« Physiopathologie »

COURNAND ANDRÉ FRÉDÉRIC (1895-1988)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 533 mots

Au début des années 1950, Cournand a publié environ cent articles sur la physiologie et la physiopathologie du système cardio-pulmonaire, dont certains sont devenus des références, ce qui donne une idée de sa grande activité. Il a reçu, en 1956, le prix Nobel de physiologie ou médecine (avec Richards et Forssmann) pour avoir utilisé cliniquement et répandu la technique du cathéter cardiaque. […] Lire la suite

Le média de la recherche « Physiopathologie » :

Le champignon asiatique Antrodia cinnamomea

Le champignon asiatique Antrodia cinnamomea
Crédits : Chang Gung Biotechnology

photographie

VICARIANCE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 164 mots

En physiopathologie humaine sont dits vicariants des organes dont l'entrée en action, en situation de déficit biologique, permet de compenser un risque d'insuffisance fonctionnelle. […] Lire la suite

WHIPPLE GEORGE HOYT (1878-1976)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 200 mots

Ses travaux scientifiques portent principalement sur la physiopathologie du foie et plus particulièrement sur les mécanismes de régénération cellulaire. L'étude du métabolisme de pigments produits lors de nécroses hépatiques l'amène à s'intéresser à la production d'un autre pigment, l'hémoglobine, dans les cellules sanguines. En soumettant des chiens anémiés à des régimes alimentaires prédéfinis, Whipple découvre que, chez les chiens, l'ingestion d'extraits de foie cru est très efficace dans le traitement des anémies. […] Lire la suite

REMODELAGE ARTÉRIEL

  • Écrit par 
  • Stéphane LAURENT
  •  • 333 mots

C'est un concept clé de la physiopathologie de l'hypertension artérielle (HTA) et de son retentissement. Plus largement, il a été utilisé pour désigner « tout phénomène survenant au niveau de la paroi artérielle qui implique au moins quatre processus cellulaires (croissance, apoptose et migration cellulaires, avec production ou dégradation de la matrice extracellulaire) dépendants d'interactions dynamiques entre les facteurs de croissance générés localement, les substances vasoactives, et les stimuli hémodynamiques » (G. […] Lire la suite

MÉLANOCORTINES

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 377 mots

Le récepteur MC4R joue donc un rôle dans la physiopathologie de l'obésité et représente un site d'action thérapeutique éventuelle. […] Lire la suite

MIGRAINE

  • Écrit par 
  • Patrick HENRY
  •  • 436 mots

La physiopathologie de la migraine reste imparfaitement comprise. Le soubassement génétique de la migraine, suspecté cliniquement, paraît de plus en plus vraisemblable à la lumière des récents travaux sur la migraine hémiplégique familiale (existence de mutations au niveau des chromosomes 19 et 21) ; Ces éléments génétiques pourraient rendre compte d'une hyperexcitabilité du système nerveux à différents niveaux (diencéphale, tronc cérébral, cortex cérébral). […] Lire la suite

BROUSSAIS FRANÇOIS (1772-1838)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 580 mots

Il disait : « Si vous voulez faire avancer la science, interrogez les cadavres, voyez quel est, après la mort, l'état des organes et vous saurez ce que l'on doit faire pendant la vie », annonçant ainsi la physiopathologie. Desgenettes obtient la nomination de Broussais comme professeur en second au Val-de-Grâce dont il fait une tribune pour répandre ses idées : les phénomènes vitaux dépendent de la chaleur extérieure ; chaque maladie est locale et se transmet ensuite d'un organe à l'autre ; la plupart des maladies ont une origine gastro-intestinale. […] Lire la suite

RÉTINE RÉPARATION DE LA

  • Écrit par 
  • José-Alain SAHEL
  •  • 768 mots

Cela représente une ouverture thérapeutique importante grâce, d'une part, à l'implantation envisageable de telles greffes pour conserver la vision centrale chez des patients atteints de rétinopathie pigmentaire, et, d'autre part, à la caractérisation de la molécule permettant la survie des photorécepteurs (travaux développés au laboratoire de physiopathologie cellulaire et moléculaire de la rétine de l'université Louis-Pasteur – I. […] Lire la suite

