« Objet »

OBJET

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 8 211 mots

L'exploration de ces modèles par le raisonnement, le va-et-vient entre la pensée formelle et les résultats d'expérience que cette pensée même suggère enrichissent l'objet de science, mais ne l'amènent pas à s'identifier aux objets perçus. Cette irréductibilité de l'objet scientifique à l'objet de perception se manifeste de façon patente par le statut des qualités sensibles dans l'un et l'autre objet. […] Lire la suite

Les médias de la recherche « Objet » :

Objet périodique

Objet périodique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Objet fractal

Objet fractal
Crédits : Y. Gautier

photographie

Objet kitsch

Objet kitsch
Crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Construction de l'image d'un objet

Construction de l'image d'un objet
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les médias de « Objet »

OBJET, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Carlos MAFFI
  •  • 1 357 mots

En psychanalyse, le mot « objet » renvoie en premier lieu à « l'objet sexuel » dont la toute première et plus simple définition est donnée par Freud en 1905 dans son texte Les Trois Essais : « la personne dont émane l'attraction sexuelle ». L'objet est donc essentiellement objet de la pulsion sexuelle, auquel celle-ci s'adresse, à la recherche de sa satisfaction. […] Lire la suite

OBJET MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Patrick DEHORNOY
  •  • 1 058 mots

Passons au second point soulevé, à savoir ce que démontrer l'existence d'un objet mathématique peut signifier. Ce point a été l'objet de bien des débats et querelles au début du xxe siècle. Lorsque nous affirmons que l'équation x2 – 4 = 0 admet les racines – 2 et 2, l'existence de ces racines n'est pas douteuse, puisqu'il suffit de vérifier les égalités (± 2)2 – 4 = 0. […] Lire la suite

OBJET SONORE

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 222 mots

L'objet sonore est une entité qui a trait à la perception auditive : le cerveau peut, par l'intermédiaire de l'oreille, soit reconnaître immédiatement cet objet et sa cause (« il s'agit d'une vitre qui se brise », par exemple), soit lui conférer un sens (comme c'est le cas dans l'expression verbale, ou encore dans l'utilisation de signaux sonores codés), soit s'arrêter à des phénomènes de texture, de forme, de matière (il s'agit alors de l'attitude qui est qualifiée par Schaeffer d'« écoute réduite »). […] Lire la suite

OBJET UNIVERSEL, mathématique

  • Écrit par 
  • Patrick DEHORNOY
  •  • 1 050 mots

Des objets universels apparaissent dans de multiples contextes mathématiques, mais l'idée de base est commune : un objet universel est un objet à partir duquel tous les autres membres de la famille considérée peuvent se reconstruire. Par conséquent, un objet universel est, quand il existe, le plus grand, le plus général de la famille. L'existence d'un tel objet permet d'économiser des démonstrations : typiquement, pour établir que tous les objets de la famille ont une certaine propriété, il suffit de l'établir pour l'objet universel et de montrer ensuite qu'elle se propage à tous les autres. […] Lire la suite

PERMANENCE DE L'OBJET, psychologie

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 226 mots

De cette émergence progressive d'un monde vont se différencier réalité objective et réalité subjective, le sujet se comprenant finalement comme objet possible parmi d'autres. C'est ainsi que, par exemple, jusqu'à environ l'âge de 2 mois, lorsqu'un objet est présenté au nourrisson, puis recouvert d'un chiffon, cet objet semble ne plus exister pour l'enfant. […] Lire la suite

ASTRE ou OBJET CÉLESTE

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 1 244 mots

Le nom d'« astre » s'applique à tout corps céleste. Pour l'astronome de l'Antiquité, il désignait l'une des quelques milliers d'étoiles suffisamment brillantes pour être visibles à l'œil nu ou l'une des sept planètes (du grec planêtes [asteres], « astres errants »), dites aussi « promeneuses du ciel », alors connues : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne ; la Lune, « Astre de la Nuit », et le Soleil, « Astre du Jour » (que Cicéron qualifiait de « Chef des astres »), étaient également considérés comme des planètes. […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) L'œuvre

