« Locutions »

BISṬĀMĪ ABŪ YAZĪD ṬAYFŪR IBN ‘ĪSĀ IBN SURŪSHĀN AL- (mort en 857 ou 874)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 323 mots

De là viennent les locutions théopathiques (shaṭaḥāt) qu'on lui a sévèrement reprochées (al-Ḥallādj, qui admet ces locutions et qui dit : « Je suis la Vérité créatrice », pense qu'il s'est trop pressé et qu'il parle ainsi avant d'avoir totalement anéanti son moi). Al-Bisṭāmī s'écrie, par exemple : « Las à moi ! Que ma gloire est grande ! » Il est vraiment un passionné de Dieu, de l'unité, de l'exclusivité de Dieu, de son unicité, de son éternité, de son ipséité. […] Lire la suite

DJUNAYD ou JUNAYD ABŪ L-QĀSIM AL- (mort en 910)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 280 mots

Pour justifier les locutions théopathiques employées par al-Bisṭāmī, al-Djunayd écrivait : « Celui qui s'abîme dans les manifestations de la Gloire s'exprime selon ce qui l'anéantit ; quand Dieu le soustrait à la perception de son moi et qu'il ne constate plus en lui que Dieu, il Le décrit. » La mort au moi, le fanā', n'est pas pour lui corrélative d'une subsistance en Dieu, le baqā'. […] Lire la suite

SOLER père ANTONIO (1729-1783)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 444 mots

« On trouve dans ces ravissantes sonates des locutions qui ont un caractère ibérique, mais dont on est tenté d'attribuer le parrainage à Scarlatti. À y regarder de plus près, il n'y a souvent qu'une rencontre d'autant plus naturelle qu'ils puisaient tous deux à un même fonds commun. À cet égard, Soler n'emprunte rien à son maître et c'est celui-ci qui s'enrichit de ses emprunts au folklore et au style espagnols » (R. […] Lire la suite

MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN
  •  • 6 363 mots
  •  • 1 média

) ; soit des locutions comportant au moins un nom de mathématicien(ne) [ex. : anneau de Dedekind, axiome de Peano, conjecture de Taniyama-Shimura-Weil, espace de Fréchet, formule de Stirling, lemniscate de Bernoulli, théorème de Pythagore...] ; soit des mots composés ou surcomposés à l'aide de préfixes (qui peuvent être de simples lettres, des groupes de lettres, des noms propres ou des symboles) ou de suffixes [ex. […] Lire la suite

L'OFFRANDE LYRIQUE, Rabindranath Tagore - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Prithwindra MUKHERJEE
  •  • 803 mots
  •  • 1 média

Certaines de leurs locutions spécifiques vont retrouver en lui un nouveau souffle à travers son œuvre. Tagore, chantre de la littérature bengalie Ayant forgé une langue littéraire moderne, puissante, ouverte à tous les courants de pensée et de cœur, Tagore a douté cependant de la capacité occidentale d'apprécier la richesse de la prosodie bengalie. […] Lire la suite

LIVRE DE LA VIE, Thérèse d'Ávila - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 867 mots
  •  • 1 média

Le récit de grâces exceptionnelles – visions, extases, locutions – alterne avec celui de peines intérieures très violentes, tentations, apparitions du démon, avant le premier projet de fondation, vite abandonné (chap. xxvii à xxxiv). Après l'évocation d'une terrible vision de l'enfer, Thérèse entreprend le récit de la difficile fondation du couvent de Saint-Joseph. […] Lire la suite

CRANE HART (1899-1932)

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER
  •  • 978 mots

Rimbaud et Laforgue, en particulier (il traduira en anglais « Locutions des Pierrots »), ne sont pas sans imprégner sa vision, sa tonalité et sa forme. C'est à la fois grâce à ses contacts avec Waldo Frank et en raison de son désir de célébrer la richesse de tous les aspects de la vie contemporaine qu'il commencera d'écrire Le Pont, à Cuba, où l'assistance d'Otto Kahn lui permit de séjourner. […] Lire la suite

OULIPO (Ouvroir de littérature potentielle)

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 018 mots

Il explore systématiquement les terres du « langage cuit » (l'expression vient de Robert Desnos) : expressions, locutions, formules, citations. Depuis sa fondation, le groupe tient une réunion mensuelle où ces découvertes et inventions sont proposées, discutées, bientôt publiées. Au fil des années, le groupe s'étoffe, que rejoignent Jacques Roubaud, Marcel Bénabou, Georges Perec, Harry Mathews, Italo Calvino ou Michèle Métail. […] Lire la suite

