« Langage+de+programmation »

PL/1 (programming language number 1)

  • Écrit par 
  • Pierre GOUJON
  •  • 349 mots

Langage de programmation universel convenant à la fois aux problèmes scientifiques et aux applications à caractère commercial. Bien qu'on ne puisse vraiment le ranger dans la classe des langages algorithmiques, on trouve dans PL/1 l'essentiel des facilités offertes par Fortran et Algol. D'une utilisation simple, ce langage est accessible aussi bien aux programmeurs débutants qu'aux programmeurs expérimentés, quelle que soit la complexité des problèmes à résoudre. […] Lire la suite

PROGRAMMATION

  • Écrit par 
  • Jean-François MONIN
  •  • 7 691 mots

Dans le cas du raffinage, on commence par décrire le système à développer dans une sorte de langage de programmation imaginaire travaillant sur des structures ensemblistes (produits cartésiens, fonctions, etc.). On remplace alors progressivement celles-ci par des structures concrètes réalisables dans un langage de programmation réel. Similairement, on remplace des algorithmes naïfs clairement corrects par des algorithmes plus subtils. […] Lire la suite

COBOL (common business oriented language)

  • Écrit par 
  • Pierre GOUJON
  •  • 332 mots

La version Cobol 2000 a introduit, outre la programmation orientée objet, les entités Unicode pour les caractères, et le langage de balisage extensible XML. […] Lire la suite

MILNER ROBIN (1934-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 601 mots

De retour au Royaume-Uni en 1973, il intègre l'université d'Édimbourg, où il conçoit un nouveau langage de programmation, le ML (Meta Language), étendant les possibilités de LCF. Ce langage générique a été un élément fondateur d'une importante famille de langages de programmations. Milner a également jeté les bases de la programmation concurrente avec le calcul de processus CCS (Calculus of Communicating Systems) puis avec le pi-calcul, formalismes essentiels pour la conception des systèmes de communication mobiles. […] Lire la suite

ROBERTS HENRY EDWARD (1941-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 337 mots

Peu après le lancement d'Altair 8800, Bill Gates, encore étudiant, et son ami Paul Aller contactent Roberts pour lui proposer d'écrire un langage de programmation pour cet ordinateur. Ils adaptent ainsi le langage BASIC – beginners'all purpose symbolic Instruction Code – utilisé pour les calculateurs à cette machine (Altair BASIC) et fondent la société Micro-Soft (devenue depuis lors Microsoft) pour le commercialiser. […] Lire la suite

CALCUL, mathématique

  • Écrit par 
  • Philippe FLAJOLET
  •  • 1 785 mots

Un langage de programmation répond ainsi au double objectif d'être traduisible dans le langage binaire de la machine et d'être adapté à la transcription d'algorithmes conçus par l'homme. Il offre des constructions standardisées, telles que la composition, le test logique, et la répétition ou l'itération, ainsi que la décomposition d'une tâche en procédures plus simples, susceptibles de se contrôler mutuellement. […] Lire la suite

ITÉRATION, mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELAHAYE, 
  • Universalis
  •  • 830 mots

Dans le langage de programmation Maple (largement utilisé en mathématiques), cette idée se transcrit de façon immédiate sous la forme : while A<> do if A>B then A :=A-B else B :=B-A fi ; od ; résultat :=A ; (fi repère la fin de l'instruction if... then... else ; od désigne la fin de l'action commencée par do). On oppose programmation itérative et programmation récursive. […] Lire la suite

MATHEWS MAX (1926-2011)

  • Écrit par 
  • Barbara A. SCHREIBER
  •  • 434 mots

Il est à l'origine de toute une série d'innovations, avec les logiciels Music II, III, IV et V, Csound et Cmix, notamment, le langage de programmation musicale et multimédia MAX. Ingénieur électronicien prolifique, Mathews n'a de cesse de concevoir quantité de dispositifs et d'instruments divers et variés, parmi lesquels Groove (Generated Real-Time Operations on Voltage-controlled Equipment), le premier système informatique d'exécution des musiques électroniques vivantes (live electronic music ou, plus brièvement, live electronics), violon électronique, baguette-radio (radio baton), dont s'inspireront en particulier les manettes de contrôle par détection de mouvements des consoles de jeux vidéo. […] Lire la suite

