« Ch��ne »

DIACÉTYLÈNE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 79 mots

CH≡C—C≡CH Masse moléculaire : 50,06 g Masse spécifique : 2,233 g/cm3 Point de fusion : — 36,4 0C Point d'ébullition : 10,3 0C. Cet hydrocarbure insaturé donne des réactions d'addition. L'addition de brome sur les triples liaisons est incomplète ; lors de la bromation, le diacétylène ne fixe que six atomes de brome pour donner le produit : CHBr2—CBr=CBr—CHBr2. […] Lire la suite

Les médias de la recherche « Ch��ne » :

Association de deux gènes constants

Association de deux gènes constants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Hélicoptère Super Stallion

Hélicoptère Super Stallion
Crédits : Ross Harrison Koty/ Getty Images

photographie

BUNA

  • Écrit par 
  • Fernand COUSSEMANT
  •  • 390 mots

Le travail s'est développé par la suite sur le buta-1,3-diène CH2=CHCH=CH2 polymérisé par le sodium sous anhydride carbonique, puis sur la copolymérisation du buta-1,3-diène et du stryrène (buna-S) ou, du buta-1,3-diène et de l'acrylonitrile (buna-N) en émulsion aqueuse (1927). À la suite de l'Allemagne, les États-Unis avaient entrepris de développer industriellement des caoutchoucs synthétiques de type buna-S notamment, rebaptisé GR-S ou S. […] Lire la suite

STILBÈNE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 273 mots

Hydrocarbure de formule C6H5—CH=CH—C6H5 Le stilbène existe sous deux formes : Le trans-stilbène : Point de fusion : 124 0C Point d'ébullition : 307 0C Cristallise en prismes monocliniques. Insoluble dans l'eau, soluble dans l'éthanol, l'éther, le benzène. Le cis-stilbène : Point de fusion : — 5 0C Point d'ébullition : 135 0C sous 10 mm de mercure Liquide huileux, incolore, à odeur de fleurs ; il s'isomérise facilement en forme trans. […] Lire la suite

CYANURE D'HYDROGÈNE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 331 mots

 Scheele, qui l'a préparé à partir du bleu de Prusse (ferrocyanure ferrique) par action d'acide sulfurique : 2K4[Fe(CH)6] + 3 H2SO4 donnent K2[Fe(CH)6] + 3 K2SO4 + 6 HCN. On peut aussi le préparer par décomposition de ses sels par les acides :2 KCH + H2SO4 donnent K2SO4 + HCN, ou par oxydation catalytique d'un mélange de méthane et d'ammoniac par l'air à 1 000 0C sur toile de platine. […] Lire la suite

THÉAGÈNE DE RHÉGIUM (VIe-Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 66 mots

Un scholion sur L'Iliade (ch. XX, v. 67), conservé par Porphyre, le donne comme le premier à recourir, contre les détracteurs de la théologie homérique, à l'interprétation allégorique des mythes : ce qui est dit des dieux concernerait les éléments cosmiques ou les dispositions de l'âme. […] Lire la suite

ADER CLÉMENT (1841-1925)

  • Écrit par 
  • Pierre MÉRAND
  •  • 532 mots
  •  • 1 média

Il y installe une chaudière à tubes, pourvue d'un brûleur à alcool, la vapeur devant alimenter deux couples de cylindres (20 ch) qui entraînent une hélice en bambou (4 pales). Deux ailes articulées (14 m), en soie élastique, et recouvrant une armature en bois, constituent une réplique des membranes de la roussette. Le pilote les manœuvre, ainsi que le gouvernail de direction, à l'arrière de l'appareil, par manivelles et leviers. […] Lire la suite

VIRGILE (70-19 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacques PERRET
  •  • 4 782 mots

Ils sont reçus avec bonté par la reine Didon (ch. I). Au cours d'un banquet, Énée raconte la fin de Troie (ch. II), les avertissements qu'il a reçus d'en haut d'avoir à émigrer en Occident, les étapes de son long voyage (ch. III). La reine, éprise d'amour, essaie de retenir le héros auprès d'elle ; mais sa mission l'appelle en Italie : Didon n'y survivra pas (ch. […] Lire la suite