TROUBLES SOMATIQUES FONCTIONNELS

  • Écrit par 
  • Cédric LEMOGNE, 
  • Victor PITRON
  •  • 3 343 mots

Si beaucoup reste encore à comprendre, les sciences cognitives permettent de tracer les contours d’une physiopathologie cognitive des troubles somatiques fonctionnels. L’enjeu est crucial pour les soignants comme pour les patients, tant il est vrai qu’une meilleure compréhension de la pathologie permet de s’engager dans une relation d’aide constructive. […] Lire la suite

SCLÉROSE EN PLAQUES

  • Écrit par 
  • Ayman TOURBAH
  •  • 2 369 mots

Physiopathologie La SEP est une maladie inflammatoire du système nerveux central. Dans les fibres nerveuses qui renferment de la myéline, celle-ci constitue la cible du processus pathologique, alors que l'axone (expansion du cytoplasme en aval des cellules nerveuses) est apparemment respecté : c'est la dissociation axono-myélinique. L'altération de la conduction de l'influx nerveux qui en résulte explique les signes cliniques. […] Lire la suite

THROMBOSES

  • Écrit par 
  • Jacques CAEN
  •  • 2 696 mots

Physiopathologie Il y a cent cinquante ans, Rudolphe Virchow soulignait que les modifications de trois facteurs favorisent la thrombose : les structures du vaisseau, les facteurs circulants (protéines du plasma et plaquettes) et la stase circulatoire. Ce sont surtout les travaux des dernières décennies qui ont permis de reconnaître l'importance de ces différents facteurs selon que la thrombose se constitue dans le système artériel ou veineux. […] Lire la suite

ESTROGÈNES ou ŒSTROGÈNES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 1 219 mots

L'appréciation des sécrétions ovariennes par des dosages hormonaux présente un grand intérêt en physiopathologie. Ainsi, l'interprétation du dosage de la folliculine urinaire et des corps apparentés permet au médecin de déceler l'étiologie de certaines maladies de l'ovaire ou des glandes endocrines. Chez la femme, de telles pathologies peuvent résulter soit d'hypersécrétion d'estrogènes primaire (tumeur folliculo-sécrétoire de l'ovaire, dystrophie kystique sécrétoire) ou secondaire à une stimulation d'origine hypophyso-hypothalamique, soit d'hyperfolliculinie consécutive à un traitement intensif par les estrogènes, soit encore d'hyperfolliculinie par sensibilité anormale de l'utérus. […] Lire la suite

PARALYSIE FACIALE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves MÉAR
  •  • 1 199 mots

Le froid, peut-être un virus, joueraient un rôle dans la physiopathologie de cette affection. Son traitement repose sur la prescription précoce de corticoïdes, et parfois sur la chirurgie qui vise soit à décomprimer le nerf, soit à rétablir sa continuité au stade des séquelles. Les paralysies faciales dites secondaires relèvent de mécanismes très variés, et selon le siège de la lésion, on distingue : les paralysies faciales par atteinte du noyau du facial à la protubérance, qui s'accompagne en règle d'une paralysie du VIe nerf crânien homolatéral et d'une hémiplégie controlatérale. […] Lire la suite

PRIX NOBEL DE PHYSIOLOGIE OU MÉDECINE 2019

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 180 mots
  •  • 3 médias

Il travaille ensuite à Oxford en se spécialisant en physiopathologie rénale et fonde son propre laboratoire en 1989. William George Kaelin Jr. est né le 23 novembre 1957 à New York. Il étudie à l’université Duke de Durham et devient médecin en 1982. Il rejoint alors l’Institut contre le cancer Dana-Farber de Boston. Il y crée son propre laboratoire en 1992, où il étudie la maladie de von Hippel Lindau. […] Lire la suite

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 565 mots
  •  • 2 médias

Cette approche des affections psychiatriques est intéressante car elle peut fournir des tests biologiques objectifs pour mieux en comprendre la physiopathologie et mieux en orienter la thérapeutique. Signalons enfin que la maladie de Parkinson est liée à un déficit en dopamine dans les noyaux caudés du cerveau, déficit que l'on tente de compenser par l'administration de L-dopa. […] Lire la suite

PRIX NOBEL DE PHYSIOLOGIE OU MÉDECINE 2017

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 438 mots
  •  • 3 médias

Le rôle du rythme circadien dans ces événements physiologiques est activement étudié, d’autant que les retombées en physiopathologie, tout comme en pharmacologie, sont significatives. On citera l’importance de l’efficacité des médicaments en fonction du moment de leur prise (chronopharmacologie), ou le contrôle du sommeil et de ses troubles (décalage horaire et prise de mélatonine, par exemple). […] Lire la suite

