« Ellipses »

ELLIPSE, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 433 mots

On peut mentionner aussi les ellipses de caractère sociologique qui varient considérablement d'après les lieux et les époques : il suffit de considérer l'évolution dans l'expression de tout ce qui touche à la sexualité non moins qu'à la violence. Quoi qu'il en soit, l'ellipse paraît fondamentale dans un art dont « le principe est de suggérer », comme l'a dit Jacques Feyder. […] Lire la suite

Les médias de la recherche « Ellipses » :

Ellipses d'égale discrimination chromatique

Ellipses d'égale discrimination chromatique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Ellipse

Ellipse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tangente à l'ellipse

Tangente à l'ellipse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Définition bifocale de l'ellipse

Définition bifocale de l'ellipse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les médias de « Ellipses »

ELLIPSE, rhétorique

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 296 mots

Le mot ellipse vient du grec elleipsis, dont le sens propre est « manque », « insuffisance » (Bailly), et désigne un procédé de discours qui résulte de l'omission d'un ou de plusieurs mots de l'expression grammaticale complète d'une phrase sans que le sens de celle-ci soit obscurci. Dans la langue parlée son emploi est constant pour éviter des redondances trop évidentes. […] Lire la suite

ESSAI POUR LES CONIQUES (B. Pascal)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 199 mots
  •  • 1 média

Adoptant la méthode proposée par Girard Desargues (1591-1661) de considérer les cercles, les ellipses, les paraboles et les hyperboles comme engendrés par la section d'un cône, Pascal, poussant beaucoup plus loin les applications de ce point de vue, montre une puissance d'invention exceptionnelle. Dans ce court essai, il annonce quelques résultats qu'il a obtenus, mais sans fournir aucune démonstration. […] Lire la suite

TCHICAYA U TAM'SI GÉRALD-FÉLIX TCHICAYA dit (1931-1988)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 804 mots

Ces romans rompent avec la mise en perspective classique : point de narration unifiée, mais des voix multiples, relayant les propos et les pensées de nombreux personnages, brouillant la chronologie et les frontières du réel, rendant la lecture problématique par des effets de silence, des ellipses, et par tout un implicite culturel qui ancre le texte dans la réalité et dans l'imaginaire congolais. […] Lire la suite

BAKER ALAN (1939-2018)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 338 mots

De plus, il a montré que la somme des circonférences de deux ellipses, dont les axes ont des longueurs algébriques, est un nombre transcendant. Baker a aussi démontré une série de théorèmes sur l'indépendance algébrique des nombres transcendants, prouvant par exemple que si des nombres algébriques ont leurs logarithmes linéairement indépendants au sens des nombres rationnels, alors le nombre 1 et ces logarithmes sont linéairement indépendants au sens des nombres algébriques. […] Lire la suite

LES FRÈRES SISTERS (J. Audiard)

  • Écrit par 
  • Pierre EISENREICH
  •  • 1 026 mots

Par un subtil jeu d’ellipses, ceux-ci ne sont pas toujours visibles, à l’exception de celui qui montre le père-ogre, mais laissent entrevoir leurs traces en plein jour. Cette poésie, qui rappelle à nouveau l’onirisme de La Nuit du chasseur, s’exprime dans la magnifique scène nocturne et tragique de la moisson d’or dans la rivière, tout à la fois révélée et brûlée par l’acide. […] Lire la suite

HALLEY ÉTABLIT LA PÉRIODICITÉ DES COMÈTES

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 336 mots
  •  • 1 média

Newton, interprétant ces orbites dans le cadre de sa théorie de la gravitation, montre comment on peut en calculer les paramètres à partir des observations ; il affirme aussi que certaines orbites cométaires pourraient être des ellipses très allongées, difficiles à distinguer de paraboles dans leur partie proche du Soleil. En se fondant sur ces principes, l'astronome Edmund (ou Edmond) Halley publie en 1705, dans les Philosophical Transactions of the Royal Society ainsi que dans son ouvrage A Synopsis of the Astronomy of Comets, les paramètres de vingt-quatre orbites de comètes observées entre 1337 et 1698. […] Lire la suite

CARLOS (O. Assayas)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 066 mots

