« théologie »

RUIZ GARCÍA SAMUEL (1924-2011)

  • Écrit par 
  • Karen SPARKS
  •  • 347 mots

Né le 3 novembre 1924 à Irapuato, dans l'État de Guanajuato (Mexique), Samuel Ruiz García est ordonné prêtre en 1949, à Rome, où il étudie la théologie à l'université pontificale grégorienne. Il devient évêque de la capitale de l'État du Chiapas en 1960. Fidèle aux principes de la théologie de la libération, il apprend trois langues indiennes et met en place un réseau de catéchistes itinérants, à l'intention des régions isolées de la forêt tropicale. […] Lire la suite

Le média de la recherche « théologie » :

SERIPANDO GEROLAMO (1493-1563)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 387 mots

Fidèle à la théologie de sa congrégation, Seripando est un des plus éminents représentants de l'école augustinienne au xvie siècle : il l'a prouvé par ses efforts pour une réforme interne de l'Église et, surtout, par ses interventions au concile contre les théologiens thomistes (dominicains) et scotistes (franciscains). Les différents écrits qu'il a présentés au concile tant sur le péché originel que sur la justification révèlent un théologien original, soucieux de la tradition patristique et résolument antiscolastique ; en particulier, sa doctrine de la double justice (imputée au Christ et aux hommes) qui n'a pas été retenue par le concile, proposait une voie moyenne entre la théologie réformée et l'enseignement thomiste. […] Lire la suite

SCIENCES Science et christianisme

  • Écrit par 
  • Jacques ROGER
  •  • 4 121 mots

Cependant, en recréant une union intime entre le christianisme et la science du moment, cette « théologie naturelle » s'exposait aux mêmes dangers qu'avec l'aristotélisme médiéval, celui de voir cette science mécaniste, créationniste et fixiste devenir périmée, ce qui n'allait pas tarder. Depuis le début du xviiie siècle, l'empire de la théologie chrétienne en morale et en politique avait été remis en cause, au nom de la Raison et de la Nature. […] Lire la suite

ABSOLU

  • Écrit par 
  • Claude BRUAIRE
  •  • 4 222 mots

Cette logique simple et implacable commande la théologie négative des mystiques néoplatoniciens, accordée à la pensée indienne, et reprise d'âge en âge. Théologie critique de toute affirmation particulière de Dieu, elle réduit les dogmatiques et les symboliques religieuses à leur relativité et à leur contingence pour inviter au silence, à l'accueil muet de l'Ineffable. […] Lire la suite

LANGENSTEIN HEINRICH VON (1325-1397)

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 144 mots

Écrivain fort savant, originaire de Hesse, professeur de théologie et vice-chancelier de l'université de Paris de 1363 à 1383, puis professeur à Vienne, Heinrich von Langenstein composa de nombreux ouvrages de philosophie, de sciences naturelles, d'astrologie, d'exégèse, de théologie et de spiritualité. Son œuvre la plus célèbre concerne l'ecclésiologie, le Grand Schisme d'Occident, surgi en 1378, l'ayant conduit en effet à développer et à défendre, en compagnie de son collègue Conrad de Gelnhausen, la doctrine conciliaire selon laquelle, dans l'Église, l'autorité souveraine appartient au concile œcuménique et non au pape. […] Lire la suite

KARÉKINE Ier NECHAN SARKISSIAN, catholicos (1932-1999)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 635 mots

Recteur du séminaire arménien d'Antélias au Liban en 1956, il étudie la théologie à l'université d'Oxford de 1957 à 1959. Docteur en théologie, il rentre au Liban en 1960. En 1963, il fonde l'Association des universitaires de l'Église arménienne et donne des cours de théologie, de littérature et d'histoire dans différentes universités beyrouthaines. […] Lire la suite

DUMAS ANDRÉ (1918-1996)

