« Conception »

AUTOMOBILE Conception

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MANCEAU, 
  • Alfred MOUSTACCHI, 
  • Jean-Pierre VÉROLLET
  •  • 10 562 mots
  •  • 7 médias

L'entreprise automobile fonctionne par séquence de processus que l'on peut, en simplifiant, résumer aux étapes suivantes : innovation, conception, fabrication, vente et entretien. Chacune d'entre elles, coordonnée dans l'espace et le temps, peut elle-même être décomposée en processus linéaires ou matriciels. Si l'innovation, la vente et l'entretien ne procèdent pas de méthodes particulièrement originales ou différentes de celles des autres métiers techniques, la conception et la fabrication (cf. […] Lire la suite

Les médias de la recherche « Conception » :

Automobile : conception technique

Automobile : conception technique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

L'Immaculée Conception, J. de Ribera

L'Immaculée Conception, J. de Ribera
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Systèmes d'information : analyse et conception

Systèmes d'information : analyse et conception
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

L'Immaculée Conception, B. Murillo

L'Immaculée Conception, B. Murillo
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les médias de « Conception »

SYSTÈMES INFORMATIQUES Conception, architecture et urbanisation des systèmes d'information

  • Écrit par 
  • Sylvie SERVIGNE
  •  • 3 280 mots
  •  • 7 médias

Conception Plusieurs méthodes de conception de S.I. coexistent et sont exploitées différemment selon les pays, dont Merise, UML, AXIAL, IDEF. Merise La méthode Merise (Méthode d'étude et de réalisation informatique pour les systèmes d'entreprise) est née à la fin des années 1970 en France, avec pour objectif de définir une démarche de conception de S. […] Lire la suite

CITÉ ANTIQUE CONCEPTIONS POLITIQUES DE LA

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 1 060 mots

Philosophes, historiens, orateurs de la Grèce classique ont défini, analysé, discuté ce type d'organisation originale qu'est la cité, favorable à l'éclosion d'une réflexion politique qui fut plus idéaliste que positive et toujours dominée par des préoccupations morales. C'est à leurs yeux un don des dieux, la société politique par excellence. La Grèce paya de son indépendance de n'avoir pas dépassé ce cadre, auquel même les apôtres du panhellénisme (Isocrate, Démosthène) demeurèrent fidèles, faute d'en concevoir un autre qui fût digne d'un peuple civilisé. […] Lire la suite

JEAN DE CHELLES (mort en 1258)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 147 mots

Elle permet de lui attribuer en outre le bras nord de la cathédrale, la conception et le début de la réalisation du bras sud. Jean de Chelles se situe donc chronologiquement au moment de la rupture entre la conception définie par le Maître de Chartres fondée sur la répétition des travées (1195) et une nouvelle conception reposant sur le percement des murs par d'immenses baies, puissamment affirmée en 1231 par le Maître de Saint-Denis. […] Lire la suite

HURWICZ LEONID (1917-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 426 mots

Le « mécanisme » de conception des mécanismes est un jeu mathématique dans lequel les participants soumettent des messages, qui sont centralisés et à partir desquels une règle détermine l'allocation des ressources. Après analyse de la conception des mécanismes, Hurwicz conclut que le système de marché le plus efficace pour les deux parties est celui de la double enchère. […] Lire la suite

NON & NÉGATION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 965 mots

44) a condamné cette conception réaliste de la signification de la négation. À rebours du sens commun, mais en parallèle avec lui, certains philosophes contemporains ont proposé une théorie ontologique de la négation. Pour Heidegger, le néant précède et rend possible la négation. Sartre reprend et développe cette conception dans le premier chapitre, « L'origine de la négation », de son ouvrage célèbre L'Être et le Néant (1943). […] Lire la suite

CYCLE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 692 mots

Une conception cyclique du temps a souvent été comprise par la pensée moderne comme la marque du primitivisme d'une culture ou le symptôme d'une régression archaïsante chez un sujet. Une telle conception, dans les deux cas, résulterait d'une attitude de fuite devant la réalité de l'irréversibilité temporelle. La reconnaissance de cette irréversibilité, comme formant l'essence du temps, fonde la compréhension du monde et de l'histoire de l'homme occidental moderne. […] Lire la suite

MACHINES SIMPLES

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 666 mots

Léonard de Vinci a laissé de nombreux dessins de machines simples (surtout pour la défense des villes) de conception toute moderne et dont plusieurs s'inspireraient d'Archimède, dont il était, comme avant lui Galilée, un lecteur passionné. […] Lire la suite