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 2 290 mots
  •  • 4 médias

Si les prémices d'une crise sont repérables dès le xixe siècle, c'est le siècle suivant qui développe le processus, avec un acmé dans les années 1960-1970, où les artistes refusent de qualifier d'« œuvre » leur production, préférant parler de « pièce », d'« objet spécifique », de « travail », de « proposition » ou d'« action ». Duchamp avait voulu faire « des œuvres qui ne soient pas d'art », le Belge Marcel Broodthaers expose désormais ses œuvres avec la légende : « Ceci n'est pas un objet d'art » (ainsi dans l'exposition de la « Section des figures » de son musée d'Art moderne, département des Aigles, à la Kunsthalle de Düsseldorf en 1972). […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) L'attribution

  • Écrit par 
  • Enrico CASTELNUOVO
  •  • 6 559 mots
  •  • 1 média

, selon l'emplacement de l'objet (amphore, cratère, etc.), d'où ils tirent leurs noms. Un des plus grands créateurs de « noms de commodité » fut l'Américain Bernard Berenson (1865-1959), illustre connaisseur et historien de l'art italien. Pour Berenson, les notnamen traditionnels étaient, d'une certaine façon, insuffisants ; il éprouvait le désir de définir, grâce au nom, la personnalité artistique d'une manière plus aisée que ne l'avait fait Bode avec son « Pseudo-Boccaccino ». […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) L'anonymat dans l'art

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 1 097 mots
  •  • 4 médias

À partir du moment où l'œuvre d'art devient moins un objet d'usage ou de délectation qu'un objet de spéculation, le fait de pouvoir en nommer l'auteur permet de l'insérer dans un réseau de références apparemment objectif qui facilite l'établissement d'une « cote », et confère à toute acquisition l'aspect rassurant d'un placement sur une valeur incontestée. […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) Création contemporaine

  • Écrit par 
  • Paul ARDENNE
  •  • 3 573 mots
  •  • 2 médias

Qu'est-ce donc, à présent, qu'une « œuvre d'art », si sont balayées les notions de savoir-faire (la tekhnè), de beauté, de sublimation ? Formulé autrement, « quand y a-t-il art ? », pour reprendre la célèbre question de l'esthéticien américain Nelson Goodman, dès lors que l'œuvre d'art, pour advenir, se résume à un acte banal, au simple déplacement d'un objet usuel d'un lieu vers un autre. […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) L'objet culturel

  • Écrit par 
  • Jean-Louis FERRIER
  •  • 6 295 mots
  •  • 3 médias

Le tableau, loin d'être un fac-similé ou un inventaire, est lui-même un objet de civilisation. L'objet de civilisation contemporain. Delaunay L'art moderne, une fois encore, fera comprendre de quoi il s'agit exactement. Lorsque, dans les premières années du xxe siècle, le public et la critique reprochent aux peintres cubistes de « déformer » et que M. […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 715 mots

D'autres ont fait l'objet de contrefaçons pures et simples, comme Millet et Van Gogh. Les meilleures falsifications de ce dernier furent celles que réalisa Otto Wacker, qui, pour les vendre, ouvrit une boutique à Berlin, où elles furent décelées lors d'une exposition, en 1927, à la grande déconvenue du docteur de La Faille, qui les avait incluses dans son corpus. […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) La reproduction en art

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 2 030 mots
  •  • 4 médias

Tributaire de l'évolution des techniques et des mentalités, la notion de « reproduction », en art, implique une ressemblance entre deux objets, mais elle ne requiert pas leur similitude. Il existe en effet plusieurs sortes de reproductions. Les copies et les répliques de peintures ou les moulages de sculptures diffèrent peu de leurs modèles, tandis que les gravures ou les photographies ne peuvent pas être confondues avec l'artefact qu'elles reproduisent. […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) La signature des œuvres d'art