  • Écrit par 
  • Philippe VASSAUX
  •  • 671 mots

Après des études de philosophie et de théologie à Montpellier, Paris et Bâle, il est équipier du Comité intermouvement auprès des évacués (Cimade) dans les camps d'internement nazis en 1941-1942. Il recevra à ce titre la médaille des Justes pour son aide aux Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale et sera membre du comité d'honneur du M.R.A.P. Très proche des préoccupations des jeunes, il devient secrétaire général de la Fédération française des associations chrétiennes d'étudiants, pasteur de l'Église réformée de Pau, puis aumônier universitaire à Strasbourg avant d'occuper, de 1961 à 1984, la chaire de philosophie et d'éthique à la Faculté libre de théologie protestante de Paris, institution dont il sera le doyen de 1973 à 1975. […] Lire la suite

BARTH KARL (1886-1968)

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 3 112 mots

La théologie est ainsi une tâche à la fois solitaire et universelle. Elle est solitaire, car la théologie doit joyeusement consentir à n'être qu'une assurance de la foi en la Parole de Dieu. Elle est universelle, car la théologie peut affirmer, à cause du oui de Dieu au monde, ce à quoi la culture humaine ne peut jamais qu'aspirer de manière indéfiniment ambiguë. […] Lire la suite

SORBON ROBERT DE (1201-1274)

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 404 mots
  •  • 1 média

Il a dû ensuite, entre 1221 et 1236, parcourir le cycle habituel : bachelier biblique, bachelier sententiaire (avec un commentaire des Sentences de Pierre Lombard, manuel de base de l'enseignement universitaire de la théologie), bachelier formé, titulaire de la licentia docendi et maître en théologie. En tout cas, il est détenteur de ce dernier titre à Paris avant 1250 (on ne peut assurer qu'il obtint une chaire, mais c'est probable). […] Lire la suite

GUTIÉRREZ GUSTAVO (1928- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 418 mots

Bien que cette théologie ait un impact important, surtout en Amérique latine, elle est accueillie avec circonspection à Rome à cause de ses accents marxistes, et le pape Jean-Paul II en particulier s'appliquera à en limiter l'influence. Gustavo Gutiérrez reçoit un grand nombre de diplômes honoris causa et de récompenses de la part d'institutions du monde entier. […] Lire la suite

INSTITUTION DE LA RELIGION CHRÉTIENNE, Jean Calvin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne CARBONNIER-BURKARD
  •  • 957 mots
  •  • 2 médias

Ce manuel, devenu la somme de la théologie réformée, a pour auteur un autodidacte en théologie : le juriste Jean Calvin (1509-1564), humaniste fraîchement conquis par le message de Luther et des prédicateurs de la Réforme allemande et suisse, réfugié à Bâle pour échapper aux poursuites antihérétiques déclenchées en France fin 1534. L'ouvrage, dont la première version en français paraît en 1541, était d'abord destiné à ses compatriotes français attirés par les idées nouvelles, mais dépourvus de cadres intellectuels et ecclésiaux, contraints qu'ils étaient à la clandestinité, du fait de l'hostilité de tous les pouvoirs engagés pour la défense de l'Église traditionnelle. […] Lire la suite

L'ESSENCE DU CHRISTIANISME, Ludwig Feuerbach - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 755 mots

C'est bien entendu ce dernier qui est tout particulièrement visé : Feuerbach lui reproche d'opérer une identification abusive entre philosophie et théologie. La spéculation hégélienne « n'est que le développement conséquent, l'accomplissement d'une vérité religieuse. » C'est donc le sol même de la philosophie dans son versant spéculatif qui doit être modifié. […] Lire la suite

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 985 mots
  •  • 4 médias

Théologien de la Croix, et non de la gloire « La Croix seule est notre théologie », déclare Luther. Dans le cadre du conflit des indulgences, qui porte le mouvement de la Réforme sur la scène publique en 1517, il caractérise les forces qui s'affrontent par l'opposition entre la théologie de la Croix et la théologie de la gloire. Par là, il ne propose pas simplement d'opérer des choix ou de marquer des préférences par rapport à des thèmes théologiques précis. […] Lire la suite

ARIANISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 2 439 mots

On distinguera, schématiquement, trois phases de développement de l'arianisme : celle des origines aboutissant à la proclamation du dogme officiel du consubstantiel (ὁμοούοιος), une phase intermédiaire où triomphe la théologie de la via media ; enfin l'aboutissement rationnel d'une théologie radicale, l'anoméisme. Les origines : le subordinatianisme d'Arius La doctrine qu'Arius se mit à prêcher à Alexandrie vers 320 apparaît comme plus philosophique que théologique. […] Lire la suite