SANG Coagulation

  • Écrit par 
  • Jacques CAEN, 
  • Gérard TOBELEM, 
  • Universalis
  •  • 1 958 mots
  •  • 2 médias

physiopathologie Lorsque la lésion vasculaire initiale est liée à un traumatisme (coup, blessure, coupure, traumatisme chimique ou infectieux), il y a rupture de la continuité endothéliale, avec exposition au courant circulatoire du sous-endothélium thrombogène. Un agrégat plaquettaire va assurer le colmatage de la brèche vasculaire, la fuite de sang étant ainsi évitée. […] Lire la suite

PURPURAS

  • Écrit par 
  • Jacques CAEN, 
  • Jacques DELOBEL
  •  • 1 991 mots

Souvent d'ailleurs, des mécanismes différents peuvent être associés dans un même état pathologique, et l'amélioration des techniques d'exploration plaquettaire tant immunologique qu'isotopique permettra de préciser mieux la physiopathologie des thrombopénies. Les purpuras thrombopéniques peuvent être dus à une anomalie isolée de la lignée mégacaryocyto-plaquettaire (thrombopénie primitive ou isolée) ou à une maladie hématologique ou extra-hématologique (thrombopénie secondaire). […] Lire la suite

MÉDECINE Histoire

  • Écrit par 
  • Charles COURY
  •  • 8 962 mots
  •  • 19 médias

L'étude des mécanismes : la physiopathologie Une question s'est posée avec acuité vers le milieu du xixe siècle : celle du mécanisme des maladies, qui s'est progressivement éclairci à la lumière de la physiopathologie. Un des pionniers de cette discipline a été Claude Bernard (1813-1878). Formé à l'école de François Magendie (1783-1855), Bernard a fait des découvertes capitales comme celle de la fonction glycogénique du foie et de son autorégulation humorale (1855). […] Lire la suite

MALADIES NEURODÉGÉNÉRATIVES

  • Écrit par 
  • Nathalie CARTIER-LACAVE, 
  • Caroline SEVIN
  •  • 4 618 mots
  •  • 2 médias

Il semble donc que l'ensemble de ces phénomènes soient étroitement liés, rendant particulièrement complexe l'interprétation de leur rôle exact dans la physiopathologie des MND. Cholestérol et maladies neurodégénératives Le cholestérol est un substrat essentiel des neurones. Le cholestérol cérébral ne provient pas de la circulation, mais est synthétisé localement. […] Lire la suite

MATRICE INTERCELLULAIRE ou MATRICE EXTRACELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Jacqueline LABAT-ROBERT, 
  • Ladislas ROBERT
  •  • 2 400 mots
  •  • 6 médias

Physiopathologie La composition des chaînes glycanniques ainsi que leur proportion varient en fonction de l'âge dans les différents tissus, et cette modification qualitative et quantitative contribue considérablement au vieillissement des tissus conjonctifs. Certains de ces glycosaminoglycannes, telle l'héparine, par exemple, jouent un rôle biologique important dans le contrôle de la coagulation et sont utilisés à ce titre dans la thérapeutique. […] Lire la suite

CHARBON MALADIE DU

  • Écrit par 
  • Agnès FOUET, 
  • Michèle MOCK
  •  • 1 942 mots
  •  • 1 média

En l'état actuel, la complexité de la physiopathologie du charbon et la difficulté à établir la relation de cause à effet entre activité des toxines et conséquences chez l'hôte expliquent en grande partie pourquoi il n'existe aucun traitement symptomatique spécifique de la maladie. À plus long terme, un antidote efficace serait celui qui permettrait de neutraliser les effets délétères des toxines. […] Lire la suite

USUTU VIRUS

  • Écrit par 
  • Yannick SIMONIN
  •  • 2 253 mots
  •  • 3 médias

L’histoire récente de flambées épidémiques d’autres arboviroses invite ainsi la communauté scientifique à la plus grande vigilance d’autant plus que les connaissances concernant la physiopathologie de ce virus émergent sont, pour l’heure, très sommaires. La biologie du virus Usutu Usutu a été isolé pour la première fois en Afrique du Sud en 1959. […] Lire la suite

ASTHME ET IMMUNITÉ INNÉE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 490 mots
  •  • 1 média

