« Ethique »

EUDÉMONISME

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 157 mots

Les eudémonismes diffèrent selon la définition qu'ils donnent du bonheur : harmonie de diverses vertus et dispositions (Platon) ; activité noétique et éthique accompagnée d'occurrences favorables (Aristote) ; constance d'un plaisir consistant essentiellement dans l'absence de douleur (Épicure) ; accord volontaire de soi-même avec l'ordre cosmique (les stoïciens). […] Lire la suite

Les médias de la recherche « Ethique » :

Afficher les médias de « Ethique »

ATOMISME

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 366 mots
  •  • 4 médias

Malgré un certain air de famille avec l'ancien atomisme, l'atomisme logique, loin de fonder l'éthique, en fait une grandeur transcendantale, qu'il est impossible d'exprimer dans un langage rigoureux. […] Lire la suite

DÉSIR, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 360 mots

La première partie de l'Éthique à Nicomaque (ive siècle av. J.-C.) montre qu'une éthique de la vie bonne ne saurait se désintéresser du désir, qui participe à la raison pour autant qu'il peut écouter sa voix et lui obéir. Les commentateurs grecs d'Aristote distingueront entre désir sensible et rationnel, en réduisant l'épithumètikon de Platon au désir sensible dont les actes sont des affects : amour et haine, joie et tristesse, attirance et répulsion. […] Lire la suite

TOTALITÉ ET INFINI, Emmanuel Lévinas - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 710 mots

Le Descartes de la troisième Méditation et le Platon du « Bien d'au-delà de l'essence » offrent des percées inouïes à une pensée qui cherche à fonder autrement la possibilité d'une éthique dégagée de tout ancrage dans l'être. La totalité contestée Pour Lévinas toute la philosophie occidentale, « de l'Ionie à Iéna » (F. Rosenzweig), repose sur le présupposé d'un acheminement vers une totalité dont le système hégélien marquera l'aboutissement. […] Lire la suite

BERNARD JEAN (1907-2006)

  • Écrit par 
  • Jacques-Louis BINET
  •  • 671 mots
  •  • 1 média

Ayant appris de sa mère la générosité, puis formé à la morale civique de l'école communale, il devient en 1983 le premier président du Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé. N'ayant pas cessé d'écrire – des poèmes jusqu'à cinquante ans puis de la prose –, Jean Bernard développe, dans sa quarantaine d'ouvrages, les thèmes de la médecine et de son avenir, du sang et de son histoire, de la nouvelle éthique médicale, de sa propre « survivance » pendant la Résistance, de la maîtrise du temps, de la vieillesse et de la mort. […] Lire la suite

HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Hubert FAES
  •  • 1 354 mots

L'exigence éthique d'humanité concerne donc l'être même de l'homme, et pas uniquement son bien ou sa perfection. Elle se fait valoir dans une très grande attention aux données anthropologiques relatives à la condition humaine. […] Lire la suite

DIEU Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 676 mots

Selon Scheler ou Farmer, la relation à autrui comme expérience éthique peut être le point de départ d'une expérience religieuse. Mais Scheler maintiendra toujours la spécificité du domaine du sacré, dont l'accès ne passe pas exclusivement par l'éthique. Pour Husserl aussi, l'« idée de la déité » ne cesse de se profiler à l'horizon des problèmes fondamentaux de l'éthique et de la théorie des valeurs. […] Lire la suite

L'ÊTRE ET LE NÉANT, Jean-Paul Sartre - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 769 mots
  •  • 1 média

Dans tout le corps du massif ouvrage, Sartre va ainsi donner comme une suite de descriptions de la liberté « au monde » qui auront valeur éthique autant que proprement ontologique. L'éthique projetée ne verra pas le jour. Seuls seront publiés de façon posthume des Cahiers pour une morale, en 1983. La valeur, la temporalité, autrui, le corps n'en donnent pas moins lieu à des analyses brillantes, fécondes contenant en germe des développements qui attendront leur accomplissement. […] Lire la suite

LARDREAU GUY (1947-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 198 mots

