« Biologie »

BIOLOGIE La biologie moléculaire

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 7 405 mots
  •  • 11 médias

La résonance magnétique nucléaire et la modélisation mathématique prennent une place de plus en plus importante dans l'analyse des structures biologiques La biologie systémique Une biologie intégrative de données globalisées issues de l'expression des protéines et des interactions avec leurs ligands (biologie in silico et biologie des systèmes) s'appuie très largement sur l'usage des puces. […] Lire la suite

Les médias de la recherche « Biologie » :

Biologie moléculaire du virus de l’hépatite C

Biologie moléculaire du virus de l’hépatite C
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Place des mécanismes épigénétiques dans la théorie fondamentale de la biologie moléculaire

Place des mécanismes épigénétiques dans la théorie fondamentale de la biologie moléculaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Rythmes biologiques

Rythmes biologiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Pompe biologique

Pompe biologique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les médias de « Biologie »

BIOLOGIE L'être vivant

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY, 
  • Universalis
  •  • 5 069 mots
  •  • 1 média

Le terme « biologie » (β́ιος, vie, et λ́ογος, science) désigne la science qui étudie les êtres vivants, la vie. Il est utilisé, pour la première fois par le médecin allemand Gottfried R. Treviranus (1776-1832), dans Biologie oder Philosophie der lebenden Natur (Biologie ou Philosophie de la nature vivante), ouvrage en six tomes publié à Göttingen en 1802. […] Lire la suite

BIOLOGIE La bio-informatique

  • Écrit par 
  • Bernard CAUDRON
  •  • 5 467 mots
  •  • 3 médias

Définition et enjeux de la discipline La bio-informatique est une discipline émergente de la recherche qui se place à l'interface de la biologie et de l'informatique. Il y a différentes façons de la définir. Il est possible de classer les bio-informaticiens qui la pratiquent en trois groupes (Victor Jongeneel, 2000). Les premiers se définissent comme pratiquant une branche fondamentale de la biologie capable de prédire, par des moyens informatiques, les lois ou les comportements biologiques. […] Lire la suite

BIOLOGIE, en bref

  • Écrit par 
  • François GROS, 
  • Universalis
  •  • 942 mots

En tant que discipline autonome, la biologie aura désormais pour tâche de comprendre les propriétés intrinsèques qui sont sous-jacentes non plus tant à la diversité qu'à l'unité du monde vivant. Elle le fera en abordant le problème sous des angles qu'autorisent les sciences chimique et physique de l'époque, tout en s'appuyant sur un principe de causalité linéaire de type cartésien. […] Lire la suite

BIOLOGIE Les pratiques interventionnelles

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 6 571 mots
  •  • 3 médias

À une autre échelle, il est vrai, chez les grands animaux d'élevage en premier lieu, puis chez l'homme, les avancées en biologie cellulaire ont rendu possibles maintes interventions concernant la reproduction sexuée. D'une manière générale, la procréation médicalement assistée (P.M.A.), permettant de pallier divers types de stérilité, a illustré une nouvelle forme de biologie que l'on pourrait encore qualifier d'interventionnelle. […] Lire la suite

BIOLOGIE La contruction de l'organisme

  • Écrit par 
  • Françoise DIETERLEN
  •  • 2 484 mots
  •  • 1 média

Il faudra l'avènement des techniques de la biologie moléculaire pour commencer à élucider à partir de 1985 les mécanismes de l'induction, qui se révèle un phénomène extrêmement complexe. Nieuwkoop (1969) met en évidence une étape préalable à l'induction neurale, au cours de laquelle l'endoderme dorsal confère au mésoderme les propriétés du centre organisateur de Spemann. […] Lire la suite

BIOLOGIE La maintenance de l'organisme

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD
  •  • 2 740 mots
  •  • 10 médias

 Magendie dans des termes qui font de lui un véritable précurseur de la biologie moléculaire : « Il est extrêmement probable que toutes les parties du corps de l'homme éprouvent un mouvement intestin, qui a le double effet d'expulser les molécules qui ne doivent plus composer les organes et de les remplacer par des molécules nouvelles [...] Au moyen du mouvement nutritif, le corps entier se renouvelle, de sorte qu'à une certaine époque il n'est plus formé d'une seule des molécules qui le composaient auparavant. […] Lire la suite