PENTECÔTE

  • Écrit par 
  • Robert CABIÉ
  •  • 246 mots

La fête juive qui, sept semaines après la Pâque, commémorait déjà, dans certaines communautés d'Israël, l'alliance du Sinaï a certainement mis sa marque sur le récit des Actes des Apôtres (ch. II) : c'est à la lumière des traditions rabbiniques concernant le don de la Loi que s'éclaire l'ambiguïté établie intentionnellement entre les langues de feu venues du ciel et les langues diverses dans lesquelles est entendue la prédication des apôtres, signe de l'universalité de l'Église. […] Lire la suite

POLYMÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 5 144 mots
  •  • 1 média

L'acide acrylique a pour formule H2C=CH-COOH. La présence de la liaison éthylénique C=C permet la polymérisation par addition, qui fournit (H2C–CH(COOH))n. Comme chacun des groupements acides COOH est ionisable en COO– par traitement au moyen d'une base, tel est le principe de la formation de polyélectrolytes, les acrylates. Dans ce même acide acrylique, les trois atomes d'hydrogène H portés par la liaison éthylénique peuvent être remplacés, indépendamment, par des groupements R1, R2, R3 quelconques. […] Lire la suite

XYLÈNES

  • Écrit par 
  • Fernand COUSSEMANT
  •  • 293 mots

En particulier, et c'est l'origine de leur utilisation majeure, les substituants méthyle peuvent être aisément oxydés sans toucher le cycle aromatique (de même, le groupe éthyle de l'éthylbenzène peut être déshydrogéné pour donner le styrène C6H5—CH=CH2, monomère très important). Les xylènes ont quelques emplois de solvants et, dans ce cas, ils peuvent en général être utilisés en mélange. […] Lire la suite

CHIMIE La nomenclature chimique

  • Écrit par 
  • Nicole J. MOREAU
  •  • 5 031 mots
  •  • 9 médias

Exemples : CH2=CH2, éthène ; CH2=CH-CH2-CH3, but-1-ène ; CH2=CH-CH=CH2, buta-1,3-diène ; HC≡CH, éthyne (ou acéthylène, nom trivial) ; HC≡C-CH3, propyne. Les radicaux sont faits en attachant le suffixe -yl au nom correspondant : -CH2-CH2-CHCH-CH3 pent-3-ène-1-yl, le point d'attachement portant le numéro 1. Les hydrocarbures cycliques se partagent en carbocycles (cycles uniquement composé de carbones) et hétérocycles (présence d'autres atomes comme N, O), et en saturés (sans liaisons multiples) ou pas. […] Lire la suite

MUSICALES (TRADITIONS) Musiques d'inspiration chinoise

  • Écrit par 
  • TRAN VAN KHÊ
  •  • 8 648 mots
  •  • 11 médias

Les similitudes Les instruments Plusieurs instruments de même type, souvent de même nom, se rencontrent en Chine, en Corée, au Japon, en Mongolie et au Vietnam (pays dont les noms, à la suite des désignations vernaculaires d'instruments ou de pièces de musique, seront abrégés comme suit : Ch, C, J, M, VN). Ainsi, les flûtes traversières en bambou avec ou sans mirliton : di (Ch), Tang tchuk (C), yokobue (J), luu-tu biskigür (M), d̄ịch (VN) ; les grands tambours à deux peaux : da gu (Ch), jwa ko (C), taiko (J), debšikü-keng-gerge (M), d̄ại-cô' (VN) ; le luth piriforme à quatre cordes : pi pa (Ch, C), biwa (J), biwalig (M), tỳ-bà (VN) ; et bien d'autres instruments, comme des carillons de phonolithes, de cloches ou de lames métalliques ; des luths à trois cordes, à caisse de résonance recouverte de peau de serpent ; des vièles à deux ou quatre cordes. […] Lire la suite

SANTOS-DUMONT ALBERTO (1873-1932)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 324 mots
  •  • 2 médias