Sa place en physiopathologie est étroitement liée à sa composition et à l’équilibre des diverses populations qui le composent. Le déséquilibre entre populations microbiennes au sein de microbiotes spécifiques (micro-organismes vivant dans un environnement particulier, par exemple le microbiote intestinal) est probablement à l’origine d’un grand nombre de pathologies non infectieuses, ainsi que de maladies reposant sur une réponse inflammatoire exacerbée et hors contrôle (maladie de Crohn, maladie cœliaque, etc. […] Lire la suite

HÉMOCHROMATOSES

  • Écrit par 
  • Claude EUGÈNE
  •  • 2 571 mots

Physiopathologie La surcharge en fer est consécutive à une hyperabsorption intestinale du fer alimentaire. En effet, dans l'hémochromatose génétique, l'absorption est comparable à celle qui est observée au cours des anémies par carence martiale (carence en fer). Le fer en excès est ensuite stocké au niveau du foie, dans les hépatocytes (cellules du foie) puis dans les cellules de Kupffer (macrophages présents au niveau du foie). […] Lire la suite

PARAPHILIES ET TROUBLES PARAPHILIQUES

  • Écrit par 
  • Florence THIBAUT
  •  • 6 450 mots

Physiopathologie La physiopathologie de ces conduites sexuelles paraphiliques continue à faire l’objet de débats. Initialement, elles ont été considérées comme une dégénérescence au sens de Magnan, puis comme un avatar du développement sexuel infantile avec, selon les psychanalystes, une ambiguïté dans la relation d’objet. Des perturbations hormonales de l’axe gonadotrope ont été recherchées, sans réel succès. […] Lire la suite

HYPERTENSION

  • Écrit par 
  • Xavier JEUNEMAITRE, 
  • Jacques JULIEN, 
  • Jean-Baptiste MICHEL
  •  • 6 813 mots
  •  • 4 médias

Physiopathologie de l’hypertension artérielle Tension pariétale et pression sanguine La tension dans les artères est une contrainte hémodynamique en rapport avec la pression de la colonne sanguine et la dimension du vaisseau. Selon la loi physique de Laplace, la tension qui s'exerce sur la paroi d'un cylindre rempli de liquide est proportionnelle à la pression du liquide et au rayon du cylindre. […] Lire la suite

MUCOVISCIDOSE ou FIBROSE KYSTIQUE DU PANCRÉAS

  • Écrit par 
  • Gabriel BELLON, 
  • Robert GILLY, 
  • Georges SIMON
  •  • 3 138 mots

Physiopathologie Par leurs localisations et leurs expressions cliniques très variées, les manifestations pathologiques de la mucoviscidose (pancréas exocrine, intestin, voies respiratoires, voies biliaires, voies génitales, glandes sudorales) ont attiré très tôt l'attention sur l'épithélium des canaux excréteurs de ces différents organes. Toutefois, l'étude de l'épithélium respiratoire fut privilégiée du fait de l'accessibilité de ce tissu et surtout de la gravité de son atteinte. […] Lire la suite

GRANDS SINGES

  • Écrit par 
  • Victor NARAT
  •  • 6 660 mots
  •  • 11 médias

Là encore, les grands singes, et particulièrement le chimpanzé, vont servir de modèles d'études pour comprendre la physiopathologie de certaines maladies, tester des médicaments et des vaccins, etc. Dans les années 1960, les études de terrain vont se développer, notamment grâce aux « Anges de Leakey » (Leakey's Angels), trois étudiantes du préhistorien et anthropologue Louis Leakey (1903-1972) parties observer le comportement des grands singes dans leur milieu naturel. […] Lire la suite

ENCÉPHALOPATHIES SPONGIFORMES

  • Écrit par 
  • Dominique DORMONT
  •  • 6 597 mots
  •  • 3 médias

Leur aptitude à franchir les barrières d'espèce a permis la mise au point de modèles animaux particulièrement utiles pour l'étude de la physiopathologie de l'infection et des mécanismes de la neurodégénérescence : l'infection des rongeurs de laboratoire (souris et hamster) par l'agent de la tremblante naturelle du mouton est le modèle le plus couramment utilisé (R. […] Lire la suite

