« Pygmalion »

EUPHUISME

  • Écrit par 
  • Georges GRANJOUX
  •  • 1 589 mots

Un grand nombre d'éléments de l'euphuisme se rencontrent, par exemple, dans le passage suivant : Alors que le ver pénètre dans presque tous les bois, il ne ronge point le cèdre ; alors que la pierre appelée Cylindre, à chaque coup de tonnerre, roule de la colline, la pierre à polir, dépourvue d'impuretés, monte au même bruit ; alors que la rouille corrode l'acier le plus dur, elle ne ronge point l'émeraude ; alors que le Polype change de teinte, la Salamandre garde sa couleur ; alors que Protée prend tous les aspects, Pygmalion garde sa forme ancienne ; alors qu'Énée fut trop inconstant à l'égard de Didon, Troïlus fut trop fidèle à Cressida ; alors que les actions d'autres hommes paraissent entachées de fausseté, soyez certaine, Lucilla, que la conduite d'Euphues sera toujours digne de crédit. […] Lire la suite

Les médias de la recherche « Pygmalion » :

GRANGER GILLES GASTON (1920-2016)

  • Écrit par 
  • Elisabeth SCHWARTZ
  •  • 1 688 mots

En l’espèce, Gaston Bachelard permettait de « marier l’histoire des idées scientifiques et l’analyse des procédures de l’imagination créatrice », et Granger devait choisir de placer en tête du recueil de ses travaux très tard publiés, et réunis sous le titre Formes, opérations, objets (1994), le texte d’un premier article publié en 1947, « Pygmalion. […] Lire la suite

PÉDAGOGIE Pédagogie et pouvoir

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PASSERON
  •  • 4 529 mots
  •  • 1 média

Huxley, par exemple), le rendement mythique et mystifiant de l'idée de pédagogie dès qu'on « autonomise » celle-ci par rapport à ses conditions réelles d'exercice : elle se réduit alors au schème de l'omnipotence des techniques sur l'homme, schème magique ou enfantin comme tous les schèmes de toute-puissance, schème sur lequel reposent précisément le mythe et le fantasme de Pygmalion. […] Lire la suite

CUKOR GEORGE (1899-1983)

  • Écrit par 
  • Jérôme PRIEUR
  •  • 1 894 mots
  •  • 5 médias

Amoureux ou pédagogues, parfois les deux – la fiction réclamant de leur part, et de la part du spectateur, la même patience –, les héros masculins sont les multiples figures, rejouées de film en film, d'un même complexe de Pygmalion qui est certainement pour Cukor métaphorique de son rôle de cinéaste. Ainsi voit-on ce personnage très exactement à l'œuvre autant dans My Fair Lady (1964), où il apparaît directement emprunté à la pièce de G. […] Lire la suite

BROWN TRISHA (1936-2017)

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Jean-Claude DIÉNIS, 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 815 mots
  •  • 1 média

Trisha Brown monte en 2010 son dernier opéra, Pygmalion de Jean-Philippe Rameau, avec Les Arts Florissants dirigés par William Christie. Cette œuvre reprend des séquences dansées de L’Amour au théâtre (créé en 2009) et donnera lieu à une déclinaison dansée intitulée Les Yeux et l’âme (2011). Enfin, I’m going to toss my arms : if you catch them they’re yours (2011), dont le titre est tiré d’une consigne lancée en répétition, sera sa dernière pièce. […] Lire la suite

SHAW GEORGE BERNARD (1856-1950)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude AMALRIC
  •  • 1 858 mots

Puis viennent deux pièces, Androclès et le lion (Androcles and the Lion, 1912) qui met en scène les premiers chrétiens et le développement du christianisme, et Pygmalion (1912) qui conte la transformation d'une petite marchande de fleurs en duchesse grâce aux bons soins d'un professeur de phonétique. La Première Guerre mondiale marque une étape dans la carrière de Shaw. […] Lire la suite

NU

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 2 136 mots
  •  • 5 médias

La légende est riche d'anecdotes tirées de l'amour de l'homme pour une statue : Pygmalion, La Vénus d'Ille de Mérimée, qui a élaboré un conte de Guillaume de Malmesbury ; Henri Heine et Oscar Wilde se sont aussi inspirés de cette légende, et la contemplation morbide des statues est un thème traité même par les romanciers modernes (par exemple A Fairly Honourable Defeat d'Iris Murdoch, Londres, 1970). […] Lire la suite