Les nombreuses informations précisément datées qui présentent chaque lieu et chaque nouveau participant sont trop rapides et multiples, les ellipses trop fréquentes pour que le spectateur puisse se repérer réellement. Le film n'est pas non plus un portrait psychologique de celui qu'on a surnommé « el Chacal ». On n'apprend rien de Carlos avant 1973 et quelques lignes résument ce qui suit son arrestation. […] Lire la suite

RODRÍGUEZ VENTURA (1717-1785)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 464 mots

C'est le cas de l'église paroissiale de San Marcos de Madrid (1749-1753) dont le plan, qui combine cinq ellipses, s'inspire d'exemples fournis par Borromini et par Juvara. Son habileté s'affirme dans son intervention au Pilar de Saragosse. Il sut trouver pour la petite chapelle de la Vierge, qu'il éleva à partir de 1750 à l'intérieur de l'immense édifice de Francisco Herrera, un parti ingénieux répondant aux conditions impérieuses posées par les chanoines. […] Lire la suite

ENFANCE, Nathalie Sarraute - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 451 mots

Silences et ellipses ne sont donc pas seulement ici des signes de pudeur et des gages de sincérité ; ils ménagent également au lecteur autant d’interstices où insinuer sa propre mémoire.  […] Lire la suite

KAUTNER HELMUT (1908-1980)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 597 mots

Le film (où de fortes ellipses s'expliquent par l'intervention de la censure « patriotique ») a pu paraître ambigu. Une dramaturgie fiévreuse et une excellente interprétation retiennent l'intérêt, et Fritz Lang, peu porté à ce genre de compliments (ni à des complaisances pronazies), déclara aux Cahiers du cinéma qu'il trouvait le film « grandiose ». […] Lire la suite

LECLERC FÉLIX (1914-1988)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 637 mots

Le secret de son immense succès tient peut-être à son enracinement dans l'oralité : éclaboussures d'images denses, ellipses, plaisir de raconter. Une chanson condense une sensation, résume un mal de vivre, redit la difficile condition des paysans et des colons du Québec : telles sont celles qui ont fait la première gloire du chanteur (Le P'tit Bonheur, L'Hymne au printemps, Mac Pherson et beaucoup d'autres). […] Lire la suite

AMPHITHÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GOLVIN
  •  • 3 167 mots
  •  • 6 médias

On ne cherchait donc plus à tracer des ellipses concentriques (chose impossible géométriquement), mais des arcs de cercle. La conception et le tracé de l'amphithéâtre se résumaient désormais en une juxtaposition de quatre secteurs semi-circulaires. Elle se ramenait donc entièrement au cas du théâtre, édifice bien connu et qui eut longtemps une nette avance technique sur l'amphithéâtre. […] Lire la suite

ANTHÉMIOS DE TRALLES (2e moitié Ve s.-env. 534)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 794 mots
  •  • 1 média

Il met également au point un procédé pour tracer des ellipses. Eutokios lui dédie ses commentaires sur les quatre premiers livres des Coniques d'Apollonios. Il s'intéresse également à l'explication des phénomènes naturels. Une anecdote rapportée par Agathias le montre persécutant un voisin en suscitant dans l'appartement de ce dernier une sorte de tremblement de terre en miniature à l'aide de vapeur d'eau dûment canalisée et en fabriquant, par un jeu de miroirs captant le soleil, des éclairs qu'il faisait accompagner de surcroît de grondements imitant le tonnerre. […] Lire la suite

POWELL ANTHONY (1905-2000)

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 818 mots

Décrivant de multiples figures, les personnages de cette fresque – on en dénombre près de cinq cents au total, et ils sont une bonne cinquantaine à revenir de manière significative –, évoluent au rythme d'une narration désinvolte, multipliant les ellipses et autres raccourcis. La vie de Jenkins, narrateur distancié et quasi invisible, se trouve mêlée à celle d'un nombre croissant de ses contemporains, à la faveur de coïncidences invraisemblables, de rencontres fortuites, de retrouvailles inattendues. […] Lire la suite

NADJA, André Breton - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 929 mots

Ruptures, ellipses, amorces, lignes de points, italiques et confrontations de l'image et du texte ne font que renforcer, d'un bout à l'autre du livre, le trouble dont il est le lieu privilégié. « Qui vive ? » Nadja n'est donc pas seulement le titre d'un livre, où il est question de la rencontre, des puissances du hasard et de la coïncidence, où la vie est en cause. […] Lire la suite

