« Conscience historique »

ORDRES ET CLASSES

  • Écrit par 
  • Guy CHAUSSINAND-NOGARET
  •  • 988 mots

Mais, dans la réalité historique, la convergence entre les deux modes d'organisation réduit les écarts et tend à confondre les concepts. En principe, la société d'ordres correspond à une répartition tripartite fondée sur la fonction spécifique dévolue à chaque groupe d'individus : au clergé la prière, à la noblesse la défense et la guerre, au peuple ou tiers état le travail, qui assure la subsistance des deux premiers. […] Lire la suite

Les médias de la recherche « Conscience historique » :

SIMMEL GEORG (1858-1918)

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 2 758 mots

Comme en sociologie, Simmel adopte, face au problème de l'explication historique, une attitude criticiste et relativiste d'inspiration clairement néo-kantienne : la connaissance historique peut être scientifique. Mais à une condition, celle de prendre conscience de ses limites et de voir qu'elle ne peut prétendre ni à la reproduction du réel, ni à une rationalisation du devenir historique par la mise en évidence d'introuvables régularités empiriques au niveau macroscopique. […] Lire la suite

PAYSAGE HISTOIRE DU

  • Écrit par 
  • Philippe LEVEAU
  •  • 4 755 mots
  •  • 1 média

Fondements d'une histoire du paysage La conscience du changement historique des paysages – et donc de la nécessité d'en écrire une histoire – est très ancienne. Évoquant dans Le Critias l'Atlantide, dont l'Attique serait un lambeau (111 a-d), Platon en donnait un exemple remarquable sur lequel le géographe J. Poncet a attiré l'attention ; ce texte décrit avec une clarté admirable, à partir du paysage que voyait un Athénien du ive siècle avant J. […] Lire la suite

MOSCOU (THÉÂTRE D'ART DE)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 737 mots

Sa leçon a été déterminante : la voie est ouverte à une pédagogie et une didactique propres à fournir une nouvelle conscience à l'acteur. […] Lire la suite

KAHNWEILER DANIEL-HENRY (1884-1979)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 2 242 mots

Prenant parti pour un relativisme historique dans l'examen des œuvres d'art, Kahnweiler veut néanmoins nier toute discontinuité historique, mais il donne à l'événement, à l'irruption du nouveau, de la « première fois », valeur de critère esthétique. Fondant son discours sur une mésinterprétation d'Aloïs Riegl (qu'il voit condamnant tout art « décoratif » et « abstrait ») et de Georg Simmel, Kahnweiler se veut historien des totalités culturelles. […] Lire la suite

HONNETH AXEL (1949- )

  • Écrit par 
  • Gérard RAULET
  •  • 1 854 mots

Chez Mead, il retrouve l’idée, au plan ontogénétique, qu’on peut développer une conscience de soi qu’à la condition d’une reconnaissance mutuelle. Ce qui veut dire que c’est seulement dans le miroir de l’autre que nous pouvons réaliser notre propre conscience et notre propre identité. Le développement humain dépend de ces formes de reconnaissance mutuelle. […] Lire la suite

GANIVET ÁNGEL (1865-1898)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 762 mots

La troisième partie dénonce le défaut majeur des Espagnols : le manque de volonté, la fameuse desidia (aboulie, inertie), cause profonde de « la ruine spirituelle » à laquelle il s'agit de remédier en fomentant une nouvelle conscience nationale. Une idéologie traditionaliste, défiante à l'égard du progrès technique ou social, et une célébration des gloires du passé inspirent cet ouvrage résolument optimiste. […] Lire la suite

CAVAILLÈS JEAN (1903-1944)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 444 mots

Il a écrit dans une formule d'une merveilleuse densité : « Il n'y a rien de si peu historique [...] que l'histoire des mathématiques. » Le dernier ouvrage de Cavaillès, extrêmement dense et riche, est rédigé en prison et publié par les soins de ses amis, Georges Canguilhem et Charles Ehresmann : Sur la logique et la théorie de la science (1947). On y trouve une critique aiguë de l'intuitionnisme kantien et de la phénoménologie husserlienne : « Ce n'est pas une philosophie de la conscience mais une philosophie du concept qui peut donner une doctrine de la science. […] Lire la suite