L'ouvrage, qui se veut une tentative, non pas de renier mais de dépasser la pensée marxiste en l'ouvrant à une dimension tant éthique que théologique, a pu être considéré comme un prologue au mouvement des « nouveaux philosophes » conduit par Bernard-Henri Lévy, qui le fit paraître dans sa collection Figures. Le Monde (1978), toujours avec Christian Jambet, poursuivra cette réflexion. […] Lire la suite

ÉPICURE (341-270 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Graziano ARRIGHETTI
  •  • 6 221 mots
  •  • 2 médias

En premier lieu, bien que pour Épicure la physique reste subordonnée à l'éthique, il ne l'élabora pas avec moins de soin et d'enthousiasme, précisément parce qu'elle constituait à ses yeux le fondement de l'éthique ; en second lieu, et en étroit rapport avec ce qui vient d'être dit, le choix de l'atomisme de Démocrite a une signification profonde dans la mesure où seul ce système permettait de construire une telle éthique. […] Lire la suite

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 334 mots
  •  • 4 médias

Au « souci de soi », à la persévérance dans son être, Levinas oppose donc le Désir de l'Autre qui ne procède d'aucun besoin, d'aucun manque, dont le nom est « éthique » voire « liturgie », et qui ne saurait se réduire à une synthèse de l'entendement ou à la relation de sujet à objet. Une telle orientation du Moi l'identifie à la moralité. L'éthique est ainsi placée au rang de philosophie première. […] Lire la suite

LIBERTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 11 649 mots
  •  • 1 média

Et ajoutons encore : dans une vie achevée » (Éthique à Nicomaque). C'est en ce point que l'éthique s'enracine dans une conception du réel où l'être est energeia, activité, acte achevé. Ce n'est plus dans le champ éthico-politique que peut être comprise cette energeia, mais dans le champ de la philosophie première. C'est dans ce nouveau discours, en effet, que peuvent être articulées des notions telles que « puissance » et « acte » qui sous-tendent une éthique de l'activité. […] Lire la suite

ÉQUIVOCITÉ & UNIVOCITÉ

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 193 mots

Le thème est repris dans les Principes de la philosophie de Descartes (I, 51) et dans l'Éthique de Spinoza. Dans la tradition religieuse, il est lié à la question des noms et des attributs divins. […] Lire la suite

ORGANON, Aristote - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 821 mots
  •  • 1 média

), ou qui est publiée sous son nom, on peut distinguer trois ensembles : les écrits qui relèvent directement de la connaissance scientifique (dont De l'âme) ; ceux qui traitent plutôt des conduites humaines (dont l'Éthique à Nicomaque) : vie de la cité, principes de l'action, et ce que nous pourrions appeler culture (ainsi le théâtre, objet principal de la Poétique) ; enfin les écrits qui s'intéressent non aux contenus en tant que tels mais à leurs modes d'expression. […] Lire la suite

ROBERT GROSSETESTE (1175 env.-1253)

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 226 mots

Grand traducteur, notamment des œuvres du pseudo-Denys l'Aréopagite, du De fide orthodoxa de Jean Damascène, de l'Éthique à Nicomaque d'Aristote, il a rédigé un Commentaire de plusieurs ouvrages d'Aristote et un autre de la Théologie mystique de Denys, commentaire qui eut une influence sur l'école franciscaine. […] Lire la suite

HÉRACLIDE DU PONT (388-315 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 250 mots

De la profusion de ses œuvres il ne reste que les titres, qui témoignent de la diversité des sujets traités (géométrie, astronomie, musique, poétique, rhétorique, dialectique, éthique, politique, médecine, géographie, histoire, légendes, démonologie, divination), et quelques bribes. Dans ses dialogues, philosophes et animaux parlaient ; et ses « romans », racontant les miracles d'Abaris l'Hyperboréen ou l'histoire d'un habitant de la Lune, lui firent à jamais une réputation de grande crédulité. […] Lire la suite

RANTERS

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 215 mots

S'écartant de la foi en un Dieu personnel, ils regardent Dieu, ou le Christ spirituel, comme présent en toute créature et donnent à l'expérience personnelle la prééminence aux dépens de l'autorité des Écritures, de l'Église, des ministères et de toute espèce d'éthique. À partir de 1650, en Angleterre et dans les colonies américaines, ils sont dénoncés et poursuivis pour leur panthéisme et leur licence en matière de foi, de discipline, de morale sociale. […] Lire la suite