À l'arrière : moteur Antoinette (24 ch) propulsant une hélice. L'ensemble (300 kg) repose sur trois roues de bicyclette. Essayé à Bagatelle (juillet 1906), cet engin hybride est à peine soulevé. Débarrassé du ballon, l'aéroplane effectuera quelques vols, sur 220 mètres, au mieux, et sans dépasser 5 mètres d'altitude. Santos-Dumont lancera ensuite (1907) le premier de ses petits monoplans appelés Demoiselles (envergure : 5,10 m ; poids : 56 kg). […] Lire la suite

DION ALBERT marquis de (1856-1946)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 325 mots
  •  • 2 médias

En 1895, il présente un tricycle à pétrole qui devait connaître un immense succès : premier moteur vertical de 0,75 ch, batterie d'allumage suspendue au cadre, poignée gauche du guidon servant à couper le contact, dispositif de roue libre. Adopté par Renault en 1898 (création de la firme), le moteur De Dion-Bouton est également monté sur les dirigeables (1899) : moteur de 12 cylindres en étoile et refroidissement par air. […] Lire la suite

BLÉRIOT LOUIS (1872-1936)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 355 mots
  •  • 1 média

Deux ailes courbes postérieurement et entoilées par-dessous, un fuselage également habillé de tissu, le moteur (Antoinette, 24 ch) et les gouvernes à l'arrière, ainsi se présentent ces appareils dont les essais et les capotages se succèdent jusqu'au Blériot VII compris (1907). Un premier vol concluant est enfin réalisé, en octobre 1908, au-dessus de la Beauce : Toury-Avillers aller et retour, soit 7 kilomètres, en 6 minutes 24 secondes, à 20 mètres d'altitude ; la veille même, H. […] Lire la suite

NICKEL CARBONYLE

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 395 mots

Le nickel carbonyle est aussi utilisé dans les réactions de carbonylation comme fournisseur d'oxyde de carbone, comme, par exemple, pour la synthèse d'acide acrylique à partir de l'acétylène : 4 C2H2 + Ni(CO)4 + 4 H2O + 2 HCl donnent 4 CH2–CH–COOH + NiCl2 + H2. Les vapeurs de nickel carbonyle sont très toxiques. […] Lire la suite

TIMIRIAZEV KLIMENT ARKADIEVITCH (1843-1920)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 427 mots

Critiques et commentaires (1864), Tour d'horizon sur la théorie de Darwin (1865), Ch. Darwin et son enseignement (1883), etc. À côté d'un courant scientifique nouveau auquel il adhère, il trouve chez Darwin la confirmation de ses idées révolutionnaires ; il est l'un des premiers Russes à lire et répandre Le Capital de Marx ; il prête une grande attention aux écrits des démocrates révolutionnaires : Pissarev, Biélinski, Dobrolioubov. […] Lire la suite

HYDROCARBURES

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 4 523 mots
  •  • 4 médias

En particulier, lorsque les liaisons éthyléniques sont présentes dans des diènes conjugués, comme le buta-1,3-diène H2C=CH-CH=CH2, ou des polyènes entièrement conjugués, les électrons pi sont délocalisés sur l'ensemble de la molécule. Les raffineries de pétrole fabriquent l'éthylène par craquage à partir du brut. Produit de base de la pétrochimie, il sert à fabriquer l'oxyde d'éthylène H2C(O)CH2, une molécule activée par la tension du cycle à trois chaînons carbone-carbone-oxygène. […] Lire la suite

WRIGHT WILBUR (1867-1912) & ORVILLE (1871-1948)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 522 mots
  •  • 1 média

Le moteur à explosion paraissant offrir plus de possibilités que le moteur à vapeur d'Ader, Orville en réalise un : 4 cylindres, 16 ch, 1 200 tours/minute. La transmission aux deux hélices, qui tournent en sens inverse l'une par rapport à l'autre, est assurée par des chaînes de machines agricoles McCormick. Le pilote dispose d'un gouvernail de direction (rectangle vertical) à l'arrière et d'un élévateur biplan à l'avant. […] Lire la suite