WILSON EDMUND (1895-1972)

  • Écrit par 
  • André LE VOT
  •  • 1 253 mots

Certains ont reproché à Wilson son approche biographique et historique, son absence de curiosité pour les théories littéraires. Son respect pour Taine, son admiration pour Sainte-Beuve disent assez qu'il s'intéresse plus au Zeitgeist qu'aux œuvres, plus aux hommes qu'à leurs livres. Ou plutôt les livres sont pour lui les acteurs d'un conflit universel. […] Lire la suite

HOWELLS WILLIAM DEAN (1837-1920)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul ROSPARS
  •  • 423 mots
  •  • 1 média

Romancier, directeur de revue, critique et théoricien littéraire, ami et guide de nombreux écrivains, William Dean Howells occupe une place importante dans les lettres américaines, à la fois par sa production personnelle et par son rôle historique. Il commence par écrire des récits qui se distinguent surtout par une certaine fadeur intimiste ou romanesque. […] Lire la suite

UTOPIE

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Joseph GABEL, 
  • Antoine PICON
  •  • 12 040 mots
  •  • 2 médias

Bloch), qui la considère comme un ferment d'action historique, un concept négatif ou critique, qui y voit, au contraire, un prétexte à s'évader hors de l'histoire (R. Ruyer). Cette typologie correspond au moins partiellement au dualisme d'appartenance psychologique et socio-historique de l'utopie ; ainsi l'ouvrage de Ruyer est davantage centré sur la psychologie et la psychopathologie individuelles que celui de Mannheim. […] Lire la suite

THE GRANDMASTER (Wong Kar-Wai)

  • Écrit par 
  • Pierre GRAS
  •  • 889 mots
  •  • 1 média

Dans l’affect des personnages, par le montage entrelaçant le temps historique qui se déroule implacablement et les plans issus de la mémoire des personnages, méticuleusement composés autour de la magie des visages et de fragments enregistrés par la conscience de ceux-ci, que magnifie la photographie du chef opérateur français Philippe Le Sourd. De cette union de la froide chronique historique et de l’intensité des sentiments retenus naît un film aussi beau visuellement que bouleversant, qui confirme que Wong Kar-wai reste un des artisans du renouveau cinématographique venu d’Asie depuis les années 1980. […] Lire la suite

MARX KARL (1818-1883)

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 542 mots
  •  • 3 médias

Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur être ; c'est inversement leur être social qui détermine leur conscience. À un certain stade de leur développement, les forces productives matérielles de la société entrent en contradiction avec les rapports de production existants, ou, ce qui n'en est que l'expression juridique, avec les rapports de propriété au sein desquels elles s'étaient mues jusqu'alors. […] Lire la suite

WUNDT WILHELM (1832-1920)

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 464 mots

Pour lui, cependant, l'expérimentation n'a de sens que si elle est appuyée sur l'introspection : la psychologie a pour objet l'expérience immédiate ; et la méthode adoptée est l'introspection, qui procède à une analyse des processus de conscience en leurs éléments. Elle fournit à l'expérimentation ses objets, les éléments qui sont les composantes de ces processus. […] Lire la suite

PHÉNOMÈNE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 3 347 mots

Cette approche de la notion de phénomène débouche sur trois catégories de problèmes, et, premièrement, sur un problème historique : comment la philosophie a-t-elle pu se nourrir d'un concept scientifique non philosophique et conserver comme philosophiques, après que le problème scientifique eut été réglé, les formes dans lesquelles se trouvait posée la relation du sens et de la conscience avec le monde ? Deuxièmement, à cette question se rattache un problème de droit : est-il légitime d'user en un autre sens de catégories élaborées par la pensée scientifique archaïque ? Au moins est-il nécessaire, si l'on entend encore en faire usage, de savoir que le concept de phénomène n'a plus aujourd'hui qu'un sens métaphorique et que sa signification réelle était radicalement différente. […] Lire la suite