HOPPER GRACE (1906-1992)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 500 mots
  •  • 1 média

Elle participa à la conception du premier ordinateur commercialisé en 1951, Univac (Universal Automatic Computer), ainsi qu'à la mise au point d'applications navales écrites dans le langage de programmation Cobol (common business-oriented language). Grace Hopper, de son nom de jeune fille Grace Brewster Murray, naît le 9 décembre 1906 à New York. Après avoir obtenu sa licence au collège féminin de Vassar (1928), elle fréquente l'université Yale, où elle décroche sa maîtrise (1930), puis son doctorat (1934). […] Lire la suite

KILDALL GARY (1942-1994)

  • Écrit par 
  • François PÊCHEUX
  •  • 852 mots

Il conçoit en 1973 le premier langage de programmation pour micro-ordinateur, PL/M (programming language/monitor), et développe simultanément l'environnement informatique nécessaire à l'exploitation des lecteurs de disquettes créés par son collègue Alan Shugart. Cette même année, Intel prête à Gary Kildall des cartes électroniques à base de processeurs 8008 et 8080, qu'il exploite pour créer CP/M, le premier système d'exploitation réunissant tous les modules informatiques permettant de faire fonctionner un micro-ordinateur en contrôlant de manière coordonnée tous ses composants électroniques, en particulier ses disques de stockage. […] Lire la suite

INFORMATIQUE Principes

  • Écrit par 
  • Jacques HEBENSTREIT
  •  • 3 060 mots
  •  • 2 médias

De ce point de vue, un programme destiné à un ordinateur est très précisément un algorithme, et un langage de programmation est un langage permettant d'écrire un algorithme qu'un ordinateur saura exécuter. De ce même point de vue, l'ensemble des règles d'un automate à pile de mémoire est un algorithme permettant de savoir si une phrase écrite sur le ruban d'entrée appartient ou non à un certain langage. […] Lire la suite

INFORMATIQUE Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELAHAYE
  •  • 1 165 mots

Les méthodes de traitement du langage (dictionnaires, traduction automatique, correcteurs orthographiques et grammaticaux, etc.) sont utilisées par tout le monde. La bio-informatique permet la manipulation et le traitement des formidables quantités de données produites par les machines automatisées de séquençage du génome. L'intelligence artificielle – symbolique et neuronale – se trouve cachée dans de multiples applications (moteurs de recherche Internet, reconnaissance de caractères imprimés ou manuscrits, systèmes de dialogue en langage naturel, interfaces conviviales, etc. […] Lire la suite

LOGICIELS

  • Écrit par 
  • Jacques PRINTZ
  •  • 6 566 mots

Il est impossible de parler de logiciel sans parler des langages de programmation qui permettent d'écrire les logiciels. Le langage de programmation détermine les opérations de base que le programmeur va pouvoir utiliser pour donner des ordres à l'ordinateur qui les exécutera fidèlement. Un programme, quel que soit le langage de programmation, est une suite d'ordres, appelés « instructions », qui traduisent ce que le programmeur veut que la machine fasse. […] Lire la suite

FORTRAN (FORmula TRANslation)

  • Écrit par 
  • François PÊCHEUX
  •  • 314 mots

Historiquement, Fortran peut être décrit comme l'un des premiers langages de programmation de haut niveau ayant permis d'écrire de manière complète et détaillée des procédures de calcul ou des algorithmes complexes sans faire appel au langage d'assemblage. Sa syntaxe proche de celle du langage mathématique et sa simplicité font de lui un langage particulièrement bien adapté au traitement des problèmes scientifiques. […] Lire la suite

LANGAGE FORTRAN

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 248 mots

En informatique, les techniques de programmation ont évolué vers une plus grande facilité d'emploi par des utilisateurs de moins en moins avertis. Les algorithmes en langage-machine, code binaire adapté à l'architecture spécifique de chaque ordinateur, favorisaient la rapidité d'exécution et occupaient peu de mémoire. Toutefois, leur écriture comportait de grands risques d'erreurs et n'était accessible qu'aux spécialistes. […] Lire la suite