THÉRAPEUTIQUE Réanimation

  • Écrit par 
  • Maurice GOULON, 
  • François NOUAILHAT
  •  • 3 614 mots

La réanimation est une discipline médicale qui a pour but de traiter comme de prévenir les désordres mettant la vie en danger ; son individualisation récente est le fruit des progrès réalisés en physiopathologie, en biologie, en technologie médicale, en pharmacologie, et surtout de leur application concertée au traitement, grâce à des soins dits intensifs, des états d'urgence d'origine médicale et chirurgicale. […] Lire la suite

RESPIRATOIRE (APPAREIL) Physiologie

  • Écrit par 
  • Roland LEFRANÇOIS, 
  • Universalis
  •  • 7 258 mots
  •  • 3 médias

Physiopathologie L'exploration fonctionnelle respiratoire permet de mieux saisir les grands désordres physiopathologiques abordés plus loin. Elle apporte une aide diagnostique et thérapeutique aux pneumologues. L'exploration fonctionnelle respiratoire Spirométrie Le sujet étant relié à un spiromètre, on mesure les différents volumes et capacités pulmonaires (cf. […] Lire la suite

MICROBIOME HUMAIN

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 816 mots
  •  • 3 médias

La diversité bactérienne est considérable, mais la valeur numérique des différentes populations ne dit rien quant à leur importance en physiopathologie. Chaque espèce bactérienne possède son métabolisme propre, ce qui explique la diversité des molécules produites au sein d’un microbiote et leurs effets éventuels sur les muqueuses. En particulier, chaque genre de bactéries comprend de nombreuses espèces dont certaines seulement produisent un acide gras à chaîne courte, l’acide butyrique (source d’énergie pour l’organisme et surtout protecteur de la muqueuse intestinale), par dégradation de sucres complexes (glycanes lato sensu) contenus dans les fibres végétales en particulier. […] Lire la suite

TROUBLES OBSESSIONNELS COMPULSIFS (TOC)

  • Écrit par 
  • Bruno MILLET
  •  • 3 787 mots

Au-delà de cet aspect thérapeutique, les approches par SCP permettent de mieux comprendre la physiopathologie de ce trouble complexe et ouvrent des perspectives fortes vers des approches thérapeutiques par stimulation cérébrale non invasive. Le traitement des TOC repose principalement sur un traitement médicamenteux à base d’inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (IRS) et sur les thérapies comportementales et cognitives (TCC). […] Lire la suite

CARDIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUFILS, 
  • Robert SLAMA
  •  • 4 128 mots
  •  • 2 médias

Cet essor de l'hémodynamique, part importante de la physiologie et de la physiopathologie, ouvrait la voie à l'exploration des cardiopathies congénitales et des valvulopathies. La panoplie des examens hémodynamiques était bientôt complétée par l'injection intracardiaque de produit de contraste et, en 1959, Mouquin montrait, pour la première fois, la régurgitation ventricule gauche-oreillette gauche caractérisant une insuffisance mitrale. […] Lire la suite

PANCRÉAS

  • Écrit par 
  • Jacques MIROUZE, 
  • Éric RENARD, 
  • André RIBET
  •  • 8 652 mots
  •  • 1 média

La physiopathologie comme la séméiologie des lésions inflammatoires du pancréas diffèrent généralement selon qu'il s'agit d'une pancréatite aiguë ou d'une pancréatite chronique et doivent être envisagées séparément. Pancréatites aiguës Physiopathologie Le schéma pathogénique classique (Doerr) fait jouer un rôle primordial à l'hyperpression à l'intérieur des canaux pancréatiques. […] Lire la suite

PSYCHOSE MANIACO-DÉPRESSIVE (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • Maurice BAZOT
  •  • 3 934 mots

Génétique et physiopathologie L'étiologie génétique de la psychose maniaco-dépressive bipolaire est plus qu'une probabilité. Les études de jumeaux et les recherches génétiques sur les familles et les enfants adoptés permettent d'asseoir cette assertion, tout en s'efforçant de faire la part relative de ce qui revient au patrimoine génétique et de ce qui revient à l'environnement dans le déterminisme de la maladie. […] Lire la suite

NÉVROSE (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • René DIATKINE
  •  • 4 787 mots

On y rangea longtemps des syndromes correspondant à des affections mal connues, tant que les progrès de la méthode anatomoclinique n'en avaient pas fait connaître le substrat anatomopathologique, tant que leur physiopathologie restait mystérieuse. C'est ainsi que dans le traité de Gilbert Ballet, ouvrage classique de la fin du xixe siècle, sont décrits dans le chapitre des névroses, entre autres, la maladie de Parkinson, l'épilepsie, les troubles mentaux des chorées. […] Lire la suite