LE JOUR SE LÈVE, film de Marcel Carné

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 882 mots

Au présent, cependant que François attend sans se décider à se rendre et remâche le passé, le temps s'écoule, inéluctable, réel (ce que signifie le titre), et au passé, il est encore plein d'ellipses, d'ouvertures et d'espoirs. La musique à peine thématique de Maurice Jaubert assure admirablement la liaison entre les époques. Intense et sombre, elle renonce au pittoresque des javas populaires et des valses musettes qu'on entendait dans Hôtel du Nord (1938), et Quai des brumes – ce qui une fois encore rejoint l'esprit du Kammerspiel, dans lequel on se gardait souvent de planter une atmosphère trop située géographiquement et culturellement. […] Lire la suite

UNE JOURNÉE D'IVAN DENISSOVITCH, Alexandre Soljénitsyne - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean yves GUÉRIN
  •  • 922 mots
  •  • 1 média

Les ellipses et les discontinuités font éclater le moule de la syntaxe classique. Aux slogans officiels, le narrateur sarcastique oppose des dictons anciens ou fabriqués et des énoncés à l'humour ravageur. […] Lire la suite

POÈMES, Emily Dickinson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude-Henry du BORD
  •  • 852 mots

Fascinée par l'Apocalypse, dernier livre du Nouveau Testament attribué à saint Jean, Emily Dickinson élabore une poésie où la révélation est toujours couverte par un voile qui la cache : comme dans le livre de saint Jean, la vérité poétique devient une sorte de prophétie énigmatique où les images les plus frappantes s'enrichissent de nombreuses métaphores, d'ellipses, violemment scandées, comme sous la pression d'une vision : « La Chair – Livrée – Annulée –/ L'Incorporel – commence –/ Deux Mondes – Audiences – se dispersent –/ Et laissent l'Âme – seule –. […] Lire la suite

PIERRE BOULEZ (exposition)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 904 mots
  •  • 1 média

Ainsi sera-t-il avec Klee et sa technique de croissance organique, avec Kandinsky, pour sa revisitation du geste pictural qui privilégie l’effacement du motif, la densité des couleurs, les ellipses dynamiques du mouvement imprimé au pinceau. Ou encore avec Vieira da Silva, dont la technique de brouillage appliquée à ses fonds picturaux crée une multiplicité de lignes jouant avec le continu et le discontinu. […] Lire la suite

TACHES DE SOLEIL, OU D'OMBRE (P. Jaccottet) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 934 mots

Ces notes réaffirment aussi la fidélité des amitiés : Gustave Roud, Giuseppe Ungaretti, André du Bouchet, Francis Ponge, Henri Thomas, André Frénaud, Yves Bonnefoy, Jacques Borel, Robert Marteau ou Paul de Roux, de sorte que ces retouches donnent parfois lieu à de très exacts croquis en ellipses : un René Char en « espèce de grand jardinier » ou un Jean Tardieu grave et plaisant. […] Lire la suite

EPITOME ASTRONOMIAE COPERNICANAE (J. Kepler)

  • Écrit par 
  • Isabelle PANTIN
  •  • 932 mots
  •  • 1 média

Le premier exposé complet de la physique céleste Epitome est moins célèbre que d’autres œuvres de Kepler car il ne contient pas la première formulation d’une grande découverte, comme l’Astronomia nova (1609) – qui démontre que les planètes parcourent des ellipses dont le Soleil occupe un des foyers et qu’elles ralentissent ou accélèrent en fonction de leur distance à ce Soleil (les deux premières lois de Kepler) – et l’Harmonice mundi (1619) – qui détermine le rapport entre la durée de révolution d’une planète et sa distance au Soleil (troisième loi). […] Lire la suite

L'ATTRAPE-CŒURS, Jerome David Salinger - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nathalie COCHOY
  •  • 1 020 mots

La progression labyrinthique du discours, associant souvenirs et ressassements, le tressaillement des phrases, alliant ellipses et bégaiements, illustrent encore le balancement de son corps et de sa conscience. Amoureux de la mort, Holden voudrait freiner le temps pour préserver intacte la pureté de son désir. Comme l'urne grecque du poète anglais John Keats (1795-1821), le New York de Holden, cristallisé sous la blancheur de la neige, représente la tentation mortelle de l'effacement. […] Lire la suite

