« Philosophie »

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 137 mots
  •  • 8 médias

philosophie des sciences, philosophie politique et morale, philosophie du droit, de l'art, etc.) sont recoupées par la multiplicité des langages et des méthodes. C'est surtout dans les recherches en histoire de la philosophie, par l'interprétation des œuvres qui ont constitué sa tradition, que la philosophie accède le mieux à la compréhension d'elle-même.Si […] Lire la suite

Les médias de la recherche « Philosophie » :

Les Trois Philosophes, Giorgione

Les Trois Philosophes, Giorgione
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Postulats des philosophes de l’Antiquité

Postulats des philosophes de l’Antiquité
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Deux Philosophes en conversation, Rembrandt

Deux Philosophes en conversation, Rembrandt
Crédits : Bridgeman Images

photographie

-600 à -200. Philosophes et conquérants

-600 à -200. Philosophes et conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les médias de « Philosophie »

PHILOSOPHIE ANALYTIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES, 
  • Denis ZASLAWSKY
  •  • 13 428 mots
  •  • 3 médias

philosophie le deuxième critère d'identification de ce mouvement. Ce seul caractère sert parfois à définir la philosophie analytique comme « philosophie linguistique » ou « analyse linguistique ». On a même pu proposer de classer les analystes, par leur relation au langage, en sectateurs et critiques du langage naturel ou des langages construits, en […] Lire la suite

PHILOSOPHIE ZOOLOGIQUE (J.-B. de Monet de Lamarck)

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 231 mots
  •  • 1 média

Philosophie zoologique. Lamarck est ainsi le premier à imposer l'idée que tout changement dans le monde organique est l'expression d'une loi et non d'une intervention miraculeuse. Il appartiendra à Darwin, cinquante ans plus tard, de donner de nouveaux développements à cette approche. […] Lire la suite

PHILOSOPHIE ANATOMIQUE (É. Geoffroy Saint-Hilaire)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 710 mots
  •  • 1 média

Philosophie chimique en 1792, et Lamarck une Philosophie zoologique en 1809. Ce que proclame ici le mot « philosophie », c’est la volonté de ne pas se limiter à une anatomie purement descriptive, de s’élever au contraire à des considérations générales et de donner du sens à l’étude des structures animales. La grande idée de Geoffroy Saint-Hilaire  […] Lire la suite

PHILOSOPHIE DE L'ART, Hippolyte Taine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 067 mots

Philosophie de l'art en 1881. Ils ont exercé une profonde influence en France dans les deux dernières décennies du xixe siècle. Taine avait eu un début de carrière relativement difficile après des succès scolaires précoces. Le milieu des années 1860 marque pour lui un nouveau départ, auquel participent ces leçons, qui eurent très vite un immense succès […] Lire la suite

ESPRIT, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Universalis
  •  • 2 144 mots

philosophie de la nature, dans laquelle liberté et arbitraire sont le point de départ de la philosophie de la connaissance et qui a pour centre une conception objectivo-transcendantale de l'esprit, envisageant une démarche de l'esprit vers la nature et de celle-ci vers celui-là. L'esprit absolu caractérise une notable part de l'hégélianisme. L'esprit […] Lire la suite

ÊTRE, philosophie

  • Écrit par 
  • Giulio GIORELLO
  •  • 4 678 mots

philosophie. Pour certains, elle serait le motif même de cette histoire, les différences entre les philosophies découlant, au plus profond, de la diversité des réponses à la question sur l'être. Dans ces termes, l'histoire de la philosophie se confondrait avec l'histoire du sens de l'être ou, plus fortement encore, avec les modalités de la « dispensation […] Lire la suite

INTENTIONNALITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 283 mots

philosophie de l'intentionnalité est donc d'échapper aux équivoques d'une philosophie de la conscience psychologique (psychologisme). Pour elle, le regard subjectif de la conscience ne cesse pas d'être objectif pourvu qu'il se pose sur l'« objet en personne » ou sur ce qui s'y rattache en rigueur. […] Lire la suite

ESSENCE, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 494 mots

philosophie contemporaine, l'interdit kantien de la chose en soi exclut que l'on veuille atteindre les véritables essences des choses. Ce que la science vise, c'est l'objectivité. Nous allons au réel armés de nos concepts, nous n'approchons pas les essences, ni dans un cheminement ascensionnel et ascétique, ni dans un dévoilement, aussi originaire  […] Lire la suite