JUMEAUX (biologie)

  • Écrit par 
  • Gabriel DUC, 
  • Jean SCHOWING, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • René ZAZZO
  •  • 1 608 mots
  •  • 2 médias

Après avoir suscité un universel étonnement repris fréquemment sous la forme d'interrogations mythiques sur la genèse de l'individu et la singularité de son destin, le phénomène des jumeaux est devenu l'objet d'une investigation scientifique relevant à la fois de la psychologie et de la biologie.C'est selon cette dernière approche qu'on examinera d'abord – avant d'en évoquer les études psychologiques puis les données anthropologiques – le problème de la gémellité ou de l'existence de ce qu'on pourrait appeler « un individu en deux exemplaires ». […] Lire la suite

GÈNES, biologie

  • Écrit par 
  • Pierre SONIGO
  •  • 1 386 mots

La génétique tire sa terminologie – héritage, transmission, patrimoine – de questions pratiques assez éloignées de la biologie. Le mot latin hereditas désigne les biens, titres et fonctions qu'un homme laisse à sa mort et le droit pour ses enfants d'en prendre possession. L'utilisation de ce terme en biologie date du xixe siècle. De même que les parents transmettent à leurs enfants leur maison, ils transmettent aussi leurs caractéristiques physiques personnelles : taille, couleur des yeux, des cheveux, etc. […] Lire la suite

STRUCTURE, biologie

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE, 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 10 015 mots
  •  • 5 médias

Ainsi, les données et les principes de la biologie et de la technologie effectuent-ils peu à peu leurs synthèses, à un niveau plus ambitieux qu'un simple unitarisme mécaniciste de principe. Le développement de cette « science des formes » va de pair avec celui de la théorie de l'information qui, elle aussi, s'applique à la biologie (information génétique) comme à la technologie (communications électroniques, par exemple). […] Lire la suite

ESPÈCE, biologie

  • Écrit par 
  • Jean GAYON
  •  • 4 774 mots
  •  • 5 médias

Certes, mais les chiens offrent un bon exemple des problèmes que soulève le concept biologique de l'espèce en biologie. Les chiens (chiens domestiques) se croisent avec les loups, les chacals et les coyotes. Au regard du concept biologique de l'espèce, fondé sur l'isolement reproductif, les loups, les chacals, les coyotes et les chiens domestiques ne formeraient donc qu'une seule espèce. […] Lire la suite

CARACTÈRES, biologie

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 941 mots
  •  • 1 média

Quand la biologie moléculaire a expliqué enfin comment l'information génétique était inscrite dans l'ADN chromosomique, c'est au niveau de cette molécule qu'il est devenu possible de manipuler les gènes, et par conséquent de comprendre de quelle manière ils déterminaient les caractères biologiques. On a constaté alors que les caractères individuels (telles les variantes isotypiques de l'immunité tissulaire) étaient codés par des structures très diversifiées génétiquement, et qualifiées par conséquent de polymorphes (le polymorphisme « exprimé » révélant le polymorphisme structural du gène). […] Lire la suite

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN, 
  • Universalis
  •  • 14 760 mots
  •  • 7 médias

D'autre part, les lois de l'allométrie sont souvent suivies, chez les arthropodes en particulier, avec une précision inhabituelle en biologie, précision telle que la connaissance d'un fragment d'appendice permet de reconstituer l'animal entier, sans qu'il soit besoin de savoir même son âge. Les méthodes biométriques et graphiques d'étude de la croissance relative ont aussi un intérêt explicatif. […] Lire la suite

VARIATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jean GÉNERMONT
  •  • 9 380 mots
  •  • 2 médias

Par exemple, on avait montré vers 1930 que des pieds de maïs ne produisant qu'une infime quantité de pollen transmettaient ce caractère à leur descendance exclusivement par voie maternelle, mais il a fallu attendre un demi-siècle pour prouver avec les méthodes de la biologie moléculaire qu'il était dû à une altération du matériel génétique mitochondrial. […] Lire la suite