CHRISTIE WILLIAM (1944- )

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 2 324 mots

Parallèlement, William Christie a poursuivi son cycle Rameau, avec Les Indes galantes (1990), Castor et Pollux (1991), Pygmalion (1991), Nélée et Myrthis (1991), Les Boréades (2003), Les Paladins (2004). Sa passion pour tous les genres – tragédie-lyrique, opéra-ballet, oratorio, motet, Te Deum, airs de cour... – et compositeurs du baroque français – Michel Lambert, Étienne Moulinié (Cantique de Möyse), Michel-Richard Delalande, Guillaume Bouzignac, Charpentier (Actéon, Le Jugement de Salomon, Les Plaisirs de Versailles, La Descente d'Orphée aux Enfers, David et Jonathas), André Campra (Idoménée), Henry Desmarets, Michel Pignolet de Montéclair (Jephté), François Couperin (Leçons de ténèbres), Louis-Nicolas Clérambault ou Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville – n'empêche pas William Christie d'aborder d'autres répertoires : italien – Carlo Gesualdo, Claudio Monteverdi (Il Ballo delle Ingrate, Le Retour d'Ulysse dans sa patrie, Le Couronnement de Poppée, Le Combat de Tancrède et de Clorinde), Sigismondo d'India, Stefano Landi (Il Sant'Alessio), Luigi Rossi (L'Orfeo), Pier Francesco Cavalli (La Didone), Antonio Pietro Cesti (Tito) – et, avec autant de bonheur, Purcell (King Arthur, The Fairy Queen, Didon et Énée, The Indian Queen), Haendel (Alcina, Serse, Orlando, Hercule, Rodelinda, Radamisto, Semele, Acis and Galatea, Le Messie, Israël en Égypte, Theodora, Susanna, Jephta, Belshazzar), Gluck (Iphigénie en Tauride) et Mozart (L'Enlèvement au sérail, La Flûte enchantée, Così fan tutte, Les Noces de Figaro, La Finta Giardiniera). […] Lire la suite

APELLE (IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 450 mots

Pline rapporte que le prince offrit le modèle à l'auteur du tableau : échange de la beauté passagère contre l'œuvre d'art impérissable – et rendue plus immortelle encore par l'anecdote qui la perpétue – ou mise en scène du mythe de Pygmalion – l'œuvre d'art qui, par la force de l'amour, devient chair et os ? Pline donne à Protogène l'anecdote que l'on trouve appliquée à Apelle chez Dion Chrysostome et Sextus Empiricus, selon laquelle, désespérant de pouvoir rendre la gueule écumante d'un chien, il lança son pinceau sur la toile et réalisa malgré lui l'effet recherché : « Le hasard produisit l'effet de la nature ». […] Lire la suite

MOREAU JEANNE (1928-2017)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 322 mots
  •  • 2 médias

En toute indépendance ensuite, elle interprète brillamment La Machine infernale de Jean Cocteau, dans une mise en scène de l’auteur, et Pygmalion de George Bernard Shaw, monté par Jean Marais. C'est à Louis Malle que l'on doit la vraie révélation cinématographique de Jeanne Moreau. Dans Ascenseur pour l'échafaud (1958) d'abord, elle n'est encore qu'une femme aux désirs informulés, tandis que, dans cette « première nuit d'amour du cinéma français » (François Truffaut) qu'est ensuite Les Amants (Louis Malle, 1958), elle coupe les ponts avec une conception de la vie conjugale imposée par l'indifférence ou l'égoïsme masculins. […] Lire la suite

RAMEAU JEAN-PHILIPPE

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 3 204 mots
  •  • 1 média

Rameau fournit des spectacles tant à l'Opéra qu'à la cour de Versailles, tragédies lyriques, opéras-ballets, divertissements et pastorales dont les principaux sont : Hippolyte et Aricie (1733), Les Indes galantes (1735), Castor et Pollux (1737), Les Fêtes d'Hébé (1739), Dardanus (1739), Platée (1745), La Princesse de Navarre (1745), Les Fêtes de l'hymen et de l'amour (1747), Pygmalion (1748), Les Surprises de l'amour (1748), Zoroastre (1749), Les Paladins (1760). […] Lire la suite