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 334 mots
  •  • 3 médias

philosophie de la représentation assoit son emprise sur l'Autre, en affirmant la suprématie du Même : « toute philosophie est une egologie » (ibid.). Elle atteint son paroxysme dans la philosophie de Heidegger, qu'il s'agisse de la précellence de l'Être par rapport à l'étant, de l'ontologie par rapport à la métaphysique ou de la définition de l'ipséité […] Lire la suite

PROPOSITION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 652 mots

Il convient d'abord de distinguer la phrase, le jugement, l'énoncé et la proposition. La phrase est une entité linguistique, soumise à des règles grammaticales, qui assurent sa correction, et à d'éventuels critères stylistiques ; on considère qu'elle exprime un jugement ou un énoncé ; elle est susceptible d'être proférée verbalement par un individu […] Lire la suite

VALEURS, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre LIVET
  •  • 10 333 mots
  •  • 1 média

philosophie des valeurs s'est fondée sur la liberté du sujet, et Sartre a même été jusqu'à soutenir qu'en dehors de l'engagement du sujet qui les choisit, les valeurs n'existent pas. Mais alors, puisque c'est le sujet qui porte les valeurs à l'existence, l'existence même de ce sujet porteur de valeurs ne devrait-elle pas être une valeur que tous devraient […] Lire la suite

RÉALISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 6 999 mots

philosophie d'André Lalande : « Doctrine d'après laquelle l'être est indépendant de la connaissance actuelle que peuvent en prendre les sujets conscients : esse n'est pas équivalent à percipi. » L'idéalisme soutient que l'intellect ne connaît que ses propres états : voir les commentaires sur la physique contemporaine, qui nient l'existence d'un donné […] Lire la suite

INFINI, philosophie

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 6 354 mots

philosophie pratique de Kant ouvre la voie à la philosophie spéculative de l'idéalisme postkantien. Tout est infini Selon le jeune Spinoza, la bonté divine implique le transfert total du divin dans la créature. L'infini de Dieu et l'infini du monde ne font plus qu'un dans le spinozisme pour ne se distinguer que comme natura naturans et natura naturata […] Lire la suite

BIEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Monique CANTO-SPERBER
  •  • 6 623 mots
  •  • 1 média

philosophie morale qui s'organise autour de la notion de bien est ainsi enracinée dans la psychologie et dans l'action. La question de la moralité ne se poserait pas sans un être humain qui connaît, désire, est affecté. Dans la mesure où la réflexion morale, entendue comme philosophie pratique, porte essentiellement sur l'action humaine, la notion  […] Lire la suite

MÉCANISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Joseph BEAUDE
  •  • 5 210 mots
  •  • 1 média

philosophie de la nature selon laquelle l'Univers et tout phénomène qui s'y produit peuvent et doivent s'expliquer d'après les lois des mouvements matériels. « Ma philosophie, écrivait Descartes à Plempius, ne considère que des grandeurs, des figures et des mouvements comme fait la mécanique. » La formule sera constamment reprise en son siècle : tout […] Lire la suite

RECONSTRUCTION EN PHILOSOPHIE, John Dewey - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 893 mots

philosophie elle-même. Un « nouveau paradigme en philosophie » Une telle tâche ne se conçoit pas sans un examen des impasses dans lesquelles la philosophie s'est historiquement engagée. Le livre, à cet égard, approfondit la critique pragmatiste de l'intellectualisme et des différentes formes de carcans dont il a été la source en privilégiant une  […] Lire la suite

DIFFÉRENCE, philosophie

  • Écrit par 
  • Alfredo GOMEZ-MULLER
  •  • 1 541 mots

philosophie pratique de la modernité libérale accomplit le même programme de « neutralisation » de la différence qu'entreprend par ailleurs sa philosophie spéculative, où le monde devient représentation du Même (Kant), et où la différence, par le jeu de la dialectique comprise comme saisie de la réalité, finit par se résorber dans l'identité (Hegel […] Lire la suite

DÉSIR, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 360 mots

philosophie de l'action de Maurice Blondel. Depuis Hobbes, on voit se développer une interprétation du désir qui met en avant la volonté de puissance, idée qui sera reprise par Spinoza, Fichte, Schopenhauer et Nietzsche, mais chaque fois avec des accentuations diverses. Souvent, le désir y apparaît comme inséparable de l'imagination. Désir et conscience […] Lire la suite