REPRODUCTION, biologie

  • Écrit par 
  • Henri CAMEFORT, 
  • Jean GÉNERMONT, 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 7 204 mots
  •  • 5 médias

À quelques rares exceptions près, il n'est nul besoin d'être un biologiste professionnel pour discerner au premier coup d'œil un être vivant d'un objet inerte. Cette identification est liée à la perception d'un petit nombre d'attributs familiers, qui, sous des formes diverses, se retrouvent partout où existe ce que nous appelons la vie : un être vivant présente une forme définie, il bouge, respire, s'alimente, il grandit ; enfin et surtout, il est capable de se reproduire, c'est-à-dire de donner naissance à d'autres êtres plus ou moins semblables à lui. […] Lire la suite

IMMUNITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Michel FOUGEREAU, 
  • Dominique KAISERLIAN-NICOLAS, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 21 509 mots
  •  • 11 médias

Le système immunitaire assume l'une des grandes fonctions physiologiques des Vertébrés : l'aptitude à la reconnaissance d'un nombre prodigieux de structures moléculaires distinctes, les antigènes. Un antigène est classiquement réputé « étranger » à l'organisme chez lequel il provoque une réponse immunitaire. D'où la conception selon laquelle le système immunitaire a pour fonction essentielle la distinction du « soi » (les divers constituants de son propre organisme) et du « non-soi ». […] Lire la suite

SIGNALISATION, biologie

  • Écrit par 
  • Claude KORDON
  •  • 1 899 mots

En biologie, on appelle signalisation l'ensemble des mécanismes de communication au niveau cellulaire. Les molécules impliquées dans ces échanges assurent trois fonctions : transporter de l'information via des signaux chimiques ; décoder les messages portés par ces signaux grâce à des récepteurs (communication intercellulaire proprement dite) ; enfin, transférer les ordres contenus dans ces messages à la machinerie intracellulaire (communication intracellulaire). […] Lire la suite

THERMORÉGULATION, biologie

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 7 926 mots
  •  • 7 médias

Les températures corporelles compatibles avec une vie active des animaux sont comprises entre − 2 0C et + 50 0C. La température la plus basse correspond à celle des eaux polaires où vivent de nombreux poissons et invertébrés, à − 1,8 0C (soit la température de congélation de l'eau de mer). À l'autre extrémité, on trouve les sources chaudes où vivent quelques rares animaux à + 50 0C. […] Lire la suite

POLYMORPHISME, biologie

  • Écrit par 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Étienne PATIN, 
  • Lluis QUINTANA-MURCI
  •  • 11 321 mots
  •  • 8 médias

Malgré l'existence d'un important fonds génétique commun, les individus d'une population – un ensemble d'individus de même espèce cohabitant dans la même aire géographique et reliés génétiquement les uns aux autres – ne sont presque jamais génétiquement identiques. Un même gène peut en effet exister dans une population sous la forme de plusieurs allèles (versions différentes d'un déterminant génétique donné). […] Lire la suite

MÉTAMORPHOSE, biologie

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 765 mots
  •  • 4 médias

Le développement indirect est caractérisé par le fait qu'à l'embryogenèse fait suite une phase larvaire : la larve diffère grandement de ses parents, auxquels elle ressemblera à la suite de profondes modifications. Toutefois, les modifications anatomiques et physiologiques qui conduisent à l'état adulte peuvent s'effectuer de deux façons bien différentes. […] Lire la suite

RÉSEAUX DE NEURONES (biologie)

  • Écrit par 
  • Jean-Gaël BARBARA
  •  • 2 492 mots
  •  • 3 médias

Dans la recherche neurobiologique contemporaine, on assigne de plus en plus fréquemment à de petits groupes de quelques dizaines de neurones interconnectés des fonctions critiques dans l’élaboration d’un mouvement, d’une perception, ou d’un apprentissage. Ces petits ensembles matériels et fonctionnels de cellules sont nommés réseaux de neurones – à ne pas confondre avec les architectures informatiques appelées de la même manière. […] Lire la suite

POLARITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 1 081 mots

La polarité est inhérente au vivant. Elle en traduit le besoin d'ordre ou, plus exactement, elle révèle qu'il tend vers une ordonnance intrinsèque. Elle commence au niveau moléculaire : Pasteur a montré que toute la matière vivante est construite sur le modèle moléculaire lévogyre. Autrement dit, entre les deux situations possibles, lévogyrie ou dextrogyrie, qui correspondent à deux isomères moléculaires stœchiométriquement différents (agissant donc de façon contraire sur la lumière polarisée), une option est radicalement prise par l'être vivant, et ce une fois pour toutes. […] Lire la suite

PHOTOSENSIBILISATION, biologie

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 143 mots

L'action nocive de la lumière, naturelle ou artificielle, peut s'exercer directement (phototoxicité), réalisant, immédiatement, divers degrés de brûlures dépendant de l'importance du rayonnement. Un autre groupe d'effets est déterminé par la production de substances antigéniques dans l'organisme sous l'influence du rayonnement (photoallergie). Les éruptions provoquées surviennent après un certain délai ; elles sont polymorphes, rappelant généralement l'eczéma mais aussi l'urticaire, le prurigo ou d'autres dermatoses. […] Lire la suite

SEXUALISATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Jean-Marc LOBACCARO, 
  • Étienne PATIN, 
  • Lluis QUINTANA-MURCI, 
  • Charles SULTAN
  •  • 14 067 mots
  •  • 2 médias

Dans le contexte de la fonction biologique fondamentale qu'est la reproduction (étudiée par ailleurs dans cet ouvrage de façon autonome), la sexualisation représente le mécanisme qui est à l'origine de la dichotomie phénotypique consubstantielle la reproduction sexuée. Il s'agit en effet des causes et des modalités de la différenciation sexuelle qui marque, dans une espèce animale, chaque individu soit du type masculin, soit du type féminin. […] Lire la suite

PHOTOGENÈSE, biologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marie BASSOT
  •  • 6 867 mots
  •  • 2 médias

Des bactéries, des champignons et des animaux très divers – les plus célèbres sont les noctiluques, les lucioles, les lampyres, et des crustacés, des céphalopodes et des poissons de profondeur – ont la faculté d'émettre de la lumière. Cette manifestation d'êtres vivants, dans l'obscurité de la nuit ou des profondeurs marines, est particulièrement étrange et fascinante. […] Lire la suite

SÉLECTION NATURELLE, biologie

  • Écrit par 
  • Bernard GODELLE
  •  • 1 308 mots

Ces deux oppositions perdurent aujourd'hui : la première, pour des raisons non scientifiques, chez des personnes dont les convictions interfèrent avec la conception de la biologie ; la seconde, chez les évolutionnistes, sans que cela remette en cause le principe de la sélection naturelle. En effet, l'intervention de cataclysmes géologiques dans l'évolution biologique est assez largement admise et non perçue comme une faille du darwinisme. […] Lire la suite

ANIMAUX MODÈLES, biologie

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Emmanuelle SIDOT
  •  • 9 552 mots
  •  • 8 médias

Cela ne minimise nullement le rôle que jouent ces animaux : nous leur devons pratiquement toutes nos connaissances en biologie. De l'animal expérimental à l'animal modèle Au sein de l'édifice de l'expérimentation en biologie qui vient d'être décrit, le glissement d'un très petit nombre d'espèces animales vers un statut plus particulier d'animal modèle défini comme tel est associé à – sinon provoqué par – une approche de plus en plus génétique de la biologie et de la médecine, qui va surtout s'affirmer au cours du dernier tiers du xxe siècle avec l'envahissement de tous les domaines de la biologie par les techniques de la biologie moléculaire. […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) Le développement humain

  • Écrit par 
  • Jacques-Michel ROBERT
  •  • 11 132 mots
  •  • 10 médias

Il en est autrement à cause d'un des phénomènes les plus curieux de la biologie, la réduction chromatique ou méiose qui marque la genèse des cellules sexuelles mûres ou gamètes (gamétogenèse). Les cellules-souches de l'ovaire et du testicule, qui disposent encore du même nombre (2 n) de chromosomes que toutes les autres cellules de l'individu, vont, vers la fin de la gamétogenèse, réduire le nombre de leurs chromosomes de 2 n à n. […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) Le développement végétal