EXPONENTIELLE & LOGARITHME

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 5 964 mots
  •  • 8 médias

L'application t ↦ (ch t, sh t) est une représentation paramétrique de la branche d'hyperbole x2 − y2 = 1, x > 0, d'où le nom de trigonométrie hyperbolique, par analogie à la trigonométrie « circulaire ». La bijection réciproque s'appelle amplitude et se note u ↦ Am u. On désigne par Arg sh x la bijection de R sur R réciproque de sh x, par Arg ch x la bijection de ]1, ∞[ sur R+ réciproque de la restriction de ch x à R+ et enfin par Arg th x la bijection de [− 1, + 1[ sur R réciproque de th x. […] Lire la suite

HOMOPTÈRES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT, 
  • Jean-Yves TOULLEC
  •  • 2 546 mots
  •  • 3 médias

L'hôte primaire est toujours un épicéa sur lequel la fondatrice et ses descendants déterminent des « galles » d'où sortent les émigrants ailés ; l'hôte secondaire est un conifère autre qu'un épicéa, mais strictement défini pour chaque espèce (le sapin pour Chermes Nüsslini, le Douglas pour Ch. Cooleyi, le mélèze pour Ch. strobilobius et Ch. viridis). […] Lire la suite

NITRILES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 1 793 mots
  •  • 1 média

Les nitriles n'existent guère à l'état naturel, en dehors de certains glucosides tels que l'amygdamine de l'huile d'amande amère, qui est une cyanhydrine du benzaldéhyde combinée à un disaccharide, le gentiobiose : C6H5−CH(OC12H21O10)−C≡N.La plupart sont des intermédiaires de synthèse. L'un d'entre eux, le nitrile acrylique CH2=CH−C≡N, est le monomère de macromolécules constituant des fibres textiles (Orlon, Crylor). […] Lire la suite

SHKLOVSKY JOSEF SAMUELOVITCH (1916-1985)

  • Écrit par 
  • François BIRAUD
  •  • 822 mots

Il prédit par la même occasion les raies spectrales du deutérium, et des radicaux OH et CH. On sait toute l'importance qu'a prise l'étude des raies moléculaires du milieu interstellaire. Dès le début des années 1960, Shklovsky fait partie de la poignée d'astronomes qui commencent à s'intéresser aux possibilités de vie extraterrestre et de contacts avec d'éventuelles civilisations. […] Lire la suite

AROMATICITÉ

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 4 706 mots
  •  • 2 médias

Dans le butadiène (CH2=CHCH=CH2), les liaisons initialement doubles et simples occupent des situations topologiques différentes, malgré la conjugaison, une différence existe encore entre ces deux groupes de liaisons : on sait en effet, par exemple, que leurs longueurs sont différentes (0,134 et 0,147 nm respectivement pour les terminales et la liaison centrale). […] Lire la suite

MALADIES NEURODÉGÉNÉRATIVES

  • Écrit par 
  • Nathalie CARTIER-LACAVE, 
  • Caroline SEVIN
  •  • 4 618 mots
  •  • 2 médias

Depuis une dizaine d'années, des causes génétiques ont été retrouvées dans certaines de ces maladies, dans la maladie d'Alzheimer (MA), la maladie de Parkinson (MP), la chorée de Huntington (CH), la sclérose latérale amyotrophique (SLA), et enfin la maladie à prion ou maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ), ouvrant ainsi l'ère moderne de la classification « moléculaire » des MND. […] Lire la suite

MACDIARMID ALAN G. (1927-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 882 mots

Lors d'une visite à T̄okȳo en 1975, MacDiarmid y rencontra le professeur Shirakawa, qui lui montra un échantillon argenté d'un autre polymère conducteur (CH)x, une forme de polyacétylène jusque-là inédite. Elle résultait d'une erreur d'un étudiant : s'étant trompé dans la quantité du catalyseur, de type Ziegler-Natta, employé dans une proportion environ mille fois trop élevée, celui-ci avait obtenu ce polymère à l'aspect métallique surprenant. […] Lire la suite