ORDINATEURS

  • Écrit par 
  • Danièle DROMARD, 
  • François PÊCHEUX
  •  • 13 264 mots
  •  • 11 médias

Les programmes, écrits en langage source (le langage de programmation utilisé), sont traduits soit en une suite d'instructions du langage machine, soit dans un langage intermédiaire, plus proche du langage machine que le langage source. Les programmes traducteurs, appelés compilateurs, sont d'autant plus complexes que les langages sources sont éloignés du langage machine. […] Lire la suite

KAHN GILLES (1946-2006)

  • Écrit par 
  • Gérard GIRAUDON, 
  • Gérard HUET
  •  • 1 002 mots
  •  • 1 média

Gilles Kahn a été l'un des pionniers du domaine de la sémantique des langages de programmation, qui permet de donner un sens mathématique précis à un programme informatique. Dès 1975, il a organisé un congrès précurseur sur la vérification de programmes. Son équipe a contribué au succès du langage Ada, développé à la suite d’un appel d’offres du département de la Défense des États-Unis, en fournissant une sémantique formelle de la partie séquentielle du langage. […] Lire la suite

DANTZIG GEORGE (1914-2005)

  • Écrit par 
  • David AUBIN
  •  • 826 mots

Dans ses locaux de Santa Barbara, il dirige une équipe qui cherche à adapter les méthodes de programmation linéaire à l'ordinateur naissant. En 1960, il rejoint le monde universitaire, d'abord à Berkeley, puis à l'université Stanford, où il poursuivra ses études de recherche opérationnelle. Il organise alors plusieurs congrès importants sur la programmation linéaire qui, en plus d'être massivement appliquée dans l'armée et dans l'industrie, devient un sujet de recherche théorique majeur. […] Lire la suite

FONDATION DU THÉÂTRE LABORATOIRE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 261 mots

Passionné par Stanislavski, il engage un travail de recherche peu compatible avec les contraintes de la programmation théâtrale. Toujours avec Flaszen, le Théâtre des Treize Rangs devient alors le Théâtre Laboratoire. S'engage autour d'un cercle fondateur (Ryszard Cieslak, Rena Mirecka, Zygmund Molik) un modèle de recherche sur l'essence de la pratique théâtrale, essentiellement fondée sur l'exploration du travail de l'acteur. […] Lire la suite

CORPS Le corps et la psychanalyse

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 3 971 mots

Aucune programmation dans le corps ne rend compte, par exemple, d'un passage de la pulsion orale à la pulsion anale. Il y faut une modification du rapport du sujet à l'Autre, au lieu de langage par lequel il se constitue : la pulsion orale est découpée par la demande à l'Autre ; la pulsion anale par la demande de l'Autre. Sans ces adresses diversifiées, les zones érogènes ne seraient pas prises dans un circuit ; elles ne fonctionneraient pas comme zones érogènes, si bien que le dessin de ce circuit est sous la dépendance des phénomènes symboliques. […] Lire la suite

FORNARI FRANCO (1921-1985)

  • Écrit par 
  • Claude AMBROISE
  •  • 968 mots

Dans le langage s'opère un transfert, une confusion qui fait que les signes verbaux renvoient à la fois aux objets du monde qu'ils désignent et aux coinèmes. Les mots, en nombre illimité, sont ainsi les signifiants (au sens de Saussure) des coinèmes, en nombre limité, qui constituent le langage de l'inconscient. Il est donc possible de lire l'inconscient dans n'importe quel énoncé, même un message iconographique, d'y repérer le fonctionnement des codes (paternel et maternel, en particulier), d'étudier les structures affectives, c'est-à-dire celles qui engendrent nos émotions, qui nous meuvent effectivement, qui font nos décisions. […] Lire la suite

IMAGE NUMÉRIQUE ET IMAGE DE SYNTHÈSE

  • Écrit par 
  • Dominique MARTIN, 
  • Philippe MARTIN
  •  • 5 364 mots
  •  • 5 médias

On parle de programmation déclarative depuis la création du langage de programmation Prolog. Par analogie avec ce paradigme de programmation, Michel Lucas et son équipe de Nantes ont appelé, dans la fin des années 1980, modeleur déclaratif des modeleurs permettant de produire des formes à partir de propriétés abstraites non nécessairement géométriques. […] Lire la suite