LA CRISE DES SCIENCES EUROPÉENNES ET LA PHÉNOMÉNOLOGIE TRANSCENDANTALE, Edmund Husserl - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 807 mots

En effet, c'est l'étude de la « corrélation transcendantale du monde et de la conscience » (troisième partie, paragraphe 41) qui, en dernière analyse, offre une chance nouvelle à la pensée – qu'elle se développe avec Heidegger dans le sens d'une « ontologie du monde de la vie » (paragraphe 51), ou avec le dernier Husserl (et à sa suite Merleau-Ponty dans la Phénoménologie de la perception), à partir d'une critique de la psychologie. […] Lire la suite

OMBRES ET LUMIÈRES (M. Baxandall)

  • Écrit par 
  • Thierry DAVILA
  •  • 809 mots

Façon allégorique pour Baxandall de souligner l'intérêt historique majeur de son thème. Si l'ombre a intéressé de manière privilégiée philosophes et artistes, c'est d'abord parce qu'elle représente dans ses différentes variations un certain état de la lumière ou de son absence. L'étudier, c'est se livrer à une réflexion sur la peinture et le dessin, mais aussi sur les conditions de la perception et sur les états de conscience, d'attention ou de vigilance du sujet qui perçoit. […] Lire la suite

MODERNITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUDRILLARD, 
  • Alain BRUNN, 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 8 051 mots

La modernité littéraire se construit par la revendication de critères esthétiques nouveaux, en réaction contre ceux qu'a légués la tradition ; en ce sens, le concept de modernité va toujours de pair avec l'histoire, c'est-à-dire avec une conscience profonde de soi comme acteur historique. L'humanisme de la Renaissance, qui médiatise la conscience de son présent dans son rapport à une Antiquité qu'il redécouvre, n'est à cet égard pas vraiment moderne. […] Lire la suite

LE CHEF D'ŒUVRE INVISIBLE et POUR UNE ANTHROPOLOGIE DES IMAGES (H. Belting)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 997 mots

Les développements de l'art contemporain et la fin de la croyance en une histoire de l'art autonome rendaient nécessaire l'abandon des modèles éprouvés servant à la présentation historique de l'art. Dans un court essai incisif, L'histoire de l'art est-elle finie ?, Belting résumait en 1989 les conséquences épistémologiques de cette fracture historique, faisant basculer la vieille histoire esthétisante de l'art vers une anthropologie des images : « Aujourd'hui l'artiste rejoint l'historien en repensant la fonction de l'art et en remettant en cause les prétentions traditionnelles à l'autonomie esthétique. […] Lire la suite

MAGRIS CLAUDIO (1939- )

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 078 mots
  •  • 1 média

Une littérature des confins De la complexité historique et culturelle qui caractérise l'ancienne métropole de la monarchie habsbourgeoise, Claudio Magris a donné les clés dans Trieste, une identité de frontière (en collaboration avec Angelo Ara, 1982, trad. franç. 1991) et dans plusieurs essais du recueil Microcosmes (1997, trad. franç. 1998). Ces portraits de régions frontalières et interculturelles où le temps historique s'est condensé dans l'espace géographique, et que l'on retrouve dans le recueil Déplacements (2002), font de Claudio Magris un des écrivains qui ont le plus radicalement transformé la littérature de voyage. […] Lire la suite

FARGE ARLETTE (1941- )

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 176 mots

Pour faire parler les archives, pour rendre sensibles les émotions de ces pauvres gens d'autrefois aux limites de l'anonymat, il lui a fallu frayer de nouvelles pistes à la recherche historique et inventer d'autres formes d'expression. Longtemps dominée par les enquêtes économiques et par la statistique, la recherche historique des années 1980 est en train de s'enrichir de perspectives culturelles et d'un souci du cas particulier, désigné comme « micro-histoire ». […] Lire la suite