HERZBERG GERHARD (1904-1999)

  • Écrit par 
  • Christian JUNGEN
  •  • 890 mots

En 1941, il découvre le spectre d'un ion moléculaire, CH+, et prouve que celui-ci est l'émetteur de certaines raies spectrales interstellaires découvertes peu avant. Il s'agit de la troisième molécule et du premier ion découverts en milieu interstellaire. En 1945, Herzberg se voit offrir un poste de professeur au Yerkes Observatory près de Chicago. […] Lire la suite

CORPS GRAS

  • Écrit par 
  • Eugène UCCIANI
  •  • 5 080 mots
  •  • 6 médias

Inversement, si les deux hydrogènes ne sont pas du même côté, on dit qu'elles sont trans, ce qui n'est pas une disposition naturelle ; – les doubles liaisons se disposent en alternance avec un carbone lié à deux hydrogènes, soit −CH=CH−CH2−CH=CH − ; – dans les acides gras insaturés les plus fréquents, la position des doubles liaisons par rapport au carboxyle est la suivante : entre C9 et C10 pour l'acide oléique, C9−C10 et C12−C13 pour l'acide linoléique, C9−C10, C12−C13 et C15−C16 pour l'acide linolénique. […] Lire la suite

AVIATION Histoire de l'aviation

  • Écrit par 
  • Edmond PETIT, 
  • Pierre SPARACO, 
  • Universalis
  •  • 10 106 mots
  •  • 36 médias

De plus, cette trouvaille allait faire gagner des kilomètres : c'est sur un Deperdussin que Védrines et Prévost devaient battre le record du monde en 1912 et 1913 (Prévost dépassera le premier les 200 km/h, le 29 septembre 1913, avec un moteur Gnome de 160 ch). Les grands voyages commencent à intéresser les aviateurs. Les 366 km séparant Paris du puy de Dôme, enjeu du prix Michelin, sont franchis par Renaux et Senouque sur appareil Maurice Farman, moteur Renault de 60 ch, le 7 mars 1911 (le prix avait été fondé en 1908). […] Lire la suite

LINDBERGH CHARLES (1902-1974)

  • Écrit par 
  • Jean NOETINGER
  •  • 1 000 mots
  •  • 1 média

5 A de 220 ch, est à la fois frêle et rustique : il ne permet pas de visibilité vers l'avant, aussi un périscope offre-t-il une vision précaire. Seul instrument de navigation, un compas magnétique. L'avion n'a pas de radio. Enfin, il emporte 1 707 litres d'essence et 25 litres d'huile ! Le décollage, au poids de 2 410 kilogrammes, est long et pénible. […] Lire la suite

PRÉCEPTE

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 1 136 mots

Le Codex juris canonici de 1917 a conservé la notion de précepte (ch. xxv), entendu comme l'injonction d'une autorité ecclésiastique qui doit normalement être intimée par écrit à ceux à qui elle impose une obligation. […] Lire la suite

PORPHYRINES

  • Écrit par 
  • Alfred GAJDOS
  •  • 3 194 mots
  •  • 3 médias

Ces remplacements sont réalisés, pour les porphyrines biologiquement les plus importantes, par quatre variétés de fonctions chimiques : méthyle (—CH3), acétyle (—CH2—COOH), propanoïque (—CH2—CH2—COOH) et vinyle (—CH=CH2). L'introduction de ces groupements fonctionnels dans la molécule de porphine rend plusieurs atomes de carbone de celle-ci asymétriques, d'où l'existence possible de chaque porphyrine sous plusieurs formes isomériques. […] Lire la suite

LIPIDES

  • Écrit par 
  • Jean ASSELINEAU, 
  • Bernard ENTRESSANGLES, 
  • Paul MANDEL, 
  • Jean-Claude PROMÉ
  •  • 6 802 mots
  •  • 11 médias