DUGUIT LÉON (1859-1928)

  • Écrit par 
  • Christine BARTHET
  •  • 708 mots

Duguit rompait en cela avec la conception qui assimile les actes du fonctionnaire à ceux de la collectivité elle-même. […] Lire la suite

GROPIUS WALTER (1883-1969)

  • Écrit par 
  • Réjean LEGAULT
  •  • 2 528 mots
  •  • 4 médias

La conception des bureaux de l'usine modèle du Deutscher Werkbund pour l'exposition de Cologne (1914), un projet où sont mises en évidence les circulations verticales enfermées dans des tours cylindriques en verre à ossature métallique légère, lui permet d'aller plus loin dans la réalisation d'une architecture qu'il veut représentative de son époque. […] Lire la suite

MÉMOIRES POUR SERVIR À L'HISTOIRE NATURELLE DES ANIMAUX (ouvrage collectif)

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 1 424 mots
  •  • 1 média

Les Mémoires pour servir à l’histoire naturelle des animaux constituent l’un des exemples les plus représentatifs de cette nouvelle conception du travail scientifique qui fleurit à l’Académie royale des sciences de Paris dans les dernières décennies du xviie siècle. Une anatomie animale fondée sur une conception mécaniste du vivant Ces Mémoires ont été conçus par un petit groupe d’académiciens, tous médecins, qui ont décidé de se tourner vers un sujet encore assez peu connu, quoiqu’il commence à susciter de l’intérêt, à savoir l’anatomie des animaux. […] Lire la suite

LE PROCÈS DES DROITS DE L'HOMME. GÉNÉALOGIE DU SCEPTICISME DÉMOCRATIQUE (J. Lacroix et J.-Y. Planchère)

  • Écrit par 
  • Marie GARRAU
  •  • 1 079 mots

Il ouvre bien plutôt à une conception politique des droits de l’homme, qui se distingue « d’une conception “philosophique” en ce sens que le souci est moins de déterminer les fondations des droits de l’homme que de s’interroger sur leur réalisation pratique », susceptible de conduire à un « droit à l’inclusion politique ». Dans cette perspective, les droits de l’homme deviennent indissociables d’une citoyenneté pensée comme pratique de la liberté en commun et doivent être appréhendés comme l’un des supports de l’autonomie et de l’égalité des citoyens. […] Lire la suite

CONSTITUTION

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNET
  •  • 4 216 mots
  •  • 1 média

Il y aurait certes quelque anachronisme à voir en Montesquieu – et dans cette conception de la constitution comme mécanisme – les prémices d'une conception de la constitution que développeront les études de sociologie politique inspirées par Max Weber car on ne peut nier l'intention normative de Montesquieu lorsqu'il décrit cette constitution d'Angleterre. […] Lire la suite

CASEL dom ODON (1886-1948)

  • Écrit par 
  • André GOZIER
  •  • 502 mots

Les deux plus grandes objections faites à cette conception de la liturgie portent sur sa notion de « présence mystérique » et sur l'étude comparative faite par Casel avec les mystères hellénistiques. […] Lire la suite

LIEN SOCIAL

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 1 251 mots

 » Georg Simmel, Max Weber, Erving Goffman ou encore Raymond Boudon sont parmi les partisans les plus connus de cette conception des liens sociaux. La marque du pluriel, présente dans ces trois définitions, est significative : il s'agit de liens concrets et non d'un concept englobant, à signification plutôt éthique. Dans la première conception, les liens sociaux existants autorisent un devenir des rapports humains dans une logique de solidarité. […] Lire la suite

CITOYENNETÉ ET NATIONALITÉ EN FRANCE ET EN ALLEMAGNE (R. Brubaker)

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 1 302 mots

Il souligne qu'en France la monarchie bureaucratique a fait naître une conception politique et territoriale de la nation. En Allemagne, l'absence de coïncidence entre l'État et la nation a longtemps fait coexister des structures supranationales avec une pluralité d'unités politiques étatiques plus ou moins souveraines, favorisant ainsi le développement d'une conception ethnoculturelle de la nation. […] Lire la suite

TRACTATUS LOGICO-PHILOSOPHICUS, Ludwig Wittgenstein - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 918 mots
  •  • 1 média

Au-delà des plus amples commentaires qu’il faudrait en donner, on observera que dans le Tractatus une conception « minimale », voire « thérapeutique » de la philosophie était déjà à l’œuvre. […] Lire la suite