DES DIFFICULTÉS AVEC LA PHILOSOPHIE DE L'HISTOIRE (O. Marquard)

  • Écrit par 
  • Francis AFFERGAN
  •  • 894 mots

philosophie de l'histoire est un poison qu'il importerait, d'urgence, d'épargner au monde. Tels sont les premiers mots du livre d'Odo Marquard, Des difficultés avec la philosophie de l'histoire (Éditions de la Maison des sciences de l'homme, Paris, 2002), dont la radicalité n'entame en rien une érudition d'autant plus originale qu'elle se soutient  […] Lire la suite

ESPACE, philosophie

  • Écrit par 
  • Hubert FAES
  •  • 1 298 mots

philosophie et des sciences, la notion d'espace devient une notion problématique. Dès que l'on s'efforce de saisir l'espace en tant que tel, abstraction faite de ce qu'il y a dedans, il apparaît comme étant le vide dans lequel existe le monde. Mais ce vide est-il un réceptacle qui existe concrètement, ou n'est-il qu'une représentation à quoi rien ne […] Lire la suite

INDUCTION, philosophie

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 236 mots

Le processus de pensée qu'on appelle induction et qui relève de la méthode reconstructive évoque une question obscure qui peut se formuler ainsi : existe-t-il, à côté des inférences nécessaires qui se fondent sur le principe de la déduction, des inférences qui seraient seulement probables et reposeraient sur un autre principe, celui de l'induction  […] Lire la suite

UNIVERSAUX, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 829 mots

philosophie médiévale, mais, par leurs divers aspects, elles en expriment fidèlement l'allure et le devenir. […] Lire la suite

JARDINS Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Catherine CHOMARAT-RUIZ
  •  • 3 586 mots

philosophie soucieuse de l'Idée du Beau, puisque les plantes deviennent objet d'enquête pour la philosophie naturelle et source de délectation. Dès lors, le problème tient à l'autonomie que ces partenaires vont trouver. Le caractère esthétique des plantes est vite apprécié pour lui-même, leurs représentations sont au-delà de ce que la philosophie naturelle […] Lire la suite

EXPRESSION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 991 mots

philosophie néo-platonicienne, au spinozisme et à la pensée leibnizienne, enfin à la philosophie hégélienne. Pour le néo-platonisme, l'Un se manifeste, s'explique et s'exprime dans le multiple ; cela a une influence sur la théologie : le monde (création) et les noms divins (révélation) sont des expressions diverses de Dieu. On retrouve ici une perspective […] Lire la suite

SCIENCES Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 713 mots
  •  • 6 médias

philosophie première, d'une part, et la philosophie seconde, d'autre part. La philosophie première, qu'on appellera plus tard la « métaphysique », désigne la science de l'être en tant qu'être. Elle traite non pas de l'être en tant que « nombres, lignes ou feu », mais de l'être en tant que tel et de ses déterminations les plus générales. La philosophie […] Lire la suite

IONIENS, philosophie

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 4 365 mots

philosophie reste fécondante et, même en notre âge, digne d'être recommencée. […] Lire la suite

ÉVÉNEMENT, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 931 mots

philosophie pratique qui tend à remplacer le rôle jadis dévolu à la physique : elle est la vraie « philosophie seconde » de notre temps. Quelles que soient les manières de mettre cette philosophie en œuvre, elle ne saurait éluder une analyse approfondie du langage de l'agir, analyse dont Donald Davidson (Actions and Events, 1988) présente un exemple […] Lire la suite

ÉDUCATION Philosophie de l'éducation

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 2 343 mots
  •  • 1 média

philosophie dans la culture occidentale ; la remise en question théorique et pratique de l'humanisme, liée à la domination contemporaine des sciences humaines et sociales sur la pensée ; l'ardente et triviale obligation – solennisée dans l'imagination par l'approche du IIIe millénaire, mais dramatisée dans la réalité par la crise générale de la modernité […] Lire la suite

POLITIQUE La philosophie politique

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 10 309 mots

philosophie a pu devenir celle de la Rome de l'époque des guerres civiles et de l'Empire, et pour des groupes politiquement opposés : philosophie de la noblesse régnante (Cicéron, Brutus) ou opprimée (conspirations sénatoriales contre les empereurs), philosophie du sujet vivant dans l'insécurité, philosophie de celui à qui incombe l'exercice du commandement […] Lire la suite