  • Écrit par 
  • Georges DUCREUX, 
  • Hervé LE GUYADER, 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 19 221 mots
  •  • 14 médias

Ces plantes peuvent nous aider à comprendre les caractéristiques de base de la biologie du développement des végétaux actuels. Phases du développement végétatif Cette étude sera essentiellement limitée au sporophyte des Angiospermes dont la variabilité morphologique et la diversité des modes de vie permettent d'évoquer l'ensemble des problèmes soulevés par l'ontogenèse végétale. […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) Le développement animal

  • Écrit par 
  • Marc-Yves FISZMAN, 
  • Thomas HEAMS, 
  • Lieba LAZARD, 
  • Andras PALDI, 
  • Alain PRIVAT, 
  • Patricia SIMPSON
  •  • 16 217 mots
  •  • 10 médias

L'antagonisme de ces deux points de vue est profondément enraciné dans l'antagonisme des deux visions du monde sous-jacentes à la biologie. Il n'est pas difficile de comprendre que cet antagonisme a accompagné le développement des différentes disciplines biologiques du xviiie siècle jusqu'à nos jours. Par exemple, on remarque une certaine analogie conceptuelle entre l'opposition des thèses de la préformation et de l'épigenèse dans le cas de l'ontogenèse, d'une part, et les positions créationnistes et évolutionnistes dans celui de la phylogenèse, d'autre part. […] Lire la suite

LIGAND, biologie moléculaire

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 68 mots

Molécule possédant un site conformationnel qui lui permet de « reconnaître » une molécule réceptrice pour s'encastrer dans un site topologiquement complémentaire. La liaison ainsi constituée peut soit enclencher un cycle de modifications ayant pour point de départ le récepteur (effet activateur), soit au contraire inhiber le fonctionnement de celui-ci (effet bloquant). […] Lire la suite

LYSE, biochimie et biologie

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 216 mots

Signifiant étymologiquement dissolution, ce terme est maintenant synonyme de destruction. Les phénomènes d'hydrolyse, que catalysent les enzymes du catabolisme, ne peuvent toutefois déterminer la destruction complète des molécules organiques qui sont les substrats de ces enzymes, c'est-à-dire en assurer la minéralisation. Elles n'aboutissent qu'à les scinder en fragments de plus en plus petits, qui devront ensuite être disloqués au cours de processus d'oxydoréduction qui ont lieu dans les mitochondries du cytoplasme cellulaire (avec participation d'enzymes d'oxydoréduction et de transporteurs d'électrons). […] Lire la suite

OSMOSE & PRESSION OSMOTIQUE, biologie

  • Écrit par 
  • René HELLER
  •  • 791 mots

Mouvement de solvant qui se produit entre deux solutions d'inégales concentrations au travers d'une membrane hémiperméable qui ne laisse passer que le solvant et non les solutés. L'osmose fut découverte par Dutrochet (1826) qui imagina un appareil (osmomètre) constitué d'un réservoir de verre, sorte de cylindre vertical dont la base est obturée par une membrane hémiperméable (vessie de porc) et dont la partie supérieure est reliée à un long tube vertical de petit calibre. […] Lire la suite

E.M.B.L. (European Molecular Biology Laboratory) ou LABORATOIRE EUROPÉEN DE BIOLOGIE MOLÉCULAIRE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 373 mots
  •  • 1 média

En 1963, alors que la biologie moderne de l'époque s'était clairement orientée vers une approche largement fondée sur l'étude des mécanismes qui président à l'expression des gènes (approche que l'on résume sous le nom de biologie moléculaire), un groupe de scientifiques européens se réunirent à Ravello en Italie à l'initiative des Britanniques John C. […] Lire la suite

LUTTE BIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Guy RIBA, 
  • René SFORZA, 
  • Christine SILVY
  •  • 7 203 mots
  •  • 1 média

Elle passe par une meilleure maîtrise des concepts de biologie évolutive, de biologie de la conservation et de l'écologie des interactions plante-ravageur-antagonistes. La lutte biologique par conservation doit donc s'approprier les méthodes de la biologie moléculaire et de la modélisation des espaces et des interactions entre organismes vivants pour comprendre et gérer l'évolution des populations d'auxiliaires. […] Lire la suite