  • Écrit par 
  • Marie-José MONDZAIN-BAUDINET
  •  • 1 046 mots
  •  • 1 média

Elle ancre l'objet dans l'histoire individuelle aussi bien que collective et, par conséquent, elle est un repère non arbitraire pour la fondation du jugement esthétique. Cependant, la signature occupe une situation singulière, d'une part parce qu'elle apparaît à un moment précis de l'histoire de la création, d'autre part parce qu'au fil du temps sa signification et sa fonction ont évolué. […] Lire la suite

INTERNET DES OBJETS

  • Écrit par 
  • Frédéric KAPLAN
  •  • 2 440 mots
  •  • 1 média

Les données ainsi récoltées sont stockées et analysées non pas sur l’objet lui-même, mais sur des serveurs plus puissants connectés à l'Internet. Les techniques d'intelligence artificielle adaptées à ce big data de données personnelles développent de nouvelles formes d'analyses, d'identification de motifs et de profils. Dans certains cas, les résultats de l'analyse sont renvoyés vers l'objet qui peut ainsi lui-même bénéficier de services de traitement de données déportés pour agir de manière pertinente dans son environnement. […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 478 mots

On peut la caractériser par son objet et par ses méthodes. L'objet de la connaissance économique Trois thèmes définissent l'objet de la connaissance économique : les richesses matérielles, l'échange, les choix. La science des richesses L'ouvrage d'Adam Smith, La Richesse des nations, suggère une première définition de l'objet de la connaissance économique. […] Lire la suite

LE PROBLÈME DES OBJETS DANS LA PENSÉE MATHÉMATIQUE (M. Caveing)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN
  •  • 1 023 mots

Dans le champ transcendantal propre à la mathématique, un M-objet apparaît comme ce qui satisfait un système de relations. L'axiomatisation impose des règles qui mettent en relation des M-objets. Par exemple, le système d'axiomes de Zermelo et Fraenkel pour la théorie des ensembles, qui s'appuie sur une logique binaire et la relation d'égalité, détermine les règles de la relation d'appartenance, celle-ci étant appartenance d'un M-objet à un M-objet et ces M-objets appelés « ensembles » n'étant que des idéalités caractérisées par le fait qu'elles satisfont tous les axiomes requis. […] Lire la suite

THÉORIE DES OBJETS FRACTALS (B. Mandelbrot)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 206 mots
  •  • 1 média

Benoît Mandelbrot (1924-2010) rassemble dans l'essai Les Objets fractals : forme, hasard et dimension les résultats de ses travaux effectués au centre de recherche Thomas-Watson de la société I.B.M. à Yorktown Heights (États-Unis) sur les objets fractals. Comme il l'indique dans son introduction, il étudie « des objets naturels très divers, tels que la Terre, le Ciel et l'Océan, à l'aide d'une large famille d'objets géométriques ». […] Lire la suite

INTENTIONNALITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 283 mots

La philosophie du Moyen Âge appelait intentio (intention) l'application de l'esprit à un objet ; dans cette application, l'esprit tend vers l'objet, il se dirige vers lui. S'agissant d'un objet de connaissance, l'intentio était dite formelle. S'agissant d'un objet voulu, l'intentio était dite volitive. C'est grâce à son maître Franz Brentano que Husserl a connu ces distinctions. […] Lire la suite

OPTIQUE Images optiques

  • Écrit par 
  • Michel CAGNET
  •  • 5 643 mots
  •  • 30 médias

Une relation importante dite de Lagrange-Helmholtz s'écrit :y et y′ désignant la grandeur de l'objet et celle de l'image, α et α′ les angles d'ouverture objet et image. Image d'un objet étendu supposé situé dans un plan de front Éclairage incohérent L'éclairage incohérent est celui d'un objet qui reçoit les rayons d'une source thermique étendue (Soleil, lampe d'éclairage). […] Lire la suite

CERVEAU ET GESTES

  • Écrit par 
  • Didier LE GALL, 
  • François OSIURAK
  •  • 916 mots
  •  • 1 média

Par ailleurs, si cette intégration permet de guider le bras dans l’espace, le cerveau est également capable d’anticiper la taille de la prise manuelle à effectuer, simplement sur la base des propriétés de l’objet à saisir : un petit objet requiert une prise fine et un grand objet une prise forte. Si vous vous amusez à saisir de nouveau un objet placé devant vous, vous constaterez qu’en réalité vous ajustez la taille de votre prise non pas à l’approche de l’objet mais dès le départ de votre geste. […] Lire la suite