JEAN DAMASCÈNE (640 env.-env. 750)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 1 396 mots

Ainsi s'amorce, face aux iconoclastes, la reprise par la théologie orthodoxe de la pensée antiochienne, centrée sur l'humanité historique de Jésus. Jean Damascène, enfin, a assuré l'inscription dans le chant liturgique de la théologie des Pères grecs, dont il dégage le mouvement profond de célébration. L'alliance contre l'iconoclasme des moines de Saint-Sabbas et de ceux de Stoudion, à Constantinople, a fait connaître ces compositions dans la capitale, de sorte qu'elles sont devenues un élément constitutif de la liturgie dite byzantine. […] Lire la suite

URS VON BALTHASAR HANS (1905-1988)

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ
  •  • 1 382 mots

Mais, par-delà cette activité, c'est la conception même de sa théologie qui traduit son orientation marquée vers la spiritualité, la mystique et la sainteté chrétiennes. Auteur de 74 ouvrages, de 365 articles (dont l'essentiel a été repris dans les cinq volumes des Skizzen zur Theologie), de nombreuses traductions et préfaces, Hans Urs von Balthasar n'a pas écrit une dogmatique complète mais aucun secteur de la théologie ne lui est demeuré étranger. […] Lire la suite

‘AMR

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 224 mots

C'est en référence avec ce second emploi du mot que, dans les questions d'ontologie et de cosmologie religieuses, le ‘amr a été l'objet de spéculations métaphysiques dont on trouve l'origine dans la Théologie du pseudo-Aristote et qui ont été surtout développées par les penseurs ismā‘īliens, les Ikhwān al-Ṣafā', Nāṣir-e Khosraw, Kermānī, Sidjistānī, etc. […] Lire la suite

JANSÉNISME

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Maurice VAUSSARD
  •  • 4 133 mots
  •  • 2 médias

Il apparaît bien alors que la théologie de Jansénius a perdu la partie. Noailles est mort en 1729. Le dernier prélat appelant, Caylus, évêque d'Auxerre, disparaît en 1754. Les conversions, « miracles » et convulsions du cimetière Saint-Médard (1730-1732) n'ont pu enrayer cette défaite. Mais, depuis longtemps déjà, le jansénisme était beaucoup plus qu'une théologie, s'étant progressivement grossi de plusieurs autres éléments qui créèrent une mentalité et un courant d'opinion. […] Lire la suite

ROBERT GROSSETESTE (1175 env.-1253)

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 226 mots

Grand traducteur, notamment des œuvres du pseudo-Denys l'Aréopagite, du De fide orthodoxa de Jean Damascène, de l'Éthique à Nicomaque d'Aristote, il a rédigé un Commentaire de plusieurs ouvrages d'Aristote et un autre de la Théologie mystique de Denys, commentaire qui eut une influence sur l'école franciscaine. […] Lire la suite

JEAN DE DAMBACH (mort en 1372)

  • Écrit par 
  • Denis COUTAGNE
  •  • 208 mots

Dominicain de Strasbourg, maître en théologie, Jean de Dambach (ou Darnbach) s'employa à réconcilier les schismatiques, à la suite de la crise que connut la papauté d'Avignon engagée dans une fâcheuse querelle avec Louis de Wittelsbach, duc de Bavière. La prise de position des dominicains de Strasbourg et particulièrement de Jean de Dombach en faveur de la suprématie spirituelle de la papauté valut à celui-ci d'être expulsé. […] Lire la suite

EVDOKIMOV PAUL (1901-1970)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 489 mots

Né à Saint-Pétersbourg dans une famille aristocratique, il entre à l'École des cadets, puis fait ses études de théologie à Kiev en 1918. La guerre civile l'amène à s'exiler. Il termine ses études de théologie à l'Institut Saint-Serge de Paris, mais reste laïc. Il rencontre les grands philosophes religieux russes, surtout Berdiaev et Boulgakov. « Tout me disait, écrit-il, que l'émigration russe représentait un fait providentiel [. […] Lire la suite