EXTINCTIONS BIOLOGIQUES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT, 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 8 302 mots
  •  • 5 médias

Il est donc nécessaire que les spécialistes de la biologie de la conservation s'associent à des chercheurs venant d'autres horizons : historiens, sociologues, anthropologues, géographes, économistes... Cette approche dite « bioculturelle » est nécessaire pour favoriser l'optimisation des programmes de sauvegarde et améliorer le succès de la protection des espèces. […] Lire la suite

INVASIONS BIOLOGIQUES

  • Écrit par 
  • Alain ZECCHINI
  •  • 6 298 mots
  •  • 2 médias

) varie en fonction de nombreux paramètres (biologie de l'espèce, niveau d'abondance, nature du biotope...). Un des points essentiels à considérer dans cette méthode est l'impact des agents toxiques sur les autres espèces. Un niveau d'empoisonnement collatéral jugé tolérable ne remet pas en cause le succès de l'opération, mais le risque n'en demeure pas moins d'une contamination de la chaîne alimentaire. […] Lire la suite

AGRICULTURE BIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Céline CRESSON, 
  • Claire LAMINE, 
  • Servane PENVERN
  •  • 7 882 mots
  •  • 6 médias

L’agriculture biologique (AB) est un mode de production et de transformation ayant pour objectif de préserver l’environnement, la biodiversité, le bien-être animal et le développement rural. Elle est définie dans ses principes par la Fédération internationale des mouvements d’agriculture biologique (International Federation of Organic Agriculture Mouvements, IFOAM) et par un règlement européen pour ses techniques de production et de transformation, ainsi que ses modalités de commercialisation. […] Lire la suite

HORLOGES BIOLOGIQUES

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS, 
  • François ROUYER
  •  • 3 325 mots
  •  • 5 médias

Bien que l'existence de rythmes journaliers soit connue de longue date, chez les végétaux comme chez les animaux, l'idée que ceux-ci reposent sur une horloge interne est assez récente. Jean Jacques d'Ortous de Mairan rapporta à l'Académie des sciences de Paris en 1729 ses observations d'un rythme d'ouverture des feuilles de mimosa, rythme persistant lorsque les plants se trouvaient placés en obscurité constante. […] Lire la suite

ADAPTATION Adaptation biologique

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 1 376 mots

En biologie comme en technologie, il semble donc n'exister qu'un nombre limité de solutions structurales à un problème fonctionnel donné. En ce sens, les homoplasies, loin de constituer seulement un embarras pour le systématicien, renseignent sur les types de relations nécessaires entre les structures et leurs fonctions, et donc sur les mécanismes adaptatifs. […] Lire la suite

RYTHMES BIOLOGIQUES ou BIORYTHMES

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS, 
  • René LAFONT, 
  • Bernard MILLET, 
  • Alain REINBERG
  •  • 15 576 mots
  •  • 11 médias

Totes les activités des êtres vivants se déroulent de façon périodique, en suivant des rythmes observables et mesurables. L'alternance quotidienne veille-sommeil, la reproduction saisonnière des végétaux (floraison) et des animaux, les migrations des oiseaux en sont des exemples évidents. Ces activités suivent les variations périodiques de l'environnement, l'alternance jour-nuit quotidienne, la succession des saisons au cours de l'année solaire. […] Lire la suite

FER Rôle biologique du fer

  • Écrit par 
  • Carole BEAUMONT
  •  • 4 731 mots
  •  • 3 médias

Le fer est nécessaire à toute forme de vie sur Terre (seules quelques rares bactéries peuvent utiliser le manganèse à la place du fer) du fait de ses propriétés de fixation d'oxygène et d'oxydo-réduction. Cette capacité à réagir avec l'oxygène, qui le place aussi au centre des situations de stress oxydatif, le rend particulièrement dangereux pour les constituants cellulaires lorsqu'il n'est pas parfaitement pris en charge ou lorsqu'il est présent en excès. […] Lire la suite

UTILISATION BIOLOGIQUE DE L'AZOTE DE L'AIR (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 597 mots