LAFORGUE JULES (1860-1887)

  • Écrit par 
  • Gérard PRÉVOT
  •  • 982 mots

Quatre vers extraits des « Locutions des Pierrots » dans L'Imitation de Notre-Dame la Lune peuvent s'entendre comme une simple fantaisie mineure à l'accent personnel ou comme le reflet de l'inquiétude moderne :Ah ! oui, devenir légendaire, Au seuil des siècles charlatans ! Mais où sont les Lunes d'antan ? Et que Dieu n'est-il à refaire !Tout Laforgue est dans cette double démarche et dans ce double écho. […] Lire la suite

ANRI SALA. ENTRE CHIEN ET LOUP (exposition)

  • Écrit par 
  • Charles-Arthur BOYER
  •  • 946 mots

Comme le réel de la vie sous la structure du langage, par-delà le rythme syncopé que produit la répétition des mots ou des syllabes, surgissent des locutions opposant « le blanc/le noir ; l'homme blanc/l'homme noir », aiguisées comme des couperets. En 2003, à Tirana, ville de naissance de l'artiste, où il retourne très régulièrement, Anri Sala a réalisé trois œuvres qui s'inscrivent au début, au milieu et à la fin de l'exposition. […] Lire la suite

CHAMP SÉMANTIQUE ET CHAMP LEXICAL

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 171 mots

Par exemple dans l'ouvrage d'Igor Mel'chuk, André Clas et Alain Polguère intitulé Introduction à la lexicologie explicative et combinatoire (1995), le champ sémantique est défini comme « l'ensemble des lexies (mots ou locutions, considérés dans une acception particulière) qui ont une même composante sémantique identificatrice de champ, c'est-à-dire une même étiquette correspondant à un générique commun » : ainsi, les lexies « dessiner », « peindre », « sculpter », « tailler », « graver » participent du champ identifié par la composante « représenter » ; ou encore les lexies « rouge », « bleu », « vert-gris » appartiennent au champ « couleur ». […] Lire la suite

CARAGIALE ION LUCA (1852-1912)

  • Écrit par 
  • Alain GUILLERMOU
  •  • 1 121 mots

Bien mieux, le langage, chez lui, est source d'un comique au second degré, si l'on peut dire : il n'est pas seulement révélateur d'un personnage ou capable d'exprimer la drôlerie d'une situation, mais devient le plus souvent objet, même gratuit, de rire : ainsi, les tics de certains personnages ou les agencements humoristiques de mots et de locutions. […] Lire la suite

OUYANG XIU [NGEOU-YANG SIEOU] (1007-1072)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 1 199 mots

Rempli de locutions en langue vulgaire et de sentiments érotiques, il est bien plus original et appartiendrait à l'école de son contemporain Liu Yong. La critique chinoise semble de plus en plus disposée à admirer le dernier recueil plus que le premier et à le trouver authentique, en opposition aux avis des critiques traditionnels qui ont refusé de croire qu'un confucianiste puisse se livrer à la composition de pièces aussi « frivoles » et « licencieuses ». […] Lire la suite

SPENSER EDMUND (1552-1599)

  • Écrit par 
  • Robert ELLRODT
  •  • 1 285 mots

Cependant l'univers fabuleux reflète le monde réel : le séjour des Grâces est la colline d'Arlo près de Kilcolman, et la riche tapisserie de la strophe spensérienne accueille les images de la vie quotidienne et rustique, les locutions et les proverbes de la sagesse populaire. Les contraires s'unissent dans l'œuvre de Spenser sans y créer de contrastes. […] Lire la suite

TOMEO JAVIER (1932-2013)

  • Écrit par 
  • Corinne CRISTINI
  •  • 1 240 mots

L’œuvre de Javier Tomeo se caractérise également par des jeux de langage ; les personnages sont pris au piège des mots, des proverbes, des locutions et des stéréotypes, comme cela apparaît dans La noche del lobo (2006, La Nuit du loup) qui invite aussi à une réflexion sur l’usage d’Internet comme source de savoirs. Maître du genre bref, Javier Tomeo n’a cessé de relire et de revisiter ses textes, rassemblant ses contes en 2004 dans l’anthologie intitulée Los nuevos inquisidores et, en 2012, dans Los cuentos completos ; quelques-uns de ces romans trouveront par ailleurs de nouvelles résonances dans une version théâtrale. […] Lire la suite