DEUIL

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 340 mots
  •  • 1 média

Le deuil est donc constitutif d'une perte d'objet, au sens psychanalytique d'objet d'amour. Freud s'est intéressé dans son ouvrage Deuil et mélancolie (1915) à cette « maladie naturelle » que traverse l'endeuillé. Il a tenté d'y dégager les lignes directives du travail psychique que doit accomplir le survivant placé devant le fait que l'objet est irrémédiablement absent. […] Lire la suite

PHÉNOMÈNE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 3 347 mots

Mais cette distinction n'est que momentanée, car le sujet qui pense l'objet a en réalité lui-même pour objet. Certes, l'objet extérieur apparaît d'abord comme un autre et un négatif qui me limite lorsque je le rencontre ; mais, lorsque la pensée vient à penser cet autre négatif, alors son objet devient l'objet idéal et dialectique dans lequel sont conservés le moment de la conscience intérieure et le moment de l'objet extérieur, de sorte que, selon la découverte profonde d'Aristote, c'est la pensée qui se pense elle-même. […] Lire la suite

MEINONG ALEXIUS VON (1853-1920)

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES
  •  • 2 672 mots

Dans le premier cas, on pense avec l'objet la relation par laquelle le sujet l'appréhende, mais cette relation n'est nullement contenue dans la pensée de l'objet et n'appartient pas à sa nature. Le fait que l'objet peut être appréhendé par un sujet en fait un objet appréhendé, mais ne le constitue pas comme objet. Il peut y avoir objet sans qu'il y ait appréhension ; de même, il peut ne pas y avoir objet alors qu'il y a appréhension. […] Lire la suite

IDENTIFICATION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 375 mots

] elle se présente comme un rejeton de l'organisation orale de la libido », qui ne s'assimile l'objet qu'en l'anéantissant. Autrement dit, l'enfant, en l'occurrence, ne tend pas à « avoir » l'objet au titre d'objet libidinal, mais, au titre de l'identification, à l'« être ». Et une note posthume de Freud permettra de préciser : dans le premier temps du développement, le sein est une partie de l'enfant, l'enfant est le sein ; en un deuxième temps, il a le sein, au titre d'objet, c'est-à-dire qu'il ne l'est pas ; en un troisième temps, l'objet, perdu, fait retour à l'être, c'est le moment de l'identification. […] Lire la suite

QUANTIFICATION, linguistique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DESCLES
  •  • 980 mots

Le terme « (εx) N(x) » représente un objet qui possède la propriété N, si cet objet existe, et un objet dont on ne peut rien dire s'il n'existe pas (on peut dériver les quantificateurs d'existence et d'universalisation de l'ε-opérateur). L'actualisation de l'objet nominal dans une énonciation permet de définir l'existence linguistique d'un objet indéterminé possédant la propriété N (« Soit un triangle » ; « Étant donné un cercle » ; « Il y a de la voiture à [Paris] »). […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DE LA COGNITION SPATIALE

  • Écrit par 
  • Yannick COURBOIS
  •  • 1 310 mots

L’apprentissage de lieux permet de localiser l’objet en l’absence de point de repère contigu. Le codage se fait en fonction de plusieurs points de repère distants qui fournissent un cadre de référence allocentré à partir duquel l’objet est localisé en termes de distances et de directions. Les premières manifestations de ce codage s’observent vers vingt-quatre mois. […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) La photogrammétrie architecturale

  • Écrit par 
  • Jean-Paul SAINT AUBIN
  •  • 5 219 mots
  •  • 1 média

Définition de la photogrammétrie Quelle que soit la taille, ou la complexité, de l'objet photographié, la photogrammétrie peut rendre compte de ses dimensions, de ses formes et de leur situation dans l'espace. La projection centrale (ou conique) de la photographie transcrit le volume de l'objet sur le plan du négatif. L'opération fixe dans l'espace une gerbe de rayons qui, partant de chaque point de l'objet (en nombre infini), traversent en ligne droite l'objectif de l'appareil par son centre optique et inscrivent les points-images sur le négatif. […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 7 366 mots

