nostalgie pour son pays natal ou pour ses amours perdues, on perçoit l'énergie qui l'anime. Ce vitalisme lui permet d'insuffler une nouvelle vie à la poésie hongroise traditionnellement rimée et accentuée en adaptant les formes métriques, comme le vers alcaïque ou la strophe saphique. […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 19 médias

ont, au même moment, réinterprété non seulement la jeunesse de la mythologie grecque, mais les intuitions panthéistes qu'exprimaient ces légendes et le sens qu'elles avaient d'un vitalisme dynamique au sein de la nature. Thèmes et positions Rapports avec l'histoire et avec la philosophie Il ne […] Lire la suite

BROWNE sir THOMAS (1605-1682)

  • Écrit par 
  • Pascal AQUIEN
  •  • 829 mots

de Montpellier. C'est là qu'il découvrit la théorie du vitalisme, c'est-à-dire la croyance en un principe vital, indépendant de l'âme, qui donne vie, mouvement et chaleur à la matière vivante et donc au corps humain tout entier. C'est aussi à Montpellier qu'il observa avec consternation l'intolérance […] Lire la suite

BRUNO GIORDANO (1548-1600)

  • Écrit par 
  • Jean SEIDENGART
  •  • 5 287 mots

pas d'Autre. Aussi la théologie brunienne s'oppose-t-elle à cet artificialisme démiurgique pour suivre la voie du vitalisme naturaliste : « L'art est extérieur à la matière ; la nature est à l'intérieur [interior] de la matière. [...] La nature agit plus intimement en toutes choses […] Lire la suite

BUYTENDIJK FREDERIK (1887-1974)

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 1 277 mots

comme des « sujets » et non comme des objets d'expériences. Cette optique est la conséquence directe, soulignons-le, de la spécialisation de Buytendijk dans le domaine de la physiologie et non l'indice d'une quelconque conception de la conscience apparentée au vitalisme. Dans une ligne de réflexion […] Lire la suite

CARUS CARL GUSTAV (1789-1869)

  • Écrit par 
  • Paul-Henri BIDEAU
  •  • 973 mots

de réelles et fécondes tensions intérieures ; il interdit d'assimiler sa pensée à un vitalisme, voire à une philosophie comme celle de Klages. Lorsque meurt Carus, positivisme et darwinisme occultent presque totalement en Allemagne l'époque si riche en cheminements et les interrogations scientifiques […] Lire la suite

CLAUS HUGO (1929-2008)

  • Écrit par 
  • Paul GELLINGS
  •  • 1 623 mots
  •  • 1 média

à plusieurs reprises pour le prix Nobel, son œuvre, placée sous le signe d'un vitalisme hors pair, se caractérise par une écriture à la fois poétique et directe. Tout en s'inspirant volontiers des classiques, Claus ne redoute nullement de verser dans le propos burlesque, trivial, voire obscène. Un […] Lire la suite

CORPS - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 1 810 mots

la prise de conscience de modifications psychologiques, ou du vitalisme aristotélicien, puisqu'elle désigne une intégration de diverses données. Mais la perspective gestaltiste est impuissante à concevoir l'image du corps, car celle-ci est un fantasme. En dépit de sa théorie de l'imagination, Aristote ne […] Lire la suite

COURNOT ANTOINE AUGUSTIN (1801-1877)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 3 258 mots

), ni l'exposé simplifié de sa philosophie que constitue Matérialisme, vitalisme, rationalisme (1873) n'augmentèrent la réputation qu'il s'acquit, en 1834 (après avoir été pendant dix ans le secrétaire du maréchal Gouvion Saint-Cyr, qu'il aida à rédiger ses Mémoires […] Lire la suite

DELBRÜCK MAX (1906-1981)

  • Écrit par 
  • Pierrette KOURILSKY
  •  • 582 mots

de l'interprétation des mécanismes biologiques fondamentaux ; l'approche doit utiliser les données fondamentales de la physique théorique, car si des lois nouvelles sont dégagées, elles devront être en harmonie avec les principes déjà établis. Cette attitude, totalement étrangère à tout vitalisme, eut un […] Lire la suite

DUTROCHET RENÉ JOACHIM HENRI (1776-1847)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 344 mots

pour se rétablir, il exerça à nouveau la médecine tout en poursuivant des recherches scientifiques. Dutrochet consacra ses premières expériences à la physiologie humaine et à l'embryologie. Très opposé au vitalisme, il s'efforça de démontrer la similitude des fonctions biologiques des plantes […] Lire la suite

EMIL NOLDE (exposition)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 1 035 mots

pointilliste, voire – pour les paysages maritimes notamment – presque à l'abstraction. On reconnaît en permanence chez lui la volonté de mettre en évidence, avant tout, les forces vitales en action dans l'univers, aussi bien dans la nature que chez tout être vivant. D'où l'usage de couleurs vives, parfois criardes, opposées les unes aux autres de manière tranchée en tout cas, pour tenter de traduire ce « vitalisme » qui était toute sa philosophie. […] Lire la suite

