« Nourrissons -- Psychologie »

EMPATHIE

  • Écrit par 
  • Jean DECETY
  •  • 1 398 mots

Cet article présente une perspective nouvelle basée sur les avancées en biologie comportementale, psychologie scientifique et neurosciences qui permettent de mieux délimiter le concept d’empathie. Les composants de l’empathie De nombreux travaux théoriques et empiriques en biologie de l’évolution, psychologie et neurosciences sociales chez l’animal et l’homme convergent pour considérer que l’empathie reflète une capacité innée de percevoir et d’être sensible aux états émotionnels des autres, souvent couplée avec une motivation pour se préoccuper de leur bien-être. […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT PERCEPTIF

  • Écrit par 
  • Sylvie CHOKRON
  •  • 1 841 mots
  •  • 2 médias

Voilà pourquoi on utilise à la maternité une mire noir et blanc se déplaçant lentement devant les yeux des nourrissons de quelques heures pour tester leur vision. À partir de dix-huit mois, la poursuite visuelle d’un objet qui se déplace est comparable à celle de l’adulte et permet à l’enfant d’explorer son environnement de façon volontaire et stratégique. […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) La petite enfance

  • Écrit par 
  • Hélène STORK
  •  • 8 741 mots
  •  • 2 médias

Depuis lors, des études inspirées, séparément ou conjointement, par les méthodes de la psychologie expérimentale et de la psychanalyse ont mis en évidence des « patterns » d'interactions spécifiques entre mères et bébés (Myriam David, 1966), ainsi que l'existence de cycles interrelationnels. Par exemple, grâce à l'enregistrement simultané, par l'image et par le son, de séquences de communication entre des mères et des nourrissons, on a remarqué que le taux d'activité de ceux-ci variait de manière synchrone avec le rythme des paroles de leurs mères (W. […] Lire la suite

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 262 mots
  •  • 4 médias

Les sciences cognitives ont pour objet de décrire, d'expliquer et le cas échéant de simuler voire d'amplifier les principales dispositions et capacités de l'esprit humain – langage, raisonnement, perception, coordination motrice, planification, décision, émotion, conscience, culture... En un sens, les sciences cognitives ne sont rien d'autre que la psychologie scientifique. […] Lire la suite

CULTURALISME

  • Écrit par 
  • Marc ABELES
  •  • 2 568 mots

Dans des recherches ultérieures, Kardiner a nuancé quelque peu sa position ; il n'en reste pas moins que la tendance à chercher la clé de la culture dans la psychologie des individus demeure prépondérante dans son œuvre. Au-delà des critiques qu'il a suscitées, le culturalisme a su imposer, en théorie – par l'introduction de concepts inédits – et en pratique – par un renouvellement des méthodes ethnographiques –, un décloisonnement des sciences sociales. […] Lire la suite

RELATIVISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU, 
  • Tobie NATHAN
  •  • 3 935 mots

Ces trois questions alimenteront non seulement des comparaisons ponctuelles, mais de véritables doctrines tant en anthropologie qu'en psychologie. La doctrine relativiste la plus aboutie a été sans conteste le courant culturaliste américain qui a réussi à combiner la méthode anthropologique (enquêtes sur le terrain), la théorie psychanalytique alors en plein essor aux États-Unis et ce que l'on peut désigner comme un crypto-marxisme implicite. […] Lire la suite

PSYCHOSE (psychanalyse)

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA, 
  • Pierre JUILLET, 
  • Hélène STORK
  •  • 10 054 mots

Il est intéressant de relever que des recherches cliniques conduites sur le mode de la psychologie expérimentale et portant sur les interactions entre des parents psychotiques et des nourrissons aboutissent à des hypothèses du même type, en montrant l'existence d'un trouble très précoce de l'attention focale partagée entre les parents et le bébé. Leurs échanges se caractériseraient par l'incongruence et l'insuffisance de la mutualité (E. […] Lire la suite

PSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Jean AYME, 
  • François CAROLI, 
  • Georges LANTERI-LAURA, 
  • Jean-Michel THURIN
  •  • 17 834 mots

Le terme de psychiatrie semble attesté en français depuis 1842, formé par dérivation à partir du mot psychiatre, lui-même connu vers 1802 et emprunté aux langues germaniques. Il est à peu près synonyme de pathologie mentale, mais ne s'y substitue que vers la fin du xixe siècle et désigne alors une branche particulière de la médecine, celle qui concerne cette partie de la « folie », dont la médecine estime pouvoir rendre compte, en y envisageant clinique, diagnostic et thérapeutique. […] Lire la suite