LES CHANTS DE MALDOROR, Lautréamont - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 1 024 mots

 » De nombreuses reprises, ellipses ou redéploiements assurent au mouvement général du livre une dynamique dont les modèles sont explicitement empruntés à la nature (vol d'oiseaux, maelström, aimantation magnétique, vrilles du python), alors que la figure héroïque de Maldoror, le « vivant » cruel et dépossédé, a pour vocation d'accélérer le trouble, de synthétiser l'action humaine jusque dans l'espace urbain d'un quartier d'étudiants. […] Lire la suite

IN THE MOOD FOR LOVE, film de Wong Kar-wai

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 994 mots
  •  • 1 média

Les ellipses sont radicales, déroutant la compréhension ordinaire ; des inserts entre deux scènes (une fumée de cigarette, une main) font flotter le temps, le gorgent de sentimentalité. Plus évidemment musical, et associé à la valse leitmotiv, le ralenti ajoute encore à ce déploiement de sensations de rêve. L'histoire tout entière est bel et bien comme un rêve, doux et triste à la fois. […] Lire la suite

UNE SAISON EN ENFER, Arthur Rimbaud - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Hédi KADDOUR
  •  • 1 058 mots

Le poème prend fin sur une note de comique dérisoire : « Drôle de ménage ! » Un an de liaison violente entre 1872 et 1873 est ici réexposé, retraité au moyen d'ellipses qui en accentuent encore la brutalité. En face de ce texte de la passion folle qui joue sur les deux tableaux de l'autobiographie et de la fiction, « Délire II » (sous-titré « Alchimie du verbe ») tend à passer pour un moment de réflexion sur l'écriture, un élément d'art poétique auquel la voix narrative ne semble plus croire. […] Lire la suite

UNE FILLE, QUI DANSE (J. Barnes) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Vanessa GUIGNERY
  •  • 1 043 mots

Intrigué par les ellipses du journal d’Adrien, mais aussi par les tours que lui joue sa propre mémoire, Tony s’aperçoit que ses souvenirs approximatifs compliquent la lecture du passé. Si le titre anglais du roman (The Sense of an Ending) pointait du doigt le temps qui passe et la mort qui approche, tout en soulignant la capacité de Julian Barnes à offrir au lecteur une fin percutante et inattendue, le titre français, Une fille, qui danse, est un clin d’œil à un des souvenirs les plus émouvants de Tony : celui de Veronica dansant dans sa chambre d’étudiant. […] Lire la suite

TROIS FEMMES PUISSANTES (M. NDiaye) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christine GENIN
  •  • 998 mots

De manière mimétique, la mémoire du récit, par le jeu des ellipses, des séquences temporelles à rebours, des débuts in medias res suivis de flash-back, est d'ailleurs elle aussi lacunaire. Cette étrangeté qui se creuse au sein de la réalité prend sa source dans l'étrangéité, le fait d'être ou de se sentir étranger. De toute évidence, Marie NDiaye élabore cet univers si particulier à partir de son expérience personnelle : comme le personnage à peine entrevu mais émouvant du petit Djibril, fils de Fanta, rejeté par sa grand-mère, elle s'est toujours sentie décalée et différente du fait de sa situation familiale et de sa couleur de peau. […] Lire la suite

QUADRIQUES

  • Écrit par 
  • André WARUSFEL
  •  • 2 494 mots
  •  • 8 médias

Les sections planes sont des paraboles ou des ellipses. Dans le cas d'un paraboloïde de révolution, une section plane se projette sur un plan orthogonal à l'axe suivant une droite ou un cercle. Si p et q sont de signes différents, le paraboloïde est hyperbolique . C'est une surface assez remarquable, dont la forme évoque celle d'une selle de cheval. […] Lire la suite

COLORIMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Bernard LEBLANC
  •  • 3 820 mots
  •  • 3 médias

Ces études ont abouti à définir des zones de confusion colorimétriques visuelles en forme d'ellipses, dites « ellipses de MacAdam » (cf. couleur). Le calcul de ces zones est complexe et leur utilisation, peu courante, est réservée aux laboratoires scientifiques. Néanmoins, ces recherches ont contribué à développer les études sur les espaces colorimétriques afin de les rendre plus homogènes. […] Lire la suite