ACTE, philosophie

  • Écrit par 
  • Paul GILBERT
  •  • 1 282 mots

philosophie récente. Selon Heidegger, l'ontologie est une herméneutique (Jean Greisch), c'est-à-dire une lecture de nos actions affectives et rationnelles en lesquelles l'être, ou l'acte, s'expose. La phénoménologie contemporaine insiste semblablement sur un acte originaire, sur un apparaître qui se livre ou se « donne » dans l'apparence (Jean-Luc  […] Lire la suite

MULTITUDE, philosophie

  • Écrit par 
  • Victor Manuel MONCAYO
  •  • 1 062 mots

philosophie, et en particulier de la philosophie politique. Ainsi parmi les catégories aristotéliciennes est-elle considérée comme une entité sans rapport avec la cause formelle, la cause efficiente ou la cause finale qui permettent la compréhension de ce qui est. Le débat sur sa signification apparaît avec une force particulière en même temps que  […] Lire la suite

HYPOSTASE, philosophie

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 320 mots

Du grec hupostasis, ce qui est en dessous, au fond, d'où le sens de dépôt (Aristote), de fondement, de structure, de réalité par opposition à quelque fruit de l'imagination (Aristote). Le terme n'acquiert de sens philosophique que tardivement. L'Épître aux Hébreux, où Jésus-Christ est dit « empreinte de l'hypostase du Père », est la première attestation […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 7 366 mots

philosophie ; et il s'achèvera sur l'énoncé de problèmes non plus épistémologiques, mais ontologiques, que l'esthétique, si elle se réfléchit, est acculée à se poser. L'objet de l'esthétique Science ou philosophie, l'esthétique ne peut tenir un discours qui lui soit propre et qui soit cohérent que si elle se donne un objet déterminé. Un objet, cela […] Lire la suite

MOYEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 664 mots

philosophie morale a pour objet la préséance des moyens ou des fins, leur éventuelle dénaturation réciproque. La structure téléologique de l'action humaine autorise la distinction des moyens et des fins ; il est dans la nature de la volonté humaine d'agencer des moyens en vue d'une fin. Le moyen est pour une part l'instrument de la réalisation de la […] Lire la suite

IMPLICATION, philosophie

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 559 mots

philosophie, la définition est plus stricte : un objet de connaissance en implique un autre si cet autre résulte nécessairement du premier ; le premier étant posé, le second se trouve posé également, avec la même valeur et aux mêmes conditions que le premier. Une idée en implique une autre si elle ne peut être pensée sans l'autre (quand l'autre idée […] Lire la suite

SYNTHÈSE, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 343 mots

Pour présenter la synthèse, on s'inspirera plus particulièrement de deux philosophes qui ont fait d'elle un moment essentiel de la pensée : Kant et Hegel. Kant introduit la distinction entre les jugements analytiques, qui élucident et expliquent un concept sans communiquer d'information nouvelle (par exemple : « Tous les corps sont divisibles »), […] Lire la suite

CARE, philosophie

  • Écrit par 
  • Sandra LAUGIER
  •  • 3 832 mots
  •  • 2 médias

philosophie morale qui constitue une rupture avec toute une tradition dominante ; il oblige à faire attention à des réalités négligées et, par là, à porter un regard critique sur ce que nous valorisons. Une voix différente (1982), l'ouvrage désormais classique de Carol Gilligan, a ouvert explicitement la perspective d'une « voix morale différente » […] Lire la suite

DROIT Théorie et philosophie

  • Écrit par 
  • Jean DABIN
  •  • 20 065 mots
  •  • 2 médias

philosophie du droit. Enfin, dans une troisième partie, on traitera du droit subjectif. Définition formelle du droit À la différence de la vérité, par exemple, le droit est, comme le langage, un phénomène de la vie sociale. Il s'agit seulement de l'identifier parmi les autres phénomènes de même ordre, en relevant ses traits distinctifs et ses caractères […] Lire la suite