CONFUSION MENTALE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 014 mots

Le trouble profond de la conscience qui caractérise l'état confusionnel se manifeste en clinique par un syndrome global qui traduit l'altération des fonctions perceptives et des synthèses mentales et qui comporte les traits suivants : obnubilation de la conscience à des degrés divers, qui vont de la simple obtusion à l'état stuporeux ; disparition des repères permettant de se situer dans le temps et dans l'espace, ce qui aboutit à une désorientation plus ou moins complète ; troubles de la mémoire conduisant à une incapacité de fixer le présent et à une difficulté extrême à évoquer le passé. […] Lire la suite

OSTROVSKI ALEXANDRE NIKOLAÏEVITCH (1823-1886)

  • Écrit par 
  • Alexandre BOURMEYSTER
  •  • 525 mots
  •  • 1 média

L'ignorance, la superstition, la bonne conscience d'un despote, encouragées par la passivité des victimes (enfants, domestiques, proches), donnent un sombre tableau de ces mœurs patriarcales que certains idéalisaient pour condamner les modes occidentales. Le démocrate révolutionnaire Dobrolioubov les dénonce à son tour dans un célèbre article : Le Royaume des ténèbres (Temnoe carstvo, 1859). […] Lire la suite

PATRIMOINE MONUMENTAL

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 11 504 mots
  •  • 2 médias

On pouvait avoir l'impression qu'il s'agissait surtout pour les services du type « Monuments historiques » dans les divers pays de se donner bonne conscience en rappelant l'écart entre les besoins et les moyens. Ces réflexions auraient eu davantage de portée si elles avaient comporté un approfondissement de la notion même de patrimoine et l'analyse des nouvelles implications qui l'ont fait évoluer sur toute la planète et, qu'on en ait conscience ou non, dans tous les esprits. […] Lire la suite

IBN KHALDŪN (1332-1406)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 2 108 mots

D'autre part, définissant son objet comme étant la réalité vécue des hommes, il fixe les limites et les modes d'une investigation propre à établir l'intelligibilité historique. Mais il bannit d'un dessein rationnellement fondé toute spéculation philosophique et la quête d'une finalité. La réflexion sur la matière historique, ses phénomènes, ses lois d'évolution, n'inclut pas de problématique philosophique nouvelle. […] Lire la suite

L'ÉTHIQUE PROTESTANTE ET L'ESPRIT DU CAPITALISME, Max Weber - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 501 mots

Témoignant de la place historique de l'ouvrage dans la littérature sociologique, ce débat n'éclipse en rien la valeur méthodologique de L'Éthique protestante, qui cherche, au moyen nouveau de l'idéal type, à reconstruire les situations et réalités sociales à partir du sens et de la rationalité des actions individuelles, en vue de saisir le rapport entre les valeurs et les faits. […] Lire la suite

LOISY ALFRED (1857-1940)

  • Écrit par 
  • Émile GOICHOT
  •  • 2 289 mots

Deux traits caractérisent l'image habituellement reçue d'Alfred Loisy : une spécialisation professionnelle – c'était un exégète, aux positions singulièrement critiques ; un rôle historique, circonscrit et conjoncturel – protagoniste de la crise moderniste, il semble rentrer dans l'obscurité après l'encyclique Pascendi et son excommunication nominative. […] Lire la suite

AGULHON MAURICE (1926-2014)

  • Écrit par 
  • Quentin DELUERMOZ
  •  • 1 312 mots
  •  • 1 média

Ses prises de position dans le débat public rappellent par exemple les apports du libéralisme politique, soulignent le caractère émancipateur de la Révolution française, ou s’interrogent sur la persistance et la signification de ces valeurs dans ce qui lui apparaît comme l’affaissement du « système historique » des xixe-xxe siècles. Ses réflexions plus récentes sur le coup d’État ou sur le phénomène De Gaulle (Coup d’État et République, 1997 ; De Gaulle, histoire, symbole, mythe, 2000) témoignent encore de cette recherche de précision historique et de clarté d’analyse pour nourrir le jugement. […] Lire la suite

RELIGION Religion et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Antoine VERGOTE
  •  • 3 731 mots
  •  • 1 média