FÉNELON FRANÇOIS DE SALIGNAC DE LA MOTHE- (1651-1715)

  • Écrit par 
  • Jeanne-Lydie GORÉ-CARACCIO
  •  • 3 154 mots

Le succès au xviie siècle fut d'abord de scandale : l'on vit en Pygmalion, le mauvais roi, la figure de Louis XIV ; Astarté était Mme de Maintenon. Cependant les jansénistes et Bossuet se formalisaient de l'accent romanesque du récit ; l'on distinguait d'ailleurs mal à l'époque entre épopée et roman : il semblait que seule la versification les différenciât. […] Lire la suite

SCULPTURE Catégories

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 3 354 mots
  •  • 4 médias

Désir qu'illustrent le mythe de Prométhée, la tendre légende de Pygmalion ou le rituel égyptien de « l'ouverture de la bouche » et qui est à l'origine aussi bien de grotesques automates que du Moïse de Michel-Ange.Mais ce n'est pas seulement la noblesse éminente du geste du sculpteur qui donne à la sculpture son caractère sacré. Trop longtemps, la seule forme digne d'être reproduite a été celle, devinée ou révélée, des dieux (et des rois, leurs reflets temporels) pour que notre mentalité n'en conserve pas quelques traces. […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 725 mots

Dans la plupart des civilisations, un mythe expose l'origine des techniques et des formes traditionnelles : dans le monde grec, le récit de Dédale sert d'introduction à toute l'architecture, celui de Pygmalion aux pouvoirs de la sculpture. À ces fables antiques, on peut rattacher une tendance encore vivace durant tout le Moyen Âge, plus encore à la Renaissance, et qui est peut-être un trait irréductible de l'esprit humain à donner un caractère héroïque ou légendaire aux nouveautés artistiques : le thème de ces récits est toujours soit la merveille des tours de force naturalistes, soit l'impertinence glorieuse des maîtres et leur non-conformisme. […] Lire la suite

THÉÂTRES DU MONDE Le théâtre dans le monde arabe

  • Écrit par 
  • Sayed Attia ABUL NAGA
  •  • 4 285 mots

Il abandonne alors les conventions du théâtre arabe en traitant notamment dans La Caverne des songes (Ahl al-Kahf), Schéhérazade (Shahrazād), Œdipe roi (al-Malik Ūdīb), Pygmalion (Pigmalyūn), Je veux tuer (Urīd an aqtul) et Le Metteur en scène (Al-mukhriǧ) des thèmes pirandelliens : fluidité de la personnalité humaine, relativité des apparences, opposition entre la vie changeante et la forme immobile, impossibilité de communiquer avec autrui. […] Lire la suite

DUMAS ALEXANDRE (1802-1870)

  • Écrit par 
  • Claude SCHOPP
  •  • 5 658 mots
  •  • 2 médias

À une œuvre théâtrale éclatée correspond une vie amoureuse multiple et diverse : la liste de ses conquêtes n'a rien à envier aux mille et trois de son modèle, Don Juan ; ne citons que pour mémoire, dans cet infini chapelet : la lingère Laure Labay, mère de son fils Alexandre (1824) ; Mélanie Waldor, bas-bleu et Pygmalion ; la comédienne, Belle Kreilssamner, mère de sa fille Marie (1831) ; Ida Ferrier, enfin, qui seule accéda au rang d'épouse légitime. […] Lire la suite

AUTOMATE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BEAUNE, 
  • André DOYON, 
  • Lucien LIAIGRE
  •  • 6 648 mots
  •  • 2 médias

Les témoignages les plus lointains de la littérature en apportent les échos : Héphaïstos moulant dans la glaise un corps de vierge ; Vulcain créant des trépieds ambulants ; Aphrodite animant la statue de Pygmalion ; Athéna apprenant aux Rhodiens à fabriquer des statues mobiles ; Dédale donnant le regard et tant de mouvement à ses œuvres qu'on doit les enchaîner ! Au moment du grand réveil du Moyen Âge, les romans de la Table ronde et le cycle du Graal se font les échos des splendeurs de Byzance et des califats, chantent l'amour et le courage, mais rapportent aussi les exploits de chevaliers de bronze. […] Lire la suite