POLITIQUE La science politique

  • Écrit par 
  • Marcel PRÉLOT
  •  • 7 877 mots

Cependant, si on néglige les nuances et efface les détails, on peut grouper sous trois grandes rubriques les diverses conceptions de l'objet de la science politique : une conception relationnelle, qui s'attache à la détermination d'un rapport spécifique, distinct des autres rapports sociaux ; une conception dynamique, qui privilégie la notion de pouvoir dans ses aspects les plus divers ; une conception institutionnelle, qui se fonde sur la notion traditionnelle de l'État, institution des institutions. […] Lire la suite

SPEUSIPPE (env. 393-339 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 271 mots

Grâce au témoignage d'Aristote dans la Métaphysique (VII, XII et XIV), on peut reconstituer les grandes lignes de sa conception de la structure de la réalité, conception qui représente une des formes du système fondamental imaginé dans l'école de Platon : au principe, l'unité indifférenciée ; la série transcendante des nombres mathématiques ; puis les figures géométriques transcendantes ; ensuite les figures en mouvement, c'est-à-dire les âmes ; enfin, les corps sensibles. […] Lire la suite

BRUNELLESCHI FILIPPO (1377-1446)

  • Écrit par 
  • Gian-Carlo ARGAN
  •  • 2 148 mots
  •  • 6 médias

Cette nouvelle conception esthétique de l'espace, obtenue par le jeu des pleins et des vides, révèle l'influence de Masaccio. Celui-ci a aussi inspiré la conception sur plan central du Tempio degli Angeli (resté inachevé). La synthèse est pleinement réalisée dans la chapelle des Pazzi, espace cubique coiffé d'une coupole et prolongé par les grands vides latéraux, plans parallèles du portique et de la façade intérieure. […] Lire la suite

ŒUVRES PHILOSOPHIQUES, Charles Sanders Peirce - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 1 017 mots

La conception de tous ces effets est la conception complète de l'objet » (« Comment rendre nos idées claires », in Revue philosophique, 1879). Cette maxime manifeste clairement les principaux traits du programme pragmatiste, ce qui en fait une méthode orientée vers une clarification de nos énoncés, et par conséquent de nos croyances, elles-mêmes définies comme des « habitudes d'action », et non pas comme des « idées », au sens cartésien ou psychologique du terme. […] Lire la suite

GUTHRIE EDWIN RAY (1886-1959)

  • Écrit par 
  • Pierre LECOCQ
  •  • 644 mots

D'autre part, sa théorie de l'apprentissage est d'une rare économie et sa conception du comportement est très mécaniste : « Tout ce que peut faire l'homme le plus sophistiqué dans une situation donnée, dit-il, est de contrôler ses muscles selon un certain ordre et un certain modèle. La sophistication consiste à développer de nouveaux ordres et de nouveaux modèles et à les rendre dépendants du signal approprié. […] Lire la suite

SYMBOLIQUE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Jean-Claude SEMPÉ
  •  • 393 mots

Partant de cette constatation, Lacan précise en même temps qu'il rend davantage problématique une conception du symbolique définie comme un registre spécifique du champ analytique, à côté de deux autres registres, ceux de l'imaginaire et du réel. L'inconscient structuré comme un langage est fondé, autant qu'il le fonde, par le symbolique. Sa conception du symbolique est empruntée à Saussure et à sa thèse du Cours de linguistique générale : dans cette thèse, Saussure défend l'idée que le signifiant n'est pas un lien direct et significatif avec le signifié, mais que le signifié se constitue dans un rapport du « signifiant avec un autre signifiant » (J. […] Lire la suite

JUSTICE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 7 957 mots

À cette représentation de la société s'accorde une conception des personnes comme libres et égales en ce sens qu'elles ont en partage le sens de la justice, la conception du bien, c'est-à-dire des facultés morales, et en commun des facultés de jugement, de pensée, c'est-à-dire des facultés rationnelles. Rawls trouve ainsi un consensus par recoupement entre des doctrines raisonnables, indépendamment de toute doctrine qui irait au-delà de ce qui est impliqué par la conception politique. […] Lire la suite

