« ��chelles »

JEAN DE CHELLES (mort en 1258)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 147 mots

Jean de Chelles ne nous est connu que par la très belle inscription sculptée par son successeur, Pierre de Montreuil, sur le bras sud de Notre-Dame de Paris. Elle est suffisamment exceptionnelle pour affirmer le rôle prééminent reconnu à cet architecte au moment de sa mort en 1258. Elle permet de lui attribuer en outre le bras nord de la cathédrale, la conception et le début de la réalisation du bras sud. […] Lire la suite

Le média de la recherche « ��chelles » :

Chélation

Chélation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

CHILDÉRIC II (650 env.-675) roi d'Austrasie (662-675) et roi des Francs (673-675)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 187 mots

II fut le dernier roi mérovingien à tenter d'exercer l'autorité, mais un parti hostile au pouvoir austrasien émergea en Neustrie, et Childéric fut assassiné en 675 près de Chelles. […] Lire la suite

MAÎTRE DE SAINT-DENIS (actif vers 1231)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 211 mots

On devrait plutôt songer à Jean de Chelles. […] Lire la suite

OUEN saint (600 env.-684)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 212 mots

Il conserve une grande influence dans le royaume comme conseiller de la reine Bathilde jusqu'à sa retraite à Chelles. Il entretient d'excellentes relations avec le terrible maire du palais, Ébroïn. Déjà âgé, il entreprend le voyage de Rome. Obligé de se rendre auprès du maire du palais d'Austrasie, Pépin d'Héristal, il meurt, au retour, à Clichy, près de Paris, lieu où se situe la ville appelée en son honneur Saint-Ouen. […] Lire la suite

CHILPÉRIC Ier (539-584) roi de Neustrie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 333 mots

Roi mérovingien de Neustrie, né en 539, mort en 584 à Chelles. Fils de Clotaire Ier et d'Arégonde, Chilpéric reçoit, lors du partage du royaume de son père (mort en 561) avec ses trois demi-frères (fils d'Ingonde, sœur d'Arégonde), la région la plus pauvre, celle de Soissons. Viennent toutefois s'y ajouter les meilleures terres de Caribert (roi de Paris), à la mort de celui-ci en 567, et le royaume de Chilpéric correspond alors en grande partie à la région qui deviendra la Neustrie. […] Lire la suite

PIERRE DE MONTREUIL (déb. XIIIe s.-1267)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 377 mots
  •  • 1 média

Son chef-d'œuvre est sans conteste l'élévation du bras sud de Notre-Dame de Paris dont Jean de Chelles avait posé la première pierre. Elle apparaît comme l'œuvre d'un grand dessinateur qui a cherché à mettre en valeur un jeu de lignes extrêmement simples mais très harmonieuses. L'art de cour est parvenu là à son plus haut degré de raffinement. […] Lire la suite

NOTRE-DAME, Paris

  • Écrit par 
  • Arnaud TIMBERT
  •  • 966 mots
  •  • 6 médias

Jean de Chelles réalise à cette occasion la construction de la façade du bras nord (portail du cloître) tandis que celle du bras sud (portail Saint-Étienne), commencée par le même maître d’œuvre, est achevée, après sa mort, en 1258, par Pierre de Montreuil. Au siècle suivant, des chapelles sont intégrées à la périphérie du déambulatoire extérieur. Des arcs-boutants sont lancés ou modernisés enserrant la cathédrale dans une forêt de supports et d’arcs aériens qui dissimulent la superposition de ses volumes et brouillent la répartition de ses masses. […] Lire la suite

SAINT-DENIS BASILIQUE DE

  • Écrit par 
  • Philippe PLAGNIEUX
  •  • 1 198 mots
  •  • 3 médias

Autour de 1300, une série de six chapelles fut édifiée contre le flanc nord de la nef par l’architecte Pierre de Chelles. Puis, en 1362, le futur Charles V désigna pour lieu de sa sépulture la chapelle Saint-Jean-Baptiste, contre le mur oriental du bras sud du transept, celle-ci fut ensuite agrandie par Charles VI afin d’y être inhumé à son tour. Avec Charles V, la basilique Saint-Denis – devenue une sorte de panthéon national – accueillit non seulement des membres de la famille royale, mais également les grands serviteurs de l’État, tel Du Guesclin. […] Lire la suite

KALMAKOFF NICOLAS (1873-1955)

  • Écrit par 
  • Véronique SCHILTZ
  •  • 1 231 mots

Six ans plus tard elle le met à l'hospice russe pour vieillards indigents de Chelles et confisque ses toiles. Il meurt en 1955. C'est au hasard des Puces et à la perspicacité de deux passionnés, Georges Martin du Nord et Bertrand Collin du Bocage, que nous devons la redécouverte de Kalmakoff. Deux expositions ont suivi à Paris, l'une en 1964 à la galerie Motte et surtout la grande rétrospective de 1986 au musée-galerie de la Seita, au catalogue de laquelle nous devons l'essentiel de notre information, ont révélé au grand public une œuvre et un destin si cohérents dans leur étrangeté qu'ils pourraient être inventés. […] Lire la suite

MÉROVINGIENS

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG, 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 15 028 mots
  •  • 4 médias