ART & THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Georges DIDI-HUBERMAN
  •  • 6 741 mots
  •  • 1 média

On ne s'étonnera pas, dès lors, de voir se creuser une différence entre les mythes d'origine que ces deux pensées de l'image auront pu produire : l'idole évoque les statues vivantes de Dédale, le pouvoir d'animation amoureuse dont Aphrodite gratifiait l'ivoire sculpté par Pygmalion, l'ombre contournée d'un amant qui va disparaître, ou bien encore le reflet captivant en lequel Narcisse voulut s'abîmer. […] Lire la suite

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 011 mots
  •  • 4 médias

Le mythe de Pygmalion symbolise l’ambition du sculpteur de doter de vie cette forme en trois dimensions qu’il a fabriquée. Brancusi reste, là encore, ce pionnier qui, troquant le ciseau pour la caméra, a su évoquer par le mouvement ou le tremblé de la prise de vue la dimension proprement infinie de sa Colonne sans fin (1938, Tirgu Jiu, Roumanie) ou multiplier ses sculptures et leur reproduction photographique par ces séries d’images que sont les bandes de films qu’il a réalisés au fil de sa vie sans en faire de réel usage public. […] Lire la suite

CARTHAGE

  • Écrit par 
  • Abdel Majid ENNABLI, 
  • Liliane ENNABLI, 
  • Gilbert-Charles PICARD, 
  • Universalis
  •  • 9 841 mots
  •  • 5 médias

par Elissa ou Didon, sœur du roi de Tyr, Pygmalion, accompagnée de notables tyriens fuyant leur patrie et de Chypriotes. L'historien juif Josèphe, citant Ménandre, Grec d'Asie qui avait consulté les Archives royales de Tyr, rapporte l'événement à Elissa et le situe entre 825 et 819. Mais il est impossible de démontrer que ces deux récits sont indépendants l'un de l'autre, aussi leur valeur probante demeure-t-elle incertaine. […] Lire la suite

OPÉRA Le renouveau de l'opéra baroque

  • Écrit par 
  • Ivan A. ALEXANDRE
  •  • 11 918 mots
  •  • 15 médias

Année 1925. Les historiens ne tiennent pas 1925 pour une année faste de l'opéra baroque. Cette année-là, Mussolini et Staline s'arrogent de nouveaux pouvoirs. Tandis que paraît Le Procès de Franz Kafka, que Lion Feuchtwanger publie Le Juif Süss et Adolf Hitler Mein Kampf, Bernard Shaw reçoit le prix Nobel de littérature. Eisenstein montre son Cuirassé Potemkine et Chaplin sa Ruée vers l'or. […] Lire la suite

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 059 mots
  •  • 14 médias

Les termes qui désignent les styles sont très souvent, dans leur acception primitive, des mots péjoratifs : gothique, maniérisme, baroque, pompier ont été ou sont encore employés avec une valeur polémique. Ils permettent de qualifier, ou plutôt de disqualifier, le goût réputé mauvais d'une époque révolue. L'historien se trouve ainsi hériter de notions vagues et d'un usage malaisé ; la polémique ne s'embarrasse guère en effet de nuances, sa loi veut au contraire qu'elle amalgame sous un seul qualificatif désobligeant ou injurieux toutes sortes de manifestations et de phénomènes pour mieux les rejeter en bloc. […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 694 mots
  •  • 37 médias

Dans Cœurs brûlés (Morocco, 1930), X 27 (1931), L'Impératrice rouge (The Scarlet Empress, 1934), où il trouva en Marlene Dietrich l'idéale Galatée du Pygmalion tyrannique qu'il était, mais aussi dans Une tragédie américaine (1931), Josef von Sternberg impose sa vision hautaine et raffinée, inquiète et splendide. Il est le grand cinéaste baudelairien, exprimant mieux que tout autre « l'horreur de la vie et l'extase de la vie ». […] Lire la suite

Recevez les offres exclusives Universalis