IMMUNITÉ INTESTINALE

  • Écrit par 
  • François GERBE, 
  • Emmanuelle SIDOT
  •  • 5 169 mots
  •  • 7 médias

De manière remarquable, ces trois études décrivirent un phénomène rapide d’amplification du nombre de cellules tuft dans des souris infectées avec les vers parasites Nippostrongylus brasiliensis, Heligmosomoides polygyrus, Trichinella spiralis (trois vers très utilisés comme modèles dans l’étude de la physiopathologie digestive) ainsi que le protozoaire Tritrichomonas muris (connu pour exacerber des troubles gastro-intestinaux). […] Lire la suite

CELLULE Les mouvements

  • Écrit par 
  • Michel BORNENS, 
  • Matthieu PIEL
  •  • 6 582 mots
  •  • 3 médias

Physiopathologie du mouvement cellulaire dans les organismes multicellulaires Les mécanismes moléculaires du mouvement cellulaire ont été élaborés et sélectionnés pendant la longue évolution des eucaryotes à l'état unicellulaire, soit pendant près de 2,5 milliards d'années. Lorsque les eucaryotes multicellulaires sont apparus, il y a seulement 700 millions d'années, ces mécanismes ont été exploités pour constituer des organismes tels que le corps humain, qui contient plus de 10 000 milliards de cellules. […] Lire la suite

HYPOPHYSE ou GLANDE PITUITAIRE

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Universalis
  •  • 6 581 mots
  •  • 4 médias

Il possède un aspect clinique bien caractéristique et une physiopathologie définie, mais il peut résulter, en réalité, de causes différentes. Dans certains cas, qui ne sont pas les plus fréquents, il a pour origine une tumeur corticosurrénale bénigne (adénome) ou maligne (carcinome) ; et il ne s'agit donc pas d'une maladie d'origine hypophysaire. L'excès d'hormones corticosurrénales produit par la tumeur a même pour effet d'inhiber, par un phénomène de feed-back négatif, la sécrétion d'hormone corticotrope par l'hypophyse ; il provoque aussi des altérations des cellules basophiles de l'hypophyse, mais qui sont secondaires et non causales. […] Lire la suite

MICROBIOME ET SANTÉ

  • Écrit par 
  • Chih-Jung CHANG, 
  • Yun-Fei KO, 
  • Hsin-Chih LAI, 
  • Jan MARTEL, 
  • David OJCIUS, 
  • John D. YOUNG
  •  • 6 510 mots
  •  • 5 médias

Bien que la conclusion de Metchnikov n’ait alors pas été étayée par l’expérience, elle se vérifie de nos jours et donne au microbiome une place importante dans la physiopathologie de l’organisme humain. Il a fallu en effet attendre les progrès impressionnants des techniques de séquençage de l’ADN dans les années 1990 pour identifier les changements qui surviennent dans le microbiome d’un sujet et reconnaître l’ampleur du rôle des microbes commensaux dans la physiologie humaine normale et le développement de maladies. […] Lire la suite

TROUBLES SCHIZOPHRÉNIQUES

  • Écrit par 
  • Pierre-Michel LLORCA
  •  • 7 202 mots

Ce sont les modèles neurodéveloppementaux, voire des modèles mixtes neurodéveloppementaux et neuroprogressifs, qui semblent permettre aujourd’hui d’intégrer les résultats expérimentaux obtenus dans différents domaines, afin de comprendre la physiopathologie de cette maladie complexe. Dans cette modélisation, des perturbations doivent être présentes lors de deux périodes cruciales du neurodéveloppement pour qu’apparaisse le trouble schizophrénique : des lésions cérébrales précoces (périnatales) entraîneraient des dysfonctionnements neuronaux responsables des manifestations prémorbides ; les symptômes psychotiques émergeraient à l’adolescence du fait d’anomalies des processus d’élagage et d’une altération de la plasticité neuronale. […] Lire la suite

PHARMACOLOGIE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES, 
  • Jérôme BARRE, 
  • Pierre BECHTEL, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Georges HOUIN, 
  • Henri SCHMITT, 
  • Jean-Paul TILLEMENT
  •  • 20 323 mots
  •  • 9 médias