À l'exception des grands monastères (Jouarre, Chelles, Nivelles, etc.) et de quelques sanctuaires (bourgades, hauts lieux sanctifiés), l'architecture religieuse de pierre n'a pas connu dans les campagnes de développement aussi considérable que dans les villes. Si les marches septentrionale et orientale du Regnum Francorum ont été marquées par une première vague de fondations d'églises en bois, le reste du royaume a vu dès l'origine la construction d'églises rurales dont les fondations au moins étaient en pierre, avec des murs de pierre ou de bois et de torchis : il s'agit le plus souvent de petites basiliques funéraires, la plupart du temps édifiées à l'initiative de l'aristocratie gallo-franque (et dont beaucoup sont à l'origine des églises paroissiales postérieures), avec nef rectangulaire, chevet en abside semi-circulaire ou quadrangulaire et, parfois, atrium, portiques et annexes (les églises rurales de Briord, dans l'Ain, Chassey-lès-Montbozon, en Haute-Saône, Saint-Julien-en-Genevois, en Haute-Savoie, ou Montferrand, dans l'Aude, pour se limiter à la Gaule, en constituent de bons exemples révélés par les fouilles). […] Lire la suite

ART DE COUR

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 4 801 mots
  •  • 1 média

Le style rayonnant Paris centralisa les apports des foyers où s'était formée l'architecture rayonnante ; la Sainte-Chapelle de Paris, qui fut terminée en 1248, est, à l'étage, comme une chapelle rayonnante de la cathédrale d'Amiens agrandie ; Jean de Chelles adapta la façade de Saint-Nicaise de Reims au croisillon nord de la cathédrale de Paris. Mais l'écriture meneau, qui fit des églises parisiennes sous Saint Louis des sommes de travées déduites avec une impeccable logique scolastique, ne fut jamais exportée à l'état pur ni dans la France du Nord, ni dans la France du Sud, ni à León, ni à Cologne, et l'Angleterre va affirmer son autonomie : vers la fin du xiiie siècle, à la chapelle royale de Saint-Étienne à Londres et à la cathédrale de Bristol. […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 589 mots
  •  • 11 médias

 » Deux pierres tombales honorent également deux autres architectes célèbres de l'Île-de-France : Pierre de Montreuil, qui construisit la nef de l'abbaye de Saint-Denis et la Sainte-Chapelle de Paris, et Jean de Chelles, architecte du transept de Notre-Dame de Paris. Pierre de Montreuil est même appelé docteur ès pierres. Son prestige fut si grand, même après sa mort, que sa femme Anne eut l'honneur d'être inhumée dans la chapelle à ses côtés. […] Lire la suite

PALÉOLITHIQUE

  • Écrit par 
  • Denise de SONNEVILLE-BORDES
  •  • 10 702 mots

En dehors des sites d'Abbeville, cette industrie serait connue avec certitude seulement à Chelles (Seine-et-Marne) et sur les terrasses de la Garonne. Acheuléen Après l'Abbevillien, une succession d'industries bien attestées dans la région d'Amiens, notamment à Saint-Acheul (Victor Commont), s'échelonne pendant l'interglaciaire Mindel-Riss, la glaciation de Riss, l'interglaciaire Riss-Würm, pour se terminer au début de la glaciation de Würm, sous la forme du Micoquien (du nom de La Micoque, Dordogne). […] Lire la suite

ENLUMINURE

  • Écrit par 
  • Danielle GABORIT-CHOPIN, 
  • Eric PALAZZO
  •  • 11 812 mots
  •  • 11 médias

Les principaux scriptoria mérovingiens sont ceux de Luxeuil, qui produisit le célèbre lectionnaire, de Chelles, de Corbie. Un groupe de manuscrits, dont le Sacramentaire gélasien (Vatican, Reg. lat. 316), proviendrait de la région parisienne, alors que le Sacramentaire de Gellone (Bibl. nat., lat. 12048) est donné à la région de Meaux. L'opinion selon laquelle le décor des manuscrits carolingiens rompt complètement avec celui des codices mérovingiens demande à être nuancée. […] Lire la suite

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 311 mots

Or, à cette place, figuraient les pinces – ou chelles – du Scorpion, qu'il fallut sacrifier pour inscrire ce repérage astronomique se trouvant à l'opposé du point vernal. Signalons qu'une constellation est un ensemble d'étoiles qui peut, a priori, être modifié à volonté selon les besoins du découpage. Interdisciplinarité de l'astrologie L'astrologie occupe une place centrale dans le monde médiéval : présente au sein des divers savoirs, depuis la médecine jusqu'à l'agriculture en passant par la prophétie ou l'histoire, elle y jouit – du fait de son appartenance, par le biais de l'astronomie, aux sept arts libéraux – d'un statut qui la place dans l'aréopage du savoir. […] Lire la suite

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 896 mots
  •  • 26 médias

Les architectes contemporains la reprirent à leur compte : Jean de Chelles, Pierre de Montreuil. Elle se retrouve dans les grandes réalisations contemporaines dont la plus célèbre est la Sainte-Chapelle (entre 1239 et 1248). Sans doute cette esthétique était-elle liée à une nouvelle vitrerie, non pas tant à la Sainte-Chapelle qu'à Saint-Germain-des-Prés, où l'on constate le rôle dévolu à la grisaille. […] Lire la suite