PARADIGME, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 319 mots

Est paradigme ce que l'on montre à titre d'exemple, ce à quoi on se réfère comme à ce qui exemplifie une règle et peut donc servir de modèle. En tant que modèle concret devant guider une activité humaine et lui servir de repère, le paradigme se distingue de l'archétype, qui suggère l'idée d'une priorité ontologique originelle. Comme l'a montré P. […] Lire la suite

CONCEPTUALISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Joseph VIDAL-ROSSET
  •  • 1 329 mots

Le terme « conceptualisme » s'emploie en deux sens qui ne sont pas compatibles. Dans l'acception la plus largement répandue, on entend par conceptualisme l'ensemble des systèmes philosophiques qui considèrent les Idées (ou Formes) comme immanentes aux choses sensibles, alors que le réalisme platonicien les affirme transcendantes à celles-ci. Appelons […] Lire la suite

TRADITIONALISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 373 mots

Doctrine selon laquelle les formes politiques et religieuses doivent être conservées, dès lors qu'elles sont traditionnelles, consacrées par le passé. Qu'on échoue à les justifier intellectuellement n'est pas une objection, car leur valeur ne tient pas au fait qu'on peut les vérifier ou non par voie critique (enquête et raisonnement sont faillibles […] Lire la suite

SITUATION, philosophie

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 203 mots

La situation, ou situs, était une des dix catégories (concepts fondamentaux) d'Aristote : par exemple, être couché, être assis. Mais ce sont les philosophes contemporains (également les sociologues) qui ont élargi cette notion et imposé son crédit. Au sens le plus large, la situation est un état complexe résultant de l'interaction, à un moment déterminé […] Lire la suite

ANTIQUITÉ Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 137 mots
  •  • 8 médias

philosophie antique si l'on n'y voyait qu'une période – la première, donc la plus fruste – dans le développement d'une activité intellectuelle spécifique, et clairement définie, qui serait la philosophie. En réalité, l'Antiquité, et singulièrement l'Antiquité grecque, est le lieu de naissance de la philosophie, ce qu'on ne saurait dire au même titre […] Lire la suite

BEAU ET LAID (philosophie)

  • Écrit par 
  • Olivier TINLAND
  •  • 1 417 mots

philosophie son illustration première dans la figure de Socrate, personnage énigmatique et contradictoire aux yeux de ses contemporains fascinés par la beauté des formes corporelles et artistiques : Socrate, en effet, est à la fois celui qui a la plus belle âme, et celui dont le visage est le plus laid. Si l'apparence n'est plus le signe de la beauté […] Lire la suite

COURS DE PHILOSOPHIE POSITIVE, Auguste Comte - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 926 mots
  •  • 1 média

philosophie sociale et revient sur les caractéristiques des états théologique et métaphysique. Enfin, le dernier tome (leçons 56 à 60) offre le complément historique de la philosophie sociale et, en guise de conclusion, des appréciations du positivisme au niveau de ses contraintes d'élaboration, de ses résultats et de son action. La sociologie, entre […] Lire la suite

LA PHILOSOPHIE DES FORMES SYMBOLIQUES, Ernst Cassirer - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 655 mots

Philosophie des formes symboliques (Die Philosophie der symbolischen Formen, 1923-1929) est considérée comme l'œuvre maîtresse du philosophe allemand Ernst Cassirer (1874-1945). Formé par le kantisme et héritier direct de l'Aufklärung, esprit encyclopédique, Cassirer a tenté la synthèse de l'idéalisme kantien (le criticisme) avec une pensée de l'histoire […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 8 975 mots

philosophie iranienne sa tonalité originale, à travers les siècles. […] Lire la suite

SENSIBILITÉ, psychologie et philosophie

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL
  •  • 1 033 mots

philosophie pourra lui apporter. Ainsi, la simple perception sensible se caractérise par le manque : une égalité entre deux choses réelles n'est jamais parfaite, la beauté d'un corps est nécessairement éphémère. Ce sont donc les idées d'égalité et de beauté qui viennent conférer au sensible une consistance dont il manque dès lors qu'il est considéré […] Lire la suite

NON & NÉGATION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 965 mots

Opérateur linguistique de la négation, « non » apparaît dans le dialogue ou dans l'interaction comme réponse à l'interlocuteur ou au partenaire et exprime soit le rejet d'une croyance, soit le refus de la poursuite d'un processus. On peut distinguer : La réponse à une simple interrogation, qui met fin à son indétermination et à son ambivalence :  […] Lire la suite