CE QUI RESTE D'AUSCHWITZ (G. Agamben) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 1 091 mots

Mais, en même temps, sur l'articulation de la méthodologie historique et de la réflexion philosophique cet essai dit peu, tout en présupposant beaucoup : pour mettre au jour ce qu'il nomme « la structure et la signification du témoignage », il traverse philosophie politique, philosophie du langage, psychiatrie, psychanalyse, poétique, etc. Or l'idée de l'être humain que ces diverses disciplines développent ne peut sans doute pas s'unifier comme l'auteur le soutient. […] Lire la suite

GATES WILLIAM H. III dit BILL (1955- )

  • Écrit par 
  • François PÊCHEUX
  •  • 1 303 mots

Il commence à s’intéresser à la programmation des ordinateurs dès son entrée à la Lakeside School Group, à l’âge de treize ans. Gates profite du matériel informatique de cette école pour étudier en profondeur les langages de programmation Fortran, Lisp (list processing) ou Cobol (common business oriented language), l’architecture des micro-ordinateurs et leur système d’exploitation, ce qui lui permettra d’acquérir une vision globale de la micro-informatique et de ses enjeux. […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 478 mots

La programmation linéaire La programmation linéaire est une application de la recherche opérationnelle. C'est l'idée d'optimum qui est en cause. La programmation mathématique ne recherche pas la combinaison optimale des facteurs de production, mais le niveau optimal de chaque activité. Tandis que l'analyse marginaliste classique se traduit par des égalités précises, par des points de rencontre entre des courbes certaines, la programmation établit des inégalités qui manifestent des contraintes ou des impératifs dans la limite desquels apparaissent des régions possibles de solution. […] Lire la suite

MORELLET FRANÇOIS (1926-2016)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 864 mots

Le bon mot et les plaisanteries verbales et visuelles se retrouvent dans certains néons, comme Néons avec programmation aléatoire, poétique, géométrique (1967), où trois carrés peuvent laisser apparaître, selon les allumages hasardeux, les mots « non », « nul », « cul » ou « con ». L'application de cette sorte d'« esprit de géométrie » trouvera à s'exercer également en architecture, lorsque l'artiste interviendra grâce à ses lignes et à ses constructions dans un « bâti » déjà existant (comme les Trames pour les pignons du plateau Beaubourg, 1971, détruites en 1976), déformant autant qu'il les redresse les bâtiments environnants, ainsi qu'il l'a fait sur une esplanade de la Défense dans une réalisation intitulée, « esprit de finesse » oblige, La Défonce (1991 - Fonds national d'art contemporain). […] Lire la suite

ROSSIF FRÉDÉRIC (1922-1990)

  • Écrit par 
  • Hélène BLESKINE
  •  • 1 043 mots

« J'ai fait du cinéma car je ne sais pas écrire, et l'image est le langage des exilés. » On l'a souvent comparé à Noé. Dans son arche, il a accumulé des trésors d'images qu'il a filmées dans le monde entier, et a réalisé des centaines de films difficiles à classer dans le genre documentaire, car ils représentent davantage : ils inventent un rythme, un style, une émotion. […] Lire la suite

FESTIVALS

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Jean CHOLLET, 
  • Matthieu CHÉREAU, 
  • Philippe DULAC, 
  • Christian MERLIN, 
  • Nicole QUENTIN-MAURER, 
  • Universalis
  •  • 17 192 mots
  •  • 20 médias

Jamais les festivals n'ont été si nombreux ni si populaires. Jamais ils n'ont concerné autant de domaines artistiques – de l'opéra au cinéma, en passant par le théâtre, la danse et les arts plastiques. Identifiés à un lieu et à une régularité dans le temps, initialement tournés vers un public de connaisseurs, ils ont su, à partir de la seconde moitié du xxe siècle, séduire un public plus large, au risque de passer de la célébration initiale de l'art au pèlerinage et au « show » culturel. […] Lire la suite

MODÉLISATION, mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELAHAYE
  •  • 1 573 mots

