« Matérialisme+anthropologique »

HAVEMANN ROBERT (1910-1982)

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 1 087 mots

À partir d'une approche anthropologique et éthique des problèmes, il remettait en cause les dogmes du S.E.D. et élaborait une philosophie utopique de la liberté. Il reprochait à la philosophie officielle d'être devenue une sorte de matérialisme vulgaire et aux responsables de l'État de discréditer le matérialisme dialectique. Une telle profession de foi lui valut de sérieuses mises en garde par les idéologues du régime. […] Lire la suite

REVEL JEAN-FRANÇOIS (1924-2006)

  • Écrit par 
  • Pierre RIGOULOT
  •  • 841 mots

Athée, porté à un matérialisme hédoniste et rationaliste, Revel savait que l'irrationnel alimentant sous différentes formes le mensonge envers soi-même était largement répandu. C'est pourquoi les batailles qu'il mena ne doivent pas cacher un certain pessimisme anthropologique, formulé dès La Tentation totalitaire : pour lui, la liberté, qu'il chérissait et défendait si vigoureusement, n'est pas, loin de là, l'aspiration de tous les hommes. […] Lire la suite

IDÉOLOGUES

  • Écrit par 
  • André CANIVEZ
  •  • 1 699 mots

 » Dans des temps difficiles, cette éthique n'est pas sans virilité, si théoriquement elle représente une synthèse bien ardue d'un matérialisme et d'un stoïcisme peu enclins à l'enthousiasme. Cet indépendant incapable de palinodie s'est livré à bien d'autres travaux d'histoire et de méthodologie anthropologique, comme tant d'autres : Condorcet, Lavoisier, Laplace, Lagrange, Monge, Draparnaud, Lamarck, Bichat, Pinel, Broussais, Thurot, Fauriel, Rœderer, Dupuis, Daunou, Degérando, Garat, Siéyès, Ginguené. […] Lire la suite

FRANCFORT ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Gerhard HÖHN
  •  • 2 789 mots
  •  • 1 média

Par ailleurs, tout en représentant la continuité de la théorie critique, Habermas fait désormais comparaître celle-ci devant le tribunal de l'épistémologie moderne, et, s'il se réfère encore au matérialisme historique, à l'idéalisme allemand et à la psychanalyse, ce n'est cependant pas sans apporter de sensibles modifications aux positions qu'avait prises l'école à leur sujet. […] Lire la suite

MORGAN LEWIS HENRY (1818-1881)

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 3 684 mots

Considéré comme le « fondateur » de la science anthropologique, admiré par G. Bandelier, J. W. Powell, L. Fison, A. W. Howitt, pionniers à des titres divers de l'ethnographie américaine et australienne, loué par Marx et Engels pour avoir redécouvert les principes fondamentaux du matérialisme historique, rejeté avec violence par F. Boas, B. Malinowski, W. […] Lire la suite

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 054 mots
  •  • 1 média

Le structuralisme n'est pas une école de pensée facilement identifiable. À la fin des années 1950, la référence au concept de structure est générale dans le champ des sciences humaines, et trois colloques aux titres évocateurs attestent à la fois de cette généralisation de la notion, de sa dispersion... et de son imprécision : en 1959, Sens et usages du terme structure (R. […] Lire la suite

ÉVOLUTIONNISME CULTUREL & SOCIAL

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 2 786 mots
  •  • 2 médias

Il est certain que l'on trouve dans les principes fondamentaux du matérialisme historique une conception évolutionniste beaucoup plus complexe que celle de Spencer et de Morgan en ce qui concerne le devenir des sociétés capitalistes, mais parfaitement compatible avec les vues de Morgan quant aux premières étapes de l'histoire. Le point de départ de l'évolution sociale telle que la conçoit Morgan est donc la sauvagerie, c'est-à-dire ce qu'on appelle le Paléolithique, où régnerait, selon lui, comme selon J. […] Lire la suite

MARX KARL (1818-1883)

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 542 mots
  •  • 3 médias

Du point de vue théorique, la période de jeunesse de Marx l'a conduit de la philosophie idéaliste allemande, dont la dialectique hégélienne était la forme la plus systématique, au matérialisme « critique » (sous l'influence prépondérante de Feuerbach), puis au matérialisme historique. Ce processus de transformation a permis la combinaison de la philosophie allemande et du socialisme (essentiellement français). […] Lire la suite

LIBERTINAGE

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 3 267 mots

La stratégie polémique consiste à confondre l'hétérodoxie philosophique et la licence sexuelle, les écarts ponctuels ou les simples doutes et le dérèglement suprême que représentent l'athéisme et le matérialisme. Les dictionnaires de l'âge classique assimilent donc le libertin à l'impie ou au débauché, même s'ils concèdent un emploi anodin et mondain du mot : un honnête libertin est celui qui s'accorde plaisirs et divertissements. […] Lire la suite

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) Anthropologie de l'alimentation

  • Écrit par 
  • Dominique FOURNIER
  •  • 6 095 mots
  •  • 3 médias

Enfin, il est difficile de passer sous silence les contributions inspirées par le matérialisme dialectique marxiste : tout à la fois convaincantes, surprenantes et excessives, elles amusent parfois, comme celles qui prétendent que les pratiques anthropophages des Aztèques relevaient d'une quête assidue des protéines animales. Le temps est donc venu pour la communauté scientifique de reconnaître que les études sur l'alimentation améliorent nos connaissances de la diversité culturelle, au-delà même des simples aspects matériels. […] Lire la suite