Dans la quasi-totalité des acides gras polyinsaturés naturels, chaque double liaison est séparée de sa voisine par un groupement méthylène CH2 (soit : — CH = CH — CH2 — CH = CH —). Selon le nombre total d'atomes de carbone (tabl. 1), on distingue les acides gras à chaînes courtes, de C4 à C6 (lipides du lait), à chaînes moyennes, de C8 à C12 (graisses du lait, de coprah ou de palmiste), à chaînes longues, de C14 à C18 (constituants majoritaires des huiles végétales et graisses animales alimentaires), enfin à chaînes très longues, C20 et plus (tissus nerveux, huiles de poisson. […] Lire la suite

NAG HAMMADI BIBLIOTHÈQUE DE

  • Écrit par 
  • Michel PEZIN
  •  • 1 334 mots

Codex VI : 1o Les Actes de Pierre et des douze apôtres ; 2o Le Tonnerre, intellect parfait, révélation prononcée à la première personne par l'Esprit qui rassemble en Lui toutes les qualités formulées antithétiquement ; 3o Authentikos Logos avec le thème habituel de l'âme privée de la gnose ; 4o Aisthesis dianoia noèma, traité qui montre la fin du monde sous forme d'apocalypse ; 5o passage paraphrasé de La République (588 b-589 b) de Platon ; 6o le discours sur l'ogdoade et l'ennéade ; 7o La Prière d'actions de grâce, que l'on connaissait déjà par un texte grec (le Papyrus Mimaut) et par l'Asclépius ; 8o fragment de l'Asclépius (ch. […] Lire la suite

ALCYNES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 3 301 mots
  •  • 4 médias

Leur déshydrohalogénation est réalisée dans les mêmes conditions que pour les dérivés vicinaux : Ces méthodes de déshydrohalogénation étant complexes, elles sont actuellement réservées à la préparation du propyne ainsi que du phénylacétylène C6H5−CH=CH2 à partir du styrène C6H5−C≡CH, aucune isomérisation n'étant à craindre. Méthodes synthétiques Le point de départ est l'acétylène : on fait barboter le gaz pur et sec dans la solution bleue résultant de la dissolution du sodium ou du lithium dans l'ammoniac liquide :en effet, l'hydrogène libéré par la métallation se fixe, en partie du moins, sur l'acétylène. […] Lire la suite

CHYTRIDIOMYCOSE

  • Écrit par 
  • Claude MIAUD
  •  • 3 346 mots
  •  • 4 médias

Les lignées Bd-CAPE, Bd-CH et Bd-BRAZIL sont encore les témoins de la diversité de ce champignon. Des tests en laboratoire ont été menés pour comprendre les variations de virulence observées entre les diverses lignées. Les têtards de crapaud commun sont sensibles à l’infection (en particulier par Bd-GPL et Bd-ASIA-1). Bd-GPL est plus infectieux et virulent que les autres lignées chez les jeunes individus métamorphosés. […] Lire la suite

STÉRÉOCHIMIE Stéréochimie organique

  • Écrit par 
  • Henri B. KAGAN, 
  • Charles PRÉVOST
  •  • 14 048 mots
  •  • 5 médias

L'acide acrylique, CH2=CH−CO2H, fixe le brome en conduisant à l'acide α-β-dibromopropionique, CH2Br−C*HBr−CO2H, mais le produit ainsi obtenu est rigoureusement racémique. Si, par contre, on fixe le brome sur l'ester acrylique d'un alcool actif CH2=CH−COOR*, on constate que l'acide dibromopropionique obtenu après hydrolyse n'est plus racémique ; toutefois le taux de déracémisation n'atteint pas 1 p. […] Lire la suite

ALPHABET

  • Écrit par 
  • Gilbert LAFFORGUE, 
  • Universalis
  •  • 3 437 mots
  •  • 3 médias

Entre les langues qui usent d'un même alphabet, on relève des variantes souvent considérables dans la prononciation d'une même lettre (u en français, en anglais, en italien et en espagnol) ou d'un groupe de lettres (ch en français, en italien, en espagnol, en allemand).Des variantes existent aussi bien au sein d'une langue (ch en allemand, dans Ich et Buch) ; à quoi s'ajoutent les accentuations et les particularités des prononciations régionales. […] Lire la suite