Choisissons par exemple le langage composé des symboles =, + et s (en plus des symboles purement logiques). Des formules de ce langage seront par exemple : pour tout x : x + s(y) = s(x + y) ; pour tout x, pour tout y, pour tout z : (x + y) + z = x + (y + z). Un modèle de ces deux formules sera une structure vérifiant les formules. Un tel modèle pourrait être ici la donnée de (ℕ, s',+') avec ℕ l'ensemble des entiers, s' la fonction successeur de ℕ dans ℕ, +' l'addition entre entiers (il faut distinguer les symboles s et + des objets ensemblistes qui constituent le modèle et qu'on note s' et +'). […] Lire la suite

ALGORITHMIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe COLLARD, 
  • Philippe FLAJOLET
  •  • 6 652 mots
  •  • 3 médias

– Programmation en nombres entiers : On doit à Lenstra (1981) un algorithme qui, pour un nombre fixé de variables, permet de résoudre la programmation en nombres entiers en un temps polynomial (le degré du polynôme étant fonction du nombre de variables). Le problème dans lequel on cherche aux équations (5) une solution réelle ȳ ∈ Rm, et non plus entière, est connu sous le nom de programmation linéaire. […] Lire la suite

BERKELEY LENNOX (1903-1989)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 478 mots

, où il s'occupe de la programmation musicale. En 1946, il devient professeur de composition à la Royal Academy of Music, poste qu'il conservera jusqu'en 1968. Parmi ses élèves figureront David Bedford, Richard Rodney Bennett, William Mathias, Brian Ferneyhough, Nicholas Maw et John Tavener. Après la Seconde Guerre mondiale, Berkeley se tourne vers la composition vocale. […] Lire la suite

HANDKE PETER (1942- )

  • Écrit par 
  • Julien HERVIER
  •  • 2 529 mots

Grandeur et insuffisance du langage Méfiant envers les « rituels théoriques » et la « critique de la culture », Handke n'en a pas moins consacré une large part de son activité à la réflexion sur la vie des formes et la puissance du mot. Influencé par la théorie du langage de Wittgenstein, il n'a pas suffisamment foi en une existence factuelle du monde pour pouvoir l'abstraire de la médiation de la parole par laquelle il nous interpelle. […] Lire la suite

OPTIQUE ET CINÉTIQUE ART

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 4 629 mots
  •  • 2 médias

Julio Le Parc parle à ce propos d'un « troisième état » de la perception, qu'il identifie à un véritable « sens du mouvement » où « le moindre déplacement du spectateur produit un mouvement visuel plusieurs fois supérieur au mouvement réel du déplacement » (« À propos de art-spectacle, spectateur-actif, instabilité et programmation dans l'art visuel », 1962). […] Lire la suite

RÉCURSIVITÉ, logique mathématique

  • Écrit par 
  • Kenneth Mc ALOON, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Jean-Pierre RESSAYRE
  •  • 8 914 mots

L'algorithme permettant de décider si x ∈ P ou x ∉ P consiste à faire l'analyse syntaxique de la représentation décimale de x, c'est-à-dire savoir si la suite correspondante de symboles est bien formée au sens de la grammaire de notre langage miniature de programmation. Soit alors ϕ : N → *FR(p) l'application définie de la façon suivante : – si x ∈ P, ϕ(x) est la semi-application définie par le programme de numéro x (les arguments x1, . […] Lire la suite

ZUCKERBERG MARK (1984- )

  • Écrit par 
  • François PÊCHEUX, 
  • Universalis
  •  • 1 457 mots
  •  • 2 médias

Le retentissement de « l’affaire Facemash » au sein de l’université est tel que trois étudiants en dernière année, Divya Narendra et les jumeaux Cameron et Tyler Winklevoss, proposent à Zuckerberg de les aider à la programmation d’un réseau social nommé Harvard Connection, dont le but est de favoriser le partage d’informations privées entre étudiants. […] Lire la suite