Freud conclut que la vérité de la religion est historique ; elle exprime, de manière déplacée, le rapport conflictuel originaire qui a donné naissance à la civilisation. Les apports de l'interprétation freudienne Le jugement de valeur que Freud porte sur la religion est à la mesure de l'ambivalence qu'elle représente dans se reconstitution analytico-historique : la religion juive réalise la plus haute spiritualité culturelle et ses prophètes sont de grandes figures paternelles ; mais elle demeure prisonnière du complexe œdipien non résolu et, pour cette raison, elle culpabilise, rend passif (féminin) et servile envers le Dieu-Père. […] Lire la suite

BEECHER-STOWE HARRIET (1811-1896)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul ROSPARS
  •  • 528 mots

Ces vignettes régionalistes ne sont pas sans intérêt, mais c'est La Case de l'oncle Tom qui maintient encore aujourd'hui l'importance de l'écrivain, importance dont il faut bien convenir qu'elle est essentiellement historique. […] Lire la suite

KOFFKA KURT (1886-1941)

  • Écrit par 
  • Pierre LECOCQ
  •  • 590 mots

D'autre part, avec Koffka, les gestaltistes contestent la condamnation sans appel que fait le béhaviorisme de l'introspection, de la conscience et de la vie mentale en général. Pour eux, la verbalisation de l'expérience directe, les comptes rendus naïfs et l'intérêt pour les activités mentales sont nécessaires pour mener à bien l'entreprise de construire une science psychologique. […] Lire la suite

CHENU MARIE-DOMINIQUE (1895-1990)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET, 
  • Émile POULAT
  •  • 1 300 mots

Ce sont des analyses remarquables sur la redécouverte de la nature, la conscience de l'histoire, la grammaire en théologie, l'avènement des « maîtres », etc. C'est là sans doute le plus varié et le plus brillant des ouvrages de Chenu, et celui où se manifestent le plus visiblement ses affinités avec l'école historique des Annales. L'Éveil de la conscience dans la civilisation médiévale (1969) suit cursivement ce thème à travers les xiie et xiiie siècles. […] Lire la suite

EVOCATIO, religion romaine

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BRISSON
  •  • 524 mots

 » Comme dans tout acte religieux, ces termes combinent le recours au droit strict — precor, c'est-à-dire « je présente une demande légitimement fondée » — et la notion du « charme » à exercer sur les dieux, aussi bien que la conscience de ce qu'il y a de purement gracieux (venia) dans l'acceptation divine. Si la formule exacte de ce type de contrat nous a été conservée par un compilateur du ive siècle, nous ne savons en revanche que bien peu de chose sur l'usage qui a pu en être fait au cours de l'histoire de Rome. […] Lire la suite

IMMÉDIAT

  • Écrit par 
  • Dominique LECOURT
  •  • 3 910 mots

Selon Kant, le cogito n'est que la représentation d'une unité de conscience en laquelle est liée toute représentation : l'unité du « je pense ». L'erreur de Descartes est donc d'avoir confondu cette simple unité avec ce que Kant appelle le « moi empirique » ou « la conscience empiriquement déterminée », c'est-à-dire avec le flux de mes représentations, la diversité de mes pensées. […] Lire la suite

MÉTHODIQUE ÉCOLE, histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 2 352 mots

Si ces attaques constituent l'arrière-plan d'une crise de conscience larvée, il faut attendre la sortie de la Première Guerre mondiale pour qu'elle devienne évidente. Lucien Febvre formule clairement ses doutes dans sa leçon inaugurale de la chaire d'histoire moderne de l'université de Strasbourg, intitulée « L'Histoire dans le monde en ruines ». Avec le culte du politique et du fait national, la science historique aurait contribué à sa manière à la catastrophe européenne. […] Lire la suite

LE PROBLÈME DES OBJETS DANS LA PENSÉE MATHÉMATIQUE (M. Caveing)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN
  •  • 1 023 mots