ÉVÉNEMENT, sociologie

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 184 mots

. Cournot a souligné ce changement quand il a élaboré sa loi des trois états : vitalisme-histoire-rationalisme. Cela ne veut pas dire que les sociétés modernes ne laissent pas subsister des groupes sociaux qui continuent à faire appel à la divination (groupe féminin, groupe paysan, certains secteurs […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 096 mots
  •  • 10 médias

-même par l'abandon de toute référence à la « volonté inconsciente » des organismes comme moteur des comportements (usage ou non-usage des organes) qui les adaptent au milieu. Ainsi, tout soupçon de vitalisme était éludé et le néo-lamarckisme proposait un mécanisme de l'adaptation par l'influence directe […] Lire la suite

EXTRÊME DROITE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves CAMUS
  •  • 11 028 mots
  •  • 9 médias

ou Ernest Hello. Ce pessimisme mystique n’est pas partagé par toute la famille d’extrême droite. Le fascisme s’en sépare par son vitalisme et sa valorisation du progrès. Nombre de mouvements contemporains des droites radicales, dont le Rassemblement national, cultivent certes la nostalgie de certains pans […] Lire la suite

FERMENTATIONS

  • Écrit par 
  • Claude LIORET
  •  • 3 943 mots
  •  • 3 médias

, qui en retire le matériel nécessaire à sa croissance et à sa nutrition ». Les « autorités » de l'époque, Wöhler, Liebig, Berzelius, s'insurgèrent contre cette conception taxée de vitalisme. Selon eux, la levure devait intervenir par une action catalytique de surface ou par transmission de « vibrations […] Lire la suite

FIXISME

  • Écrit par 
  • Hervé LE GUYADER
  •  • 994 mots

. Mais si l'on remplace « création » par « génération spontanée », c'est-à-dire passage de l'inanimé à l'animé (ce que défend le vitalisme), on retrouve le thème de « l'origine de la vie », événement qui ne s'est passé qu'une fois sur Terre, il y a de cela quelque 3,5 milliards d'années. […] Lire la suite

FRANCIS SAM (1923-1994)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 896 mots

telle facilité qu'il semble au spectateur que ces œuvres font corps avec l'artiste. Pleines de vitalisme, puissamment colorées, les peintures de Francis sont l'espace où s'est matérialisée la lutte de l'artiste avec lui-même et, essentiellement, le lieu symbolique et physique où devait se […] Lire la suite

FRANCIS BACON (exposition)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 447 mots

du fait », chère à Bacon, ne pouvait être rendue que par la violence picturale. Pour que la vie apparaisse dans la toile, pour que l'existence soit piégée dans l'image du tableau, il faut que la peinture soit une forme capable à la fois de représenter le vitalisme des actions propres aux êtres vivants […] Lire la suite

FRUSTRATION

  • Écrit par 
  • Jacques NASSIF
  •  • 7 788 mots

Schleuzer lui oppose, au début du siècle suivant, une théorie tirée de l'iatromécanique. Puis ce sont le « vitalisme » de l'école de Montpellier et le « neurisme » de l'école d'Édimbourg qui seront appelés à la rescousse. C'est très précisément dans ce contexte, mais au sein d'une autre école, celle […] Lire la suite

HOMÉOPATHIE

  • Écrit par 
  • Olivier FAURE
  •  • 7 626 mots
  •  • 5 médias

. En réaction à ces deux écoles, le vitalisme, largement implanté à Montpellier autour de Théophile de Bordeu (1722-1776) et de Paul-Joseph Barthez (1734-1806), affirmait à partir des années 1750 que « les phénomènes de la vie ne se rapportent ni à la matière ni à l’âme mais à un principe intermédiaire […] Lire la suite

INDIVIDUATION

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 414 mots

histoire philosophique, dont on peut indiquer plusieurs temps forts : saint Thomas et le principe d'individuation des formes substantielles ; Leibniz reprenant l'hypothèse d'un tel principe pour critiquer le cartésianisme ; le vitalisme moderne, de la constitution du concept d'organisation […] Lire la suite

INFORMATION GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Henri ATLAN
  •  • 6 223 mots
  •  • 1 média

d'information et sur la nature du code génétique permettaient désormais de donner un contenu mécanique à la notion d'« idée directrice » – encore empreinte de vitalisme – que Claude Bernard utilisait pour expliquer le développement orienté vers le futur, d'un embryon à partir de la cellule œuf. Dans cet […] Lire la suite

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 123 mots
  •  • 15 médias

Traiter de l'esthétique d'une langue, c'est se faire chasseur d'ombres. La linguistique moderne a assez démontré qu'une langue en soi n'est ni belle ni laide, que les considérations par lesquelles on justifie tel ou tel choix sont inspirées par des goûts personnels, que les règles sur lesquelles il se fonde n'ont rien de rigoureux ni de logique, qu'elles sont toutes extérieures à l'objet qu'elles […] Lire la suite