JEAN-LUC GODARD. RÉTROSPECTIVE

  • Écrit par 
  • Basile TROUILLET
  •  • 1 436 mots
  •  • 1 média

Projeter une intégrale de Godard reste, en 2020, un geste de programmation exceptionnel, tant par sa rareté que par son ampleur. C’est la tâche à laquelle s’est attelée la Cinémathèque française du 8 janvier au 1er mars 2020. La précédente rétrospective intégrale avait eu lieu en 2006 au Centre Georges-Pompidou. La plupart des films étaient alors inaccessibles au grand public. […] Lire la suite

CERVEAU HUMAIN

  • Écrit par 
  • André BOURGUIGNON, 
  • Cyrille KOUPERNIK, 
  • Pierre-Marie LLEDO, 
  • Bernard MAZOYER, 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 12 767 mots
  •  • 9 médias

En d'autres termes, comprendre l'individuation considérée comme le résultat de processus cognitifs (perception, langage, mémoire, conscience...) revient à chercher à comprendre comment l'histoire d'un sujet s'inscrit dans son SNC. Or cette histoire est consignée dans les structures profondes du cerveau basal qui participent à la gestion des rapports corporels, extracorporels et temporels de l'organisme avec son environnement. […] Lire la suite

STYLISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 6 198 mots

C'est le disciple de Saussure, Charles Bally, qui, autour de la Première Guerre mondiale, a forgé les premiers instruments techniques appliqués au démontage des fonctions non informatives du langage. Il s'agissait pour lui d'isoler et d'identifier les faits d'expression, entendus dans leur caractère « affectif », et de les analyser. Ce repérage et cette analyse impliquent une théorie du langage et une théorie de la stylistique : d'abord, on peut réduire la totalité des informations véhiculées dans une langue à un ensemble fini de notions et de relations simples, dont la combinatoire définit les diverses nuances des propos occurrents ; celles-ci relèvent à leur tour d'un calcul de composantes, et l'on peut apprécier leur différence éventuelle par rapport à une expression qui serait a priori le plus dépouillée possible ; ensuite, la stylistique a pour objet essentiel le langage affectif, spontané, tel qu'il est saisissable dans des groupes idiolectaux, et non pas le caractère individuel propre au langage de l'œuvre littéraire. […] Lire la suite

NEUTRA RICHARD (1892-1970)

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON
  •  • 1 981 mots

C'est sur la physiologie que Neutra fonde l'espoir d'une élaboration d'un ensemble de critères valides et objectifs notamment au niveau de la programmation, qu'il s'agisse d'une petite maison ou d'un grand hôpital. Ainsi les clients pourront-ils s'assurer de « n'être pas les victimes de concepteurs esclaves de notions périmées ou de la simple nouveauté ». […] Lire la suite

AUTOMATISATION

  • Écrit par 
  • Jean VAN DEN BROEK D'OBRENAN
  •  • 11 882 mots
  •  • 12 médias

Quels points communs relient les techniques ainsi mises en œuvre ? Il est inutile d'insister sur l'existence d'un double langage : celui des techniciens, inaccessible au grand public, et le langage, accessible, mais déformé, de ceux qui veulent créer le sensationnel, par exemple en employant, pour des motifs commerciaux, le terme automatisation ou un terme de la même famille dans la publicité. […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) La petite enfance

  • Écrit par 
  • Hélène STORK
  •  • 8 741 mots
  •  • 2 médias

Celui-ci peut d'autant mieux investir le langage en tant qu'instrument cognitif, en tant que support de l'acquisition de toute connaissance, qu'il bénéficie d'un environnement qui possède un bagage langagier assez riche, et qui pourra valoriser les acquisitions du tout-petit. Les troubles du langage sont très fréquents chez les jeunes enfants d'aujourd'hui. […] Lire la suite

MACHINES-OUTILS

  • Écrit par 
  • René LE BRUSQUE, 
  • Jean-Paul MATHIEU
  •  • 9 074 mots
  •  • 6 médias

Il existe donc un travail préalable de programmation, qui consiste à décrire les opérations prévues dans un langage codé assimilable par un ordinateur ou un micro-ordinateur ; cette programmation, manuelle lorsque les opérations sont simples, peut elle-même être partiellement ou totalement automatisée grâce à des dispositifs d'aide à la programmation permettant d'enregistrer au préalable, une fois pour toutes, certaines « macro-instructions », afin de réduire au minimum les instructions spécifiques à chaque cas particulier. […] Lire la suite