ALBERT LE GRAND (1193?-1280)

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 1 720 mots

Le théologien En théologie, Albert peut apparaître moins original. Cependant, sa marque propre affecte tous ses ouvrages : Commentaires des Sentences de Pierre Lombard, des quatre Évangiles, de Job, des prophètes, de Denys le pseudo-Aréopagite (Noms divins, Théologie mystique, Hiérarchie céleste) ; Somme de théologie (inachevée). Il a trouvé, dans la doctrine dionysienne de la création comme théophanie (manifestation inchoative de Dieu), le motif principal de son effort pour constituer en leur autonomie les savoirs rationnels. […] Lire la suite

UBERTIN DE CASALE (1259 env.-env. 1328)

  • Écrit par 
  • Edina BOZOKY
  •  • 225 mots

D'abord lecteur en théologie à Florence puis, dès 1289, prédicateur, il propage ses idées rigoristes et joachimites en Toscane, dans la vallée de Spolète et dans la Marche d'Ancône. En 1304, ses supérieurs lui retirent le droit de prêcher. En 1305, il publie son traité sur l'Arbre de la Vie (Arbor vitae crucifixae Jesu), où il développe sa théologie mystique, en opposant l'Église charnelle à l'Église spirituelle, représentée par les vrais pauvres évangéliques. […] Lire la suite

MEGANDER GASPARD GROSSMANN dit (1495-1545)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 224 mots

Il reste, en effet, opposé à la théologie médiatrice de Bucer et de ses partisans en matière de théologie des sacrements. Il participe en 1536 à la dispute de Lausanne. Après les synodes de 1537, il refuse de corriger un catéchisme rédigé en 1536 sur le modèle de celui de Leo Jud. Megander a édité, avec Leo Jud, des annotations de Zwingli sur divers livres bibliques (sur la Genèse et l'Exode en 1527 ; sur l'épître aux Hébreux et la première lettre de Jean en 1539). […] Lire la suite

NĀSIR-E KHOSRAW ou NĀSIR-I KHUSRAW (1004-1088)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 243 mots

La théologie de Nāsir-e Khosraw tourne le dos à la scolastique du kalām spéculatif, qui n'est qu'un effort pour rationaliser les textes révélés. Pour lui, il faut au contraire découvrir la réalité symbolique de ces textes qui dans leur lettre sont comme l'aspect exotérique de la réalité, absolue vérité, qu'est la Haqīqa. […] Lire la suite

HUGUES DE SAINT-VICTOR (1096?-1141)

  • Écrit par 
  • Jean CHATILLON
  •  • 507 mots

Cette théologie débouche tout naturellement sur une spiritualité, profondément influencée par celle du pseudo-Denys l'Aréopagite dont Hugues a commenté La Hiérarchie céleste, mais dans laquelle l'analyse intérieure tient également une large place. Hugues de Saint-Victor a exercé une influence considérable, non seulement sur la théologie de son temps, mais aussi sur celle de la fin du Moyen Âge et de l'époque moderne. […] Lire la suite

CAPPEL JACQUES (1570-1624)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 217 mots

Petit-fils d'un avocat au parlement de Paris (mort en 1541), fils du sieur du Tilloy en Brie (1529-1586) — qui fut conseiller au parlement de Rennes, avant d'être contraint, parce que protestant réformé, de se retirer sur ses terres puis de fuir à Sedan — et frère de l'exégète Louis Cappel, Jacques Cappel étudie la théologie à Sedan, où il devient pasteur. […] Lire la suite

SÖDERBLOM NATHAN (1866-1931)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 249 mots

Né à Trönö, Söderblom fait ses études de théologie à Uppsala et à Paris où il obtient, en 1901, le doctorat en théologie. Professeur d'histoire des religions à Uppsala (1901) et à Leipzig (1912), il est nommé archevêque d'Uppsala en 1914. Vivement attiré par l'œcuménisme, il en devient l'un des promoteurs avant même la Première Guerre mondiale. Il joue un rôle décisif lors de la Conférence œcuménique pour un « christianisme pratique » de Stockholm en 1925. […] Lire la suite