ANIMUS & ANIMA

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 034 mots
  •  • 1 média

On peut distinguer deux moments dans l'œuvre de Jung concernant la conception de ces termes. Dans un premier temps, Jung va, à travers la seule notion d'anima, tenter de redonner un sens au concept d'âme hors du schéma du dualisme cartésien corps/âme qui bloquait plus ou moins la conception de l'âme sur une définition mentaliste ou spiritualiste. L'anima sera une réalité vivante, une force d'animation, une puissance inconsciente qui porte et hante le langage conscient et la pensée rationnelle. […] Lire la suite

ESPRIT, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Universalis
  •  • 2 144 mots

Le noûs est le principe des âmes, ce qui n'empêche pas une conception moniste, avec l'affirmation d'une identité de « matière » entre les trois « principes ». Saint Thomas, qui utilise souvent le terme d'intellect, voit néanmoins dans l'esprit une partie de la puissance opératoire de l'âme, un organe du raisonnement et de l'évidence (cf. les « idées innées »). […] Lire la suite

ULM ÉCOLE D' (1953-1968)

  • Écrit par 
  • Axelle FARIAT
  •  • 932 mots

Après le cours fondamental, les étudiants se spécialisent dans l’une des quatre sections : architecture, conception de produits, communication visuelle, information. La formation est très complète. Peu d’étudiants sortent diplômés au bout de quatre années. Aux débuts de l’École, Max Bill estime que l’art doit jouer un rôle déterminant dans le design. […] Lire la suite

ENTREPRISE Gouvernance d'entreprise

  • Écrit par 
  • Gérard CHARREAUX
  •  • 4 761 mots

Fondée sur la conception légale, traditionnelle, de la propriété, elle conduit à privilégier l'étude des mécanismes censés contraindre les dirigeants à gérer dans l'intérêt des actionnaires, notamment le conseil d'administration, les assemblées générales d'actionnaires, les systèmes de rémunération des dirigeants, la réglementation légale et comptable ou encore les offres publiques d'achat. […] Lire la suite

MARXISME Le matérialisme dialectique

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 6 395 mots
  •  • 2 médias

La philosophie marxiste a d'abord pour objectif de représenter théoriquement la conception prolétarienne du monde. D'après Marx, la conception du monde dominante pour une époque est celle de sa classe dominante : au moment où Le Capital est publié, c'est la conception du monde bourgeoise. Mais cette conception du monde ne peut être dominante que par rapport à une autre conception du monde, elle-même dominée, qui est celle du prolétariat. […] Lire la suite

ÉBIONITES

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 346 mots

Insistant sur la continuité entre l'Alliance ancienne et la foi en Jésus-Prophète, les ébionites se voyaient contraints à s'opposer à Paul et à sa conception du salut. Selon eux, Jésus n'a pas abrogé la justice opérée par les œuvres, mais il a montré ce qui dans la Loi était vraiment divin et éliminé ce qui ne l'était pas. Les ébionites disparurent vers le ve siècle. […] Lire la suite

MOMENTFORM

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 338 mots

Kontakte (1960 et 1961) annonce cette nouvelle conception du temps. Mais c'est dans Momente (« Moments », 1962) que Stockhausen a pour la première fois appliqué celle-ci avec rigueur ; il n'est pas nécessaire d'exécuter l'intégralité des « moments » de cette pièce de forme ouverte. […] Lire la suite

ERGONOMIE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CELLIER
  •  • 3 983 mots

Elle permet le passage d’une conception « unicausale » à une conception « multicausale » de l’accident. Elle déplace l’analyse vers une conception systémique de la sécurité et, plus récemment, elle met l’accent sur la résilience du système opérateur – dispositifs technologiques et environnement –, c’est-à-dire sa capacité à résister à des dysfonctionnements affectant sa sécurité et à rétablir un fonctionnement normal. […] Lire la suite

BIEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Monique CANTO-SPERBER
  •  • 6 623 mots
  •  • 1 média

De nombreux textes de l'Antiquité rappellent que le plaisir est une définition plausible du bien, et même si Platon et Aristote s'emploient à critiquer une telle conception, il y a tout lieu de penser qu'elle constituait un lieu commun de la réflexion antique sur le bien. C'est chez les penseurs utilitaristes que cette conception devait recevoir sa formulation la plus rigoureuse. […] Lire la suite

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 896 mots
  •  • 26 médias

Ils rompent avec la conception étagée du monde roman. Le Maître de Soissons, contemporain, s'inscrit dans une conception très proche, mais son écriture est plus nerveuse. Le Maître de Chartres, en revenant à une conception murale, devait jouer un rôle déterminant dans l'évolution de l'architecture. Il définit la travée, trouve un équilibre entre les pleins et les vides, entre les verticales et les horizontales. […] Lire la suite