INTERSTELLAIRE MILIEU

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 3 696 mots
  •  • 4 médias

Dans le domaine visible, ces raies sont peu nombreuses : les principales sont les raies D du sodium, les raies H et K du calcium ionisé une fois, celles du calcium neutre, du titane ionisé une fois, et de trois radicaux moléculaire simples (CN, CH et CH+). La présence d'ions s'explique par le fait que le rayonnement ultraviolet de l'ensemble des étoiles de la Galaxie peut pénétrer assez facilement dans ces nuages si sa longueur d'onde est supérieure à 91,2 nm – la limite d'ionisation de l'hydrogène atomique –, et ioniser un certain nombre d'éléments ; en revanche, les radiations de longueurs d'onde inférieures sont totalement absorbées par l'hydrogène atomique, qui est très abondant. […] Lire la suite

ALCÈNES ou OLÉFINES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 3 640 mots
  •  • 4 médias

En infrarouge, et surtout en diffusion Raman, ils présentent des bandes de fréquence caractéristiques : νC=C de 1 623 à 1 690 cm-1 pour les alcènes tétrasubstitués, 1 643 cm-1 pour les alcènes RR′C=CH2, 1 658 cm-1 pour les alcènes R−CH=CH−CH3 cis et 1 674 cm-1 pour leur isomère trans. Le degré de substitution de la double liaison peut ainsi être déduit de l'étude du spectre IR-Raman. […] Lire la suite

LIAISONS CHIMIQUES Liaison et classification

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 8 249 mots
  •  • 7 médias

Hybridations mixtes Plusieurs types d'hybridation peuvent se rencontrer dans une même molécule, par exemple dans le propène H2C=CH−CH3 ou le vinylacétylène H2C=CH−C≡CH. En toute rigueur, dans de tels édifices, les symétries des fonctions d'onde sont celles de l'ensemble de la molécule. Par exemple, pour le propène, molécule non plane, il n'y a plus de système σ ou π. […] Lire la suite

ASTROCHIMIE

  • Écrit par 
  • David FOSSÉ, 
  • Maryvonne GERIN
  •  • 4 388 mots
  •  • 3 médias

Même la présence dans l'espace de CH, CN et CH+ – trois « exceptions » détectées en 1937, 1940 et 1941, respectivement – s'expliquait par la désagrégation, dans le gaz, de molécules formées sur des grains de poussière interstellaire, ces solides microscopiques qui obscurcissent le rayonnement des étoiles. L'Univers, finalement, demeurait désert. Mais les choses ont bien changé. […] Lire la suite

SOUFRE

  • Écrit par 
  • Fernande CHATAGNER, 
  • René LECLERCQ, 
  • Noël LOZAC'H, 
  • Serge MASSON
  •  • 6 532 mots
  •  • 11 médias

La cystéine, dont la formule est HS— CH2—CH(NH2)—CO2H, et le disulfure correspondant, [HCO2—CH(NH2)—CH2—S]2, sont des constituants des protéines. Sulfures Les sulfures R—S—R′ correspondent aux oxydes (éthers-oxydes) R—O—R′, mais le soufre est un meilleur nucléophile que l'oxygène, c'est-à-dire qu'il est plus efficace pour se substituer à des groupes ou des atomes électronégatifs comme le brome et l'iode fixés sur une molécule organique. […] Lire la suite

AVESTA

  • Écrit par 
  • Jean de MENASCE, 
  • Georges PINAULT
  •  • 1 900 mots

Les autres évolutions essentielles sont résumées par les correspondances avestique s / vieux-perse θ / védique ś et ch, avestique z / vieux-perse d / védique j et h, avestique θr / vieux-perse ç / védique tr / avestique sp / vieux-perse s / védique śv ; on notera également l'aboutissement ṣ̌ propre à l'avestique de la séquence indo-iranienne rt : par exemple, védique ṛtá- / vieux-perse arta- / avestique aṣ̌a- « vérité ». […] Lire la suite