L'automouvement historique de la mathématique étend son domaine et définit des structures, construisant ainsi un édifice abstrait dans lequel l'apparition d'objets mathématiques situés à différents paliers d'abstraction peut être datée. Ces objets mathématiques, c'est-à-dire ces entités abstraites que définit et étudie la mathématique, ne sont des « objets » ni aux sens usuels ni au sens philosophique d'objets de conscience, et l'auteur les désigne provisoirement par l'expression « M-objets ». […] Lire la suite

HAWTHORNE NATHANIEL (1804-1864)

  • Écrit par 
  • Jean NORMAND
  •  • 2 344 mots
  •  • 1 média

Sa conscience vit au passé. Passé psychologique plus encore qu'historique. Il s'agit d'une époque de la conscience américaine, époque de superstition, de persécutions, d'hallucinations collectives, de crimes perpétrés au nom de croyances fanatiques. Ce passé n'est pas seulement à ses yeux un moment pittoresque de l'histoire des États-Unis, c'est avant tout une province de l'esprit, une province allégorique, une région secrète et ténébreuse. […] Lire la suite

ROMAN Essai de typologie

  • Écrit par 
  • Jean CABRIÈS
  •  • 5 909 mots
  •  • 5 médias

Et l'exploration de Proust, dans À la recherche du temps perdu, concerne non moins l'espace d'une conscience que le fil du temps.En outre, les formes romanesques se développent souvent en fonction de modèles qui sont déjà eux-mêmes littéraires, car ils correspondent à certaines pratiques culturelles d'une époque. La forme épique, la narration historique ont servi largement de base au roman : ces deux discours se complètent, s'emboîtent en quelque sorte dans Don Quichotte, où la technique du « récit dans le récit » est très fréquente. […] Lire la suite

SARTRE JEAN-PAUL

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME, 
  • Juliette SIMONT
  •  • 8 894 mots
  •  • 2 médias

Certes, Husserl s'était bien attaché en ce sens à l'élucidation de l'être du percipiens, c'est-à-dire de la conscience, et Sartre ne renie en rien cet héritage – la conscience comme constituante et intentionnelle –, moyennant la réforme suggérée par La Transcendance de l'ego (dans L'Être et le Néant, Sartre parle non plus de conscience « irréfléchie », mais de conscience « pré-réflexive »). […] Lire la suite

CULTURE Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Gisèle SAPIRO
  •  • 1 087 mots

À rebours de l'idée d'un développement historique unique qui établit une hiérarchie entre les peuples, le terme « Kultur », conceptualisé notamment par le philosophe allemand Johann Gottfried von Herder, signifie en effet le génie propre à chaque peuple. Lié à l'émergence d'une sphère intellectuelle qui se différencie progressivement de la sphère religieuse en se réclamant de l'autonomie de la raison, il participe en même temps de l'avènement des États-nations. […] Lire la suite

SAXL FRITZ (1890-1948)

  • Écrit par 
  • Roland RECHT
  •  • 1 000 mots

L'image est à la fois un phénomène de culture — et son investigation nécessite par conséquent une enquête d'ordre historique — et le produit d'une conscience individuelle. Saxl peut être considéré comme le représentant d'un moment où l'histoire de l'art en tant que discipline a tenté de constituer un savoir universel, de fonder un « paradis humaniste », pour reprendre le titre d'un de ses essais. […] Lire la suite

DÖLLINGER JOHANN IGNAZ VON (1799-1890)

  • Écrit par 
  • Roger AUBERT
  •  • 925 mots

Jusqu'à sa mort, il considéra comme un devoir de conscience de résister aux offres de réconciliation avec Rome qui lui furent faites à diverses reprises par les plus hautes autorités ecclésiastiques. […] Lire la suite

ESPRONCEDA JOSÉ DE (1808-1842)

  • Écrit par 
  • Robert MARRAST
  •  • 908 mots

Espronceda écrit un roman historique, Sancho Saldaña (1833-1834), dans la manière de Walter Scott, où apparaissent des idées généreuses sur la justice, la liberté, la défense des humbles, ainsi qu'une condamnation du carlisme qui vient d'allumer la guerre civile. Puis il sacrifie, un court temps, au genre troubadour, à l'exotisme géographique et historique dans de nouveaux fragments de son épopée et un long poème inachevé, Le Chant du croisé (El Canto del cruzado). […] Lire la suite