L'objet de l'esthétique Science ou philosophie, l'esthétique ne peut tenir un discours qui lui soit propre et qui soit cohérent que si elle se donne un objet déterminé. Un objet, cela signifie ici à la fois une intention et un domaine. Autrement dit, ce qui détermine l'objet, c'est la méthode qui se propose de le saisir. Les sciences nous l'apprennent tous les jours : le microbe n'est devenu objet de science que lorsque le microscope a été inventé. […] Lire la suite

IMPRESSION 3D

  • Écrit par 
  • François PÊCHEUX
  •  • 3 043 mots
  •  • 5 médias

Modèle numérique d’un objet 3D La conception d’un objet destiné à être fabriqué par impression 3D se fait sur un ordinateur personnel au moyen d’un logiciel de conception assistée par ordinateur (CAO) identique à ceux qui sont utilisés en infographie, en ingénierie ou en mécatronique. Le fichier informatique STL, généré par ce logiciel, comprend essentiellement un ensemble de coordonnées 3D et de facettes orientées représentant l’objet virtuel. […] Lire la suite

FÉTICHISME, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 691 mots

La psychose, en effet, étant caractérisée par la croyance en la préservation d'une partie perdue de la réalité, tandis que la névrose atteste la répression du désir qui survit à sa perte, le fétichisme exprimera dans l'objet le substitut du pénis maternel : de la psychose il tiendra sa capacité à rencontrer cet objet perdu dans la réalité, de la névrose le déplacement d'investissement qui concilie avec la persistance du désir la perte de son objet primitif. […] Lire la suite

PERCEPTION

  • Écrit par 
  • Paolo BARTOLOMEO
  •  • 3 892 mots
  •  • 5 médias

C’est comme si l’objet de droite entrait en compétition avec l’objet de gauche pour l’attention du patient, et gagnait systématiquement cette compétition, en « éteignant » la perception consciente de l’objet de gauche. La négligence et l’extinction sont encore des exemples impressionnants de l’importance cruciale des comportements d’exploration active dans la perception consciente. […] Lire la suite

HASSOUN JACQUES (1936-1999)

  • Écrit par 
  • Jean-François de SAUVERZAC
  •  • 732 mots

Il met à la question l'objet en psychanalyse dans une trilogie (Les Passions intraitables, La Cruauté mélancolique, L'Obscur Objet de la haine) et montre clairement que l'objet, cause du désir dans la théorie de Lacan, ne saurait être confondu avec l'objet transitionnel de Winnicott, source d'illusion créatrice. En effet, il met en évidence la fonction protectrice de l'objet dans la structure psychique : si le désir se soutient du refoulement d'un objet perdu, mythique (le sein maternel, d'abord), chez le psychotique, il n'y a pas d'objet perdu ; ce qui n'a pas été symbolisé fait retour dans le délire, vient trouer la réalité par l'hallucination. […] Lire la suite

INTROJECTION

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 504 mots

On rapprochera l'introjection de l'objet d'amour (incorporation imaginaire) de l'avidité de la pulsion orale (penser au cannibalisme). L'identification se distingue de l'introjection, car elle est une incorporation sublimée, où l'objet se trouve sauvegardé. Pour K. Abraham, « l'introjection est un processus destiné soit à avoir ce qui vient à manquer (l'objet perdu), soit à le devenir (être pour avoir), soit à y aspirer sur le mode de l'identification » (I. […] Lire la suite

EXTRAVERSION & INTROVERSION

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 701 mots

« Chez Adler, écrit Jung en 1928, l'accent porte sur un sujet qui se met en sûreté et qui cherche la suprématie vis-à-vis de n'importe quel objet ; chez Freud, au contraire, l'accent porte entièrement sur les objets qui, suivant leurs propriétés définies, sont favorables ou contraires aux convoitises du sujet. » L'extraversion est alors conçue comme la condition dans laquelle l'objet a une plus haute valeur que le sujet, et l'introversion comme celle dans laquelle le sujet a un plus haut niveau de valeur que l'objet. […] Lire la suite