AÉRODYNAMIQUE

  • Écrit par 
  • Bruno CHANETZ, 
  • Jean DÉLERY, 
  • Jean-Pierre VEUILLOT
  •  • 7 226 mots
  •  • 7 médias

Les opérateurs de l'analyse fonctionnelle ne pouvant être traduits directement par un langage de programmation, il est nécessaire de les approcher par des expressions ne faisant intervenir que des opérations algébriques. Cette discrétisation porte sur les équations utilisées et sur le domaine de calcul via un maillage. La construction du maillage est une opération qui conditionne la qualité de la solution numérique obtenue. […] Lire la suite

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 262 mots
  •  • 4 médias

En premier lieu, les représentations mentales sont à l'image de formules, ou expressions bien formées, d'un langage interne (langage de la pensée ou « mentalais »). Ce langage doit être conçu comme un langage formel, tels ceux de la logique mathématique : il possède donc des règles morphologiques et syntaxiques qui lui confèrent une autonomie formelle, et des règles sémantiques qui précisent les relations entre expressions du langage et entités ou situations représentées. […] Lire la suite

INTELLIGENCE

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 6 591 mots

Depuis le début des années soixante-dix, de nouveaux domaines sont abordés : résolution de problèmes (aménagement d'horaires, optimalisation de parcours, de cycles de fabrication), diagnostic (en médecine), reconnaissance de formes et analyse d'images, reconnaissance de la parole et compréhension du langage, programmation de l'action... La façon dont ces conduites, indiscutablement intelligentes, sont analysées et représentées dans le langage de la machine a nécessairement des répercussions sur la façon de concevoir et d'analyser l'intelligence humaine, et cela pour deux raisons. […] Lire la suite

BIOLOGIE La bio-informatique

  • Écrit par 
  • Bernard CAUDRON
  •  • 5 467 mots
  •  • 3 médias

Parallèlement, les techniques de construction d'ordinateurs ont fait des progrès vers la miniaturisation, en proposant les micro-ordinateurs personnels, et les nouveaux langages de programmation, tels le Fortran 77 (1977) et le langage C (1978), ont été novateurs dans la capacité de traiter les caractères A, C, G, T aussi bien que les formules mathématiques. […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) La socialisation

  • Écrit par 
  • Philippe MALRIEU
  •  • 5 500 mots
  •  • 1 média

Le langage, d'autre part, permet à l'enfant de se situer sur une pluralité de plans : il participe à la perception que l'adulte a des situations ; il apprend de lui à les différencier, à organiser les événements perçus en fonction de l'acteur, de l'action, de son objet ; il apprend aussi à se construire de lui-même une représentation temporelle, à se donner un passé et un avenir. […] Lire la suite

PHYSIQUE Physique et informatique

  • Écrit par 
  • Claude ROIESNEL
  •  • 6 760 mots

Dans le langage de la physique de la matière condensée, on ajuste les paramètres de la distribution de probabilité des configurations pour amener le système près d'une transition de phase continue. Dans cette région, toutes les quantités physiques s'expriment en fonction d'un paramètre dimensionnel, qu'on peut toujours identifier à la masse du proton. […] Lire la suite

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (IA)

  • Écrit par 
  • Jean-Gabriel GANASCIA
  •  • 5 080 mots
  •  • 5 médias

Le succès de ces techniques conduit à des applications industrielles, où différentes techniques informatiques se combinent pour donner des systèmes hybrides, faisant côtoyer des approches issues de l’intelligence artificielle, de la recherche opérationnelle, de la cybernétique, de la théorie des systèmes, de la vie artificielle, de l’apprentissage statistique ou de la programmation dynamique. […] Lire la suite

CONTINGENCE

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 900 mots

La contingence dans le langage ordinaire Expérience commune et science classique Le langage ordinaire reflète l'expérience commune. Or le terme de « contingence » est peu employé dans la conversation, la correspondance, les romans ou les journaux. Qu'y a-t-il donc derrière le relatif effacement du mot ? Cette absence ne veut pas nécessairement dire que les hommes de notre temps n'en ont pas sinon l'idée, du moins le sentiment. […] Lire la suite