AVVAKUM PETROVITCH (1620/21-1682)

  • Écrit par 
  • Pierre PASCAL
  •  • 1 195 mots

L'invention y est perpétuelle : images, ellipses, apostrophes, dialogue intérieur, mises en scène, digressions. Les sentiments fusent : indignation, apitoiement, malédiction, prière, repentir. On passe du sérieux à l'ironie. Les textes sacrés voisinent avec des dictons. Avvakum discute avec Dieu. L'homme surgit : vigueur physique et morale, foi solide au surnaturel, assurance en sa cause ; mais, aussi, raison exigeante, instruction étendue, conscience scrupuleuse, tendresse pour sa femme, ses enfants, dirigés et fidèles. […] Lire la suite

TANGUY FRANÇOIS (1960- )

  • Écrit par 
  • Christophe TRIAU
  •  • 1 157 mots
  •  • 1 média

Ce théâtre présente ainsi « une matière brute, qui passe par éclats, fragmentations, ellipses, spirales de mouvements, et non par figuration » : « des affects, découpant dans les espaces des traces mémorielles, des mutations sensorielles de passage » (programme des Cantates). La fabrique qu'est la scène n'y a pas pour enjeu d'imposer une signification au spectateur, mais d'être pour lui « une invitation à ré-agencer les perceptions des lieux du dire, de l'intelligibilité, de l'écoute, à les remodeler selon d'autres captations des mouvements et des imaginations [. […] Lire la suite

BROWNING ROBERT (1812-1889)

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 1 234 mots

Cet enthousiasme explique en grande partie l'obscurité d'un discours précipité où abondent les ellipses et les hardiesses, et qu'on retrouve dans sa prose la plus spontanée, celle de ses lettres. Le « style grotesque », qui va parfois jusqu'à l'argotique et use d'images familières ou de symboles cocasses, peut exprimer des émotions sublimes ou des pensées sérieuses et débouche sur la poésie. […] Lire la suite

VIE DE GÉRARD FULMARD (J. Echenoz) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Norbert CZARNY
  •  • 1 157 mots

Elle procède par ellipses et accélérations. Ainsi de Dorothée Lopez dans ce roman, dont le parcours bizarre tient en peu de pages. Un autre procédé, propre aux séries ou au policier est la fiche, sorte d’arrêt sur image, dont nous avons un exemple pour Luigi Pannone, éminence grise de Franck Terrail dont nous faisons plus ample connaissance grâce au même procédé. […] Lire la suite

UN PROPHÈTE (J. Audiard)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 145 mots
  •  • 1 média

Malik y tisse des liens, mais sans préméditation, par instinct : de façon chaotique, ce que reflète la construction narrative, faite de chapitres juxtaposés et trouée de grandes ellipses. La séquence de l'apprentissage de la lecture est une autre clé. Les lettres sont atomisées comme les objets et les sons de la séquence d'ouverture, cernées dans les deux cas comme à l'aide d'une lampe de poche. […] Lire la suite

KOYRÉ ALEXANDRE (1892-1964)

  • Écrit par 
  • Gérard JORLAND
  •  • 1 253 mots

C'est ensuite Johannes Kepler qui renforce cette obligation en montrant que les orbites planétaires ne sont pas des cercles, ce qui suffisait à expliquer le mouvement des planètes (une sphère en mouvement décrit un cercle de par sa forme même), mais des ellipses (donc des mouvements qui ne sont plus de même nature que leur forme). Il pousse le platonisme jusqu'à chercher dans les cinq solides réguliers platoniciens (au nombre de faces identiques et dont Platon a montré qu'il ne pouvait y en avoir que cinq : le tétraèdre, le cube, l'octaèdre, le dodécaèdre et l'icosaèdre) la raison des rapports entre les distances au Soleil des cinq planètes alors connues, chacune enchâssée dans l'un de ces polyèdres, et leurs périodes de révolution autour de lui. […] Lire la suite