GRÉGOIRE PALAMAS (1296-1359)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 1 203 mots

Une théologie de la déification La pensée de Palamas n'est pas un système conceptuel mais une « théologie des réalités », l'expression modeste, nécessairement antinomique, d'une expérience du mystère qui met en cause l'homme total pour le « déifier » tout entier. « Toute parole peut être contestée par une autre, mais quelle est la parole qui peut contester la vie ? » (Défense des saints hésychastes). […] Lire la suite

LUBAC HENRI DE (1896-1991)

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ
  •  • 1 145 mots

À la faculté de théologie de l'Institut catholique d'une part, où il enseigna, à partir de 1929, la théologie fondamentale et l'histoire des religions. Au scolasticat jésuite de Fourvière d'autre part, où il noua de riches amitiés et exerça une profonde influence. Pendant l'Occupation, rejoignant l'abbé Couturier, Mounier et l'équipe d'Esprit, il adopte au nom de sa foi une courageuse attitude de résistance intellectuelle et spirituelle, et il collabore aux Cahiers du témoignage chrétien tout en trouvant le temps d'écrire un livre destiné à connaître un grand retentissement : Le Drame de l'humanisme athée (1944). […] Lire la suite

ARNOLD GOTTFRIED (1666-1714)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 396 mots

, Stuttgart, 1963), et un autre à une histoire de la théologie mystique (Historie und Beschreibung der mystischen Theologie oder geheimen Gottes Gelehrtheit wie auch deren alten und neuen Mysticorum, Francfort-sur-le-Main, 1703 ; rééd. anast., 1969). Son Histoire impartiale n'a d'impartial que le nom, car l'auteur s'y montre plus que favorable à la plupart des courants « hérétiques » du christianisme. […] Lire la suite

FEUERBACH LUDWIG (1804-1872)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Universalis
  •  • 2 268 mots

 » Le mépris de la nature dont témoigne la philosophie moderne est, selon Feuerbach, un héritage direct de la théologie chrétienne. « La philosophie moderne, constate-t-il, est issue de la théologie – elle n'est elle-même rien d'autre que la théologie dissoute et transformée en philosophie. » Hegel est en réalité un théologien qui s'est travesti en philosophe. […] Lire la suite

ÉCRITURE LES SENS DE L'

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 1 025 mots

Un champ théorique est ouvert ; il réclame de la théologie qu'elle enracine son travail dans le terrain, vierge pour elle, que constitue non plus l'approche d'un énoncé — et cela quelles que soient les dérives préconisées ou tolérées — mais bien l'analyse inédite d'un procès de signification. […] Lire la suite

SABATIER AUGUSTE (1839-1901)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 274 mots

Né dans les Cévennes, en Ardèche, Auguste Sabatier fut pasteur à Aubenas et professeur de dogme réformé à la faculté de théologie de Strasbourg en 1867, d'où il fut expulsé par les Allemands en 1873. Il contribua alors à la création de la faculté de théologie protestante de Paris (1877), dont il devint doyen en 1895. Disciple de A. Vinet et, par lui, de F. […] Lire la suite

OTTO RUDOLF (1869-1937)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 700 mots

Nommé en 1907 professeur de théologie à Göttingen, il s'intéressa de plus en plus à l'histoire et à la psychologie de la religion (Religionswissenschaft) et devint un des principaux continuateurs de la pensée de Jakob Friedrich Fries, puisant à cette source post-kantienne des orientations pour sa propre philosophie de la religion, ainsi qu'en témoigne son ouvrage de 1909 intitulé Kantisch-Friessche Religionsphilosophie. […] Lire la suite

HONORIUS AUGUSTODUNENSIS (1080-env. 1150)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BORDIER
  •  • 614 mots