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 137 mots
  •  • 10 médias

Mais quel objet va-t-il être laissé à la philosophie par la positivité triomphante des sciences et des techniques ? Les sciences de la nature n'entendent plus rien savoir d'une physique philosophique ; les sciences humaines et d'abord la sociologie se font fort de tenir toutes les promesses de l'éthique. Quant à la théologie, elle dépend désormais d'une révélation extérieure au discours philosophique. […] Lire la suite

ÉDITION DU GÉNOME HUMAIN

  • Écrit par 
  • Jean-Hugues DÉCHAUX
  •  • 6 491 mots
  •  • 2 médias

Mais la controverse éthique les ravive et ils se retrouvent, explicitement ou non, à travers les prises de position institutionnelles : l’UNESCO et le Conseil de l’Europe sont plus proches d’une éthique de la dignité humaine, les instances de régulation états-unienne (NAS) ou britanniques (NCB, HFEA) se situant davantage dans le sillage d’une éthique utilitariste de l’autonomie individuelle. […] Lire la suite

ANTISTHÈNE (env. 440-env. 370 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 232 mots

Des trois parties de la philosophie, il ne reconnaissait comme légitime que l'éthique, c'est-à-dire la pratique de la vertu, qui consiste dans des actes et non dans des discours ou des études. Sa morale annonce celle du cynisme par son refus des conventions sociales : le sage ne vit pas selon les lois de la cité, mais selon celles de la vertu ; il se proclame citoyen du monde, n'a besoin de rien, donc se contente de peu, méprise les honneurs et les richesses, considère comme un bien l'obscurité et la peine. […] Lire la suite

ALTRUISME

  • Écrit par 
  • Guy PETITDEMANGE
  •  • 3 328 mots
  •  • 1 média

Toutefois, la relation éthique est d'emblée relation à tout autre, à tous les autres. Dès lors, si le premier mot est « me voici », les autres appellent à l'exercice du langage de la justice, de la raison calculatrice, visant à l'universel, de la philosophie, « sagesse du désir ». Ce caractère second et nécessaire de la thématisation vérifie le caractère originaire de la relation éthique : le désir de l'intelligibilité, âme de la philosophie, ne dirait pas la nature véritable de la pensée. […] Lire la suite

SONNETS, William Shakespeare - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Line COTTEGNIES
  •  • 1 341 mots

Les sonnets montrent alors la faillite d'une approche qui prétendrait postuler la fusion de l'ontologie, de l'éthique et de l'esthétique : comme Troilus dans Troilus and Cressida (1602) lorsqu'il est confronté à la trahison de Cressida, le poète doit apprendre à dissocier apparence et essence en réformant son regard ; la duplicité et l'hypocrisie du jeune homme font éclater l'union idéale tant désirée. […] Lire la suite

DELGADO PEDRO (1960- )

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 229 mots

La victoire de Pedro Delgado est donc incontestable sur le plan juridique, quoique peu reluisante en termes d'éthique. En 1989, Pedro Delgado remporte de nouveau la Vuelta et se présente en favori au départ du Tour de France. Mais il se présente aussi... en retard de 2 min 40 s au départ du prologue. À Paris, il se classe troisième, à 3 min 34 s de Greg LeMond. […] Lire la suite

HELWYS THOMAS (1550 env.-1616)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 233 mots

Cette communauté repose sur la libre adhésion de ses membres, auxquels il est demandé de veiller à un strict biblicisme, de garder une confession de foi précise et de se conformer à une éthique rigoureuse. Elle est la cellule à laquelle doivent s'agréger d'autres églises libres, pour former en 1626 le groupe des baptistes généraux. En 1612, Helwys publie un opuscule intitulé A Short Declaration of the Mystery of Iniquity. […] Lire la suite

FONDATION DU THÉÂTRE D'ART DE MOSCOU

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 258 mots

Il amorce ses premières réflexions sur l'art de l'acteur et formule une nouvelle éthique du théâtre. En 1898, Vladimir Nemirovitch-Dantchenko, alors directeur de l'École dramatique de Moscou, l'associe à la fondation du Théâtre d'Art. Il s'agit de monter « les meilleurs auteurs modernes qui expriment les interrogations et les tourments de l'homme contemporain ». […] Lire la suite

UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization)

  • Écrit par 
  • Victor-Yves GHEBALI
  •  • 2 352 mots
  •  • 1 média

Cette problématique, qui mariait politique et éthique, fit l'objet de critiques dont la plus extrême fut celle du philosophe italien Benedetto Croce qualifiant l'U.N.E.S.C.O. d'« institution erronée ». En somme, l'Organisation naquit avec une crise d'identité qui s'avérera durable. Mode de fonctionnement Au plan du fonctionnement institutionnel, l'U. […] Lire la suite

INTÉRIORISATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 918 mots

Les discordances ont une double conséquence : d’une part, le retour réflexif sur l’habitus qu’impose son inadéquation à la nouvelle situation à laquelle il se trouve confronté (le passage de l’ethos à l’éthique), d’autre part, l’expérience du dédoublement qu’implique l’hysteresis des habitus.  […] Lire la suite

KOTARBINSKI TADEUSZ (1886-1981)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 880 mots

Logicien et philosophe polonais né à Varsovie, Tadeusz Kotarbinski fait ses études à l'université de Lwów, et obtient en 1912 son doctorat avec une thèse sur L'Utilitarisme dans l'éthique de Mill et de Spencer. De 1918 à 1957, il enseigne à l'université de Varsovie. En 1957, il préside l'Académie des sciences polonaise. De 1957 à 1960, il est vice-président de l'Institut international de philosophie et président de 1960 à 1963. […] Lire la suite

BOSANQUET BERNARD (1848-1923)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 895 mots

Le Chevalier, Éthique et idéalisme, 1963. […] Lire la suite

LARUELLE FRANÇOIS (1937- )

  • Écrit par 
  • Hugues CHOPLIN
  •  • 895 mots

Un tel travail transforme les langages philosophiques en y déployant l'uni-latéralité : l'Un pourra, par exemple, être décrit comme donné-sans-donation, joui-sans-jouissance (Théorie des Étrangers, 1995), ou comme malheur radical (Éthique de l'étranger, 2000), selon que le matériau philosophique exploité est phénoménologique, lacanien ou kantien, etc. […] Lire la suite

ASPASIE

  • Écrit par 
  • Jean DELORME
  •  • 271 mots

D'où l'estime dont elle a joui auprès de ceux qui la connaissaient personnellement et l'hostilité de la masse attachée à l'éthique traditionnelle. […] Lire la suite

LES LUMIÈRES RADICALES. LA PHILOSOPHIE, SPINOZA ET LA NAISSANCE DE LA MODERNITÉ 1650-1750 (J. I. Israel) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Mogens LÆRKE
  •  • 878 mots

L'écritoire qui contient ses écrits inédits, y compris son chef-d'œuvre, l'Éthique, est aussitôt transférée à son éditeur à Amsterdam. Mais qu'en faire ? Publier les textes de ce penseur réputé pour son athéisme notoire est à la fois délicat et coûteux : Spinoza lui-même y a renoncé deux ans auparavant, estimant l'entreprise trop dangereuse. Faute de moyens, un de ses amis propose même de vendre le manuscrit de l'Éthique à Leibniz pour la somme de 150 florins. […] Lire la suite

EUSTRATE DE NICÉE (1050 env.-1130)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 271 mots

Anne Comnène, son admiratrice fervente, lui fait commenter l'Éthique à Nicomaque et les Seconds Analytiques d'Aristote. Le théologien est de toutes les disputes du temps avec les Latins comme avec les monophysites. En 1112, il est le principal porte-parole de son Église lors des discussions avec l'archevêque de Milan, Pierre Grossolano, de passage dans la capitale. […] Lire la suite

WARNECK GUSTAVE (1834-1910)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 268 mots

Il fonda la missiologie en tant que science, définissant la mission comme « la plantation et l'organisation de l'Église parmi les non-chrétiens » et assignant à cette recherche des bases dogmatique, éthique, biblique, ecclésiale, historique et ethnologique. Il remplaça ainsi une vision purement individualiste de la mission par une réalité fondée sur l'envoi missionnaire du Christ. […] Lire la suite