2001, L'ODYSSÉE DE L'ESPACE, film de Stanley Kubrick

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 186 mots
  •  • 1 média

Un film expérimental à très gros budget La forme du film – un enchaînement de sections presque autonomes où les personnages se renouvellent –, les nombreuses ellipses ou phénomènes visuels et sonores non expliqués, la séquence presque abstraite du « voyage au-delà de l'infini » ; tout manifeste le désir du réalisateur de réinventer un cinéma pur où musique, formes visuelles, mouvements, proposent des associations sans les expliquer, mettant le spectateur dans la même situation que ses personnages – singes ou humains – face à l'inconnu. […] Lire la suite

LE MARIAGE DE MARIA BRAUN, film de Rainer Werner Fassbinder

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 270 mots
  •  • 1 média

Le récit multiplie les ellipses et le choix des lieux extérieurs (ruines, escaliers, paysages urbains) et intérieurs (cuisine de l'appartement en ruine, bureau de l'entreprise, bar, cabaret) est toujours au service de la portée symbolique de cette parabole. Fassbinder utilise également les fragments musicaux en début ou en fin de séquence pour des effets de contraste d'inspiration brechtienne. […] Lire la suite

ABŪ TAMMĀM (804-845)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 1 185 mots

Les ellipses, les métaphores distendues à l'extrême, les comparaisons insolites, les images rendues obscures par excès de subtilité ou d'abstraction, tout fait obstacle au sens. À cela s'ajoutent une symbolique dont on perce mal les secrets et des correspondances de sensations et de perceptions, dont la logique n'apparaît pas toujours clairement. Au moment où se définissent tout à la fois l'usage classique de la langue et la pratique canonique de la poésie, cette œuvre s'oppose à l'idée d'écriture définie par le discours critique. […] Lire la suite

PLANÈTES (GENÈSE DES)

  • Écrit par 
  • Pierre LÉNA
  •  • 1 271 mots
  •  • 1 média

révèle un disque, incliné à 46 degrés pour l’observateur terrestre, strié de sept paires de zones claires et sombres, légèrement elliptiques, l’étoile étant située au foyer de chacune des ellipses. Les zones claires traduisent la présence de grains solides dont la température décroît en s’éloignant de l’étoile (entre 210 et 25 kelvins), tandis que les zones plus sombres, mais non totalement vides de matière, indiquent la présence de grains moins abondants et de tailles différentes. […] Lire la suite

ŒUVRES COMPLÈTES, tome I (H. Michaux)

  • Écrit par 
  • Pierre LOUBIER
  •  • 1 352 mots

Sans doute pourra-t-on regretter que ce parti pris chronologique dans l'édition des textes à partir de leur dernière version soit cause de certains décalages temporels qui créent des ellipses dans cette « œuvre-vie » : ainsi le Voyage en grande Garabagne (1936) appartient au recueil Ailleurs (1948) : il figurera donc dans le tome II. De même pour Au pays de la magie. […] Lire la suite

LA GLOIRE et L'INDIVIDU LITTÉRAIRE (D. Oster)

  • Écrit par 
  • Gilles QUINSAT
  •  • 1 408 mots

Sauf ceci : ne considérer que les gestes, et comme gestes, les paroles, écritures, adresses, mouvements, déplacements, dispositions sur la page, dans la ville, dans l'esprit, ouvertures, retraits, relations, blancs, échos, ellipses, rythmes, emplois du temps, du corps, regards, et finalement la multiplicité des faits, verbaux ou non, des interventions diverses qui se rassemblent sous le nom de Stéphane Mallarmé“. […] Lire la suite

MÈRE ET FILS (A. Sokourov)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 1 402 mots

Dédaignant le montage classique (coupes, ellipses, champ/contrechamp), le récit de Mère et fils est construit en plans-séquence dépouillés de toute action spectaculaire. En général fixes, ces plans-séquence sont parfois brefs (tel, au début du récit, celui des arbres d'apparence frêle et mince cadrés sous un ciel crépusculaire évoquant un paysage du Sacrifice de Tarkovski), mais le plus souvent longs, voire très longs (la mère allongée sur un banc, attendant le retour du fils). […] Lire la suite

L'ÉDUCATION SENTIMENTALE, Gustave Flaubert - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 453 mots
  •  • 1 média

