« Vico, Giambattista (1668-1744). Scienza nuova »

VICO GIAMBATTISTA (1668-1744)

  • Écrit par 
  • Alain PONS
  •  • 1 021 mots
  •  • 1 média

La place de Vico est difficile à assigner. Longtemps ignoré ou méconnu, il n'a été réhabilité qu'au prix de bien des équivoques, et ce Jean-Baptiste semble condamné au rôle d'éternel « précurseur ». Précurseur de la philosophie romantique de l'histoire, précurseur de Hegel et du néo-hégélianisme, précurseur de la plupart des courants qui traversent la philosophie et les sciences humaines depuis le début du xixe siècle, il est un peu accablé sous le poids de rapprochements qui masquent plus qu'ils n'éclairent la signification et la portée de son œuvre. […] Lire la suite

ILLUMINISMO

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 907 mots

Giambattista Vico (1668-1744) fonde sa réflexion sur une violente critique de Descartes : « L'idée claire n'est bonne que pour les mathématiques et pour la physique fondamentale. Une idée claire est une idée finie ; or il est bien des domaines dans lesquels je ne peux avoir d'idée finie : ainsi en est-il de l'idée de ma douleur qui est infinie. » C'est ce côté obscur, profond, indéfini de la nature que Vico veut éclairer dans ses Principii di una scienza nuova d'intorno alla comune natura della razione (1725) : son but avoué est de déterminer les traits généraux communs au développement de toutes les nations. […] Lire la suite

PHILOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 4 795 mots

Le nom du Napolitain Giambattista Vico (1668-1744) s'attache, dans cette perspective, à une réaction anticartésienne qui se marque à travers ses ouvrages parus en 1721 (De constantia philologiae), 1725 (La Scienza nuova) et 1744 (nouvelle version du même ouvrage). Vico annonce l'avènement d'une science nouvelle et totale dont l'objet est le monde historique, par opposition au monde naturel. […] Lire la suite

 
 

Recevez les offres exclusives Universalis