CHRYSIPPE (281-208 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 284 mots

Enfin, dans le domaine éthique, Chrysippe considère la passion non pas comme le trouble affectif accompagnant une erreur de jugement, mais comme un faux jugement de valeur situé dans la « partie principale » de l'âme. […] Lire la suite

ORESME NICOLE D' (1325-1382)

  • Écrit par 
  • Francis RUELLO
  •  • 290 mots

Oresme traduisit en français la Politique, l'Économique et l'Éthique d'Aristote, dont il commenta le Traité de l'âme, et d'autres ouvrages de philosophie de la nature. Dans son Traictié de l'origine, nature, droits et mutations des monnaies, il expose une théorie générale de celles-ci et montre combien sont désastreuses pour la communauté les fluctuations que le pouvoir du prince peut faire subir à la monnaie. […] Lire la suite

RANCIÈRE JACQUES (1940- )

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 1 683 mots

Ce qui laisse la place à un art aussi moral que ludique et finalement à un nouveau régime éthique de l'art, dont l'horizon est la présence apaisée des choses et des êtres dans un monde commun. Dans le même temps, la politique se dissout dans le consensus, lui aussi éthique, qui avance l'idée d'un débat démocratique où chacun peut faire valoir la singularité de son point de vue. […] Lire la suite

LES PASSIONS DE L'ÂME, René Descartes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 885 mots
  •  • 1 média

 212) ; le généreux est celui qui, comme le magnanime de l'Éthique d'Aristote, « peut se légitimement estimer » (art. 153) – mais parce qu'il sait disposer librement de ses volontés, et ne devoir « être loué ou blâmé » que pour l'usage qu'il en fait. […] Lire la suite

LES CANTOS, Ezra Pound - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Joël SHAPIRO
  •  • 900 mots
  •  • 1 média

Le confucianisme, si vivement exprimé dans le canto XIII (souvent considéré comme le fondement de l'éthique du recueil), prône la vie avant la mort, et repose sur une moralité qui ignore le péché. Il s'agit d'une philosophie éclairée, en lutte contre la superstition, plutôt que d'une religion – à moins que l'on entende le mot « religion » dans son sens étymologique, à savoir « qui relie ». […] Lire la suite

ÉPICURISME

  • Écrit par 
  • Geneviève HÉBERT
  •  • 949 mots

La crise contemporaine de l'éthique opère un retour à Épicure comme moraliste. De Michel Foucault à Michel Onfray, la conviction qu'un bon usage des sens et une morale des plaisirs peuvent aboutir à un bonheur raisonnable dans l'instant présent n'est pas sans trouver de puissants échos. […] Lire la suite

MICROÉCONOMIE Économie du bien-être

  • Écrit par 
  • Emmanuelle BÉNICOURT
  •  • 4 772 mots

Justice et éthique Etant donné qu'il existe une infinité d'optimums de Pareto qui ne peuvent – par définition – être comparés entre eux, une branche de l'économie du bien-être s'est penchée sur les critères d'ordre supérieur qui peuvent être utilisés pour les départager. Le critère égalitariste La doctrine éthique appelée utilitarisme – dont se réclament notamment Adam Smith, Jeremy Bentham, John Stuart Mill − retient le critère du bien-être collectif, et procède à des comparaisons interpersonnelles de bien-être (ou d'utilité). […] Lire la suite

ARISTOXÈNE DE TARENTE (IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 286 mots

Enfin, s'il ne reste rien de son œuvre éthique et politique, quelques autres biographies d'Aristoxène nous sont parvenues : sur Platon, Archytas et Socrate, dont le fils de Spinthare (une comparaison entre Diogène Laërce, ii, 20 et Sextus, Math., vi, 1, permet sans doute de l'identifier à Aristoxène) fait un malfrat inculte et bigame. […] Lire la suite

LES GRAMMAIRES DE L'INTELLIGENCE (J.-M. Ferry) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 042 mots

La notion de « charité critique », créditant les anciennes croyances d'un potentiel de vérité qui ne se laisse justifier que dans le cadre de la quatrième grammaire, en explicite l'enjeu éthique. Cette charité n'a rien de complaisant, comme le montrent les remarques finales concernant la nécessité d'une « éthique de la reconnaissance, qui, bien autrement que l'idéologie de la tolérance, garantit les bases libérales d'une formation de l'opinion publique ouverte à tous les aperçus, quels qu'en soient les arrière-plans, et sur un mode qui ne soit pas indifférent aux raisons susceptibles de le fonder ». […] Lire la suite

ZAKKAI JOHANAN BEN (mort en 80 env.)