STÉRÉOCHIMIE Stéréochimie et liaison chimique

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 2 047 mots
  •  • 1 média

Système à nombre impair d'électrons Considérons par exemple l'ion CH+4, dérivant de la molécule de méthane par arrachement d'un électron. La cohésion de l'édifice n'est plus assurée que par sept électrons au lieu de huit. Dans ce cas, la localisation des électrons par paires n'est plus possible, à moins de détruire la symétrie de l'édifice. L'ion n'est plus représentable par la graphie classique. […] Lire la suite

ORGANIQUE CHIMIE

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER, 
  • Charles PRÉVOST
  •  • 7 017 mots
  •  • 1 média

Mais ces valences maximales n'étant pas toujours satisfaites, les chimistes du xixe siècle remarquaient que la déficience de valence intéressait toujours deux atomes voisins ; c'est ainsi qu'assignant à l'acétaldéhyde la formule CH3 − CH − O ils constataient que le second carbone et l'oxygène y voyaient leur valence maximale diminuée d'une unité. Pour rétablir ces valences maximales, ils écrivaient entre C et O une liaison double, soit CH3 − CH=O : telle est l'origine historique de la liaison double, qui comptait ainsi pour deux valences. […] Lire la suite

MORPHINE

  • Écrit par 
  • Hélène MOYSE, 
  • Michel PARIS, 
  • René Raymond PARIS
  •  • 2 113 mots
  •  • 3 médias

À noter la présence d'un azote porteur d'un groupement méthyle à opposer à l'azote porteur d'une chaîne plus longue (par exemple allylique [—CH2—CH=CH2]) des molécules antagonistes de la morphine telles la nalorphine ou la naloxone. La morphine base cristallise en petits prismes rhomboïdaux avec une molécule d'eau (monohydrate) qu'elle perd à 110 0C. […] Lire la suite

BIBLIOPHILIE

  • Écrit par 
  • Jacques GUIGNARD
  •  • 2 006 mots

Sénèque pourra cependant dénoncer les amateurs qui amassent les livres non pour les lire, mais pour les faire admirer (De tranquillitate animi, ch. ix). Mais au Moyen Âge, « les livres étaient plus rares et plus chers que les pierres précieuses » (Voltaire). Il est donc impensable que l'on ait pu réunir des livres sans être bibliophile. Qui sont les bibliophiles ? En fait, si l'on excepte les communautés religieuses et les hommes d'Église, seuls les souverains ou quelques grands seigneurs purent posséder des manuscrits, encore que l'on connaisse dès le xiie siècle le nom de quelques amateurs laïcs, dont un homme de loi limousin, Gérald de Rialac, et une bourgeoise de Tournai, Macroie Payenne. […] Lire la suite

TRANSCRIPTIONS ET TRANSLITTÉRATIONS

  • Écrit par 
  • Denis AUTESSERRE, 
  • France AUTESSERRE
  •  • 2 178 mots
  •  • 4 médias

Par exemple, le caractère cyrillique iii, translittéré dans le système international š, est représenté en anglais par sh et en français par ch, conformément aux habitudes orthographiques de ces langues (cf. la translittération de l'alphabet cyrillique russe actuel est donnée à l'article slaves, ). Une transcription n'est jamais gratuite, elle a un but, celui de fournir un certain nombre d'informations à des fins précises. […] Lire la suite

AZOÏQUES

  • Écrit par 
  • Henri WAHL
  •  • 2 194 mots
  •  • 2 médias

Azoïques aliphatiques L'aminoacétate d'éthyle (ester du glycocolle) a permis à Curtius de préparer le premier diazodérivé aliphatique, l'ester diazoacétique N2=CH − CO2C2H5. L'action des alcalis sur les dérivés N-nitrosés conduit aux diazoalcanes, particulièrement au diazométhane (réaction 6). On utilise couramment la nitrosométhylurée, plus récemment le N-méthyl-N-nitrosotoluène-p-sulfonamide. […] Lire la suite