LES ENFANTS DE SATURNE, R. et M. Wittkower - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 189 mots

Parmi les nombreux cas exemplaires, on peut citer celui de Lorenzo Ghiberti, qui exhorte les artistes à imiter la dignité et la tempérance des doctes, et qui compose sa propre autobiographie, ou encore celui de Leon Battista Alberti pour la conscience extrême qu'il avait de la valeur intellectuelle et sociale des artistes de sa génération. Après avoir mis en évidence le relâchement des liens entre l'Église et les artistes à partir de la Renaissance, les renversements apparus à l'époque moderne dans les relations entre les mécènes et leurs artistes qui sont de moins en moins leurs obligés, les Wittkower quittent ce plan socio-historique pour faire apparaître toute une gamme d'attitudes psychiques. […] Lire la suite

COLLECTION M.+M. AUER. UNE HISTOIRE DE LA PHOTOGRAPHIE (exposition)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 955 mots

L'absence de bibliographie et, plus encore, de références précises, de l’historique des œuvres et de leurs dimensions, surprenait le lecteur ; mais l'ouvrage contient une masse impressionnante d'informations souvent inédites, en particulier sur des photographes peu connus. Comme toute collection, celle-ci présente des inégalités dues aux occasions d'achat. […] Lire la suite

MESSIANISME

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 7 908 mots
  •  • 1 média

Messianismes et millénarismes La conscience messianique surgit souvent dans le milieu historique et social avant de se cristalliser sur un personnage et, a fortiori, avant d'être entérinée ou revendiquée par celui-ci ; et il y a tant de manières d'être un personnage divin (envoyé de Dieu, homme de Dieu, descendant ou ascendant de Dieu) que, souvent aussi, par une connivence ambiguë, un même titre peut recouvrir des significations totalement différentes aux yeux de l'initiateur ou de ses adeptes. […] Lire la suite

NEWMAN JOHN HENRY (1801-1890)

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 751 mots

C'est le type même d'une philosophie personnaliste : isolement du moi (otherwordliness), réciprocité des consciences, assentiment personnel et sens de l'autorité, expérience d'un maître et juge des consciences, sens du devoir, rencontre de Dieu au cœur de la conscience (éthico-religieuse), dans la tradition religieuse de l'humanité ou par l'action humaine. […] Lire la suite

WOLF CHRISTA (1929-2011)

  • Écrit par 
  • Nicole BARY
  •  • 1 298 mots
  •  • 1 média

Au début de l'année 1945, lorsque l'avancée de l'Armée rouge jeta la famille Ihlenfeld, avec des millions d'autres Allemands, sur les routes de l'Ouest, la rencontre de l'adolescente avec un détenu d'un camp de concentration rescapé de la Marche de la mort cristallisa une prise de conscience douloureuse et décisive, que Christa Wolf a relatée par la suite dans Trame d'enfance. […] Lire la suite

L'INCONSCIENT DES MODERNES (J-M. Vaysse) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 010 mots

Cette généalogie déconstructrice ainsi opérée, reste à poser à nouveaux frais la question de la conscience afin d'éviter les retours, ces derniers temps florissants, aux philosophies du sujet. « En d'autres termes, que veut dire être soi-même, une fois admis que le sujet n'est plus un fondement substantiel et que la transcendance de l'Autre s'est effacée ? » La pensée de Spinoza (auquel l'auteur, en 1994, a consacré un ouvrage : Totalité et subjectivité. […] Lire la suite

RICHET DENIS (1927-1989)

  • Écrit par 
  • Roger CHARTIER
  •  • 1 348 mots

D'où le constat, en forme de réflexion sur les origines de notre modernité, donné en conclusion d'un article de 1969, Élites et despotisme : « La Révolution de 1789 résulta d'une double prise de conscience des élites réalisée à travers un long cheminement. Conscience de leur autonomie, d'abord, par rapport à l'ordre politique, de leur nécessaire contrôle, ensuite, du pouvoir. […] Lire la suite