Par suite, la pharmacologie se trouve au carrefour de la physiologie, de la biochimie, de la biophysique et de la physiopathologie. Seuls la nature d'un certain nombre de problèmes, la façon de les envisager et l'élaboration de concepts la différencient et lui confèrent son individualité.Pour expliquer le mécanisme d'action des médicaments, la pharmacologie doit s'intéresser aux phénomènes se produisant au niveau moléculaire et suivre les progrès de la biologie moléculaire. […] Lire la suite

SIDA (syndrome immuno-déficitaire acquis)

  • Écrit par 
  • François BRICAIRE, 
  • Patrice PINELL, 
  • Yves SOUTEYRAND
  •  • 9 718 mots
  •  • 6 médias

Physiopathologie Une fois présent dans l'organisme humain, le virus va se fixer, pénétrer et se développer dans certaines cellules capables de le recevoir. Seules les cellules possédant des récepteurs spécifiques au virus sont contaminées. Ce sont essentiellement, mais non exclusivement, les lymphocytes CD4 (T4) qui seront ses victimes, mais il touche aussi d'autres cellules qui lui servent de « sanctuaire » (en particulier les macrophages). […] Lire la suite

SONS Bruit

  • Écrit par 
  • Pierre BUGARD, 
  • Claude CARLES, 
  • Gérard MANGIANTE, 
  • Universalis
  •  • 8 935 mots
  •  • 6 médias

Les effets du bruit : physiopathologie et clinique L'effet de masque produit par des sons de basse fréquence suffisamment intenses sur les sons de fréquence plus élevée s'accompagne d'une gêne dans la localisation des bruits. Ainsi le bruit industriel, qui est en général riche en sons de basse fréquence, tend à masquer l'intelligibilité de la parole et à perturber l'orientation stéréophonique du travailleur, l'exposant ainsi au danger. […] Lire la suite

SOMMEIL

  • Écrit par 
  • Patrice FORT, 
  • Michel JOUVET, 
  • Patrick LÉVY, 
  • Véronique VIOT-BLANC
  •  • 18 111 mots
  •  • 6 médias

Le cerveau humain, comme celui de tous les Vertébrés supérieurs, subit l'alternance de trois états : éveil, sommeil, rêve. Au cours de l'éveil, le cerveau reçoit les informations du milieu extérieur ou intérieur, les intègre et les compare aux informations reçues antérieurement pour y répondre de façon adaptée selon des mécanismes innés ou acquis. C'est également au cours de l'éveil que les différents instincts qui permettent la survie de l'individu et de l'espèce opèrent selon des schèmes innés. […] Lire la suite

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS, 
  • Universalis
  •  • 30 259 mots
  •  • 9 médias

La physiopathologie des lobes cérébraux s'enrichit ; le rôle des noyaux centraux se précise. L'étude du système sympathique connaît un grand développement avec Langley, Cassirer, Eppinger et les rapports des glandes endocrines avec le système nerveux ouvrent la voie à la neurochimie, à l'histophysiologie, à l'histochimie. Depuis les années 1960, les méthodes d'exploration du système nerveux s'affinent. […] Lire la suite

ANIMAUX MODÈLES, biologie

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Emmanuelle SIDOT
  •  • 9 552 mots
  •  • 8 médias

Si on ne retient ici que le cas des vertébrés, l'animal a été depuis le début de l'expérimentation en physiologie un outil pour étudier des fonctions qu'on ne pouvait pas expérimenter directement sur l'homme : l'animal expérimental est, au moins en arrière-plan, indispensable à l'étude de la physiopathologie humaine. C'est en ce sens qu'il faut entendre la démarche expérimentale de Claude Bernard au xixe siècle. […] Lire la suite

SANTÉ Santé et maladies

  • Écrit par 
  • Jean-Yves NAU, 
  • Henri PÉQUIGNOT
  •  • 10 397 mots

On parle quelquefois de syndromes pour désigner les séries verticales qui ne remontent pas tout à fait jusqu'en haut mais s'arrêtent à une des lignes horizontales du tableau (physiopathologie, anatomie pathologique, pathogénie). On emploie ce terme chaque fois que le raisonnement se fait en deux temps : diagnostic du syndrome, puis de sa cause. On fera par exemple le diagnostic de compression de la moelle épinière (syndrome), puis de neurinome ou de tuberculose vertébrale (maladies qui sont des causes du syndrome). […] Lire la suite

Recevez les offres exclusives Universalis