KAHN GILLES (1946-2006)

  • Écrit par 
  • Gérard GIRAUDON, 
  • Gérard HUET
  •  • 1 002 mots
  •  • 1 média

à Sophia-Antipolis (Alpes-Maritimes), où il poursuit ses recherches en environnements de programmation guidés par la sémantique (conception de la plate-forme Centaur). En 1993, il est nommé directeur scientifique de l'I.N.R.I.A. Il y joue un grand rôle pour le développement de nouvelles recherches (réseaux, biologie et médecine numériques…) et la création de start-up (Ilog, Connexité, Grif. […] Lire la suite

BRANDOM ROBERT (1950- )

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 367 mots

Brandom défend une conception inférentielle de la rationalité, par opposition à une conception référentielle, en ce qu'il fait exclusivement appel à des raisons, elles-mêmes associées à des règles. Il exclut ainsi toute vision « propositionnaliste » qui se résoudrait dans des relations mots-monde. Ce choix en faveur de l'inférence conduit à tenir la question de l'expression pour cruciale et à considérer la priorité de l'inférence sur la référence comme un corrélat de la priorité de l'implicite sur l'explicite de la règle. […] Lire la suite

NU‘AYMA MIKHA‘IL (1894-1988)

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 343 mots

Dans son ouvrage de critique, al-Ghīrbāl (Le Crible), publié en 1923, il définit en ces termes sa conception de la poésie : « Elle doit exprimer ce que voit le regard intérieur du poète et ce qui mûrit en son cœur, au point de devenir une réalité objective dans sa vie. » Auteur dramatique, il acquiert la notoriété en publiant, en 1917, une pièce à épisodes, al-Abā' wa-l-banūn (Pères et Fils), où il étudie la société syrienne de l'époque et le conflit des générations : une mère trop attachée aux traditions fait obstacle au bonheur de sa fille qui a une conception plus moderne de l'amour et du mariage. […] Lire la suite

PRANDTL LUDWIG (1875-1953)

  • Écrit par 
  • Tom D. CROUCH, 
  • Universalis
  •  • 344 mots

Prônant très tôt l'introduction de profils aérodynamiques en aviation et l'utilisation des monoplans, il fera réaliser d'immenses progrès dans la conception des aérodynes. Après avoir étudié l'écoulement de l'air subsonique, il énonce la règle de Prandtl-Glauert, qui corrige les effets de compressibilité pour des données établies en écoulement incompressible. […] Lire la suite

CONTRÔLE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Philippe ROBERT
  •  • 1 317 mots

Pareil rétrécissement débouchera finalement sur une modification profonde dans la conception du contrôle social. Initialement entendu comme les conditions de la socialisation, il sera ensuite perçu comme réaction à la déviance. Il s'agit alors des moyens de contrer la non-conformité et de rééquilibrer. Sa matière devient les faiblesses ou les ratés de la socialisation. […] Lire la suite

MOSCOVICI SERGE (1920-2014)

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 433 mots

Il décrit également plusieurs systèmes de communication dont les enjeux intergroupes diffèrent (diffusion, propagation, propagande), rompant en cela avec une conception jusqu’alors très décontextualisée des modèles de la communication classiques mobilisés dans l’étude des attitudes et oublieuse de l’héritage sociologique de Durkheim. Une autre modalité d’approche des mécanismes sociocognitifs conduira Moscovici à l’étude des influences minoritaires. […] Lire la suite

TELESIO BERNARDINO (1509-1588)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 374 mots

À la hiérarchie ontologique d'Aristote il substitue une conception continuiste des phénomènes de la nature, dont la différence et le développement ne sont que l'effet des divers degrés de chaud et de froid, conception qui n'introduit aucune distinction qualitative entre l'homme et l'animal. Ces idées, qui heurtaient de front les conceptions philosophiques et religieuses traditionnelles, valurent à Telesio d'être mis à l'Index cinq ans après sa mort, mais d'être honoré par Patrizzi, par Gassendi et surtout par Campanella. […] Lire la suite

ATOMISME

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 366 mots
  •  • 4 médias

L'atomisme à l'époque moderne Avec l'émergence du mécanisme dans le premier tiers du xviie siècle, la conception corpusculaire de la réalité, héritée de l'atomisme antique, va trouver une nouvelle actualité scientifique. Sous-jacente aux apparences sensibles, la réalité physique se présente comme une série variable de combinaisons entre des éléments matériels. […] Lire la suite