KLIMT GUSTAV (1862-1918)

  • Écrit par 
  • Yves KOBRY
  •  • 2 681 mots
  •  • 4 médias

-impressionnisme en recourant à une touche fragmentée, dispersée et rapide afin de restituer le vitalisme de la nature. Cette technique très particulière le conduira aux confins de l'abstraction avec Le Parc, (1910, MoMA, New York), anticipant ainsi sur les recherches menées […] Lire la suite

LA BALLADE DE L'IMPOSSIBLE et LE PASSAGE DE LA NUIT (Haruki Murakami)

  • Écrit par 
  • Antonin BECHLER
  •  • 1 168 mots

directement citées (comme dans Kafka sur le rivage), recourant à un « vitalisme » porteur d'une harmonie universelle capable de renouer le lien physique de l'homme moderne à son environnement naturel et social. Depuis le milieu des années 1990, on constate également une évolution […] Lire la suite

LAMARCK JEAN-BAPTISTE DE MONET chevalier DE (1744-1829)

  • Écrit par 
  • Charles BOCQUET, 
  • Pietro CORSI
  •  • 3 180 mots
  •  • 1 média

vers le perfectionnement « élément central de la doctrine de Lamarck, trop entaché de vitalisme et de spiritualisme » n'avait pu, pour cette raison, acquérir droit de cité dans la seconde moitié du xixe siècle. La destinée du lamarckisme Le courant […] Lire la suite

LE HASARD ET LA NÉCESSITÉ (J. Monod) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Antonine NICOGLOU
  •  • 458 mots
  •  • 1 média

distinction entre les idées qui peuvent être suggérées par la science (objet de l'ouvrage) et la science elle-même. À travers cette approche, il en vient à critiquer le vitalisme (tradition philosophique qui envisage la vie comme de la matière animée d'un principe ou force vitale, qui s'ajouterait […] Lire la suite

LÉONARD DE VINCI (1452-1519)

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 12 068 mots
  •  • 8 médias

, etc. Jusque dans la croissance des métaux, la nature se comporte comme un vivant gigantesque (Anatomie B, fo 28, vo). On sent ici poindre le « vitalisme » d'un Paracelse. Mais Léonard ne se tient pas à l'intuition ; pour rendre compte […] Lire la suite

LEWIS PERCY WYNDHAM (1882-1957)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques MAYOUX
  •  • 1 079 mots

, doué d'un pouvoir d'expression exceptionnel. Wyndham Lewis fut le plus intellectuel des artistes. À Paris il suivit les cours de Bergson dont il renia très vite le vitalisme, tandis qu'il retenait à jamais la théorie du comique qui viendrait de ce qu'on voit un automate conditionné là où on attend un […] Lire la suite

LOTTO LORENZO (1480 env.-env. 1556)

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 2 238 mots
  •  • 5 médias

 ; d'autres dans le mouvement, Lotto ou Picasso. Le tempérament de Lotto oscille entre l'enthousiasme et la mélancolie, ce dernier sentiment n'animant que ses portraits ; mais son talent est nourri par un vitalisme sans défaillance qui fait de lui un prébaroque. […] Lire la suite

LUNDKVIST ARTUR (1906-1991)

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 475 mots

appellera là-bas un vitalisme — qui fait souvent penser à D. H. Lawrence et se ressent de la lecture attentive de Freud. Avec Le Vol d'Icare (1939), il ouvre les voies à un modernisme fracassant dont la coloration majeure était une ouverture étonnante à tous les souffles venus […] Lire la suite

MANN HEINRICH (1871-1950)

  • Écrit par 
  • André GISSELBRECHT
  •  • 2 020 mots
  •  • 2 médias

romanesque des Déesses (1903). En même temps, l'individualisme aristocratique y est démasqué comme rêve élitaire : dans la critique sociale, vitalisme et esthétisme s'effacent derrière une dénonciation de la « décadence ». 1905, année charnière, marque le passage de l'« art […] Lire la suite

MANN THOMAS

  • Écrit par 
  • André GISSELBRECHT
  •  • 7 107 mots
  •  • 1 média

de l'irrationalisme, de la pensée « antidémocratique », du vitalisme agressif des pourfendeurs de « l'esprit » qui « parlent d'âme, mais pensent : gaz de combat ». Cependant la conception néo-platonicienne de l'art comme libre jeu avec les apparences sensibles restera chez lui prédominante. Il joue […] Lire la suite

MARINETTI FILIPPO TOMMASO (1876-1944)

  • Écrit par 
  • Muriel GALLOT
  •  • 1 325 mots
  •  • 3 médias

la chair lasse et auguste du soir »), la nature est empreinte d'un remarquable vitalisme. L'écriture de Marinetti conservera longtemps cette richesse imaginative et ce goût de l'antagonisme. Cependant, avec une pièce parue en 1905 et montée par Lugné-Poe en 1909, Le Roi Bombance […] Lire la suite

Rejoignez-nous

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et recevez en cadeau un ebook au choix !