« Positivisme+-+Rationalisme+-+Empirisme+-+Rationalisme+appliqué »

EMPIRISME, sociologie

  • Écrit par 
  • Louis PINTO
  •  • 1 051 mots
  •  • 4 médias

appliqué » de Gaston Bachelard, les auteurs du Métier de sociologue, Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron, ont voulu montrer, contre l’empirisme et aussi contre le positivisme, très souvent associés, que le vecteur de la science « va du rationnel au réel ». Si l’on met de côté les professions de foi épistémologiques, en […] Lire la suite

RATIONALISME

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 7 634 mots

rationalisme de l'« empirisme logique » L'empirisme logique, ou néo-positivisme, qui est né dans le premier tiers de ce siècle et dont l'influence persiste, sous des formes diverses, représente au contraire une variante « dure » de l'attitude rationaliste. De ce point de vue, ses traits essentiels paraissent être les suivants : – Tout peut être connu […] Lire la suite

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 147 mots
  •  • 1 média

rationalisme appliqué » de Bachelard (1949) s'opposait à des versions plus classiques du positivisme, pour affirmer la préséance de la théorie sur l'observation, des philosophes américains soutenaient la thèse selon laquelle toute observation scientifique est imprégnée de théorie, et suppose une interprétation des données que les empiristes essayaient […] Lire la suite

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 324 mots
  •  • 1 média

l'empirisme et le rationalisme mathématique, un autre clivage se dessine entre l'esprit d'analyse et les vastes synthèses de la philosophie romantique issue de Kant et des post-kantiens. La philosophie analytique, née à Cambridge avec George E. Moore, Russell et Wittgenstein, est à l'origine de courants qu'il ne faut pas confondre : le positivisme  […] Lire la suite

MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 9 395 mots
  •  • 1 média

rationalisme doctrinal, affirmant que le fond de l'être est raison, succède alors un rationalisme méthodique, faisant de la raison, non la mesure de l'être, mais celle de notre connaissance. Et cette raison même est tenue, non point, comme chez Platon ou chez Malebranche, pour une faculté capable de nous donner l'intuition de l'être, mais pour le moyen […] Lire la suite

HOMME La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 349 mots
  •  • 6 médias

Un débat domine, depuis toujours, l'anthropologie. Suffit-il, pour situer l'homme, de le placer, simplement, en tête de la lignée des mammifères supérieurs, en lui accordant cette primauté parce qu'il se trouve doté d'un caractère, d'une « différence spécifique », qui le distingue de tous les autres membres de cette lignée, proches et lointains : la […] Lire la suite

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 054 mots
  •  • 1 média

Le structuralisme n'est pas une école de pensée facilement identifiable. À la fin des années 1950, la référence au concept de structure est générale dans le champ des sciences humaines, et trois colloques aux titres évocateurs attestent à la fois de cette généralisation de la notion, de sa dispersion... et de son imprécision : en 1959, Sens et usages […] Lire la suite

SCIENCES Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 713 mots
  •  • 6 médias

La science et la philosophie furent longtemps inséparables. Dans l'Antiquité, la philosophie représentait la science suprême, celle « des premiers principes et des premières causes ». Les autres sciences, et notamment la physique, recevaient d'elle leurs fondements. Cette alliance s'est trouvée brisée au xviie siècle, avec l'apparition de la méthode […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 538 mots
  •  • 8 médias

L'intérêt pour la langue est un trait dominant de la philosophie contemporaine. Non que nos contemporains soient les premiers à découvrir le langage. Celui-ci a toujours été à la place d'honneur dans la philosophie, tant il est vrai que la compréhension que l'homme prend de lui-même et de son monde s'articule et s'exprime dans le langage ; les sophistes […] Lire la suite

MÉTHODE

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 066 mots

s'applique. Il ne sera pas déraisonnable de supposer qu'une méthode puisse légiférer pour les sciences en général et pour la philosophie (méthode cartésienne, rationalisme critique, « systèmes de l'examen », où les énoncés sur les choses sont dévolus aux sciences, et l'établissement d'« énoncés de méthode », entendons de critères de signification,  […] Lire la suite

VIE

  • Écrit par 
  • Georges CANGUILHEM
  •  • 10 956 mots

l'empirisme ni pour le rationalisme classique. Pour l'empiriste, nos sens sont des récepteurs. Il méconnaît le fait que les sens sont aussi des producteurs de qualités. Pour le rationaliste, la connaissance déprécie la sensibilité, une fois pour toutes. Quand l'intellect est retrouvé dans sa pureté, on ne peut plus le perdre. Au contraire, pour l'anthropologie […] Lire la suite