Le Lucidaire (Elucidarium, vers 1100 ?), qui traite de la lumière apportée par la doctrine chrétienne aux questions humaines, est le premier traité systématique et complet de théologie médiévale ; il reçut dès les premiers manuscrits le sous-titre de « Dialogue sur la somme de toute la théologie chrétienne ». Sous la forme de questions d'un élève et de réponses du maître, il traite dans le premier livre de Dieu (Création, Incarnation, vie de Jésus, Rédemption), dans le deuxième de l'homme et de l'Église (bien et mal, grâce, sacrements), dans le dernier de la vie future après la mort (Jugement dernier, Paradis, Purgatoire et Enfer). […] Lire la suite

PATRISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 8 799 mots

De la philosophie grecque le christianisme a reçu tout d'abord l'idée même de théologie et le plan type d'une théologie systématique, celle-ci comprenant, selon une tradition qui s'esquisse déjà dans Les Lois de Platon, les points suivants : sources de la révélation, parties de la théologie, méthodes propres aux différentes parties, principes fondamentaux du raisonnement théologique, étude des différents degrés de la réalité divine. […] Lire la suite

MELANCHTHON PHILIPP SCHWARZERD dit (1497-1560)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 707 mots

Il élabore une théologie originale : l'édition des Loci de 1535 se caractérise par son absence de conviction et une présentation systématique des doctrines, en accord avec la philosophie d'Aristote. Melanchthon place à côté de la Réforme la théologie et les symboles patristiques. Son rationalisme tend à établir une correspondance entre l'âme humaine et Dieu. […] Lire la suite

CAPITON WOLFGANG FABRICIUS KÖPFEL dit (1478-1541)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 308 mots

Il a fait des études solides de médecine, de droit (à Ingolstadt) et de théologie (à Fribourg-en- Brisgau). Trois fois docteur, il devient en 1515 prédicateur à la cathédrale de Bâle et professeur de théologie à l'université. Il est très apprécié d'Érasme pour sa science hébraïque et devient son collaborateur pour l'édition du Nouveau Testament. En 1519, il accepte la fonction de prédicateur à la cour et de conseiller de l'archevêque de Mayence, pour aider celui-ci à régler le conflit avec Luther, avec lequel lui-même était en correspondance. […] Lire la suite

JUDÉO-CHRISTIANISME

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU
  •  • 1 382 mots

Par ailleurs, l'apocalyptique est une théologie de l'histoire : elle comporte un prédestinatianisme rigoureux où les événements sont inscrits de tout temps sur les livres célestes et peuvent être ainsi connus à l'avance par les visionnaires. Cette vision porte sur la totalité de l'histoire, l'accent étant mis toutefois sur l'eschatologie. La théologie judéo-chrétienne C'est dans le cadre apocalyptique, qui lui est commun avec le judaïsme du temps, que s'inscrit la théologie judéo-chrétienne. […] Lire la suite

BENOÎT XVI JOSEPH RATZINGER (1927- ) pape (2005-2013)

  • Écrit par 
  • Raymond WINLING
  •  • 2 143 mots

Il enseigne successivement la théologie fondamentale à Munich-Freising (1952-1958) puis à Bonn (1959-1963), la théologie dogmatique à Münster (1963-1966), puis à Tübingen (1966-1969), où sa candidature fut chaudement appuyée par son collègue et ami Hans Küng, enfin la théologie systématique à Ratisbonne (à partir de 1969). Sa pensée comporte deux versants : d'une part, une analyse de la situation de l'Église dans un monde marqué par la sécularisation, le relativisme généralisé, la contestation de l'autorité ; d'autre part, une réflexion sur les données fondamentales de la foi, la spécificité de l'Église en tant que communion des fidèles, l'interprétation de l'Écriture, la Tradition vivante, la proposition du message chrétien dans le monde contemporain. […] Lire la suite

RĀZĪ FAKHR AL-DĪN AL- (1149-1209)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 361 mots

Après lui, la philosophie (falsafa) et la théologie (kalām) ne cesseront plus d'aller de pair. […] Lire la suite

GRASSMANN HERMANN GÜNTHER (1809-1877)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 345 mots