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 296 mots

Il aurait vécu cent vingt ans, dont quarante consacrés à des activités séculières, quarante aux études et quarante à l'enseignement de la loi religieuse (halakha), de l'éthique, des préceptes et de l'Écriture, dont la connaissance approfondie devait être, selon lui, la finalité de la vie humaine. Les enseignements de Johanan ben Zakkai contiennent des allusions qui permettent de le regarder comme l'un des détenteurs de la doctrine mystique (ma‘aseh bereshit, ma‘aseh merkaba). […] Lire la suite

NATHAN

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 257 mots

Cette figure est le reflet de celles des grands prophètes israélites du ~ viiie siècle : dans le message de Nathan, la dimension religieuse et la dimension éthique se croisent, mais elles ont beaucoup moins de relief que la dimension politique. Le prophète est connu surtout par ladite « prophétie de Nathan », dans II Samuel, vii. C'est là que son nom est pour la première fois mentionné. […] Lire la suite

MÉDECINE Médecine prédictive

  • Écrit par 
  • Jean-Yves NAU, 
  • Universalis
  •  • 4 092 mots
  •  • 1 média

« Dans tous les cas, on doit avoir recours à une stratégie indirecte de diagnostic adaptée à chaque maladie et, même, à chaque famille ; stratégie qui exige une étude familiale préalable », expliquent les spécialistes du Comité national d'éthique. « Le balisage du segment de chromosome porteur du gène muté permet un diagnostic indirect grâce à des polymorphismes de l'ADN. […] Lire la suite

ÉQUILIBRE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 030 mots

En effet, n'ayant ni abordé la question d'une approche historique de la notion d'équilibre elle-même, ni étudié ses ancrages dans des champs tels que l'esthétique, l'éthique, le politique, le psychanalytique, etc., et encore moins approfondi le rôle symbolique de cette notion et son universalité dans d'autres cultures, Piaget ne s'est pas donné les armes philosophiques nécessaires pour répondre à ses détracteurs. […] Lire la suite

JUSTICE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 431 mots

La seconde, partielle et liée au droit, comprend deux variantes : la justice distributive « qui consiste dans la répartition des honneurs ou des richesses, ou de tous les autres avantages qui peuvent échoir aux membres de la cité » (Éthique à Nicomaque, livre V). Elle le fait suivant le mérite de chacun : elle est de ce fait inégale et se plie à la proportion géométrique. […] Lire la suite

DÉMOCRITE (460 av. J.-C.?-? 370 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Fernando GIL, 
  • Pierre-Maxime SCHUHL
  •  • 1 631 mots

L'éthique de Démocrite Démocrite est encore l'auteur d'une éthique, dont le rapport à sa physique n'est pas clair (selon C. Bailey, il n'y en aurait aucun, mais G. Vlastos pense le contraire). Cette éthique met au premier chef le concept de kresis, un « équilibre dynamique », qui se situe soit à l'intérieur du microcosme humain, soit entre l'homme et la partie du macrocosme qui l'entoure immédiatement (Vlastos remarque que Démocrite semble avoir été le premier philosophe à employer le terme de microcosme). […] Lire la suite

DIEU MORT DE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 347 mots

Pratiquement, l'éthique chrétienne, la vie pour la justice, à la limite l'engagement révolutionnaire sont la réalité du Dieu vécu, incarné, du Dieu qui « se vide » dans l'immanence de l'histoire (thème de la kénose, du dépouillement), quand l'histoire devient un combat pour une société fraternelle. On retrouve l'intuition mosaïque et prophétique : Dieu est sans visage, sans image ; il n'est que le règne de la justice et de l'amour. […] Lire la suite