BEMBO PIETRO (1474-1547)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI, 
  • Universalis
  •  • 1 784 mots

Contre ceux qui préféreraient un italien plus composite, admettant des locutions de provinces différentes, ou plus actuel et donc plus fluide, il fait recommander l'usage du florentin de Dante, de Pétrarque et de Boccace, par-dessus tout celui de Pétrarque en poésie et celui de Boccace en prose. Il énonce également, surtout dans le troisième livre, plusieurs prescriptions grammaticales tendant à stabiliser ce « vulgaire » de façon durable. […] Lire la suite

DEDEKIND RICHARD (1831-1916)

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 2 064 mots

Mais, en fait, Kummer ne définit nulle part ce que serait un nombre idéal ; il se borne à introduire dans Am une suite de relations (où n'interviennent que des éléments de Am) qu'il désigne par des locutions telles que « être divisible par la n-ième puissance du k-ième nombre premier idéal » (en fait, nous savons aujourd'hui que cela revient à définir ce qu'on appelle les valuations sur l'anneau Am, mais cette notion n'a été dégagée qu'aux environs de 1900). […] Lire la suite

PROVERBES

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 3 127 mots

Difficile à cerner, investi comme il est, en amont, par les dictons, les lieux communs, les « expressions proverbiales » et les locutions populaires (savoureuses mais engagées dans les manières de dire du moment et vite vieillies) et, en aval, par les adages, les sentences, les maximes et les jeux de société de la culture savante, le proverbe populaire reste malgré tout reconnaissable. […] Lire la suite

RELIGION La sécularisation

  • Écrit par 
  • François-André ISAMBERT
  •  • 3 423 mots
  •  • 1 média

Pendant de nombreuses années, on usa en français, pour désigner diverses modalités du recul religieux, des termes de laïcisation, de déchristianisation, de paganisation et de locutions comme extension de l'incroyance ou de l'irréligion. Ces termes, en particulier celui de déchristianisation dont abusa la sociologie religieuse (G. Le Bras, 1963) apparurent souvent trop étroits, et on fut heureux d'accueillir le mot de sécularisation qui avait pris, surtout outre-Atlantique, un sens englobant, applicable aux divers processus de recul et aux diverses religions. […] Lire la suite

FABLE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 3 260 mots

Les conteurs populaires privilégient telle ou telle caractéristique de chaque espèce animale – typologie qui, à la longue, devient un répertoire de locutions courantes et une ébauche d'histoire naturelle. Chacal sanskrit et fourmi malgache Un des recueils le plus souvent cités dans les histoires de la fable est le Pañchatantra, ou les « Cinq Livres » de la sagesse, dont le noyau primitif date vraisemblablement du début de notre ère. […] Lire la suite

AUTRUI (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 534 mots

Pour lui, autrui me démontre sa liberté en parlant, puisqu’il ne parle pas mécaniquement mais en formulant des locutions inouïes en rapport avec la situation vécue. L’homme est capax veritatis, apte à dire le vrai ou à mentir, ce dont aucun animal n’est capable. Le perroquet dont sortent du bec les sons « il pleut » un jour de grand soleil ne ment pas ! Dans l’ouvrage de Marcel Conche, on découvre ainsi un lien nouveau entre Descartes et Kant, entre la certitude que j’ai de l’autre comme conscience semblable à la mienne et le respect que je porte à un être libre responsable de ses actes. […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) La pensée chinoise

  • Écrit par 
  • Claude GRÉGORY
  •  • 3 431 mots
  •  • 3 médias

 », selon le sens le plus impersonnel du pronom « il », comme dans des locutions aussi triviales et troublantes à la réflexion que : « il pleut », « il fait beau ». Le mot de offre à coup sûr un biais à la pensée, un « moyen habile » grâce auquel elle réfère au dao ou symbolise avec lui à travers les phénomènes, en évitant de s'enferrer dans la dualité que masque l'emploi de toute dénomination. […] Lire la suite

ÉNONCIATION

  • Écrit par 
  • Oswald DUCROT
  •  • 7 958 mots

On sait que certains adverbes ou locutions adverbiales peuvent, à l'exclusion d'autres, porter, lorsqu'ils apparaissent dans un énoncé, sur un acte illocutionnaire accompli avec cet énoncé. C'est ce qui se passe notamment si on place en tête d'une phrase des locutions comme sincèrement, à tout hasard, en toute impartialité, confidentiellement, bref. […] Lire la suite