LANGUE & PAROLE, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 222 mots

Cherchant à définir l'objet propre de la linguistique, Saussure remarque que celui-ci n'est pas donné d'avance, mais qu'il est au contraire à construire : car, « bien loin que l'objet précède le point de vue, on dirait que c'est le point de vue qui crée l'objet ». Du langage à la langue Pour Saussure, l'objet de la linguistique ne saurait être le « langage ». […] Lire la suite

TAVELURE EFFET DE, physique

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 409 mots
  •  • 2 médias

Pour démontrer la faisabilité de l'analyse, l'équipe conduite par Allard Mosk utilise un faisceau laser vert qui doit traverser un écran opaque (faisant office de matériau désordonné) avant d'atteindre un objet fluorescent. Comme le faisceau émerge de l'écran sous la forme d'une configuration tavelée, les différentes parties de l'objet-cible reçoivent des quantités de lumière différentes et émettent une fluorescence avec une intensité plus ou moins grande. […] Lire la suite

AMBIVALENCE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 182 mots
  •  • 1 média

Ces mouvements de projection et d'introjection permettent de supposer l'existence de relations objectales, appelées « préobjectales », puisqu'il n'y a pas reconnaissance de l'objet comme totalité différenciée. La première relation d'objet partiel (l'objet est le sein) est empreinte d'ambivalence dans la mesure où cet objet est apaisant ou frustrant. […] Lire la suite

INTELLECT & INTELLIGIBLES

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 1 712 mots

L'intelligible est ce qui est l'objet de connaissance intellective : noêtos (intelligibile, intellectum) ; eidos (species [ou forma] intelligibilis), logos (ratio), d'où la raison comme système des vérités éternelles, la raison d'être au sens de principe d'explication. L'intelligible se distingue de l'objet de connaissance sensible, aisthêton, sensibile (empirique pour Kant). […] Lire la suite

PHOTOGRAMMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Maurice CARBONNELL
  •  • 2 340 mots
  •  • 2 médias

On groupe sous le nom de photogrammétrie l'ensemble des techniques qui permettent de déterminer la forme, les dimensions et la position d'un objet (au sens le plus large du terme) à partir de perspectives de cet objet enregistrées photographiquement. Chaque perspective est la section, par le plan π de l'image photographique, du faisceau perspectif formé par l'ensemble des rayons qui, partant de chaque point de la surface Σ de l'objet, convergent vers le point de vue S. […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DES FONCTIONS EXÉCUTIVES (psychologie)

  • Écrit par 
  • Olivier HOUDÉ
  •  • 1 278 mots

chez le bébé concerne la permanence de l’objet. Jean Piaget avait observé que jusqu’à l’âge de un an les bébés font une erreur, dite « A-non-B », dans un dispositif de recherche d’objets disparus. L’objet est d’abord caché derrière un écran A, puis il est caché, sous les yeux du bébé, derrière un écran B. De huit à douze mois, le bébé continue d’aller rechercher l’objet derrière A (comme d’habitude), commettant ainsi l’erreur A-non-B. […] Lire la suite

ARTSCHWAGER RICHARD (1923-2013)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 2 065 mots

La capacité à communiquer une signification par la simple iconicité de l'objet cultuel ou domestique trouve justement sa force dans la connotation inhérente à chacun de ces objets, qui réveillent en nous un vécu quotidien tout en demeurant résolument autre chose : un objet spécifique à la sphère de l'art. Car si l'objet se reflète dans les catégories du domestique ou du cultuel, il n'est pas issu de ces domaines qui lui sont étrangers. […] Lire la suite