Fils d'un pasteur protestant, Hermann Grassmann étudia d'abord la théologie à Berlin avant d'enseigner les mathématiques, dans cette même ville d'abord, puis, à partir de 1842, à Stettin. Ses sujets d'étude étaient nombreux et variés : théologie, politique, linguistique, physique (électricité, acoustique), folklore. En 1844, il publie ses travaux mathématiques sous le titre Théorie de l'extension (Die Ausdehnungslehre) ; mais cet ouvrage abstrait, original et obscur est rejeté par la plupart des mathématiciens de l'époque. […] Lire la suite

RICHARD DE MEDIAVILLA ou DE MIDDLETON (1249 env.-entre 1300 et 1308)

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 307 mots

Richard enseigne la théologie à l'école des Franciscains de Paris, où il se trouve en 1283, date à laquelle il commente les Sentences de Pierre Lombard (sans doute de 1282 à 1284). Il fait partie des maîtres franciscains qui examinent les écrits de leur confrère Olieu. Maître à Paris en 1284, il devient vite maître-régent et assume cette charge jusqu'en 1287. […] Lire la suite

WOLFF ou WOLF CHRISTIAN VON (1679-1754)

  • Écrit par 
  • Marcel THOMANN
  •  • 680 mots

Après des études de théologie, de philosophie, de mathématiques et de droit naturel à Breslau, à Iéna et à Leipzig, Wolff enseigne d'abord à Leipzig, puis, sur recommandation de Leibniz, à l'université prussienne de Halle (1706). L'essentiel de cette première activité d'enseignant est consacré aux sciences exactes. Dès qu'il s'attaquera sérieusement à la philosophie, une cabale de théologiens piétistes et orthodoxes le fera chasser de Halle (1723). […] Lire la suite

GODEFROID DE FONTAINES (av. 1250-apr. 1305)

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 639 mots

Tout en luttant contre les mendiants et leurs privilèges, Godefroid voulut redorer le blason des maîtres séculiers et évita de suivre Guillaume de Saint-Amour ou Gérard d'Abbeville, préférant renouer avec Philippe le Chancelier et défendre l'attitude qui réconcilie la foi et la théologie par la praxis. Toute sa construction cherche ainsi à dépasser dialectiquement et pratiquement les querelles du temps de sa jeunesse. […] Lire la suite

MARIE

  • Écrit par 
  • Hébert ROUX
  •  • 3 023 mots

À partir du xvie siècle, les conflits puis les ruptures de la Réforme protestante ont pour effet de déséquilibrer la spiritualité et la théologie mariales, sur lesquelles d'ailleurs le concile de Trente (1545-1563) ne se prononcera guère. De nombreux courants de théologie mystique tendent de plus en plus à faire de la mariologie un « traité séparé », sans lien direct avec le reste de la doctrine chrétienne, la christologie en particulier, et devenant par elle-même source d'inspiration, de vie intérieure personnelle dans l'intimité avec la « médiatrice de toutes les grâces », la mère spirituelle de tous les croyants. […] Lire la suite

PRAGUE UNIVERSITÉ DE

  • Écrit par 
  • Jacques VERGER
  •  • 363 mots

En 1347, Charles IV, roi des Romains et roi de Bohême, obtint du pape Clément VI la création d'une université complète à Prague, sa capitale, où existaient déjà des écoles d'arts et de théologie. Il fonda aussi, en 1366, le Collegium Carolinum pour les étudiants en théologie. Le succès fut rapide ; vers 1380, l'université comptait environ cinquante professeurs et quinze cents à deux mille étudiants. […] Lire la suite

LABADIE JEAN DE (1610-1674)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 356 mots

Retiré dans un couvent des carmes, il découvrit la théologie calvinienne (1649). Il fut ensuite pasteur et professeur à la faculté de théologie protestante, de 1652 à 1657, à Montauban. En 1659, à Genève, il rencontre des compagnons qui devaient lui rester fidèles, Pierre Yvon (mort en 1707), Pierre Dulignon (mort en 1679) et François Menuret (mort en 1676). […] Lire la suite

RIVET ANDRÉ (1572-1651)

  • Écrit par 
  • Paul DIBON
  •  • 978 mots

 Amyraut, constitue un des grands chapitres de l'histoire de la théologie réformée au xviie siècle. […] Lire la suite

Recevez les offres exclusives Universalis