STABILITÉ

  • Écrit par 
  • Michel CAZIN
  •  • 3 566 mots
  •  • 2 médias

Il y a lieu de préciser les locutions : « modifier un peu » et « rester petit » qui ont une signification intuitive, ce qui ne saurait suffire à élaborer une théorie valable.Le problème présente de l'intérêt, car les conditions initiales et les champs à distance sont connus et fournis à partir de mesures expérimentales, et une prédiction analytique stricte est donc impossible (en particulier, il y a lieu de distinguer entre les conditions initiales voulues et celles qui sont effectivement réalisées). […] Lire la suite

NOMS VERNACULAIRES FRANÇAIS (botanique)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN
  •  • 3 884 mots
  •  • 2 médias

Nous proposons de déterminer le nom à privilégier en fonction des dix critères suivants, classés par ordre d'importance décroissante, le dixième étant toutefois à part : – 1) absence d'ambiguïté, le nom privilégié ne devant pas, autant que possible, désigner quoi que ce soit d'autre, ni même risquer d'entraîner une confusion avec autre chose, en particulier un autre végétal ou un autre champignon (surtout si l'un au moins est toxique) et absence de connotation raciste ou péjorative ; – 2) existence éventuelle de dérivés ou de locutions contenant le nom ; – 3) fréquence d'emploi ; – 4) validité possible dans toute la francophonie (ce qui ne veut pas dire emploi effectif dans toute la francophonie, mais pourrait conduire à éviter parfois des adjectifs qualificatifs tels que « commun ») ; – 5) caractère général (et non régional ou local) ; toutefois, un nom régional, local ou même étranger peut être préférable à un nom général mais ambigu, le premier critère restant primordial ; – 6) simplicité (éviter, si possible, de privilégier un nom surcomposé) ; – 7) éviter de calquer purement et simplement le nom latin (d'autant plus que celui-ci peut changer lors de révisions de classifications), si possible (mais cela ne l'est pas pour les plantes peu connues, qu'il vaut souvent mieux nommer de leur seul nom scientifique, en renonçant à tout nom français) ; – 8) proximité avec des noms étrangers, en particulier de langues proches du français ou très parlées (par exemple de l'anglais), à condition que ces noms étrangers soient eux-mêmes non ambigus (les mêmes critères de choix pouvant en effet servir pour déterminer les noms les meilleurs dans les autres langues) ; – 9) si deux ou plusieurs noms sont acceptables selon les critères précédents, privilégier, si possible, celui qui apporte une information supplémentaire (à condition évidemment que celle-ci soit exacte) ; – 10) s'il n'y a aucun nom français, ou même si le ou les seuls noms français sont peu satisfaisants, on peut choisir un nom étranger, en s'inspirant des critères précédents : si l'espèce en question n'existe à l'état naturel que dans une région bien déterminée, ou en est originaire, il est en principe préférable de privilégier (en introduisant ainsi un néologisme d'origine étrangère, éventuellement un peu francisé, dans la langue française) un nom vernaculaire de la langue des autochtones de cette région, même si c'est une langue rare, plutôt qu'un nom formé plus ou moins artificiellement dans une langue plus répandue. […] Lire la suite

CHANSON DE GESTE

  • Écrit par 
  • Italo SICILIANO
  •  • 5 056 mots
  •  • 1 média

Les répétitions, les reprises, les refrains, les locutions stéréotypées caractérisent en quelque sorte le style épique. De tels procédés, qui débordent trop souvent dans la platitude et dans la prolixité des chansons tardives, gardent leur pouvoir « incantatoire » dans la sobriété des chansons les plus anciennes, qui sont d'ordinaire les plus belles. […] Lire la suite

TCHEKHOV ANTON PAVLOVITCH

  • Écrit par 
  • Sophie LAFFITTE
  •  • 5 052 mots
  •  • 1 média

La langue si particulière du clergé, cette pittoresque langue ecclésiastique émaillée de locutions slavones et d'argot de séminaire, nul écrivain russe, sauf N. S. Leskov, ne l'a possédée aussi parfaitement que Tchekhov. À la boutique et à l'église s'ajoute le lycée. Anton y côtoie pour la première fois des intellectuels et aussi des enfants « qu'on ne fouette pas », mais le lycée n'eut que peu d'influence sur Tchekhov. […] Lire la suite

ÉTYMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 5 411 mots

D'une manière générale, le mot doit être observé dans son « contexte », soit syntaxique (locutions, etc.), soit sémantique (« champ »). Ainsi, fleur, dans à fleur de, signifiant apparemment « surface », n'a aucun lien sémantique avec fleur, fleuriste ; or, la locution, attestée depuis le xive siècle, appartint au langage de la chasse ; le sens primitif se rapporte à la piste du gibier (ce qui renvoie au latin flator). […] Lire la suite

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 716 mots
  •  • 2 médias

On lui opposa notamment les locutions « art non figuratif », « art non objectif », ou encore « art concret » – puisqu'une œuvre est toujours « concrète ». Chaude ou froide, informelle ou géométrique, intuitive ou calculée, l'abstraction échappe à toute assignation stylistique et ne relève d'aucun champ sémantique déterminé : elle s'est montrée capable d'accueillir des intentions contradictoires, de manifester des positions philosophiques, existentielles ou artistiques antithétiques. […] Lire la suite

LINGUISTIQUE Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 7 713 mots
  •  • 1 média

) l'ensemble de ses possibilités d'emploi ; parallèlement, il réalise divers dictionnaires des termes composés, locutions et expressions figées du français. Comme Harris, Gross se situe à la frontière du distributionnalisme et des grammaires formelles. Les grammaires formelles C'est en prenant le contre-pied de la démarche structuraliste que s'est constitué, vers la fin des années 1950, le courant le plus connu des grammaires formelles, la grammaire générative de l'Américain Noam Chomsky. […] Lire la suite

DICTIONNAIRE

  • Écrit par 
  • Bernard QUEMADA
  •  • 7 965 mots
  •  • 1 média

Relèvent de cette catégorie : – les dictionnaires de langue généraux dont la nomenclature regroupe un ensemble pondéré représentatif de l'usage ou de la norme collective de référence ; – les glossaires, lexiques et vocabulaires thématiques dont les entrées sont déterminées par des critères descriptifs ou fonctionnels (dictionnaires de domaines spécialisés) ; – les dictionnaires de langue spéciaux qui regroupent les unités lexicales à partir d'un caractère commun pouvant être morphologique (dictionnaire de racines, dérivés, familles de mots) ; grammatical (dictionnaires de particules, verbes, épithètes, genres) ; formel (dictionnaires d'orthographe, sigles, prononciation, rimes, homonymes, paronymes, inverses) ; sémantique (dictionnaires de synonymes, antonymes, ou idéologiques, analogiques) ; phraséologique (dictionnaires de locutions, proverbes), etc. […] Lire la suite

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Paul GELLINGS
  •  • 6 824 mots
  •  • 4 médias

D'abord, le flamand reste – à son corps défendant – assez proche du français par l'emploi d'un certain nombre de gallicismes, voire de traductions littérales de locutions ou de mots français. Ensuite s'observe en Flandre une tendance à utiliser des archaïsmes sinon oubliés, du moins tombés en désuétude aux Pays-Bas. Enfin, le néerlandais est, d'un point de vue consonantique, plus dur, plus guttural que le flamand, celui-ci étant davantage « méridional » et chantant. […] Lire la suite

ANTHROPOMORPHISME

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 544 mots
  •  • 1 média

Essentielle aussi est l'utilisation de la forme humaine à des fins purement décoratives : accompagnement de l'architecture par la statuaire (cariatides, atlantes), ou bien déformation systématique préservant toutefois la reconnaissance, en arabesques géométrisées, le plus souvent drolatiques (lettres anthropomorphes : majuscules initiales, figurant un être humain dans une posture acrobatique : Questions et locutions de saint Augustin sur l'Heptateuque, ms. […] Lire la suite

SHAKESPEARE WILLIAM

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 8 215 mots
  •  • 3 médias

Il les puise dans tous les domaines linguistiques : fonds commun hérité de la prose latine et du parler populaire, dialectes ruraux et provinciaux, jargon des métiers, de l'art militaire, de la navigation, de la jurisprudence, des théologiens, préciosités des courtisans et des poètes, truculences de la pègre, vocabulaire des sciences exactes ou inexactes de son temps, astronomie, médecine, alchimie, botanique, que sais-je ? locutions étrangères – il y a même une scène entière en français ! Chaque personnage parle, suivant sa condition, un langage réaliste ou stylisé, et qui, même s'il est hautement formalisé, garde le ton, l'allure, le timbre du langage parlé, the spoken word. […] Lire la suite

VOLONTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 8 789 mots

celle-ci présente tous les traits du performatif : c'est un énoncé qui n'est ni vrai ni faux, mais qui peut échouer ou tourner court, ou être vide, ou être invalidé ; d'autre part, c'est un énoncé qui fait ce qu'il dit : dire « je promets », c'est promettre en effet ; enfin, et surtout, de tels énoncés n'ont le sens de performatif que dans des locutions à la première personne de l'indicatif présent ; dire « je promets », c'est faire une promesse ; dire « il promet », c'est constater qu'un tel fait une action qui est une promesse. […] Lire la suite

SÉMANTIQUE

  • Écrit par 
  • Catherine KERBRAT-ORECCHIONI
  •  • 10 314 mots
  •  • 1 média

), mais aussi locutions et proverbes ; ensuite, parce que les unités syntaxiques – morphèmes grammaticaux, parties du discours, catégories, fonctions et relations grammaticales – sont elles aussi sémantisées, même si leur sens se laisse plus difficilement définir que celui des unités lexicales. Le sens d'une phrase apparaît donc comme la résultante du sens de sa construction syntaxique et de son matériel lexical, et ne peut être décrit qu'au sein d'un « modèle global » des unités phrastiques. […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 538 mots
  •  • 9 médias

L'intérêt pour la langue est un trait dominant de la philosophie contemporaine. Non que nos contemporains soient les premiers à découvrir le langage. Celui-ci a toujours été à la place d'honneur dans la philosophie, tant il est vrai que la compréhension que l'homme prend de lui-même et de son monde s'articule et s'exprime dans le langage ; les sophistes grecs sont sans doute les premiers à en avoir pris une conscience aiguë ; Socrate cherche les « définitions », c'est-à-dire le sens permanent de nos mots et de nos phrases ; Platon, dans le Cratyle, s'interroge sur la « justesse » des mots et établit, dans le Théétète et Le Sophiste, que c'est la structure complexe de la phrase, faite d'un entrelacs du nom et du verbe, qui seule permet la fausseté, qui est le pouvoir de dire faux, de dire ce qui n'est pas. […] Lire la suite

JUDAÏSME Histoire du peuple juif

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 244 mots
  •  • 9 médias

Les exilés espagnols gagnent – après des étapes parfois prolongées en Italie – l'Empire ottoman qui leur ouvre ses portes, créant des enclaves « espagnoles » en Turquie et en Terre sainte ; leur langue, le ladino, est un castillan médiéval mêlé de locutions hébraïques. Ils constituent la fraction dominante des Séfarades (Juifs originaires d'Espagne). […] Lire la suite

MAGIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Roger BASTIDE
  •  • 11 248 mots
  •  • 1 média

Étymologiquement, la magie désigne l'art des mages, caste sacerdotale des Mèdes, qui cultivaient l'astrologie et autres sciences ésotériques. Mais le mot a pris un sens plus vaste pour désigner les croyances et les pratiques qui ne rentrent pas dans les rites des cultes organisés et qui supposent la croyance en une force surnaturelle immanente à la nature. […] Lire la suite

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 852 mots
  •  • 1 média

Deux locutions célèbres de la philosophie antique l'inspirent constamment, ainsi que son ami Hölderlin : en kai pan (« Un et Tout », la formule du prétendu « panthéisme »... dans laquelle le mot Dieu n'apparaît pas !) et en diapheron eautô (« L'un qui se différencie en lui-même » – énonciation sans doute la plus laconique de la dialectique). Héraclite réhabilite ainsi le mouvement et le changement, contre les logiques « fixistes ». […] Lire la suite

ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 19 103 mots
  •  • 3 médias

Elle est issue du vocabulaire familier du xviiie siècle et, peut-être, de certaines locutions juridiques utilisées par les jurisconsultes des xviie et xviiie siècles. La locution « ci-devant » est couramment employée par la génération de 1730, ou par celle de 1750. Sans doute ces mots n'ont-ils pas encore le caractère agressif et méprisant que leur donneront les révolutionnaires et, plus encore, les idéologues, journalistes et historiens de l'époque romantique ; pour eux, le mot est une arme, qui permet à la fois de justifier les « grands ancêtres » et, aussi, de saper les fondements de la Restauration. […] Lire la suite