Cette dimension est particulièrement accusée lorsque, en une brusque accélération du récit, Flaubert résume quinze ans de la vie de son personnage dans la plus belle des ellipses de la littérature. Le temps est aussi celui de l'Histoire. Là encore, sous le masque impassible du narrateur, Flaubert tire les ficelles, retraçant les événements non pas avec l'objectivité d'un historien, mais avec toute l'émotion d'un homme en révolte contre la bêtise de son temps. […] Lire la suite

CONIQUES

  • Écrit par 
  • André WARUSFEL, 
  • Universalis
  •  • 5 070 mots
  •  • 14 médias

Les planètes, qui ont un mouvement périodique, décrivent des ellipses, seules coniques à être bornées. L'aire comprise entre la courbe et les droites joignant F à deux positions du point mobile est proportionnelle à l'intervalle de temps séparant les deux positions ; pour une planète, la période T du mouvement est telle que T2 soit proportionnel au cube a3 de la longueur :ce sont les fameuses lois de Kepler. […] Lire la suite

ESPACE, mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc SCHLENKER
  •  • 1 670 mots

Ainsi, des objets géométriques – droites ou ellipses, mais aussi courbes plus générales – sont décrits comme ensembles de solutions d'équations algébriques portant sur leurs coordonnées. Un pont est jeté entre la géométrie et l'algèbre, voire l'analyse. Vers 1820, Carl Friedrich Gauss, étudiant la géodésie, comprend que l'utilisation de coordonnées n'est pas réservée au plan euclidien, mais s'applique aussi aux surfaces dans l'espace. […] Lire la suite

SHEPP ARCHIE (1937- )

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 1 571 mots
  •  • 1 média

Son style est fait aussi d'ellipses, de sous-entendus, d'instants concis, quasi élégiaques. Ses premiers disques, avec Cecil Taylor puis au sein du New York Contemporary Five aux côtés de Don Cherry et John Tchicai, révèlent une subtile influence de Sonny Rollins mêlée à celle, inévitable, de John Coltrane, dont l'itinéraire va stimuler et encourager les nouveaux musiciens. […] Lire la suite

MOREL FRANÇOIS (1926-2018)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 571 mots

Dans son catalogue, il faut citer encore un concerto pour piano et orchestre, Melisma (1980), Divergences, pour violon et guitare (1983), Talea, pour flûte, hautbois et clarinette (1984), Fulgurance I, pour flûte, alto, cor, violoncelle, piano, harpe et deux percussionnistes (1986), Lyre de cristal, pour sextuor de percussions (1986), Aera, pour cuivres (1986), des pièces pour orchestre d’harmonie (Aux marges du silence, 1982 ; Aux couleurs du ciel, 1987 ; De subitement lointain, 1989), Figures-Segments-Ellipses, pour quintette de clarinettes (1990), Les Éphémères, pour quatre cors et tuba (1995), Strophes, Séquences, Mouvements, pour douze saxophones (1999), Les Récifs du rêve, pièce concertante pour deux pianos main gauche et orchestre (2000), Phases, pour cor et piano (2008), ainsi que des œuvres pour orchestre (Die Stelle des Zwillinge, 1992 ; Et le crépuscule. […] Lire la suite

BORROMINI (1599-1667)

  • Écrit par 
  • Claude MIGNOT
  •  • 3 546 mots
  •  • 1 média

Comme Michel-Ange, dont il se veut l'héritier, Borromini plaide pour l'invention (« je ne suis pas né pour être copiste »), mais son invention n'a rien de « sauvage » : elle se fonde sur une culture antique plus large que celle des classiques, qui veulent la réduire à quelques « bons exemples », sur une géométrie savante, plurifocale, où obliques et ellipses se substituent à la perspective linéaire trop simple. […] Lire la suite

RUY BLAS, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 762 mots

Le premier point paraît acquis en 1838 et il n'en est, significativement, plus question dans la préface, qui s'abstient de justifier l'allongement et les ellipses temporelles (un mois entre les actes I et II, six entre les actes II et III), ou la multiplication des lieux. Les bienséances elles-mêmes ont été allègrement bousculées par le mélodrame et le vaudeville, et c'est plutôt, ironiquement, au nom même de la vraisemblance que les critiques viseront l'histoire d'amour entre un laquais et une reine. […] Lire la suite

Recevez les offres exclusives Universalis