1563 B. Palissy propose que les sels (éléments minéraux) présents dans les plantes proviennent du sol ou des engrais qu'on y apporte afin d'éviter l'épuisement du sol. l804 N. T. de Saussure établit la nécessité d'une alimentation minérale pour la croissance des végétaux. 1838 J. B. Boussingault publie le résultat de recherches entreprises « dans le but d'examiner si les plantes prennent de l'azote à l'atmosphère ». […] Lire la suite

LA LOGIQUE DU VIVANT (F. Jacob) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Antonine NICOGLOU
  •  • 910 mots

Dès lors, la question n’a cessé d’être en biologie celle de savoir si ces deux approches pouvaient être réconciliées du point de vue théorique, au-delà de la métaphore. Car si Jacob est à cette époque surtout connu pour ses travaux dans le domaine encore jeune de la génétique moléculaire, il est comme tous les biologistes de son époque très imprégné des réflexions sur la biologie de l’évolution et son impact sur toute la biologie. […] Lire la suite

LEVITT MICHAEL (1947- )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 401 mots
  •  • 1 média

En 1987, il est nommé professeur de biologie structurelle à la faculté de médecine de l’université Stanford en Californie. Il y dirige le département de biologie structurelle de 1993 à 2004. Les recherches de Levitt couvrent différents aspects de la biologie numérique. Il a écrit et fait évoluer de nombreux logiciels qui permettent de réaliser des programmes complexes de modélisation et d’interface graphique dans le but premier de comprendre le repliement des chaînes de polypeptides en protéines de structures originales, notamment en élucidant le rôle des interactions hydrophobiques dans ce processus. […] Lire la suite

GILBERT WALTER (1932- )

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 260 mots

Il y continue ses recherches en physique théorique, tout en s'intéressant de près à la biologie moléculaire, et est nommé, en 1964, professeur associé de biophysique. Sauf pendant la période 1981-1984, où il occupe des fonctions dans un laboratoire privé de biologie génétique, Gilbert effectue toute sa carrière à l'université Harvard ; en 1986, il y est nommé professeur dans le département de biologie cellulaire. […] Lire la suite

PRIX LASKER 2018

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 541 mots
  •  • 1 média

Elle est l’auteur de plusieurs découvertes à l’origine d’une véritable biologie de l’ARN. À côté de ses travaux en biologie moléculaire, elle s’est distinguée pour avoir soutenu les jeunes chercheurs avec beaucoup de ténacité tout en leur laissant l’initiative de leur recherche – et sans signer leurs articles (ce qui est suffisamment rare pour être signalé) – et plus encore pour avoir mené un combat opiniâtre en faveur de l’égalité et de la promotion des femmes en science. […] Lire la suite

GAYON JEAN (1949-2018)

  • Écrit par 
  • Laurent LOISON
  •  • 1 258 mots
  •  • 1 média

En cela, son orientation méthodologique tranche avec la philosophie de la biologie telle que cette discipline s’est internationalement constituée depuis le début des années 1980. En effet, la philosophie de la biologie, au travers par exemple de son principal journal, Biology and Philosophy, revendique l’indépendance vis-à-vis de l’histoire de la clarification conceptuelle. […] Lire la suite

RÉDUCTIONNISME, sciences

  • Écrit par 
  • Jean-Paul THOMAS
  •  • 1 043 mots

Croit-on sérieusement éclairer les lois des échanges monétaires par l'étude des propriétés physiques des objets utilisés à titre de monnaie ? Des remarques analogues vaudraient pour la biologie, où la rupture avec le vitalisme (doctrine selon laquelle il existe dans tout individu un « principe vital » distinct de l'« âme pensante », comme de la matière), qui s'affiche dans la biologie moléculaire, ne signe pas l'absorption de la biologie par la physique. […] Lire la suite

BALTIMORE DAVID (1938- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 809 mots
  •  • 1 média

Les deux chercheurs recevront le prix Nobel de médecine en 1975 pour l’identification du rôle de la transcriptase inverse dans la biologie virale et la cancérogenèse. En 1982, David Baltimore devient directeur de l'Institut Whitehead pour la recherche biomédicale, à Cambridge, dans le Massachusetts. Il animera cet institut autonome privé jusqu’en 1990. […] Lire la suite