BERNHEIM HIPPOLYTE (1840-1919)

  • Écrit par 
  • Léon CHERTOK
  •  • 424 mots

Peu à peu on remplaça, dans cette conception, l'hypnose par la suggestion à l'état de veille, voire par l'autosuggestion (méthode de Coué, 1912). Sur la fin de sa vie, en 1917, Bernheim définit l'hypnotisme comme une suggestion dans l'état de sommeil, à condition que ce sommeil soit incomplet, mais il ne précisa jamais ce qu'il entendait par « sommeil incomplet ». […] Lire la suite

LOI, physique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 1 178 mots

Contrairement à ce qu'une conception frileuse de la science laisse trop souvent croire, il n'est pas de plus grande excitation pour le chercheur que de découvrir une exception aux lois admises, une limite de validité des théories acceptées. Le jour où la théorie de la relativité montrera une faille sera temps non de deuil mais de gloire pour le « scientiflic » qui aura réussi à capturer un photon délinquant. […] Lire la suite

GRAMMAIRES SPÉCULATIVES

  • Écrit par 
  • Bernard CERQUIGLINI
  •  • 1 198 mots

À la fin du xiie siècle, un tournant s'opère dans la conception européenne des recherches linguistiques. Jusque-là, la grammaire, fondement de la culture médiévale et premier des « arts libéraux », se donnait pour tâche d'enseigner à bien parler et bien écrire (suivant la définition même de Quintilien), c'est-à-dire à maîtriser le latin et à comprendre la littérature latine. […] Lire la suite

POSSIBILISME, géographie

  • Écrit par 
  • Vincent BERDOULAY, 
  • Olivier SOUBEYRAN
  •  • 1 530 mots

Le premier lui fournit les moyens de penser le milieu et son rôle, tandis que le second permet d'affiner la conception de la science et du sujet connaissant. La réflexion sur le milieu se fait au contact des sciences naturelles et, par là, de l'évolutionnisme qui les travaille. On sait qu'à l'époque les interprétations divergent sur la conception de l'évolution. […] Lire la suite

CHAPITRE, ecclésiologie

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 454 mots

Il y a là un vestige intéressant d'une théologie de l'Église locale, d'une conception qui situe l'épiscopat dans l'Église particulière et non au-dessus d'elle ; c'est en vertu de cette conception, d'ailleurs, qu'une vingtaine de chapitres de Suisse et d'Allemagne notamment conservent le droit d'élire leur évêque, soit en vertu d'une coutume immémoriale (Coire, par exemple), soit par convention concordataire. […] Lire la suite

DUBRŒUCQ ou DU BRŒUCQ JACQUES (av. 1510-1584)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 388 mots

Le rôle exact de Dubrœucq dans la conception du jubé n'est pas encore connu : il est vraisemblablement l'auteur de certaines Vertus cardinales et des reliefs en albâtre ; en revanche, la conception architecturale de l'ensemble n'est sans doute pas de lui. Ces fragments nous permettent de deviner ses qualités de sculpteur : Jacques Dubrœucq représente un aspect original du maniérisme international. […] Lire la suite

OGINO KYŪSAKU (1882-1975)

  • Écrit par 
  • Maurice SANDER
  •  • 751 mots

) Le premier travail d'Ogino Kys̄aku paru en Occident fut publié en 1930 dans Zentralblatt fur Gynakologie ; il étudiait « la date de conception chez les femmes et son utilisation dans la pratique ». Le savant japonais y montrait aussi la nécessité, pour qu'il y ait conception, d'une fécondation très précoce de l'ovule après sa sortie de l'ovisac. Ces travaux, qui eurent un retentissement très grand dans le monde, furent bientôt confirmés par ceux du gynécologue autrichien Hermann Knaus, qui a eu le mérite d'apporter des confirmations expérimentales par l'étude de la contraction de l'utérus sous l'action de la pituitrine. […] Lire la suite

HOWELLS WILLIAM DEAN (1837-1920)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul ROSPARS
  •  • 423 mots
  •  • 1 média

Les facteurs sous-jacents à cette prise de conscience sont multiples : la découverte des misères et des injustices de la société urbaine, la lecture de Tolstoï, où Howells découvre un socialisme d'inspiration chrétienne, l'exécution des « anarchistes » du mouvement du 1er mai 1886 (manifestation de Haymarket), qui va à l'encontre de sa conception d'une démocratie américaine. […] Lire la suite