NOUMÈNE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 704 mots

Conçu dans la mesure où il est supposé à titre de fondement de ce qui nous apparaît dans le phénomène, l'objet transcendantal est le concept d'un objet en général, c'est-à-dire de quelque chose de tout à fait indéterminé, qui est strictement corrélatif de l'unité de l'aperception (c'est « quelque chose X, dont nous ne savons rien du tout ». Le noumène, précisons-le, est le concept d'une chose en tant qu'« elle n'est pas un objet de notre intuition sensible » ; concept limitatif, il a pour effet de « restreindre les prétentions de la sensibilité » ; il nous indique que tout n'est pas objet de l'expérience sensible, que quelque chose du réel échappe aux déterminations du savoir théorique. […] Lire la suite

GENETTE GÉRARD (1930-2018)

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 2 640 mots
  •  • 1 média

Selon lui, ce qu'il y a de spécifique dans la relation à une œuvre d'art repose sur la reconnaissance d'une intention esthétique qui permet de percevoir l'objet comme « candidat à une appréciation ». L'objet est reconnu par sa faculté de susciter une attention particulière à son aspect plutôt qu'à son usage. Cette appréciation immédiatement subjective (l'aspect de l'objet me plaît ou me déplaît à l'instant où je le perçois) s'exprime sous la forme d'un jugement de goût (du type « cet objet est beau » ou « cet objet est laid ») qui prétend porter sur la nature réelle de l'objet perçu. […] Lire la suite

SPITZ RENÉ ARPAD (1887-1974)

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 910 mots

La formation de la relation d'objet se constitue dans la première année et passe par plusieurs stades : le stade préobjectal, le stade de l'objet précurseur et, enfin, le stade de l'objet proprement dit. Le premier correspond à peu près au stade narcissique primaire ; c'est un état de non-différenciation par rapport à l'entourage. Le stade de l'objet précurseur survient environ au troisième mois, avec l'installation de ce que Spitz appelle le « premier organisateur » : l'enfant sourit au visage humain vu de face et en mouvement ; il se tourne alors vers une perception extérieure, mais il ne s'agit là que d'un objet « précurseur », parce que le bébé ne reconnaît pas les qualités essentielles mais seulement des attributs superficiels de l'objet, qui n'est alors qu'un signal lié aux situations de nourriture ou de sécurité. […] Lire la suite

HOLOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Pierre FLEURY, 
  • Michel HENRY
  •  • 5 748 mots
  •  • 10 médias

Nous savons que l'onde issue de l'hologramme d'un objet est identique, en amplitude et en phase, à l'onde émise par l'objet. Par suite, les ondes formées à partir d'un faisceau de lumière cohérente par un objet A et l'hologramme d'un objet B peuvent interférer aussi bien que celles qui sont formées à partir de l'objet A et de l'objet B lui-même, et fournir le même résultat. […] Lire la suite

PSYCHANALYSE & PEINTURE

  • Écrit par 
  • Jean-François LYOTARD
  •  • 7 920 mots

C'est que, si l'objet à peindre subit la mutation que nous avons dite, cessant d'être un objet référencié et représenté pour devenir le lieu d'opérations libidinales engendrant une polymorphie inépuisable, il faudrait peut-être faire l'hypothèse qu'il en va de même pour d'autres objets : objet à produire et consommer, objet à chanter et entendre, objet à aimer. […] Lire la suite

SOCIO-HISTOIRE

  • Écrit par 
  • François BUTON, 
  • Nicolas MARIOT
  •  • 1 266 mots

La construction de l'objet concerne ensuite l'élaboration du corpus de sources. Contre l'érudition pointilliste, la démarche socio-historique rejette l'idée que la série de cartons d'archives puisse, de par la seule homogénéité nominale de son contenu, circonscrire un objet d'étude : ce n'est pas le carton qui fait l'objet, mais l'objet qui fait le carton (selon l'expression de Michel Offerlé). […] Lire la suite

OPTIQUE Optique instrumentale

  • Écrit par 
  • Albert ARNULF
  •  • 6 689 mots
  •  • 11 médias

En ajoutant, pour chaque point de l'objet, les intensités de toutes les taches de diffraction superposées en ce point, on obtient la distribution des éclairements dans l'objet, vu à travers la pupille d'entrée. On appelle « fonction de transfert » celle qui représente le contraste de l'image en ordonnée en fonction de la fréquence spatiale de l'objet en abscisse. […] Lire la suite