SOCIOLOGIE DE L'ART

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 4 943 mots
  •  • 2 médias

, 1982), qui propose en plusieurs volumes une explication de toute l'histoire de l'art à partir du matérialisme historique, les œuvres d'art étant interprétées comme un reflet des conditions socio-économiques. Dans la deuxième catégorie, ce sont les philosophes de l'école de Francfort qui s'apparentent à la sociologie de l'art, par leur intérêt pour les relations entre l'art et la vie sociale. […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 918 mots
  •  • 4 médias

L'expression « critique littéraire » recouvre aujourd'hui deux activités relativement autonomes. Elle désigne d'une part les comptes rendus de livres dans la presse, à la radio, à la télévision : parlons ici de « critique journalistique ». Elle renvoie d'autre part au savoir sur la littérature, aux études littéraires ou à la recherche littéraire : parlons cette fois de « critique universitaire » ou « didactique ». […] Lire la suite

SCIENCES Sciences et discours rationnel

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 6 634 mots

Ne serait-ce pas à une théorie de ce genre que l'on aurait affaire dans le cas de la psychanalyse, et également dans le cas du matérialisme historique ? Mais la différence dont il vient d'être question n'a sans doute qu'une portée limitée. Les théories qui viennent d'être évoquées fonctionnent du reste à la fois comme « théories déductives à portée prédictive » et comme « théories interprétatives » (ou « compréhensives »). […] Lire la suite

HOMME La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 349 mots
  •  • 6 médias

Matérialiste, elle étend le matérialisme jusqu'à l'explication de la connaissance, tout en se divisant sur la conception du bonheur et les moyens de l'obtenir, comme sur le rôle et la place que l'individu pourra revendiquer dans la cité et dans le monde. Mais, aussi déterminant qu'ait été le matérialisme grec pour la pensée ultérieure, la portée des tendances qui, comme le platonisme, lui sont radicalement contraires s'avérera encore bien plus considérable. […] Lire la suite

MORT Les sociétés devant la mort

  • Écrit par 
  • Louis-Vincent THOMAS
  •  • 8 202 mots
  •  • 2 médias

Réunissant le matérialisme de Démocrite et l'hylozoïsme, Épicure réduit l'univers à une collection d'atomes indivisibles et éternels, mais différents de taille et de poids. L'âme humaine, qui n'est rien d'autre qu'une rencontre fortuite d'atomes plutôt ronds et siégeant dans la poitrine, ne saurait donc, tout comme le corps, prétendre à une quelconque immortalité. […] Lire la suite

CONSCIENCE

  • Écrit par 
  • Henri EY
  •  • 10 480 mots
  •  • 1 média

Le mot latin conscientia est naturellement décomposé en « cum scientia ». Cette étymologie suggère non seulement la connaissance de l'objet par le sujet, mais que cet objet fait toujours référence au sujet lui-même. Le terme allemand Bewusstsein comporte la même résonance de sens.L'emploi du substantif conscience fausse la solution du problème qu'il implique, car la conscience n'est pas plus une chose, une propriété ou une fonction qu'une faculté. […] Lire la suite

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 137 mots
  •  • 8 médias

C'est ainsi que la théorie biologique de l'évolution a servi à conforter aussi bien un matérialisme athée qu'une théologie, et c'est une argumentation philosophique qui décidera des prolongements d'une théorie scientifique dont le nom même a été emprunté par Darwin à Spencer. Contrairement à ce que croient beaucoup de vulgarisateurs, une proposition telle que « Tout est explicable par la théorie atomique » n'est ni scientifique (est-elle vérifiable ?) ni philosophique (peut-elle rendre compte d'elle-même ?). […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 538 mots
  •  • 8 médias

L'intérêt pour la langue est un trait dominant de la philosophie contemporaine. Non que nos contemporains soient les premiers à découvrir le langage. Celui-ci a toujours été à la place d'honneur dans la philosophie, tant il est vrai que la compréhension que l'homme prend de lui-même et de son monde s'articule et s'exprime dans le langage ; les sophistes grecs sont sans doute les premiers à en avoir pris une conscience aiguë ; Socrate cherche les « définitions », c'est-à-dire le sens permanent de nos mots et de nos phrases ; Platon, dans le Cratyle, s'interroge sur la « justesse » des mots et établit, dans le Théétète et Le Sophiste, que c'est la structure complexe de la phrase, faite d'un entrelacs du nom et du verbe, qui seule permet la fausseté, qui est le pouvoir de dire faux, de dire ce qui n'est pas. […] Lire la suite

ZEN

  • Écrit par 
  • Claude GRÉGORY
  •  • 18 747 mots

Idéalisme et réalisme d'un côté, spiritualisme et matérialisme de l'autre sont ainsi, non pas renvoyés dos à dos mais livrés à l'évaporation d'un essentialisme qui n'a même plus loisir de dialectiser. C'est encore le génie du Mahāyāna que d'avoir, dans le même mouvement, fait de la bodhi ce que nous avons désigné plus haut par terme proche. La bodhi, inséparable d'avidhyā (l'ignorance) comme la clarté de l'obscur, est, en chaque homme, contrepartie du jeu de miroir des skandha. […] Lire la suite

 
 

Recevez les offres exclusives Universalis